Accès abonnés Voir nos offres
Menu

ÉNERGIE
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS

[Tribune] Le marché de l’énergie est-il le grand gagnant de la transition énergétique ?

Partager :
[Tribune] Le marché de l’énergie est-il le grand gagnant de la transition énergétique ?
Par François-Régis Déhéry, responsable technique du pôle « Agrégation et énergies renouvelables » de natGAS, le 22 juillet 2019
Découvrez notre newsletter gratuite Énergie
Cette semaine, François-Régis Déhéry, responsable technique du pôle « Agrégation et énergies renouvelables » de natGAS, revient sur l’évolution des prix des énergies renouvelables due à l’intermittence de la production. Pour lui « il faut flexibiliser dès à présent les installations françaises et adapter les comportements de production et de consommation ».

Avec l’intermittence de la production des énergies renouvelables, les prix sur le marché ont tendance à s’envoler et sont de plus en plus volatils. Une tendance qui peut représenter une opportunité pour les industriels s’ils savent profiter de cette nouvelle configuration : en particulier pour ceux chez qui le coût de l’énergie est un facteur de compétitivité.

Au cours du week-end de Pâques, la bourse de l’énergie allemande a connu des prix négatifs. C’est la combinaison de l’ensoleillement, d’un fort épisode venteux et d’une faible consommation d’électricité, en ce jour férié, qui a conduit à une surproduction d’énergies renouvelables. Certains consommateurs auraient donc pu gagner de l’argent en consommant l’énergie du réseau.

En économie, dans une configuration libérale du marché, le prix est là pour inciter les acteurs à réagir. En immobilier, par exemple, un prix trop bas indique qu’il y a trop de biens sur le marché, et représente un signal d’achat. Tout l’art consiste cependant à savoir réagir dans les deux sens : si les prix sont bas, il faut en profiter ; s’ils sont élevés, il faut être capable de décaler sa consommation, voire d’y renoncer. De la même manière, sur le marché de l’énergie, des prix négatifs ne sont donc que le reflet d’une situation, et doivent inciter les acteurs à réagir : les producteurs à interrompre leur production et les consommateurs à augmenter leur consommation.

Optimiser et réaliser des économies grâce aux installations flexibles

Dans un mix énergétique à forte intermittence — où il y a donc une large part d’énergies renouvelables — le fait d’être flexible, en tant que consommateur ou producteur, permet de maximiser la valeur d’une installation en tirant profit de phénomènes courts, provoqués par cette intermittence de la production — qui elle-même dépend des conditions météorologiques. Les installations qui souffrent d’une forte inertie continuent de consommer ou de produire quelles que soient les conditions et ne peuvent donc pas s’adapter à ces phénomènes de marchés. Celles qui sont au contraire capables de reporter ou d’adapter leur puissance à la hausse ou à la baisse des prix peuvent optimiser leur consommation et réaliser des économies substantielles.

Un modèle critiqué par les détenteurs d’infrastructures les moins flexibles

L’Allemagne, qui a investi depuis des années dans les énergies renouvelables, a pris l’habitude des prix volatils, en fonction des conditions météorologiques, et les producteurs d’énergie ont donc accueilli l’épisode de Pâques avec flegme. Il n’en va pourtant pas de même en France, où des voix se sont élevées à cette occasion pour critiquer le modèle d’intermittence de la production.

Ces critiques émanent en particulier des détenteurs des infrastructures les moins flexibles, et qui produisent de l’énergie à des coûts marginaux plus élevés que les renouvelables — en un mot : le nucléaire, le charbon, le pétrole ou encore le gaz naturel. Ces acteurs sont donc les moins à même de bénéficier d’un modèle flexible car, de par la lourdeur de leurs infrastructures, ils ne sont pas capables de réagir rapidement en interrompant leur production lors d’épisodes de surproduction. Lorsque les prix deviennent négatifs, ils continuent donc de produire à perte.

La flexibilité, réelle opportunité pour optimiser les coûts de l’énergie

En dépit des réserves, la marche vers plus de flexibilité dans l’énergie est inéluctable. Avec l’essor des sources d’énergies renouvelables, le marché sera de plus en plus soumis à l’intermittence de la production. La sagesse veut donc de s’y préparer ; ce qui signifie faire dès à présent le choix des énergies renouvelables, pour les producteurs, et se doter d’infrastructures plus flexibles, pour les consommateurs.

