Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

ÉNERGIE
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] L’éolien en mer ne doit pas être une victime de la crise

Partager :
[Tribune] L’éolien en mer ne doit pas être une victime de la crise
Par Vincent Balès, directeur général wpd offshore France, le 22 juin 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Énergie
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, Vincent Balès, directeur général wpd offshore France, s’inquiète de l’impact de la crise liée à l’épidémie de Covid 19 sur la filière de l’éolien en mer. Il propose trois mesures afin afin de le limiter et d’accélérer le développement des projets.

La filière éolien en mer souhaite participer activement au plan de relance de l’économie française. Pour cela : accélérons !

Alors que les premiers parcs éoliens en mer français entrevoient le bout du tunnel après dix années de procédures, la crise du Covid-19 risque de fragiliser cette filière stratégique. Elle accuse déjà un fort retard, avec toujours zéro éolienne installée au large de nos côtes ! La crise actuelle représente un nouveau danger pour un secteur qui risque de traverser trois années blanches si rien n’est fait. 

Le président de la République a déploré lui-même le retard français il y a quelques mois, lors des Assises nationales de la mer : « Qu’un pays comme le nôtre qui compte près de 20.000 kilomètres de côtes et possède de ce fait un des potentiels les plus importants au monde en la matière ne soit pas aujourd’hui en pointe sur ce domaine est incompréhensible. Il est donc urgent de mettre fin à des années de procédures administratives trop lentes, d’hésitations, de renoncements ». 
Le développement de l’éolien en mer est directement lié au rythme des appels d’offres engagés par l’Etat. Chaque appel d’offres représente une séquence de procédures administratives s’étalant sur deux à trois années. 

Un développement fortement ralenti

La crise actuelle a un impact direct sur les procédures, notamment parce que les débats publics, qui sont la première étape des appels d’offres, sont arrêtés. Cela va fortement allonger le calendrier initialement envisagé, car toute la procédure est alors à l’arrêt. Or la Programmation pluriannuelle de l’énergie, récemment publiée, prévoit que trois à cinq projets de parcs éoliens en mer soient attribués d’ici la fin du quinquennat. 

Sans mesures fortes, aucun d’entre eux ne pourrait être attribué dans ces délais ! De tels retards représentent de véritables « trous d’air » pour la filière, à court terme pour les équipes de développement (déjà 2000 emplois aujourd’hui), à moyen terme pour les usines dédiées à l’éolien en mer, implantées sur le littoral français. 

Or l’éolien en mer est une filière stratégique, qui en accélérant son développement constituerait un pilier du plan de relance économique. La production électrique nationale est un enjeu de souveraineté, et l’éolien en mer y répond, étant une des sources d’électricité les plus compétitives. La Programmation pluriannuelle de l’énergie prévoit que 5% de l’électricité consommée en France soit produite par cette source renouvelable à l’horizon 2030. En accélérant le rythme des projets, notamment sur la décennie 2030-2040, nous pourrions passer à 20% en 2040, sur une surface représentant seulement 1% de l’espace maritime métropolitain. 

De plus, la France dispose d’un outil industriel unique pour cette filière: deux usines à Saint- Nazaire, une à Cherbourg et deux au Havre. De nombreux industriels français ont diversifié leur activité dans cette filière d’avenir « made in France ». La réalisation des six premiers parcs 
éoliens français va permettre la création de plus de 15.000 emplois et des investissements privés de l’ordre de 15 milliards d’euros.. 
Enfin, la filière s’inscrit dans l’ambition française et européenne de « Pacte Vert » ou « Green Deal », essentiel pour relancer l’économie pendant cette crise. 

Trois propositions

Nous formulons trois propositions pour permettre de limiter l’impact de la crise du Covid-19 sur l’éolien en mer, et permettre à cette filière d’accélérer son développement. 

La première est de mobiliser des moyens humains et financiers au sein de l’administration afin d’être en mesure de préparer plusieurs appels d’offres en parallèle, pour viser trois attributions d’appels d’offres d’ici la fin du quinquennat. 

La deuxième consiste à simplifier les procédures, pour mener les différentes phases en parallèle (participation du public, études de dérisquage techniques et environnementales, préqualification des candidats...). Et à adapter ces procédures aux territoires, pour éviter de répéter des étapes déjà réalisées. La zone Sud-Atlantique a ainsi déjà bénéficié d’un important travail en amont, elle pourrait prétendre à des procédures allégées. 

