Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu

ÉNERGIE
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune ] Qui veut tuer l’isolation en France ?

Partager :
[Tribune ] Qui veut tuer l’isolation en France ?
Benoit Dulac, président du groupe Les ECO-Isolateurs. Crédits : DR
Par Benoit Dulac, le 22 février 2021
Nos newsletters gratuites ›
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le président du groupe Les ECO-Isolateurs, Benoit Dulac, revient sur la situation de la filière de l’isolation et son déploiement dans le cadre des rénovations énergétiques. « La jeune filière de l’isolation est en passe d’être condamnée par les pouvoirs publics », alerte-t-il.

La Loi énergie-climat vise l’éradication des passoires thermiques à l’horizon 2028, soit la rénovation énergétique globale des 4,8 millions de logements ayant une étiquette F ou G au Diagnostic de Performance Énergétique (DPE). Il faudrait pour cela isoler de façon performante plus de 500.000 logements par an. C’est 10 fois plus que cette année ! En réponse, les restrictions de MaPrimeRénov’, la disparition avancée au 30 juin 2021 des opérations « Coup de Pouce Isolation » et la suspension du dispositif d’Action Logement ne peuvent qu’interroger. L’absence chronique de contrôles massifs, malgré leur efficacité, aussi. L’administration et le gouvernement souhaitent-ils vraiment, au-delà d’une communication bien rodée, soutenir et intensifier la rénovation énergétique des bâtiments ? Difficile d’accélérer en serrant le frein à main continuellement…

La filière de l’isolation dans l’impasse

En dépit de l’impérieuse nécessité de limiter le réchauffement climatique, notre pays ne parvient pas à réduire significativement la consommation énergétique de ses bâtiments, qui représentent pourtant 44 % des consommations en France. Ainsi, seules 6 % des 20 millions de maisons individuelles françaises sont considérées comme thermiquement performantes (étiquette A ou B du DPE). Faute de revoir, de la cave aux combles en passant par les façades, l’isolation des 94 % de maisons restantes, la France n’atteindra pas ses objectifs. Cette situation est d’autant plus alarmante que la jeune filière de l’isolation est en passe d’être condamnée par les pouvoirs publics.

Les évolutions proposées récemment par la Direction Générale de l’Énergie et du Climat (DGEC), service en charge de la rénovation énergétique au Ministère de la Transition Énergétique, rognent massivement sur l’ensemble des aides à l’isolation pour les années 2022 à 2025. La DGEC propose même la fin anticipée au 30 juin 2021 du « Coup de Pouce Isolation » ! Ce dispositif a pourtant permis de lancer la massification des travaux d’isolation en France. Le stopper net, sans la moindre concertation avec les entreprises de l’isolation et les industriels de l’isolant, c’est prendre le risque de détruire entre 5 000 et 10 000 emplois, de précipiter vers la faillite des entreprises qui depuis plusieurs années recrutent dans les territoires, forment leurs collaborateurs à de nouveaux métiers - non délocalisables - et investissent massivement afin de proposer des offres d’isolation performantes et accessibles.

Les Français, friands d’isolation … quand elle est gratuite ou presque !

Les Français ont les plus grandes difficultés à appréhender les avantages de l’isolation : économie de chauffage, gain en confort, amélioration de la qualité de l’air et valorisation de la maison. Ce manque d’appétence pour l’isolation est l’une des explications au retard chronique en matière de rénovation énergétique du parc de logements, lancée il y a près de 15 ans.

Il existe pourtant une solution. Le succès des dispositifs d’isolation à 1€ l’a bien montré : lorsque le reste à charge est très faible, voire nul, les Français passent à l’action, tous, sans exception ! Cette aide, bien qu’imparfaite, a déclenché la première et unique massification des chantiers d’isolation en France. Selon les derniers chiffres de la DGEC, 1,5 million de logements ont bénéficié d’une isolation des combles ou des sols entre janvier 2019 et décembre 2020 grâce au « Coup de Pouce ». C’est considérable !

Autre exemple, le dispositif mis en place par Action Logement, organisme paritaire mieux connu sous le nom de « 1% logement ». Cette aide, qui permettait d’intervenir sur plusieurs postes de travaux avec un reste à charge très faible, a convaincu des dizaines de milliers de salariés du privé aux revenus modestes de se lancer dans l’isolation globale de leur maison.

