Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines

ÉNERGIE
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Pour un état d’urgence énergétique

[Tribune] Pour un état d’urgence énergétique
Benjamin Fremaux, président d'IDEX. Crédit : IDEX
Par Benjamin Fremaux, président d'IDEX, le 13 janvier 2022.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Alors que la France traverse un des hivers les plus froids depuis 2007, les prix des énergies flambent. Les entreprises comme les particuliers sont pris dans un étau infernal, obligés de consommer un bien essentiel à leur compétitivité ou leur santé, qui vient rogner leurs marges ou leur pouvoir d’achat. Pour Benjamin Fremaux, président d’IDEX, « l’Etat doit prendre en compte la situation extrêmement fragile des fournisseurs d’énergie alternatifs ».
 
La molécule de gaz sur le marché de gros a vu son prix multiplié par 4 en seulement 12 mois.  Le prix de l’électricité pour livraison sur le 1er trimestre 2022 a franchi un record à 350€ / MWh. Du jamais vu ! Par comparaison, le prix de vente de l’électricité nucléaire historique est de 42 €/MWh. Côté carburant, l’essence a franchi les 1.60 euros à la pompe.

Les raisons sont connues :  pour le gaz, le rebond économique post covid, des stocks au plus bas à la suite d’un 1er semestre 2021 particulièrement froid, des tensions géopolitiques avec la Russie, fournisseur incontournable de l’Union Européenne ; pour l’électricité, un market design qui fait que les prix à la consommation sont fixés par la centrale de production marginale (celle qui a les prix de production les plus élevés) qui est une centrale à combustible fossile en Europe.
 
Des actions insuffisantes

Les premières réponses apportées par le gouvernement sont nécessaires et courageuses, mais encore très insuffisantes à l’aune de l’ampleur de la crise.

Pour faire face à l’envolée du prix du gaz, l’Etat a décidé de geler les tarifs réglementés de ventes pour les seuls particuliers clients de l’énergéticien ENGIE ou des Entreprises Locales de Distribution qui seront, par ailleurs, intégralement compensés l’année suivante. Tous les autres clients, particuliers ou entreprises, feront face à des augmentations significatives en fonction de la structure des contrats.

Pour contrer l’augmentation prévue des prix de l’électricité, l’Etat a décidé de prendre à sa charge une baisse de taxe pesant sur l’électricité (la TICFE pèse pour environ 10% de la facture) afin de limiter la hausse des tarifs réglementés de vente à 4%. Mais cette mesure ne suffira sans doute pas plus de quelques semaines au vu de l’envolée récente des prix.
Pour un foyer français moyen, si rien n’est fait, la facture annuelle énergétique va augmenter de 500€ par an. Le chèque énergie de 100€ dont le versement était prévu en décembre pour les 4,8 millions de ménages les plus modestes ne suffira pas.

Cette situation est insupportable pour le peuple français. Plusieurs personnalités politiques ont proposé que le prix de l’électricité soit indexé sur le coût moyen de production en France en mettant en avant la compétitivité du nucléaire. Ils oublient de dire que la « rente » liée à la différence entre prix du nucléaire et prix de marché de l’électricité est captée par EDF, qui verra ses résultats annuels très fortement augmenter alors que le taux de disponibilité des centrales nucléaires n’a paradoxalement jamais été aussi faible.

Côté gaz, l’Etat est face à une situation encore plus compliquée. Ayant sous-investi dans la chaleur renouvelable (biomasse, biogaz, géothermie, récupération d’énergie fatale), la France se retrouve très dépendante d’une matière première qu’elle ne produit pas et dont le prix est fixé au niveau mondial en fonction de l’offre et de la demande notamment asiatique.

Les fournisseurs d’énergie alternatifs face à une situation critique

Il est impératif que l’Etat investisse massivement pour restaurer notre souveraineté énergétique en soutenant des projets d’infrastructures locales et décarbonées produisant de l’énergie à des prix compétitifs, non volatils et ce à un horizon de temps bien plus court que la dizaine d’années nécessaire pour construire de nouveaux réacteurs nucléaires. Le verdissement des réseaux de chaleur, comme celui du quartier de la Défense qui s’appuie sur des agropellets fabriqués en France à partir de résidus agricoles, ou l’autoconsommation d’électricité photovoltaïque par nos industriels ou établissements de santé français, sont des approches à favoriser.

Par ailleurs, l’Etat doit prendre en compte la situation extrêmement fragile des fournisseurs d’énergie alternatifs à EDF et ENGIE. Alors qu’un fournisseur a d’ores et déjà été mis en liquidation, ces derniers font face à une situation critique qui pourrait voir en disparaître d’autres. Souhaite-t-on revenir à une situation antérieure de monopole ? 