Enfin, la troisième mesure pour développer cette filière consiste à finaliser la planification spatiale stratégique de l’éolien en mer, en s’appuyant sur les documents stratégiques de façade, afin d’exploiter au mieux notre gisement national et d’éviter de relancer tous les deux ans des exercices de zonage et de concertation. 

La filière éolien en mer souhaite participer activement au plan de relance de l’économie française. Pour cela : accélérons ! 
Vincent Balès, directeur général wpd offshore France / DR
  [Vidéo] Les écoquartiers, terres d'essai du développement durable
La création d’écoquartiers est au programme de nombreux candidats et candidates aux élections municipales. Agnès Breton s’est rendue à Asnières-sur-Seine, où l'écoquartier des Bords de Seine est récemment sorti de terre.
+ de vidéos Environnement TV
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Matteo Carando, directeur d’ERG France
Les entreprises et acteurs de l’environnement organisent, depuis mi-mai, la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Matteo Carando, directeur d’ERG France.
Toutes les interviews
Actu réglementaire
Avis relatif à l'extension d'un accord professionnel conclu dans le cadre de la convention collective nationale du personnel des entreprises de restauration de collectivités Lire
Avis relatif à l'extension d'un accord conclu dans le cadre de la convention collective nationale de la plasturgie Lire
Arrêté du 6 juillet 2020 portant délégation de signature (cabinet du ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargé des transports) Lire
Arrêté du 7 juillet 2020 portant délégation de signature (bureau du cabinet du ministre de l'agriculture et de l'alimentation) Lire
Arrêté du 6 juillet 2020 portant délégation de signature (bureau des cabinets) Lire
À lire également
GE Renewable Energy recrute 250 employés pour son usine de pales d'éoliennes à Cherbourg
GE Renewable Energy recrute 250 employés pour son usine de pales d'éoliennes à Cherbourg
GE Renewable Energy annonce la création de 250 emplois pour son usine de pales d'éoliennes à Cherbourg (Manche).
Marianne Laigneau est la nouvelle présidente de Think Smartgrids
Marianne Laigneau est la nouvelle présidente de Think Smartgrids
Marianne Laigneau est élue présidente de l'association Think Smartgrids et succède donc à Olivier Grabette.
Hervé-Matthieu Ricour, directeur général d’Engie France BtoC
Hervé-Matthieu Ricour, directeur général d’Engie France BtoC
Alors que le déconfinement s'accélère, les entreprises et acteurs de l’environnement continuent d'organiser la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Hervé-Matthieu Ricour, directeur général d’Engie France BtoC.
ekWateur et Voltalis proposent une offre d’effacement de consommation
ekWateur et Voltalis proposent une offre d’effacement de consommation
Le fournisseur d’énergies renouvelables ekWateur et Voltalis s’associent pour proposer une offre d’effacement de consommation aux clients d’ekWateur.
Le chiffre d’affaires de Teréga augmente de 5% en 2019
Le chiffre d’affaires de Teréga augmente de 5% en 2019
Teréga annonce une hausse de 5% de son chiffre d’affaires en 2019.
[Tribune] Après cette crise, les acteurs de l’énergie doivent réinventer leur interaction client
[Tribune] Après cette crise, les acteurs de l’énergie doivent réinventer leur interaction client
Cette semaine, Jérôme Holvoet Vermaut, engagement manager chez SQLI, revient sur les défis qu'attendent les acteurs de l'énergie après la crise sanitaire.
Vincent Maillard, co-fondateur et président de Plüm Énergie
Vincent Maillard, co-fondateur et président de Plüm Énergie
Alors que la France commence son déconfinement progressif cette semaine, Environnement-magazine.fr continue de proposer aux professionnels de raconter leur confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Vincent Maillard, co-fondateur et président de Plüm Énergie.
Tous les articles ÉNERGIE
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
EXPOBIOGAZ
2 Septembre 2020
EXPOBIOGAZ
20e Congrès international du recyclage automobile (IARC)
2 Septembre 2020
20e Congrès international du recyclage automobile (IARC)
+ d'événements
Emploi
- Dessinateur industriel H/F - Cognac (16)
- Alternance - Chargé(e) de Prévention Santé et Sécurité
- Jardinier / Jardinière
- INGENIEUR CHIMISTE EXPLOITATION F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.