Des conditions d’éligibilité qui changent sans cesse

La rénovation énergétique des bâtiments a connu en 2020 d’incessants changements réglementaires, réduisant fortement la capacité des entreprises de l’isolation à mener leur mission. Le Crédit d’impôt pour la transition énergétique a fusionné le 1er janvier 2020 avec l’aide Agilité de l’Anah, devenue MaPrimeRénov’ (MPR) ; mais avec des primes rabotées et des restes à charge d’au moins 10% du montant des travaux. En juillet, les surfaces éligibles ont été plafonnées à 100 m2.

Depuis, les réticences des ménages - notamment les plus modestes - à engager des travaux sont devenues fortes. Le rythme de mise en chantiers a été très faible avec environ 15 000 primes MPR payées en 2020 pour l’isolation.

Quant au dispositif d’Action Logement, il a été arrêté net en décembre dernier. Depuis, c’est l’expectative la plus totale. Des dizaines de milliers de travaux sont bloqués, leur sort est incertain et l’incompréhension des ménages concernés, qui se sentent bernés, est totale.

Dans de telles conditions, comment voulez-vous que les Français prennent goût à l’isolation ? Et comment cette jeune filière pourrait-elle se structurer durablement, déployer des offres de rénovation énergétique globale de qualité, créer des emplois qualifiés, investir dans des équipements pour être en mesure de concrétiser les ambitions de notre pays ?

Lutter contre la fraude : le prérequis indispensable

La nécessaire générosité des aides à la rénovation thermique a eu pour corollaire l’apparition d’acteurs peu scrupuleux, ne respectant ni les lois en vigueur - démarchage téléphonique, main-d’œuvre non déclarée - ni les règles de l’art dans la réalisation des travaux. Le phénomène s’est répété à chaque nouvelle subvention, quels que soient les types de travaux : pompes à chaleur en 2007, panneaux photovoltaïques en 2008, isolations diverses à 1€ depuis 2017. Leurs piètres prestations aboutissent à une faible réduction des émissions de GES des maisons rénovées et dévalorisent toute la filière aux yeux du grand public.

Face à ces agissements, la réponse est toujours la même : on ferme le robinet des subventions précipitamment, tuant pour quelques années le marché. Cette réaction du gouvernement, liée à la volonté de réduire l’impact des "réno-délinquants", est compréhensible. Elle pénalise gravement les ménages précaires et réduisent drastiquement le nombre de chantiers engagés. Elle compromet également la pérennité des acteurs intègres qui ne peuvent adapter leurs équipes, leur appareil productif et leur outil informatique à ces incessantes évolutions non programmées. Un résultat à l’opposé de la massification recherchée ! Avec ce schéma de « Go and Stop » permanent, la rénovation énergétique des logements ne pourra jamais atteindre ses objectifs.

Davantage de contrôles pour éviter les abus et rassurer les Français

Il est pourtant possible d’anticiper les agissements frauduleux, et de les déjouer. Les contrôles de la qualité des travaux ont systématiquement apporté la preuve de leur efficacité sur les marchés de l’isolation. Suite à leur mise en œuvre, malheureusement souvent tardive, le volume des chantiers a baissé, les entreprises délictueuses ont fui le marché, et la qualité des travaux réalisés et contrôlés est devenue excellente. Par exemple, pour l’isolation des réseaux d’eau chaude, le contrôle systématique par un organisme certifié est devenu obligatoire en 2016. Depuis, les subventions aboutissent effectivement à des économies d’énergie, sans laisser la possibilité aux entreprises malhonnêtes d’intervenir. Pourquoi ce dispositif n’a-t-il pas été généralisé à l’ensemble des travaux subventionnés ? Une politique efficace consisterait à définir en amont un référentiel de contrôle par type de travaux, puis à instaurer une fréquence de contrôle très élevée, dès le lancement de toute nouvelle subvention, allant de 30% de contrôles aléatoires pour les chantiers les moins onéreux - combles, sols - à 100% des chantiers contrôlés dès lors qu’ils bénéficient de plus de 10 000€ d’aides.

