Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Covid-19 ou le test réussi des énergies renouvelables

[Tribune] Covid-19 ou le test réussi des énergies renouvelables
Par Jean-François Petit, directeur général, RES, le 21 septembre 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, Jean-François Petit, directeur général de RES, revient sur le rôle des énergies renouvelables pendant la crise sanitaire. "Le Covid a révélé la résilience des EnR", estime-t-il.

Pendant le confinement, les énergies renouvelables (EnR) ont révélé leur fiabilité mais aussi leur performance pour répondre aux besoins de l’ensemble du réseau électrique français. Avec une couverture de 25 à 30% de la consommation énergétique, les EnR ont su démontrer une résilience aux conditions particulières de ces derniers mois.

La Covid a révélé la résilience des énergies renouvelables (EnR). Avec un taux moyen de production de 25 à 30% de la consommation énergétique pendant le confinement et 35% en moyenne le 29 mars avec un pic de 45% à la mi journée, les EnR ont prouvé toute leur capacité à couvrir une part importante des besoins énergétiques du pays. Un test grandeur nature qui démontre, à ceux qui en doutent encore, que ces énergies ont aujourd’hui toute leur raison d’être dans le paysage énergétique français.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
État des lieux du marché français de l’énergie

La consommation annuelle d’énergie en France est d’environ 480 TWh avec une part de l’ordre de 70 % pour le nucléaire, un peu plus de 20 % pour les renouvelables, le reste provenant d’installations fossiles (en très grande majorité alimenté par du gaz). Si le volume de la consommation est quasi stable depuis plusieurs années grâce aux améliorations de l’efficacité énergétique, il présente néanmoins une évolution dans sa nature avec l’augmentation de la part de l’électrique due au numérique, aux voitures électriques et à l’électrification des industries. Pendant la période de confinement, le marché de l’énergie a enregistré une baisse inédite de la consommation de l’ordre de 15% à 20%, avec l’arrêt de l’industrie. Contrairement à la crise de 2008, qui avait conduit à une baisse durable de la consommation d’énergie de -5%, celle liée au Covid est limitée dans le temps, la consommation repartant à la hausse depuis le 11 mai.

Le confinement : un changement de paradigme ?

Outre l’arrêt de l’économie, de fortes variations météorologiques durant le confinement ont impacté la consommation d’énergie. Avec la baisse de la consommation et les fortes variations, le gestionnaire du réseau (RTE) a cessé l’activité des centrales thermiques marginale (gaz, fuel), préservant uniquement comme  installations « fossiles » celles de cogénération. Le mixte énergétique français, a donc, pendant le confinement, été constitué quasi exclusivement d’énergie nucléaire centralisée et d’EnR décentralisée variable, alimentant ainsi de façon décarbonée, fiable et stable l’ensemble du réseau électrique français et une partie de l’export habituelle. Une belle preuve de la compatibilité des EnR avec notre système électrique sans avoir recours aux installations à énergie fossile.
  
Une production sans arrêt pour les EnR

De par son ancienneté, le parc nucléaire français nécessite d’importantes opérations de maintenance. Planifiées de longues dates, plusieurs ont dû être arrêtées ou retardées pendant le confinement augmentant alors des craintes de disponibilité d’approvisionnement d’énergie à l’hiver prochain. En revanche, les travaux de maintenance sur les éoliennes et panneaux solaires ont pu être effectués pendant toute cette période portant leur disponibilité pour soutenir le réseau à 95%. Une situation démontrant que la maintenance d’une énergie décentralisée et répartie en plusieurs points n’a aucune incidence négative sur le réseau de distribution là, où celle d’une centrale nucléaire et a fortiori plusieurs, requiert l’arrêt et donc la perte d’une grande quantité d’énergie simultanément.

Un prix de l’électricité ne reflétant pas la réalité 

Calculé quotidiennement et sur le long terme par des mécanismes fortement influencés par l’ARENH (Accès Régulé à l’Energie Nucléaire Historique), le prix de l’électricité est fortement influencé par celui du kWh nucléaire. Celui-ci, ne reflète malheureusement en rien le coût réel et complet de cette énergie, car il n’intègre ni les frais de carénage (remise à niveau pour en prolonger leur durée de vie) ni ceux du démantèlement des centrales nucléaires dont le cout, selon un rapport parlementaire de février 2017, est largement sous-estimé à 350 millions d’euros par EDF, quand d’autres exploitants estiment un coût entre 900 millions et 1,3 milliard d’euros par réacteur. Par ailleurs, le temps de démantèlement d’une centrale nucléaire est égal à sa durée de production d’énergie ! Selon certaines études et rapports de la cour des comptes, le prix réel du nucléaire français serait autour de 59.8 euros/MWh pour les anciennes centrales et entre 70 et 90  euros/MWh pour les EPR en construction. EDF estime d’ailleurs qu’à terme le kWh des EPR pourrait tendre vers 60 à 70 euros/MWh.

