Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines

ÉNERGIE
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Tribune | « Hydrogène, avons-nous le temps ? »

Tribune | « Hydrogène, avons-nous le temps ? »
Yohann Perrot, directeur innovation du groupe Bontaz. Crédit : Bontaz
Par Yohann Perrot, directeur innovation du groupe Bontaz, le 16 mai 2022.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
L’hydrogène sera-t-il notre salut dans la course à la neutralité carbone ? C’est ce qu’on pourrait croire compte tenu de l’enthousiasme collectif. Et cet élan à la fois issu de la volonté politique et admis par les industriels est une bonne nouvelle. Toutefois, « il faut réfléchir à rendre l’hydrogène le plus accessible possible en unissant nos forces entre industriels pour réduire les coûts initiaux », déclare Yohann Perrot, directeur innovation du groupe Bontaz.

Plus que l’objectif de moyens, c’est l’objectif de résultats qui doit être visé. Et le cap que nous nous sommes collectivement fixé est clair à horizon 2035. Implique-t-il nécessairement des ruptures comme elles sont souvent souhaitées avec les moteurs à combustion internes ? Peut-être pas. Il faut plutôt raisonner en termes d’évolutions technologiques au profit du volet RSE et être vigilant surtout à l’échelle géologique que nous défions chaque fois un peu plus, à cause de la vitesse et de l’impact de nos innovations. C’est le fameux effet papillon. Il faut être fin dans nos approches. Plus que la stratégie massive des à-coups, pourquoi ne pas faire l’éloge du bon sens dans la transition énergétique ?

L’hydrogène est un vecteur de survie dans une économie qui a été façonnée par les énergies fossiles, dont on sait qu’elles se tariront un jour. L’hydrogène est aussi un vecteur d’espoir dans un cadre réglementaire qui nous oblige aujourd’hui à repenser la mobilité. L’hydrogène dans les deux cas est une opportunité mais ce n’est qu’un levier parmi d’autres à considérer dans l’éventail énergétique pour atteindre nos objectifs de décarbonation et de souveraineté. Elle n’est pas une solution miracle mais une solution à plébisciter dans des cas singuliers qui l’imposent.

Surtout, il est impératif que chacune des technologies choisies pour accompagner la transition énergétique soit éprouvée et challengée c’est-à-dire poussée jusqu’au bout de sa possibilité afin d’en éprouver la limite, de manière à savoir où l’optimisation se situe. Ce procédé pourra alors être le point de départ d’une mobilité décarbonée. Et ce, qu’il s’agisse de batteries ou de piles à combustible, de mobilité douce ou lourde, ou encore pour des applications off highway (maritimes, ferroviaires…).

Question des coûts et de l’accessibilité

Aujourd’hui la technologie est presque sans limite et démontrer qu’elle est exploitable dans un environnement ou une application extrême n’est plus aussi complexe. Ce sont des critères de faisabilité, reproductibilité et durabilité qui doivent être interrogés en plus de la question des coûts et de l’accessibilité. Pousser le moteur d’une 2 CV à la puissance d’une Ferrari est bien évidemment possible mais cela a-t-il du sens ?

Prenons l’exemple de la pile à combustible : le mode d’utilisation le plus adéquat est le prolongateur d’autonomie parce que c’est un point de fonctionnement stabilisé optimum pour la pile qui permet de garantir à la fois un bon rendement et une durée de vie satisfaisante. C’est ce qui justifie que les bus, camions et trains soient de bons candidats à l’hydrogène. A contrario, la voiture individuelle, comme elle subit des changements de régime de couple fréquents, met la technologie sous contrainte. Il n’est pas impossible de l’appliquer au véhicule individuel, cela a été fait (Toyota, Hyundai, Honda, Mercedes, etc.) mais à quel prix ?

Il est des situations aussi dans lesquelles il sera inconséquent de forcer l’utilisation de la batterie électrique parce que les moyens de recharge ou l’infrastructure ne seront pas adéquats, il faudra donc opter pour la flexibilité de l’hydrogène. Le contexte et l’environnement d’application doivent être la norme pour décider de l’usage de l’hydrogène ou de la batterie électrique. Et ne perdons pas de vue que l’un ne vaut pas l’autre, simplement parce qu’ils ne sont pas comparables. L’hydrogène n’est pas un mode ni même une source d’énergie, contrairement à la batterie, mais un vecteur d’énergie. Aujourd’hui, il n’existe pas de méthodologie de calcul holistique qui permette d’attester d’un bilan global, de la production des matières premières jusqu’à la fin de vie du véhicule, et de quantifier l’impact des émissions de CO₂ en fonction du mode d’énergie choisi.

La logique du meilleur rendement, selon le principe from well to wheel, induit une baisse des transformations énergétiques intermédiaires. Mais elle n’est pas défendable à tout crin.