D’un point de vue consommateur, plus de flexibilité veut dire un meilleur rendement : en adaptant leur comportement à la production, ceux-ci consomment quand les renouvelables produisent, tout en augmentant le rendement de leurs installations — en achetant l’énergie plus bas que les autres. Pour les installations et usines énergivores (en particulier dans l’aciérie ou la papeterie), chaque opportunité d’optimiser les coûts de l’énergie est bienvenue. Pour ces industriels, il est donc essentiel de flexibiliser leurs installations, afin de les rendre réactives à des conditions de marchés favorables. Plus encore, en exploitant l’intermittence de la production des renouvelables, les consommateurs participent directement à l’intégration de ces sources d’énergie, car ils adaptent dès à présent leur comportement à leur fonctionnement.

Si, pour l’heure, l’énergie est plus chère en Allemagne, c’est parce que le prix comprend les subventions au développement des filières renouvelables. Mais en réalité le coût de l’électron y est déjà moins cher. Une fois que les subventions ne seront plus nécessaires  et que les énergies vertes auront pris leur place, les prix seront à la fois plus bas et volatils. Il faut donc flexibiliser dès à présent les installations françaises et adapter les comportements de production et de consommation dans la perspective d’accueillir ce modèle.
François-Régis Déhéry, responsable technique du pôle « Agrégation et énergies renouvelables » de natGAS
Retrouvez toute l'information Énergie dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Environnement TV se jette à l'eau !

Nous sommes fiers de vous présenter notre toute nouvelle émission, Environnement TV ! Dans ce premier numéro spécial vacances, Anthony Laurent nous emmène à Marseille, 8ème port le plus pollué d’Europe. Direction la commune de Plouha (Côtes-d’Armor), qui vient d’obtenir le Pavillon bleu, avec Eva Gomez. Enfin, Agnès Breton pousse son "coup de gueule" en fin d’émission.
À lire également
La bioraffinerie de Total à la Mède a démarré
La bioraffinerie de Total à la Mède a démarré
Ce mercredi 3 juillet, la bioraffinerie de Total à la Mède (Bouches-du-Rhône) a démarré son activité.
Boulanger et Voltalia en partenariat pour la production d'électricité verte
Le 21 mai dernier, le groupe Boulanger et l'entreprise Voltalia ont signé un accord de partenariat pour la production d'énergie verte.
Reservoir Sun s'implante à Marseille
Reservoir Sun s'implante à Marseille
Née de l’alliance entre Engie et GreenYellow, la société spécialisée dans l’installation de panneaux solaires photovoltaïques s’installe dans la cité phocéenne.
Un capteur aérodynamique pour optimiser le rendement des éoliennes
Un capteur aérodynamique pour optimiser le rendement des éoliennes
L’entreprise bretonne Mer Agitée se diversifie en concevant et développant un capteur destiné à diagnostiquer en temps réel le profil aérodynamique des pales d’éoliennes.
2,6 millions de mètres cubes de biométhane seront produits dans le Calaisis
2,6 millions de mètres cubes de biométhane seront produits dans le Calaisis
La première pierre du futur pôle de valorisation des déchets résiduels du Calaisis a été posée le 16 mai dernier par Guy Allemand, président du SEVADEC (Syndicat d’élimination et de valorisation des déchets du Calaisis), et Natacha Bouchart, maire de Calais et vice-présidente de la région Hauts-de-France.
Deux nouveaux projets en cours pour le procédé Power Road d’Eurovia
Deux nouveaux projets en cours pour le procédé Power Road d’Eurovia
Eurovia poursuit le déploiement de sa technologie de route solaire thermique Power Road avec deux nouveaux projets.
Le Serce change d'identité
Le Serce devient l’organisation professionnelle des entreprises de la transition énergétique et numérique, fait évoluer son logo et dévoile sa nouvelle baseline, dont la sémantique reflète le large champ de compétences de ses entreprises adhérentes dans le domaine de la transition énergétique et numérique.
Tous les articles ÉNERGIE
Appels d'offres
En partenariat avec
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Recycking Aktiv
5 Septembre 2019
Recycking Aktiv
Matexpo 2019
11 Septembre 2019
Matexpo 2019
Les Confs Amiante Marseille
12 Septembre 2019
Les Confs Amiante Marseille
+ D'ÉVÉNEMENTS
Emploi
- commercial junior flexible hydraulique H/F
- Apprenti(e) Technicien(ne) Traitement des Eaux H/F
- Jardinier / Jardinière d'espaces verts
- chef de projet Sites et Sols Pollués en région parisienne F/H
+ D’OFFRES
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.