ÉNERGIE
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune ] Qui veut tuer l’isolation en France ?

[Tribune ] Qui veut tuer l’isolation en France ?
Benoit Dulac, président du groupe Les ECO-Isolateurs. Crédits : DR
Par Benoit Dulac, le 22 février 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le président du groupe Les ECO-Isolateurs, Benoit Dulac, revient sur la situation de la filière de l’isolation et son déploiement dans le cadre des rénovations énergétiques. « La jeune filière de l’isolation est en passe d’être condamnée par les pouvoirs publics », alerte-t-il.

La Loi énergie-climat vise l’éradication des passoires thermiques à l’horizon 2028, soit la rénovation énergétique globale des 4,8 millions de logements ayant une étiquette F ou G au Diagnostic de Performance Énergétique (DPE). Il faudrait pour cela isoler de façon performante plus de 500.000 logements par an. C’est 10 fois plus que cette année ! En réponse, les restrictions de MaPrimeRénov’, la disparition avancée au 30 juin 2021 des opérations « Coup de Pouce Isolation » et la suspension du dispositif d’Action Logement ne peuvent qu’interroger. L’absence chronique de contrôles massifs, malgré leur efficacité, aussi. L’administration et le gouvernement souhaitent-ils vraiment, au-delà d’une communication bien rodée, soutenir et intensifier la rénovation énergétique des bâtiments ? Difficile d’accélérer en serrant le frein à main continuellement…

La filière de l’isolation dans l’impasse

En dépit de l’impérieuse nécessité de limiter le réchauffement climatique, notre pays ne parvient pas à réduire significativement la consommation énergétique de ses bâtiments, qui représentent pourtant 44 % des consommations en France. Ainsi, seules 6 % des 20 millions de maisons individuelles françaises sont considérées comme thermiquement performantes (étiquette A ou B du DPE). Faute de revoir, de la cave aux combles en passant par les façades, l’isolation des 94 % de maisons restantes, la France n’atteindra pas ses objectifs. Cette situation est d’autant plus alarmante que la jeune filière de l’isolation est en passe d’être condamnée par les pouvoirs publics.

Les évolutions proposées récemment par la Direction Générale de l’Énergie et du Climat (DGEC), service en charge de la rénovation énergétique au Ministère de la Transition Énergétique, rognent massivement sur l’ensemble des aides à l’isolation pour les années 2022 à 2025. La DGEC propose même la fin anticipée au 30 juin 2021 du « Coup de Pouce Isolation » ! Ce dispositif a pourtant permis de lancer la massification des travaux d’isolation en France. Le stopper net, sans la moindre concertation avec les entreprises de l’isolation et les industriels de l’isolant, c’est prendre le risque de détruire entre 5 000 et 10 000 emplois, de précipiter vers la faillite des entreprises qui depuis plusieurs années recrutent dans les territoires, forment leurs collaborateurs à de nouveaux métiers - non délocalisables - et investissent massivement afin de proposer des offres d’isolation performantes et accessibles.

Les Français, friands d’isolation … quand elle est gratuite ou presque !

Les Français ont les plus grandes difficultés à appréhender les avantages de l’isolation : économie de chauffage, gain en confort, amélioration de la qualité de l’air et valorisation de la maison. Ce manque d’appétence pour l’isolation est l’une des explications au retard chronique en matière de rénovation énergétique du parc de logements, lancée il y a près de 15 ans.

Il existe pourtant une solution. Le succès des dispositifs d’isolation à 1€ l’a bien montré : lorsque le reste à charge est très faible, voire nul, les Français passent à l’action, tous, sans exception ! Cette aide, bien qu’imparfaite, a déclenché la première et unique massification des chantiers d’isolation en France. Selon les derniers chiffres de la DGEC, 1,5 million de logements ont bénéficié d’une isolation des combles ou des sols entre janvier 2019 et décembre 2020 grâce au « Coup de Pouce ». C’est considérable !

Autre exemple, le dispositif mis en place par Action Logement, organisme paritaire mieux connu sous le nom de « 1% logement ». Cette aide, qui permettait d’intervenir sur plusieurs postes de travaux avec un reste à charge très faible, a convaincu des dizaines de milliers de salariés du privé aux revenus modestes de se lancer dans l’isolation globale de leur maison.