On ne peut pas équiper tous les véhicules avec des batteries à gogo au risque d’engréver l’application elle-même. En prenant l’exemple d’un camion, l’objectif est de ne pas modifier l’usage du véhicule en sacrifiant la charge utile au profit de lourdes batteries présentes dans le tracteur. Hydrogène ou batterie, l’utilisation doit toujours être au cœur des réflexions, sans céder à la surenchère technologique ou à la mise en compétition absurde d’énergies.

Rendre l’hydrogène abordable

Aujourd’hui il faut réfléchir à rendre l’hydrogène le plus accessible possible en unissant nos forces entre industriels pour réduire les coûts initiaux, le rendre abordable tant dans sa production que dans son usage. Et donc, il y a des grands groupes qui se sont saisi du sujet en se posant les bonnes questions pour investir durablement : comment transférer une technologie éprouvée dans l’aérospatiale et l’étendre à un usage quotidien sur la route ? Et finalement l’ensemble des industriels s’est mis autour de la table pour résoudre l’équation à deux inconnues : comment utiliser l’hydrogène s’il n’est pas produit ? Pourquoi en produire tant qu’on ne l’utilise pas ? Et plus on avance dans le temps, plus on arrive à faire converger tous les acteurs vers un point de rencontre.

Le déploiement de l’hydrogène doit être guidé par le cap environnemental et renforcé par des actions collectives et inspirées à la fois sur la production et l’usage. Nous, équipementier automobile, avons à cœur de développer des solutions technologiques standardisées qui soutiennent cette impulsion RSE. Et c’est en convoquant des principes de bon sens que nous réfléchissons en particulier à l’allègement des produits. À cela, nous conjuguons le mode suggestif plutôt que directif pour accompagner nos interlocuteurs dans ces changements.

