ÉNERGIE
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Tribune | « Des enjeux de la filière en France à l’émergence de nouveaux acteurs »

Tribune | « Des enjeux de la filière en France à l’émergence de nouveaux acteurs »
Anne De La Bachelerie, Consultante Energie, Utilities & Telecom chez Magellan Consulting. Crédit : DR
Par Anne De La Bachelerie, Consultante Energie, Utilities & Telecom chez Magellan Consulting, le 9 août 2022.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
De l’optimisation de l’efficience des installations à la sécurisation des investissements, Anne De La Bachelerie, Consultante Energie, Utilities & Telecom chez Magellan Consulting, revient sur les enjeux auxquels est confrontée la filière du biogaz.    

L’optimisation de l’efficience des installations de biométhane est un enjeu majeur de la filière. Cela passe notamment par la fourniture d’intrants (déchets, notamment agricoles) et la mutualisation de la production afin d’atteindre un seuil critique. Il s’agit de trouver le bon équilibre entre les contraintes en termes de sécurité des installations et des opérations (transport de gaz et transports d’intrants), diversité des intrants, investissement capitalistique et poids sur le réseau en termes du nombre de points d’injection. En France en 2018, la taille moyenne des installations françaises de traitement du biogaz était de 340 Nm3/h contre 937 Nm3/h en moyenne en Europe. Les tarifs d’achat de fin 2020 s’appliquent pour les installations de moins de 300 Nm3/h alors que les coûts de raccordement d’une installation ne devraient être pris en charge qu’à hauteur de 40% par le producteur. Que cela soit sur son existant ou sur les modèles d’aides à la filière, la France se positionne donc sur une production décentralisée avec des installations de taille réduite. 
  
Un autre enjeu majeur est la sécurisation des investissements. Le gaz a pu être considéré comme un point d’accroche dans les discussions européenne sur la taxonomie. D’abord, parce qu’en tant qu’« énergie fossile la moins polluante », il est considéré comme un outil crédible pour assurer la transition. De plus, le gaz naturel partage ses usages en aval de la chaîne de valeur avec le biométhane, une énergie renouvelable et bas carbone crédible avec 44,4 gCO2eq/kWhPCI. L’estimation citée est même parfois de 23,4 gCO2eq/kWh PCI. Ainsi, sur la partie transport, une partie des militants opposent l’impossibilité de distinguer d’où vient le gaz utilisé dans les stations GNL, ce qui ne permet pas de les placer dans une taxonomie ambitieuse. 

Avec la proposition actuelle considérant le gaz comme énergie de transition et l’inclusion jusqu’à 2030 (permis de construire) de critères atteignables pour l’industrie (270 g de CO2 par kWh sur le remplacement d’infrastructures polluantes), les investissements dans ces usages, notamment la partie transport sont en partie indirectement sécurisés. 
  
De nouveaux mécanismes de financement pour les projets de biogaz 
  
En réponse aux fortes inquiétudes de la filière à la suite des annonces de réévaluation des tarifs d’achats, la loi Climat et Résilience du 22 août 2021 prévoit l’introduction d’un nouveau de mécanisme de financement : les Certificats de Production de Biogaz (CPB). Les fournisseurs d’énergie qui commercialisent actuellement du gaz devront acquérir (achat ou production de biogaz en propre) et restituer en fonction de la quantité commercialisée ces certificats à l’Etat. 
  
Le taux de réfaction, qui doit passer à 60% (de 40%), est le financement par l’ensemble des consommateurs de gaz des coûts de raccordement d’une installation de biométhane au réseau. 
  
La filière est-elle rentable ? 
  
Bien que les tarifs d’achat du biométhane soient fixés en fonction de la taille et de la nature de la production de biométhane -type d’installation et nature des intrants-, les niveaux de rentabilité restent variables en fonction des installations. 
  
Une étude de la CRE (fin 2018) détermine une rentabilité moyenne avec les subventions effectivement perçues à 11% (effet moyen des subventions de 3,2 points). Le tarif d’achat actuel varie entre 69 et 134€/MWh, et est limité aux installations dont les volumes de productions sont inférieurs à 300Nm3/h. Depuis fin 2020, cette politique de tarifs d’achat vise à favoriser les appels d’offre pour les installations plus grandes, alors que les installations françaises sont historiquement de plus petites tailles que la moyenne européenne. 
  
L’objectif avec cette politique de tarifs de référence (moyenne autour de 100€/MWh en France) est donc d’encourager la réduction des coûts de production moyens sur le biométhane à 75€/MWh PCS en 2023 et à 60€/MWh en 2030, avec un mécanisme de soustraction éventuelle de 5€/MWh en fonction des subventions ADEME touchées. 
  
Comment revaloriser le CO2 de l’épuration du biogaz ? 
  
