Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

ÉNERGIE
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS

[Tribune] Le marché de l’énergie est-il le grand gagnant de la transition énergétique ?

Partager :
[Tribune] Le marché de l’énergie est-il le grand gagnant de la transition énergétique ?
Par François-Régis Déhéry, responsable technique du pôle « Agrégation et énergies renouvelables » de natGAS, le 22 juillet 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Énergie
Cette semaine, François-Régis Déhéry, responsable technique du pôle « Agrégation et énergies renouvelables » de natGAS, revient sur l’évolution des prix des énergies renouvelables due à l’intermittence de la production. Pour lui « il faut flexibiliser dès à présent les installations françaises et adapter les comportements de production et de consommation ».

Avec l’intermittence de la production des énergies renouvelables, les prix sur le marché ont tendance à s’envoler et sont de plus en plus volatils. Une tendance qui peut représenter une opportunité pour les industriels s’ils savent profiter de cette nouvelle configuration : en particulier pour ceux chez qui le coût de l’énergie est un facteur de compétitivité.

Au cours du week-end de Pâques, la bourse de l’énergie allemande a connu des prix négatifs. C’est la combinaison de l’ensoleillement, d’un fort épisode venteux et d’une faible consommation d’électricité, en ce jour férié, qui a conduit à une surproduction d’énergies renouvelables. Certains consommateurs auraient donc pu gagner de l’argent en consommant l’énergie du réseau.

En économie, dans une configuration libérale du marché, le prix est là pour inciter les acteurs à réagir. En immobilier, par exemple, un prix trop bas indique qu’il y a trop de biens sur le marché, et représente un signal d’achat. Tout l’art consiste cependant à savoir réagir dans les deux sens : si les prix sont bas, il faut en profiter ; s’ils sont élevés, il faut être capable de décaler sa consommation, voire d’y renoncer. De la même manière, sur le marché de l’énergie, des prix négatifs ne sont donc que le reflet d’une situation, et doivent inciter les acteurs à réagir : les producteurs à interrompre leur production et les consommateurs à augmenter leur consommation.

Optimiser et réaliser des économies grâce aux installations flexibles

Dans un mix énergétique à forte intermittence — où il y a donc une large part d’énergies renouvelables — le fait d’être flexible, en tant que consommateur ou producteur, permet de maximiser la valeur d’une installation en tirant profit de phénomènes courts, provoqués par cette intermittence de la production — qui elle-même dépend des conditions météorologiques. Les installations qui souffrent d’une forte inertie continuent de consommer ou de produire quelles que soient les conditions et ne peuvent donc pas s’adapter à ces phénomènes de marchés. Celles qui sont au contraire capables de reporter ou d’adapter leur puissance à la hausse ou à la baisse des prix peuvent optimiser leur consommation et réaliser des économies substantielles.

Un modèle critiqué par les détenteurs d’infrastructures les moins flexibles

L’Allemagne, qui a investi depuis des années dans les énergies renouvelables, a pris l’habitude des prix volatils, en fonction des conditions météorologiques, et les producteurs d’énergie ont donc accueilli l’épisode de Pâques avec flegme. Il n’en va pourtant pas de même en France, où des voix se sont élevées à cette occasion pour critiquer le modèle d’intermittence de la production.

Ces critiques émanent en particulier des détenteurs des infrastructures les moins flexibles, et qui produisent de l’énergie à des coûts marginaux plus élevés que les renouvelables — en un mot : le nucléaire, le charbon, le pétrole ou encore le gaz naturel. Ces acteurs sont donc les moins à même de bénéficier d’un modèle flexible car, de par la lourdeur de leurs infrastructures, ils ne sont pas capables de réagir rapidement en interrompant leur production lors d’épisodes de surproduction. Lorsque les prix deviennent négatifs, ils continuent donc de produire à perte.

La flexibilité, réelle opportunité pour optimiser les coûts de l’énergie

En dépit des réserves, la marche vers plus de flexibilité dans l’énergie est inéluctable. Avec l’essor des sources d’énergies renouvelables, le marché sera de plus en plus soumis à l’intermittence de la production. La sagesse veut donc de s’y préparer ; ce qui signifie faire dès à présent le choix des énergies renouvelables, pour les producteurs, et se doter d’infrastructures plus flexibles, pour les consommateurs.

