Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Le développement de la filière hydrogène nécessite un cadre juridique adapté

[Tribune] Le développement de la filière hydrogène nécessite un cadre juridique adapté
Par Paul Elfassi, Catherine Dupuy-Burin des Roziers (avocats associés chez BCTG Avocats) et Antoine Le Dylio (collaborateur au sein du département Environnement/Droit Public des affaires de BCTG Avocats), le 9 novembre 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Pour Paul Elfassi, Catherine Dupuy-Burin des Roziers et Antoine Le Dylio de BCTG Avocats, il est nécessaire d’anticiper les contraintes juridiques et de les adapter pour développer la filière hydrogène.

L’ère de la défiance à l’égard de l’hydrogène, après l’accident du dirigeable LZ 129 Hindenburg dans le New-Jersey qui, en 1937 mit fin au transport transatlantique par zeppelin, est désormais révolue. Conscients des enjeux liés au dérèglement climatique, de nombreux pays, dont la France, entendent aujourd’hui développer l’hydrogène produit par électrolyse, qui n’émet ni gaz à effet de serre (GES) ni polluants atmosphériques.

Le développement de la filière hydrogène décarboné, une ambition partagée

En juin 2020, l’Allemagne annonçait un investissement de 9 milliards d’euros pour le développement de la filière. En septembre dernier, c’était au tour de la France de présenter sa stratégie nationale assortie d’une enveloppe de 7 milliards euros jusqu’en 2030, dont 2 milliards seront mobilisés dès le plan de relance.

Ces déclarations actent clairement une volonté commune de produire un hydrogène d’origine renouvelable, avec une période transitoire intégrant l’hydrogène « bas-carbone », pour réduire rapidement les émissions de GES et soutenir le développement d’un marché viable. Les axes retenus par les deux pays sont proches et s’inscrivent pleinement dans le programme hydrogène de l’Union européenne pour une Europe climatiquement neutre, présenté au mois de juillet, qui ambitionne de décarboner l’industrie (principale utilisatrice d’hydrogène), développer les mobilités lourdes et soutenir la recherche, l’innovation et la formation. Avec des modalités différentes, le choix technologique s’est porté sur la production d’hydrogène par électrolyse de l’eau.

Outre le recours à l’électricité d’origine renouvelable, la France entend évidement tirer parti de son électricité décarbonée grâce au nucléaire pour produire de l’hydrogène « bas-carbone » tandis que l’Allemagne s’oriente vers le reformage du méthane qui nécessitera un stockage du CO2.

Afin de soutenir le développement de projets pilotes et l’émergence d’écosystèmes territoriaux pour des usages industriels et en mobilité de l’hydrogène, l’ADEME vient d’ouvrir deux appels à projets pour un montant de 625 millions d’euros.

Alors que les annonces se succèdent, espérons que le Gouvernement prendra le temps de la réflexion et de la concertation afin d’établir pour les porteurs de projet un cadre juridique stable.

L’amorce d’une simplification dans le domaine de la mobilité

Les initiatives réglementaires ont émergé dans le domaine de la mobilité : un cadre spécifique pour les stations de rechargement en hydrogène des véhicules a été mis en place, celles distribuant plus de 2 kg d’hydrogène par jour relevant désormais du régime de la déclaration (et un arrêté ministériel fixe les règles d’implantation, les distances minimales d’éloignement, etc.). Précisions bienvenues, compte tenu de l’objectif fixé par la PPE d’avril 2020 d’installer 100 stations publiques à hydrogène d’ici 2023.

Les porteurs de projets espèrent désormais que ce mouvement de simplification et de normalisation va se poursuivre, d’autant que le Gouvernement est habilité à définir par ordonnance un cadre pour la production, le transport et le stockage d’un hydrogène renouvelable et bas-carbone (art. 52 de la loi du 8 novembre 2019 relative à l’énergie et au climat).

Pour un régime dédié à la production par électrolyse et un cadre adapté aux établissements recevant du public (ERP)

La fabrication d’hydrogène est aujourd’hui soumise à autorisation dès la première molécule produite, en raison des quantités importantes manipulées et des risques cumulés avec les autres activités en milieu industriel.

Ce régime n’est pas adapté à la production par électrolyse qui présente des risques moindres (modules compacts et automatisés répondant à des normes strictes de conception et dont l’installation se limite quasiment au raccordement au réseau d’électricité et à l’eau courante). Il semblerait donc opportun d’instituer un régime dédié aux unités de production par électrolyse, décliné selon les quantités d’hydrogène fabriquées et présentes sur site (déclaration, enregistrement ou autorisation).