Il s’agit ici de la distinction entre biogaz et biométhane. Le biogaz est produit par une fermentation méthanogène et sort du méthaniseur. Sa forme épurée est le biométhane et est injectable dans le réseau de gaz naturel. Cette épuration consiste à séparer le CH4 et le CO2. Ce CO2, biogénique à cycle court (1), neutre pour le climat, est rejeté dans l’atmosphère. Le valoriser est donc un levier de gains économiques. C’est également un moyen de capter une partie résiduelle de CH4 jusqu’alors perdue, et donc d’améliorer un bilan carbone déjà bon. 
  
En 2020, environ 70% de la demande de CO2 est tirée par l’industrie agroalimentaire. Cette demande ne peut pas être traitée par le CO2 de l’épuration du biogaz. Il reste donc un marché cible pour la valorisation représentant 30% de la demande qui est destinée aux autres secteurs (glace carbonique non alimentaire, serres agricoles) ainsi les usages émergents parmi lesquels la production d’algues, des e-fuels et la méthanation. 
  
Dans une logique de valorisation énergétique, la méthanation est une technologie Power2gaz permettant de produire du CH4 à partir d’électricité, potentiellement renouvelable. Par électrolyse, on produit de l’hydrogène puis du méthane par hydrogénisation du CO ou CO2. Ici, ce CO2 serait lui-même issu de l’épuration de biogaz et donc d’un procédé de méthanisation. 
  
L’émergence de nouveaux acteurs 
  
Au niveau de la production, additionnellement à de nouveaux acteurs comme Waga Energy, start-up basée sur une technologie innovante, et les exploitations agricoles autonome et territorial (78% des installations), Engie et Dalkia ont des entités dédiées Engie Bioz et Dalkia Biogaz, respectivement 20 et 25 unités de production en exploitation. Dès 2015, Dalkia a enrichi son offre de solutions avec l’acquisition de 100% de Verdesis. 
  
Début 2021, Total annonce l’acquisition du français Fonroche Biogaz, un leader de la filière française alors détenteur de 10% du marché de la méthanisation agricole avec un portefeuille de 500 MWh. L’ambition affichée est de décarboner une partie du gaz naturel. Pour rappel, Total est N°2 du GNL mondial, avec pour ambition d’augmenter la part du gaz dans les ventes jusqu’à 50 % en 2030. En France, la vente de gaz naturel sera soumise par la loi Climat et Résilience à la restitution de CPB à l’état. 
  