Le prix des EnR est, quant à lui de l’ordre de 62.9€/MWh pour l’éolien et 56.31 euros/MWh pour le solaire, et, à l’inverse du nucléaire, il intègre toute la chaine de valeur, depuis la construction du parc jusqu’à son démantèlement (qui ne durera que quelques mois) en passant par l’opérationnel et la maintenance. Si les EnR sont donc d’ores et déjà compétitives, elles souffrent néanmoins des mécanismes tarifaires du marché inadaptés à leurs spécificités. Conçus pour rémunérer des producteurs centralisés et traditionnels (centrales thermiques) dont les Capex (dépenses d’investissement) sont modérés et les Opex (dépenses d’exploitation) élevées, les prix de l’énergie ne prennent pas en compte les Capex (lié à la construction) et les couts d’exploitation marginaux des parcs éolien et solaire. Il conviendrait donc de remettre à plats ces mécanismes afin de mieux refléter la réalité des profils de couts des installations et accroitre l’optimisation du  prix de l’électricité produite par les EnR.

Alors, sans révolutionner le marché de l’énergie, cette crise sanitaire a eu le mérite de prouver la solidité et les avantages des EnR. Mais elle a aussi révélé l’inadaptation des mécanismes de marché de l’électricité pour les installations des énergies renouvelables dont le coût d’exploitation est faible. Profitons du retour d’expérience lié au Covid pour lancer une réflexion globale sur le système électrique et accélérer le déploiement des énergies renouvelables !

Jean-François Petit, directeur général, RES / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Des jumeaux numériques pour réduire l’empreinte carbone
Des jumeaux numériques pour réduire l’empreinte carbone
Engie Lab Crigen développe, pour aider les industriels, des jumeaux numériques en s’appuyant sur la technologie d’Ansys, une entreprise américaine spécialisée dans la simulation d’ingénierie.
La Commission européenne consulte sur la révision de la législation sur le gaz
La Commission européenne consulte sur la révision de la législation sur le gaz
Une consultation publique a été lancée par la Commission européenne sur la révision de la directive et du règlement sur le gaz. Les parties prenantes peuvent soumettre leur point de vue jusqu’au 18 juin 2021.
CEE : le gouvernement revoit à la hausse les obligations d'économies d'énergie
CEE : le gouvernement revoit à la hausse les obligations d'économies d'énergie
À l’occasion d’une conférence de presse organisée ce mercredi 28 avril, le ministère de la Transition écologique a précisé le niveau d'obligation retenu pour la 5ème période des certificats d'économies d'énergie (CEE) 2022-2025. Principales conclusions : une augmentation du quota d’obligation et une réduction des bonifications.
Teréga vise l'empreinte carbone positive à l'horizon 2025
Teréga vise l'empreinte carbone positive à l'horizon 2025
Teréga, l'opérateur français d'infrastructures gazières, annonce l'atteinte de son objectif de réduction d’émission de gaz à effet de serre en 2020.
Paprec entre en négociations exclusives avec Dalkia
Paprec entre en négociations exclusives avec Dalkia
Ambitionnant de devenir le troisième acteur français de la valorisation énergétique, le groupe Paprec, spécialisé dans la collecte et le traitement des déchets, vient d'annoncer entrer en négociations exclusives avec la filiale d'EDF pour acquérir Dalkia Wastenergy.
Rénovation énergétique : les bâtiments publics de la santé sont éligibles au programme ACTEE
Rénovation énergétique : les bâtiments publics de la santé sont éligibles au programme ACTEE
Hôpitaux, EHPAD et ESAT peuvent désormais bénéficier des financements d’aide à la rénovation énergétique de l’appel à projets « Charme ».
VSB énergies nouvelles : 20 postes à pourvoir
VSB énergies nouvelles : 20 postes à pourvoir
Portée par une dynamique de croissance, l’entreprise VSB énergies nouvelles lance une nouvelle campagne de recrutement. A la clef : une vingtaine de postes.
Tous les articles ÉNERGIE
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.