Il est surtout urgent que l’Etat renforce ses filets de protection pour les consommateurs les plus fragiles, car beaucoup ne bénéficieront pas du gel des tarifs par exemple. C’est le cas des grands bailleurs sociaux qui ont des contrats à prix de marché ou plus largement celui des citoyens en chauffage collectif qui ne sont pas systématiquement éligibles au chèque énergie. A court terme, l’Etat doit renforcer les mesures en faveur de l’efficacité énergétique et convertir des obligations réglementaires comme l’individualisation des frais de chauffage dans les logements collectifs en véritable levier de sensibilisation des usagers à la sobriété énergétique. Le mécanisme des certificats d’économies d’énergie, financés par les fournisseurs d’énergie (Total, EDF notamment dont les profits vont exploser) doit être renforcé. Ces certificats ont perdu un tiers de leur valeur avec le changement de règles du jeu qui limitent par ailleurs très fortement le nombre de projets éligibles. 
 
Les pouvoirs publics ont une responsabilité majeure pour apporter une réponse à cette crise à très court terme, mais surtout pour préparer les Français à de futurs chocs énergétiques. L’Etat doit inciter les particuliers comme les entreprises à consommer moins et mieux, pour rendre le pays moins dépendant des énergies fossiles importées et moins sensibles aux chocs de prix liés à la volatilité des prix de l’électricité et du gaz.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Comment l'aéroport de Paris-Orly gère la biodiversité ?
Dernier numéro
Janvier 2022
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Actu réglementaire
Décret du 21 janvier 2022 accordant la prolongation de la concession de mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux, dite « Concession de Tamaris » (Gironde), aux sociétés IPC Petroleum Gascogne SNC et Vermilion REP SAS, conjointes et solidaires Lire
Décret n° 2022-45 du 21 janvier 2022 modifiant le décret n° 90-75 du 17 janvier 1990 relatif à la prime d'enseignement supérieur attribuée à certains personnels enseignants ou exerçant des fonctions d'enseignement dans l'enseignement supérieur relevant du ministre chargé de l'agriculture Lire
Ordonnance n° 2022-43 du 20 janvier 2022 relative à l'organisation du réseau des chambres d'agriculture à l'échelle régionale Lire
Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2022-43 du 20 janvier 2022 relative à l'organisation du réseau des chambres d'agriculture à l'échelle régionale Lire
Décret du 17 janvier 2022 portant classement, parmi les sites du département des Alpes-de-Haute-Provence, du site de l'éperon de Lurs (commune de Lurs) Lire
Arrêté du 14 janvier 2022 modifiant l'arrêté du 26 décembre 2016 fixant les modalités d'application du complément de la part liée aux fonctions en application de l'article 7 du décret n° 2016-1869 du 26 décembre 2016 fixant le régime indemnitaire applicable aux corps techniques de la direction générale de l'aviation civile Lire
Décret n° 2022-33 du 14 janvier 2022 modifiant le décret n° 2016-1869 du 26 décembre 2016 fixant le régime indemnitaire applicable aux corps techniques de la direction générale de l'aviation civile Lire
Arrêté du 13 janvier 2022 modifiant l'arrêté du 10 décembre 2021 fixant un contingent exprimé en puissance et en jauge pour la réservation de capacités aux fins de délivrance de permis de mise en exploitation de navires de pêche au mois de décembre 2021 Lire
Arrêté du 10 janvier 2022 relatif à l'appel aux services d'élèves des écoles vétérinaires françaises remplissant les conditions prévues à l'article L. 241-6 pour lutter contre l'influenza aviaire hautement pathogène Lire
Décision du 6 janvier 2022 portant délégation de signature (direction générale des infrastructures, des transports et de la mer) Lire
Décision du 6 janvier 2022 portant délégation de signature Lire
Décret n° 2022-8 du 5 janvier 2022 relatif au résultat minimal de performance environnementale concernant l'installation d'un équipement de chauffage ou de production d'eau chaude sanitaire dans un bâtiment Lire
Décret n° 2022-2 du 4 janvier 2022 relatif aux situations permettant de déroger à l'interdiction d'acquisition par l'Etat de produits en plastique à usage unique Lire
Décret n° 2022-1 du 3 janvier 2022 fixant, en application du cinquième alinéa de l'article L. 130-9 du code de la route, la procédure d'expérimentation de la constatation des niveaux d'émissions sonores des véhicules en mouvement par des appareils de contrôle automatique fixes et mobiles et modifiant le code de la route Lire
Décret n° 2021-1942 du 31 décembre 2021 modifiant le décret n° 2013-611 du 10 juillet 2013 relatif à la réglementation applicable aux îles artificielles, aux installations, aux ouvrages et à leurs installations connexes sur le plateau continental et dans la zone économique exclusive et la zone de protection écologique ainsi qu'au tracé des câbles et pipelines sous-marins Lire