Par ailleurs, l’absence de cadre réglementaire approprié aux unités de production/distribution d’hydrogène dans les ERP pourrait constituer un frein à leur développement, notamment dans les établissements d’enseignement, au risque de contrarier l’objectif de recherche et de formation dans ce domaine. Ces lacunes normatives concernant les véhicules dans les parcs de stationnement, les automobiles dans les tunnels ou encore le transport de passagers sont pourtant connues depuis 20151.

Sécuriser les contrats de rémunération

Le Gouvernement a annoncé la mise en place d’un dispositif de soutien financier à la production d’hydrogène renouvelable et bas-carbone produit par électrolyse, de type « complément de rémunération ». Fortement inspiré de celui déjà éprouvé pour l’électricité produite à partir d’énergies renouvelables, il concernerait tant l’investissement que le fonctionnement des installations, avec une attribution par appel d’offres annoncée pour 2022.

Consultée sur le projet d’ordonnance relative à l’hydrogène, la CRE convient qu’un soutien financier public est nécessaire mais elle privilégie un système de rémunération fonction de l’énergie produite et délivrée plutôt qu’une aide à l’investissement. L’état de maturité de la filière la conduit à considérer prématuré le recours à l’appel d’offres et à recommander des contrats de gré à gré, pour des projets ciblés et permettant d’ajuster la rémunération aux coûts effectifs des producteurs.
Plus de 15 ans ont été nécessaires dans le secteur éolien et solaire pour parvenir à produire et commercialiser l’électricité à des conditions de marché. Il importe de mettre à profit l’expérience ainsi acquise, afin d’assurer un cadre adapté, sûr et stable dans le temps offrant des conditions propices à l’émergence de la filière hydrogène française.

1 CGEDD & CGEIET, « Filière hydrogène-énergie », septembre 2015.
Paul Elfassi, Catherine Dupuy-Burin des Roziers (avocats associés chez BCTG Avocats) et Antoine Le Dylio (collaborateur au sein du département Environnement/Droit Public des affaires de BCTG Avocats)
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Pour sa 10e édition, le salon Expobiogaz ouvre ses portes à Metz
Pour sa 10e édition, le salon Expobiogaz ouvre ses portes à Metz
Cette année, la dixième édition de l’événement national Expobiogaz se tiendra au parc des Expositions de Metz Métropole du mercredi 1er au jeudi 02 septembre.
Île-de-France : la première unité de méthanisation des biodéchets se met en service
Île-de-France : la première unité de méthanisation des biodéchets se met en service
Ça y est ! Le projet de méthanisation territorial Equimeth a été officiellement inauguré ce jeudi 16 septembre par le producteur d’énergie renouvelable CVE et Île-de-France Energies. Implantée à Moret-Loing-et-Orvanne en Seine et Marne, cette unité de méthanisation valorisera les biodéchets de la région, générés dans un rayon maximum de 60 km.
Les réseaux de chaleur et de froid vertueux restent à la traîne
Les réseaux de chaleur et de froid vertueux restent à la traîne
Selon une enquête menée par la Cour des comptes, l'exploitation des réseaux de « chaleur renouvelable » en France reste insuffisante et ce, malgré son potentiel pour accélérer la transition énergétique.
Le salon Expobiogaz a rencontré un vif succès à Metz
Le salon Expobiogaz a rencontré un vif succès à Metz
La 10e édition du salon Expobiogaz organisée les 1er et 2 septembre à Metz a tenu ses promesses. 20 partenaires institutionnels et 221 exposants ont été au rendez-vous pour présenter leurs solutions dédiées à la production et la valorisation du gaz renouvelable.
Lhyfe produit de l'hydrogène vert en Vendée
Lhyfe produit de l'hydrogène vert en Vendée
C'est une première ! L'entreprise nantaise Lhyfe a produit les premières centaines de kilos d’hydrogène renouvelable à partir d’énergie éolienne à Bouin en Vendée.
Biométhane exclu de la RE2020, Coénove saisit le Conseil d'État
Biométhane exclu de la RE2020, Coénove saisit le Conseil d'État
Logements individuels, collectifs et bâtiments du secteur tertiaire seront concernés, à compter de janvier 2022, par l'application de la nouvelle réglementation environnementale (RE2020) qui vise la décarbonation et la sobriété énergétique. Un texte ambitieux qui délaisse le gaz renouvelable au grand dam de l'association Coénove qui demande l'intégration du biométhane.
Création d'un contrat « progrès méthanisation » pour un essor durable de la filière
Création d'un contrat « progrès méthanisation » pour un essor durable de la filière
L'initiative portée par 7 acteurs du monde agricole et de l’énergie, vise à renforcer une démarche d’amélioration continue de l'exploitation des sites de méthanisation.
Tous les articles ÉNERGIE
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.