Un cadre pérenne et favorable, enjeu essentiel pour assurer la rénovation de 500 000 logements par an

Pour que la France honore ses engagements en matière de lutte contre le réchauffement climatique, l’État doit définir un schéma de subventions pour l’isolation des bâtiments contrôlé, incitatif, et pérenne, sans lequel les Français ne passeront pas à l’acte. Il est urgent de réagir, car la jeune filière de l’isolation, composée de quelques rares ETI nationales et de PME régionales, est au bord du gouffre, suite à une année 2020 plombée par la COVID mais surtout par les changements réglementaires incessants. Si ces entreprises disparaissent, qui réalisera les isolations de demain ? L’enjeu est considérable en matière d’emplois, en termes de précarité énergétique et surtout d’un point de vue environnemental. Que dirons-nous à nos petits-enfants si nous échouons ?
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
  [Vidéo] Visitez la maison du futur
+ de vidéos Environnement TV
Dernier numéro
Décembre 2020
Sommaire
Découvrir
Actu réglementaire
Avis d'ouverture d'un examen professionnel pour l'accès au corps des ingénieurs de l'agriculture et de l'environnement Lire
Arrêté du 26 février 2021 portant nomination (administration centrale) Lire
Arrêté du 26 février 2021 fixant le nombre de places offertes au titre de l'année 2021 à l'examen professionnel pour l'avancement au grade d'assistant d'administration de l'aviation civile de classe exceptionnelle au ministère de la transition écologique (direction générale de l'aviation civile et Météo-France) Lire
Arrêté du 26 février 2021 fixant le nombre de places offertes au titre de l'année 2021 à l'examen professionnel pour l'avancement au grade d'assistant d'administration de l'aviation civile de classe supérieure au ministère de la transition écologique (direction générale de l'aviation civile et Météo-France) Lire
Arrêté du 24 février 2021 autorisant au titre de l'année 2020 l'ouverture d'un examen professionnel pour l'accès au corps des ingénieurs de l'agriculture et de l'environnement Lire
Arrêté du 25 février 2021 modifiant l'arrêté du 28 janvier 2021 portant ouverture des concours externe, interne et troisième concours d'accès au grade d'animateur territorial principal de 2e classe organisés par le centre de gestion de la fonction publique d'Eure-et-Loir (session 2021) Lire
Arrêté du 21 janvier 2021 portant ouverture des concours externe, interne et troisième concours de rédacteur territorial organisés par le centre de gestion de la fonction publique territoriale de l'Hérault (session 2021) Lire
Arrêté du 22 février 2021 portant déclassement d'une parcelle relevant du domaine public fluvial confié à Voies navigables de France (VNF) sur le territoire de la commune de Saint-Maurice-Colombier (Doubs) Lire
Arrêté du 22 février 2021 portant déclaration d'inutilité d'une parcelle relevant du domaine privé de l'Etat confié à Voies navigables de France (VNF) sur le territoire de la commune de Corbigny (Nièvre) Lire
Arrêté du 24 février 2021 modifiant l'arrêté du 17 février 2021 portant nomination (administration centrale) Lire
Arrêté du 24 février 2021 fixant le nombre de places offertes à l'examen professionnel pour l'avancement au grade d'attaché principal d'administration de l'Etat au titre de l'année 2021 au ministère de la transition écologique (direction générale de l'aviation civile et Météo-France) Lire
Arrêté du 23 février 2021 fixant le nombre de places offertes au titre de l'année 2021 à l'examen professionnel pour le recrutement d'assistants d'administration de l'aviation civile de classe normale au ministère de la transition écologique et solidaire (direction générale de l'aviation civile et Météo-France) Lire
Avis n° 4 relatif à la fermeture de certains quotas et/ou sous-quotas de pêche pour l'année 2021 Lire
Avis relatif à l'extension d'un avenant à l'accord collectif départemental sur le régime d'assurance complémentaire frais de santé des salariés non cadres des exploitations agricoles et entreprises de travaux agricoles et ruraux de la Creuse Lire
Avis relatif à l'extension d'un avenant à la convention collective nationale concernant les coopératives agricoles de céréales, de meunerie, d'approvisionnement, d'alimentation du bétail et d'oléagineux Lire