D’un point de vue consommateur, plus de flexibilité veut dire un meilleur rendement : en adaptant leur comportement à la production, ceux-ci consomment quand les renouvelables produisent, tout en augmentant le rendement de leurs installations — en achetant l’énergie plus bas que les autres. Pour les installations et usines énergivores (en particulier dans l’aciérie ou la papeterie), chaque opportunité d’optimiser les coûts de l’énergie est bienvenue. Pour ces industriels, il est donc essentiel de flexibiliser leurs installations, afin de les rendre réactives à des conditions de marchés favorables. Plus encore, en exploitant l’intermittence de la production des renouvelables, les consommateurs participent directement à l’intégration de ces sources d’énergie, car ils adaptent dès à présent leur comportement à leur fonctionnement.

Si, pour l’heure, l’énergie est plus chère en Allemagne, c’est parce que le prix comprend les subventions au développement des filières renouvelables. Mais en réalité le coût de l’électron y est déjà moins cher. Une fois que les subventions ne seront plus nécessaires  et que les énergies vertes auront pris leur place, les prix seront à la fois plus bas et volatils. Il faut donc flexibiliser dès à présent les installations françaises et adapter les comportements de production et de consommation dans la perspective d’accueillir ce modèle.
François-Régis Déhéry, responsable technique du pôle « Agrégation et énergies renouvelables » de natGAS
Retrouvez toute l'information "Énergie" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
Rechercher dans nos articles
  [Vidéo] Cantines : Montreuil mise sur le bio

Depuis la rentrée scolaire, la ville de Montreuil propose 70% de composants bio dans ses cantines. Reportage d'Eva Gomez à l'école Marceau.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
Laurent Carme devient directeur général de McPhy
Laurent Carme devient directeur général de McPhy
La société spécialisée dans les équipements de production, stockage et distribution d'hydrogène, McPhy, vient de nommer Laurent Carme au poste de directeur général.
La Sécurité sociale accélère sa transition énergétique
La Sécurité sociale accélère sa transition énergétique
Le cabinet de conseil Green Soluce a été sélectionné par le ministère de la Transition écologique et solidaire pour mener un programme visant, à l’horizon 2021, à rendre le parc immobilier de la Sécurité sociale plus sobre en énergie. Plus de 6.600 agents et 800 bâtiments de l’institution publique sont concernés.
Hydro Power Plant rachète Hydréo
Hydro Power Plant rachète Hydréo
Hydro Power Plant, spécialisé dans la conception et la fabrication de turbines hydroélectriques, annonce, ce jeudi 19 septembre, le rachat d’Hydréo, fabricant d’équipements de vantellerie (vannes).
L'EDHEC Business School et Butagaz en partenariat pour la création d'un nouveau master
L'EDHEC Business School et Butagaz en partenariat pour la création d'un nouveau master
L'école de commerce EDHEC Business School lance cette année un Master of science in global and sustainable business, en partenariat avec Butagaz.
La Corse mise sur l'énergie solaire
La Corse mise sur l'énergie solaire
Mardi 8 octobre, la société Corsica Sole a inauguré une centrale photovoltaïque avec stockage à Giuncaggio en Haute-Corse.
Alterea crée Alterea Groupe et annonce une levée de fonds de 5 millions d'euros
Alterea annonce avoir levé 5 millions d'euros auprès de Paris Fonds Vert et se structurer en créant Alterea Groupe.
La Fedene veut attirer les jeunes vers les métiers de services à l'énergie et l'environnement
La Fedene veut attirer les jeunes vers les métiers de services à l'énergie et l'environnement
La Fédération des services énergie environnement lance une campagne de promotion de ses métiers.
Tous les articles ÉNERGIE
En partenariat avec
Accès au kiosque
Événements
Batimat
4 Novembre 2019
Batimat
Le Salon des Professionnels de l’Amiante 2019
13 Novembre 2019
Le Salon des Professionnels de l’Amiante 2019
Solutrans
19 Novembre 2019
Solutrans
+ d'événements
Emploi
- TECHNICIEN(NE) MAINTENANCE GAZ/FIOUL (H/F) Cherbou
- Technicien appels consommateurs H/F
- Ouvrier / Ouvrière des espaces verts
- Auditeur Formateur en Hygiène, Qualité, Sécurité Env – LA ROCHELLE (17) F/H
+ d’offres
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.