Des conditions d’éligibilité qui changent sans cesse

La rénovation énergétique des bâtiments a connu en 2020 d’incessants changements réglementaires, réduisant fortement la capacité des entreprises de l’isolation à mener leur mission. Le Crédit d’impôt pour la transition énergétique a fusionné le 1er janvier 2020 avec l’aide Agilité de l’Anah, devenue MaPrimeRénov’ (MPR) ; mais avec des primes rabotées et des restes à charge d’au moins 10% du montant des travaux. En juillet, les surfaces éligibles ont été plafonnées à 100 m2.

Depuis, les réticences des ménages - notamment les plus modestes - à engager des travaux sont devenues fortes. Le rythme de mise en chantiers a été très faible avec environ 15 000 primes MPR payées en 2020 pour l’isolation.

Quant au dispositif d’Action Logement, il a été arrêté net en décembre dernier. Depuis, c’est l’expectative la plus totale. Des dizaines de milliers de travaux sont bloqués, leur sort est incertain et l’incompréhension des ménages concernés, qui se sentent bernés, est totale.

Dans de telles conditions, comment voulez-vous que les Français prennent goût à l’isolation ? Et comment cette jeune filière pourrait-elle se structurer durablement, déployer des offres de rénovation énergétique globale de qualité, créer des emplois qualifiés, investir dans des équipements pour être en mesure de concrétiser les ambitions de notre pays ?

Lutter contre la fraude : le prérequis indispensable

La nécessaire générosité des aides à la rénovation thermique a eu pour corollaire l’apparition d’acteurs peu scrupuleux, ne respectant ni les lois en vigueur - démarchage téléphonique, main-d’œuvre non déclarée - ni les règles de l’art dans la réalisation des travaux. Le phénomène s’est répété à chaque nouvelle subvention, quels que soient les types de travaux : pompes à chaleur en 2007, panneaux photovoltaïques en 2008, isolations diverses à 1€ depuis 2017. Leurs piètres prestations aboutissent à une faible réduction des émissions de GES des maisons rénovées et dévalorisent toute la filière aux yeux du grand public.

Face à ces agissements, la réponse est toujours la même : on ferme le robinet des subventions précipitamment, tuant pour quelques années le marché. Cette réaction du gouvernement, liée à la volonté de réduire l’impact des "réno-délinquants", est compréhensible. Elle pénalise gravement les ménages précaires et réduisent drastiquement le nombre de chantiers engagés. Elle compromet également la pérennité des acteurs intègres qui ne peuvent adapter leurs équipes, leur appareil productif et leur outil informatique à ces incessantes évolutions non programmées. Un résultat à l’opposé de la massification recherchée ! Avec ce schéma de « Go and Stop » permanent, la rénovation énergétique des logements ne pourra jamais atteindre ses objectifs.

Davantage de contrôles pour éviter les abus et rassurer les Français

Il est pourtant possible d’anticiper les agissements frauduleux, et de les déjouer. Les contrôles de la qualité des travaux ont systématiquement apporté la preuve de leur efficacité sur les marchés de l’isolation. Suite à leur mise en œuvre, malheureusement souvent tardive, le volume des chantiers a baissé, les entreprises délictueuses ont fui le marché, et la qualité des travaux réalisés et contrôlés est devenue excellente. Par exemple, pour l’isolation des réseaux d’eau chaude, le contrôle systématique par un organisme certifié est devenu obligatoire en 2016. Depuis, les subventions aboutissent effectivement à des économies d’énergie, sans laisser la possibilité aux entreprises malhonnêtes d’intervenir. Pourquoi ce dispositif n’a-t-il pas été généralisé à l’ensemble des travaux subventionnés ? Une politique efficace consisterait à définir en amont un référentiel de contrôle par type de travaux, puis à instaurer une fréquence de contrôle très élevée, dès le lancement de toute nouvelle subvention, allant de 30% de contrôles aléatoires pour les chantiers les moins onéreux - combles, sols - à 100% des chantiers contrôlés dès lors qu’ils bénéficient de plus de 10 000€ d’aides.