Décret du 24 février 2021 portant nomination au conseil d'administration de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs Lire
Arrêté du 23 février 2021 portant nomination (administration centrale) Lire
Décret n° 2021-207 du 24 février 2021 adaptant la réglementation applicable au transport de personnes par câbles à l'entrée en vigueur du règlement (UE) 2016/424 du Parlement européen et du Conseil du 9 mars 2016 relatif aux installations à câbles et abrogeant la directive 2000/9/CE Lire
Ordonnance n° 2021-206 du 24 février 2021 relative aux installations à câbles prise en application de l'article 128 de la loi n° 2019-1428 du 24 décembre 2019 d'orientation des mobilités Lire
Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2021-206 du 24 février 2021 relative aux installations à câbles prise en application de l'article 128 de la loi n° 2019-1428 du 24 décembre 2019 d'orientation des mobilités Lire
À lire également
La Confédération paysanne demande au gouvernement un moratoire sur la méthanisation
La Confédération paysanne demande au gouvernement un moratoire sur la méthanisation
Le syndicat de paysans demande au gouvernement un moratoire sur la méthanisation. Dans un communiqué, il évoque les problèmes économiques et environnementaux croisés sur le terrain.
[Tribune] Il est urgent d'accompagner les gestionnaires de bâtiments dans la mise en place du décret tertiaire !
[Tribune] Il est urgent d'accompagner les gestionnaires de bâtiments dans la mise en place du décret tertiaire !
Le directeur pôle Smart Building de Delta Dore, Jean-Christophe Roehrig, revient sur l’application officielle du décret tertiaire visant à rendre obligatoire, dans certains bâtiments existants à usage tertiaire, la réalisation de travaux d’amélioration de la performance énergétique.
L’Ugap annonce deux nouvelles options d'électricité pour le prochain achat groupé
L’Ugap annonce deux nouvelles options d'électricité pour le prochain achat groupé
L’Union des groupements d’achats publics (Ugap) prépare de nouveaux achats groupés en présentant deux nouvelles offres : électricité verte + et haute valeur environnementale.
Le salon BePositive sera de retour le 29 juin à Lyon
Le salon BePositive sera de retour le 29 juin à Lyon
Du 29 juin au 1er juillet 2021, se tiendra au parc des expositions ''Eurexpo'' de Lyon, le salon BePositive, consacré aux enjeux et solutions de la transition énergétique des bâtiments et des territoires. 
Rénovation énergétique : Mirova et la Fondation Valorem lancent un appel à projets de 300.000 euros
Rénovation énergétique : Mirova et la Fondation Valorem lancent un appel à projets de 300.000 euros
Watt for change Fondation Valorem et Mirova lancent, du 18 février au 16 avril, un appel à projets national de 300.000 euros pour soutenir les acteurs locaux et lutter contre la précarité énergétique.
Arkolia Energies annonce la construction de 162 hangars agricoles photovoltaïques et un parc solaire
Arkolia Energies annonce la construction de 162 hangars agricoles photovoltaïques et un parc solaire
Arkolia Energies s’est associée à la Caisse d’Epargne CEPAC et à BPI France pour la construction de 162 hangars agricoles photovoltaïques et une centrale solaire au sol.
Effy annonce une légère croissance de son chiffre d'affaires en 2020
Effy annonce une légère croissance de son chiffre d'affaires en 2020
Pour l’année 2020, le spécialiste de la rénovation énergétique Effy a annoncé un chiffre d’affaires de 204 millions d’euros. En 2021, la société s’est donnée comme mission d’étendre encore le périmètre de ses offres.
Tous les articles ÉNERGIE
En partenariat avec
Événements
Bio360
24 Mars 2021
EuroRail Hub DIGITAL
24 Mars 2021
Rencontres Produrable - 100 % Digital
29 Mars 2021
+ d'événements
Emploi
- Daoust: Coordinateur projets opérationnels mi-temps (H/F)
- Condcuteur(trice) Travaux / Chargé(e) d'Affaire H/F
- Agent / Agente d'entretien des parcs et jardins
- Responsable d'exploitation F/H
+ d’offres
Vous cherchez un métier, un emploi, découvrez sur notre site emploi nos reportages sur des profils métiers.
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.