L’intérêt croissant pour le biométhane par les grands acteurs pourrait donner un nouveau souffle à la filière avec des exigences de tailles et de rentabilité nouvelles. 
Rejoignez-nous sur LinkedIn, Facebook et Twitter
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Un atelier vélo éducatif et solidaire en Mayenne
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Juillet 2022
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Actu réglementaire
Décret n° 2022-1240 du 19 septembre 2022 relatif au comité social d'administration de l'Agence nationale de la cohésion des territoires Lire
Décision du 15 septembre 2022 portant délégation de signature (direction générale de l'aménagement, du logement et de la nature) Lire
Arrêté du 15 septembre 2022 fixant le nombre et la répartition géographique des postes offerts au titre de l'année 2022 aux concours externe et interne pour le recrutement d'agents d'exploitation principaux des travaux publics de l'Etat, branche « Voies navigables et ports maritimes » Lire
Décision du 12 septembre 2022 portant délégation de signature (secrétariat général) Lire
Décret n° 2022-1217 du 7 septembre 2022 modifiant le décret n° 48-1881 du 10 décembre 1948 déterminant les prix de base au mètre carré des locaux d'habitation ou à usage professionnel Lire
Arrêté du 31 août 2022 fixant les exigences et recommandations en matière de certification de conformité des graines pour oisellerie Lire
Arrêté du 30 août 2022 portant organisation et règlement intérieur de l'inspection générale de l'environnement et du développement durable Lire
Arrêté du 26 août 2022 autorisant à titre expérimental dans le département des Landes l'emploi de chevrotines pour le tir du sanglier, en battues collectives, et pour la période se terminant le 31 mai 2023 Lire
Arrêté du 26 août 2022 portant nomination au cabinet de la secrétaire d'État auprès du ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, chargée de l'écologie Lire
Arrêté du 26 août 2022 portant nomination au cabinet de la secrétaire d'État auprès du ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, chargée de la ruralité Lire
Arrêté du 26 août 2022 portant nomination au cabinet de la secrétaire d'État auprès du ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, chargée de l'écologie Lire
Arrêté du 24 août 2022 désignant l'opération de restructuration liée aux transferts des missions d'instruction et de contrôle des mesures non surfaciques de la politique agricole commune et des missions Natura 2000 exclusivement terrestres ouvrant droit aux dispositifs indemnitaires d'accompagnement des agents et aux dispositifs de ressources humaines Lire
Décret n° 2022-1168 du 22 août 2022 modifiant le décret n° 2022-423 du 25 mars 2022 relatif à l'aide exceptionnelle à l'acquisition de carburants Lire
Décret n° 2022-1168 du 22 août 2022 modifiant le décret n° 2022-423 du 25 mars 2022 relatif à l'aide exceptionnelle à l'acquisition de carburants Lire
Décret n° 2022-1167 du 22 août 2022 modifiant le décret n° 2022-765 du 2 mai 2022 fixant la liste des collectivités et groupements de collectivités territoriales participant à l'expérimentation d'un dispositif interdisant la distribution d'imprimés publicitaires non adressés en l'absence d'une mention expresse et visible sur la boîte aux lettres ou le réceptacle du courrier (« Oui Pub ») Lire
Décret n° 2022-1166 du 22 août 2022 portant création du régime indemnitaire des personnels enseignants-chercheurs des établissements d'enseignement supérieur agricole relevant du ministre chargé de l'agriculture Lire
Arrêté du 19 août 2022 portant création de l'option « conducteur de machines agricoles » du brevet professionnel et fixant les conditions de délivrance Lire
Décret du 17 août 2022 portant nomination du président du conseil d'administration de l'Agence de financement des infrastructures de transport de France - M. CASTEX (Jean) Lire
Arrêté du 4 août 2022 suspendant la chasse de la tourterelle des bois en France métropolitaine pour la saison 2022-2023 Lire
Arrêté du 15 juillet 2022 portant homologation de la décision n° 2022-DC-0729 de l'Autorité de sûreté nucléaire du 15 juillet 2022 fixant, de manière temporaire, de nouvelles limites de rejets thermiques applicables aux réacteurs de la centrale nucléaire du Bugey (INB n° 78 et n° 89) Lire
À lire également
Volterres étend son maillage territorial
Volterres étend son maillage territorial
Récemment implanté en Bretagne, le fournisseur indépendant Volterres est désormais présent dans huit régions pour faciliter la transition des entreprises et collectivités vers une électricité verte et locale.
Marine Miller : « Il y a une désillusion chez les étudiants des grandes écoles »
Marine Miller : « Il y a une désillusion chez les étudiants des grandes écoles »
Journaliste à la rubrique « Campus » du Monde, Marine Miller est l’auteure du livre La Révolte, enquête sur les jeunes élites face au défi écologique (Seuil), dans lequel elle documente l’engagement des étudiants en écoles d’ingénieurs et de commerce dans les mouvements écologistes.
À Llupia, l'agrivoltaïsme protège une culture fruitière des aléas climatiques
À Llupia, l'agrivoltaïsme protège une culture fruitière des aléas climatiques
Sun’Agri, spécialiste français de l’agrivoltaïsme dynamique, étudie avec la Chambre d’agriculture des Pyrénées-Orientales les effets d’un dispositif agrivoltaïque sur un verger de poiriers à Llupia (Pyrénées-Orientales). 
Amazon s'approvisionne en hydrogène vert liquide
Amazon s'approvisionne en hydrogène vert liquide
Plug Power, spécialiste d'électrolyse, de stockage et de transport, fournira 10 950 tonnes par an d'hydrogène vert liquide à Amazon à partir de 2025.
L'énergie solaire a produit 12 % de l'électricité au sein de l'UE en 2022
L'énergie solaire a produit 12 % de l'électricité au sein de l'UE en 2022
Le solaire photovoltaïque a particulièrement brillé en Europe. Selon le dernier rapport d'Ember, cette source d'énergie a contribué à la production de 12 % de l'électricité de l'Union européenne entre mai et août 2022, contre 9 % lors de la même période l’an passé.
L’automatisation des portes de magasins réduirait de 20 % la consommation d'énergie
L’automatisation des portes de magasins réduirait de 20 % la consommation d'énergie
Dans un contexte de tension énergétique, un plan de sobriété s'impose a déclaré fin août la Première ministre, Élisabeth Borne. Pour réaliser des économies d'énergie, le Groupement Actibaie, syndicat professionnel, appelle notamment à l’automatisation des portes de magasins.
Tribune | «  Sobriété énergétique : la France peut-elle y parvenir ? »
Tribune | « Sobriété énergétique : la France peut-elle y parvenir ? »
Le réchauffement climatique s’accélère. Il impose d’agir plus vite et plus fort, à tous les niveaux : individuel, étatique, industriel. Les enjeux sont énormes. Mais les objectifs liés à la sobriété énergétique de la France sont-ils atteignables ? s’interrogent Meryll Pasquet, Directrice Énergie et Alexandre Malric, Directeur Énergie, chez CGI Business Consulting.
Tous les articles ÉNERGIE
En partenariat avec
Événements
30 ans de l'UPDS
11 Octobre 2022
E-vitrines de l’innovation IDF Aménagement durable
18 Octobre 2022
5ème édition du Salon du Littoral et des Enjeux méditerranéens
18 Octobre 2022
+ d'événements
Emploi
- Chargé d'études CVC H/F
- Stage - Ingénieur Projet
- Chef d'équipe paysagiste
- Attaché de Maintenance Industrielle F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.