Un cadre pérenne et favorable, enjeu essentiel pour assurer la rénovation de 500 000 logements par an

Pour que la France honore ses engagements en matière de lutte contre le réchauffement climatique, l’État doit définir un schéma de subventions pour l’isolation des bâtiments contrôlé, incitatif, et pérenne, sans lequel les Français ne passeront pas à l’acte. Il est urgent de réagir, car la jeune filière de l’isolation, composée de quelques rares ETI nationales et de PME régionales, est au bord du gouffre, suite à une année 2020 plombée par la COVID mais surtout par les changements réglementaires incessants. Si ces entreprises disparaissent, qui réalisera les isolations de demain ? L’enjeu est considérable en matière d’emplois, en termes de précarité énergétique et surtout d’un point de vue environnemental. Que dirons-nous à nos petits-enfants si nous échouons ?
Rejoignez-nous sur LinkedIn, Facebook et Twitter
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Comment l'aéroport de Paris-Orly gère la biodiversité ?
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Juillet 2022
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Actu réglementaire
Arrêté du 15 juillet 2022 portant homologation de la décision n° 2022-DC-0729 de l'Autorité de sûreté nucléaire du 15 juillet 2022 fixant, de manière temporaire, de nouvelles limites de rejets thermiques applicables aux réacteurs de la centrale nucléaire du Bugey (INB n° 78 et n° 89) Lire
Arrêté du 15 juillet 2022 portant délégation de signature (cabinet du ministre délégué auprès du ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, chargé de la ville et du logement) Lire
Arrêté du 13 juillet 2022 portant modification de l'arrêté du 5 juillet 2022 portant retrait du marché et rappel de bouteilles de plongée Lire
Arrêté du 13 juillet 2022 portant délégation de signature (cabinet de la secrétaire d'État auprès du ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, chargée de l'écologie) Lire
Décision du 13 juillet 2022 portant délégation de signature (direction générale de l'alimentation) Lire
Décret n° 2022-996 du 8 juillet 2022 modifiant les statuts de l'établissement public d'aménagement de Paris-Saclay Lire
Décret n° 2022-993 du 7 juillet 2022 déclarant d'utilité publique le centre de stockage en couche géologique profonde de déchets radioactifs de haute activité et de moyenne activité à vie longue Cigéo et portant mise en compatibilité du schéma de cohérence territoriale du Pays Barrois (Meuse), du plan local d'urbanisme intercommunal de la Haute-Saulx (Meuse) et du plan local d'urbanisme de Gondrecourt-le-Château (Meuse) Lire
Décret n° 2022-992 du 7 juillet 2022 inscrivant le centre de stockage en couche géologique profonde de déchets radioactifs de haute activité et de moyenne activité à vie longue (Cigéo) parmi les opérations d'intérêt national mentionnées à l'article R. 102-3 du code de l'urbanisme Lire
Décret n° 2022-978 du 2 juillet 2022 relatif aux contrôles de l'alcoolémie et de l'usage de stupéfiants dans le domaine de l'aviation civile Lire
Décret n° 2022-977 du 1er juillet 2022 relatif aux missions du BRGM Lire
Décret n° 2022-976 du 1er juillet 2022 modifiant le décret n° 97-444 du 5 mai 1997 relatif aux missions de SNCF Réseau et portant diverses dispositions d'adaptation du droit ferroviaire Lire
Décret n° 2022-975 du 1er juillet 2022 relatif à l'extension aux éléments de décoration textiles de la filière à responsabilité élargie du producteur des éléments d'ameublement et modifiant diverses dispositions relatives aux déchets Lire
Arrêté du 22 juin 2022 accordant un permis exclusif de recherches de gîtes géothermiques, dit « Permis des Sources » (Bas-Rhin), à la société Lithium de France SAS Lire
Décret n° 2022-945 du 28 juin 2022 fixant les modalités d'application de l'expérimentation relative à l'institution du médiateur de l'hydroélectricité et portant application de l'article L. 511-14 du code de l'énergie Lire