Décret n° 2021-1941 du 31 décembre 2021 relatif à la responsabilité élargie des producteurs pour les produits et les matériaux de construction du secteur du bâtiment Lire
Décret n° 2021-1906 du 30 décembre 2021 modifiant le décret n° 2020-1651 du 22 décembre 2020 relatif au label national « anti-gaspillage alimentaire » en application de l'article L. 541-15-6-1-1 du code de l'environnement Lire
Décret n° 2021-1905 du 30 décembre 2021 pris en application de l'ordonnance n° 2021-1325 du 13 octobre 2021 réformant l'évaluation des biotechnologies et simplifiant la procédure applicable aux utilisations confinées d'organismes génétiquement modifiés présentant un risque nul ou négligeable Lire
Décret n° 2021-1904 du 30 décembre 2021 portant diverses dispositions d'adaptation relatives à la responsabilité élargie des producteurs Lire
Décret n° 2021-1903 du 30 décembre 2021 pris pour l'application de l'ordonnance n° 2021-235 du 3 mars 2021 relative à la durabilité des bioénergies Lire
À lire également
Un plafond d’émissions de GES pour l’installation d’équipements thermiques neufs dans les bâtiments
Un plafond d’émissions de GES pour l’installation d’équipements thermiques neufs dans les bâtiments
Exit la chaudière fonctionnant au fioul traditionnel ! Un décret, paru ce jeudi 06 janvier, règlemente désormais l’installation d’équipements thermiques neufs dans les bâtiments neufs et existants (résidentiel et tertiaire). A partir du 1er juillet 2022, les équipements neufs installés pour le chauffage ou la production d’eau chaude sanitaire devront respecter un plafond d’émissions de gaz à effet de serre de 300 gCO2eq/KWh PCI. Une aubaine pour les filières du biofioul.
La construction du parc éolien de Longueil démarrera en 2022
La construction du parc éolien de Longueil démarrera en 2022
Valorem, opérateur français et indépendant en énergies vertes, et la Société Générale ont annoncé un financement de plus de 30 millions d’euros pour le projet éolien de Longueil et Saint-Denis-d'Aclon (Seine Maritime). Ce parc représentant une puissance totale de 12 MW, devrait injecter ses premiers MWh sur le réseau électrique en 2023.
Le port de Marseille investit dans l’hydrogène bas-carbone
Le port de Marseille investit dans l’hydrogène bas-carbone
H2V et le port de Marseille Fos annoncent l’implantation d’une installation industrielle de production d’hydrogène bas-carbone. Ce site de 600 MW, dédié à la décarbonation des activités portuaires, sera développé en six tranches de 2026 à 2031.
Bordeaux exploite la géothermie pour verdir son réseau de chaleur
Bordeaux exploite la géothermie pour verdir son réseau de chaleur
La métropole de Bordeaux confie à Engie Solutions la construction d’une géothermie doublée d’une chaufferie biomasse. Ce projet vise à étendre de 9 km le réseau de chaleur existant et le verdir à l'horizon 2024 grâce à une combinaison inédite sur le territoire.
Waga Energy déploie ses unités WAGABOX à l'international
Waga Energy déploie ses unités WAGABOX à l'international
Waga Energy, spécialiste de la production de biométhane, obtient une subvention européenne de 2,4 millions d’euros dans le cadre du dispositif Innovation Fund – Small Scale. La somme sera utilisée pour cofinancer la première unité « WAGABOX » en cours de construction en Espagne.
Huit recommandations pour déployer une chaleur renouvelable et de récupération
Huit recommandations pour déployer une chaleur renouvelable et de récupération
Chauffage des bâtiments, eau chaude sanitaire, procédés industriels... la chaleur répond à plusieurs besoins et pourtant la majorité de sa production est issue des énergies fossiles. Amorce, la Fedene, le SER, Via Séva, le CIBE, l’AFPG, l’ATEE et Enerplan présentent une série de propositions pour replacer la chaleur renouvelable et de récupération au cœur de la stratégie énergétique nationale.
Fos-Sur-Mer : ArcelorMittal équipe son site de panneaux solaires
Fos-Sur-Mer : ArcelorMittal équipe son site de panneaux solaires
ArcelorMittal, acteur de l’industrie de l’acier et des mines, a fait appel au spécialiste de l’autoconsommation solaire Reservoir Sun pour installer, exploiter et maintenir le parc solaire qui couvrira deux bâtiments du site de Fos-Sur-Mer.
Tous les articles ÉNERGIE
En partenariat avec
Événements
RailTech Europe 2022
8 Mars 2022
Talents For The Planet
11 Mars 2022
AUTONOMY PARIS
16 Mars 2022
+ d'événements
Emploi
- Chef de projet développement photovoltaïque H/F
- Alternance - Technicien Supérieur de Maintenance des Systèmes de Production H/F
- Agent(e) aménagement des circuits pédestres, équestres, VTT
- Conducteur de Travaux F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.