Avons-nous donc le temps ? Ce que nous expérimentons tient en réalité non pas du virage à 180° mais de l’évolution technologique cohérente. Et cette fois-ci, nous nous préoccupons enfin, et il était temps !, de la planète. Veillons à ne pas amplifier le dérèglement de la machine, par des actions conduites dans l’urgence (pour apaiser la désagréable sensation que nous avons déjà overshooté la trajectoire) sans réflexion globale qu’il faut prendre le temps de bien poser afin de choisir le cap optimum. Car se précipiter sur les leviers tels que la batterie et l’hydrogène sans avoir travaillé sur les causes racines de la dépense énergétique ne pourrait représenter qu’une avancée réduite dans l’exploitation responsable de ces technologies. Le seul changement, dès à présent, doit être celui de l’usage et de la masse à mettre en mouvement à chaque déplacement.
Rejoignez-nous sur LinkedIn, Facebook et Twitter
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Sartrouville abrite la plus grande ferme bioponique de France
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Juillet 2022
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Actu réglementaire
Arrêté du 9 juin 2022 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture d'un recrutement par voie de PACTE pour l'accès au corps des agents d'exploitation des travaux publics de l'Etat au ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires Lire
Arrêté du 9 juin 2022 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture et fixant le nombre de postes offerts pour le recrutement sans concours d'adjoints administratifs des administrations de l'Etat au ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires Lire
Arrêté du 2 juin 2022 fixant le coefficient de proportionnalité pour la contribution tarifaire sur les prestations de transport et de distribution de gaz naturel Lire
Arrêté du 3 juin 2022 autorisant au titre de l'année 2023 l'ouverture de l'examen professionnel d'accès au grade de chargé d'études documentaires principal du corps interministériel des chargés d'études documentaires Lire
Arrêté du 31 mai 2022 portant nomination au cabinet du ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire Lire
Arrêté du 23 mai 2022 suspendant pour l'année 2022 l'application de l'arrêté du 26 mars 2004 relatif au report de la date de broyage et de fauchage de la jachère de tous terrains à usage agricole Lire
Décret n° 2022-809 du 14 mai 2022 relatif à l'aide à l'acquisition ou à la location de taxis peu polluants accessibles en fauteuil roulant Lire
Arrêté du 12 mai 2022 portant création de comités sociaux d'administration et de formations spécialisées à la direction générale de l'aviation civile et à l'Ecole nationale de l'aviation civile Lire
Arrêté du 11 avril 2022 portant approbation du plan de gestion des risques d'inondation du bassin Artois-Picardie Lire
Arrêté du 11 mai 2022 portant création d'une commission administrative paritaire compétente à l'égard des agents exerçant des fonctions d'encadrement supérieur et de direction au ministère chargé de la transition écologique, au ministère chargé de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales et au ministère chargé de la mer Lire
Arrêté du 10 mai 2022 portant agrément du laboratoire de l'usine de Parentis-en-Born de la Société CHEMVIRON pour effectuer le classement du charbon actif (N° ONU 1362) en vue de leur transport maritime en colis Lire
Décret n° 2022-795 du 9 mai 2022 relatif à la prise en charge bonifiée par le tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité des coûts de raccordement associés à l'ajout de certains équipements électriques d'utilisateurs raccordés en basse tension Lire
Décret n° 2022-794 du 5 mai 2022 mettant fin à l'inscription de sites inscrits au titre de l'article L. 341-1 du code de l'environnement, en raison de leur état de dégradation irréversible ou de leur couverture par une autre mesure de protection de niveau au moins équivalent, en application de l'article L. 341-1-2 du même code Lire
Arrêté du 5 mai 2022 portant nomination d'un directeur régional adjoint de l'environnement, de l'aménagement et du logement (région Nouvelle-Aquitaine) Lire
Arrêté du 3 mai 2022 modifiant l'arrêté du 24 octobre 2012 relatif à l'exploitation de services de transport aérien par la société Air France Lire
Décret n° 2022-780 du 4 mai 2022 relatif à l'audit énergétique mentionné à l'article L. 126-28-1 du code de la construction et de l'habitation Lire
Arrêté du 30 avril 2022 accordant la prolongation du permis exclusif de recherches de mines d'hydrocarbures conventionnels liquides ou gazeux, dit « permis de Leudon-en-Brie » (Marne et Seine-et-Marne), à la société Vermilion Moraine SAS Lire
Arrêté du 29 avril 2022 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture d'un recrutement sans concours d'adjoints techniques des administrations de l'Etat au ministère de la transition écologique Lire
Décret n° 2022-750 du 29 avril 2022 établissant la liste des communes dont l'action en matière d'urbanisme et la politique d'aménagement doivent être adaptées aux phénomènes hydrosédimentaires entraînant l'érosion du littoral Lire
Décret n° 2022-749 du 29 avril 2022 modifiant le décret n° 2021-153 du 12 février 2021 instaurant une aide en faveur des investissements relatifs aux installations de recharge rapide pour véhicules électriques sur les grands axes routiers Lire
À lire également
Enerplan ravive la filière de la chaleur solaire
Enerplan ravive la filière de la chaleur solaire
A l’heure où la flambée des factures d’énergie ravive l’intérêt des consommateurs pour des solutions alternatives, abordables et durables, le syndicat Enerplan met en valeur les avantages qu’offre la chaleur solaire lors de la 9e édition des États généraux de la chaleur solaire, organisée le 16 juin 2022 à l'espace Capdeville à Montpellier (Occitanie).
Mon Courtier Energie met un pied en Espagne
Mon Courtier Energie met un pied en Espagne
Le premier courtier en énergie avec un fonctionnement en réseau s’est exporté en Espagne à travers sa nouvelle filiale « Mi Energia ».
49 projets de pyrogazéification pour injection déposés en France 
49 projets de pyrogazéification pour injection déposés en France 
La capacité de production de gaz renouvelable des 49 projets recensés dans l’appel à manifestation d’Intérêt (AMI) sur la technologie de pyrogazéification pour injection, est évaluée à 4,1 TWh/an. Une capacité permettant de répondre au besoin en chauffage de 360.000 foyers.
Bordeaux inaugure la plus grande centrale solaire urbaine d’Europe
Bordeaux inaugure la plus grande centrale solaire urbaine d’Europe
Inauguré jeudi 12 mai, le site solaire de Labarde déployé sur 60 hectares produit 75.500 MWh, soit l’équivalent de la consommation électrique de 28 % de la population bordelaise (hors chauffage).
Elogen et HiFraser commercialisent des électrolyseurs en Australie  
Elogen et HiFraser commercialisent des électrolyseurs en Australie  
Elogen, spécialiste de l'électrolyse PEM, et HIFraser group, fournisseur de solutions techniques et d'ingénierie, officialisent un accord de collaboration pour la fourniture d'électrolyseurs en Australie et en Nouvelle-Zélande destinés à la production d'hydrogène vert.  
Le Port de Bordeaux décarbone ses activités via une unité de méthanisation
Le Port de Bordeaux décarbone ses activités via une unité de méthanisation
La future unité de méthanisation installée sur la presqu’île d’Ambès (Nouvelle-Aquitaine) produira 300 m3 de biométhane par heure qui seront injectés dans le réseau de distribution géré par Régaz-Bordeaux.
Produrable 2022 placé sous le signe de la rupture
Produrable 2022 placé sous le signe de la rupture
A l’occasion de la 15ème édition du rendez-vous des acteurs et des solutions en faveur de l'économie durable, Produrable et Bpifrance sélectionneront 20 startups via un appel à candidature sur le thème : « Osez les transformations durables ». 
Tous les articles ÉNERGIE
En partenariat avec
Événements
Carrefour des Gestions Locales de l'Eau
29 Juin 2022
Forum Zéro Carbone Bordeaux
30 Juin 2022
Rencontre Ecotech® finances
6 Juillet 2022
+ d'événements
Emploi
- Technicien de Maintenance lourde H/F
- Agent d'exploitation Assainissement H/F
- Animateur/Animatrice en Hygiène Sécurité Environnement -HSE-
- Responsable d'Unité Autonome de Production (h/f), Tarbes F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.