Arrêté du 23 juin 2022 portant création d'une zone interdite temporaire dans la région de Versailles (Yvelines), identifiée Versailles Sommet économique, dans la région d'information de vol de Paris Lire
Arrêté du 22 juin 2022 modifiant l'arrêté du 26 décembre 2016 fixant la liste des sites ou services de la direction générale de l'aviation civile en application de l'arrêté du 26 décembre 2016 Lire
Arrêté du 17 juin 2022 portant nomination au conseil d'administration de Voies navigables de France Lire
Arrêté du 17 juin 2022 autorisant l'ouverture de concours pour le recrutement de professeurs de l'enseignement supérieur agricole (grade de deuxième classe) au titre de l'année 2022 Lire
Arrêté du 9 juin 2022 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture d'un recrutement par voie de PACTE pour l'accès au corps des agents d'exploitation des travaux publics de l'Etat au ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires Lire
Arrêté du 9 juin 2022 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture et fixant le nombre de postes offerts pour le recrutement sans concours d'adjoints administratifs des administrations de l'Etat au ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires Lire
À lire également
L'adoption de l'hydrogène risque d'être « trop lente »
L'adoption de l'hydrogène risque d'être « trop lente »
D'après une étude prospective, la quantité d'hydrogène dans le mix énergétique mondiale ne représenterait que « 0,5 % en 2030 et 5 % en 2050 ». Un scénario qui ne permettrait pas d'atteindre les objectifs de décarbonation des industries lourdes.
Tribune | « Des enjeux de la filière en France à l’émergence de nouveaux acteurs »
Tribune | « Des enjeux de la filière en France à l’émergence de nouveaux acteurs »
De l’optimisation de l’efficience des installations à la sécurisation des investissements, Anne De La Bachelerie, Consultante Energie, Utilities & Telecom chez Magellan Consulting, revient sur les enjeux auxquels est confrontée la filière du biogaz.    
Le CTIF cède son activité de thermique domestique au CETIAT
Le CTIF cède son activité de thermique domestique au CETIAT
L’acquisition de l’activité thermique domestique du Centre Technique des Industries de la Fonderie (CTIF), renforce les activités du Centre Technique des Industries Aérauliques et Thermiques (CETIAT) dans le domaine de la combustion.
Bernard Chaud préside l’association Chimie du Végétal
Bernard Chaud préside l’association Chimie du Végétal
Bernard Chaud, directeur de la Stratégie industrielle de Global Bioenergies, succède à François Monnet à la présidence de l'association et se donne pour mission de poursuivre la dynamique collective autour de la filière chimie du végétal.
Sweetch Energy et EDF Hydro stimulent l’énergie osmotique
Sweetch Energy et EDF Hydro stimulent l’énergie osmotique
Une Rivière Un Territoire Financement, filiale du groupe EDF, attribue un financement de 2 millions d’euros à Sweetch Energy en vue de contribuer au déploiement à grande échelle de l’énergie osmotique en France et à l’international.
Parcs éoliens offshore : les industriels de « Rang 1 » s’engagent à travailler avec les entreprises régionales
Parcs éoliens offshore : les industriels de « Rang 1 » s’engagent à travailler avec les entreprises régionales
Les fournisseurs de rang 1 s’engagent à travailler avec les sous-traitants régionaux en vue de contribuer à la structuration d’une filière française des énergies marines.
CEA et GRDF coopèrent pour l'émergence de la gazéification hydrothermale
CEA et GRDF coopèrent pour l'émergence de la gazéification hydrothermale
Le potentiel de production de gaz vert à partir de la gazéification hydrothermale pourrait représenter jusqu’à 50 TWh en France à l'horizon 2050.
Tous les articles ÉNERGIE
En partenariat avec
Événements
PRODURABLE
13 Septembre 2022
Innopolis Expo 2022
20 Septembre 2022
Université de l'autoconsommation photovoltaïque
20 Septembre 2022
+ d'événements
Emploi
- Chargé d'exploitation H/F
- Alternance - Agent Exploitation Production H/F
- Homme / Femme de pied
- Acheteur Indirect F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.