Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration.
ACCEPTER TOUS LES COOKIES
LES COOKIES NÉCESSAIRES SEULEMENT
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Énergie > Énergies marines renouvelables: l’UE face à un dilemme écologique
ÉNERGIE

Énergies marines renouvelables: l’UE face à un dilemme écologique

PUBLIÉ LE 19 SEPTEMBRE 2023
LA RÉDACTION
Archiver cet article
Énergies marines renouvelables: l’UE face à un dilemme écologique
@Pxhere
Le développement des énergies marines renouvelables en Europe donne des résultats ambivalents. Tel est le message envoyé par la Cour des comptes européenne dans un rapport publié le 18 septembre, qui stipule que beaucoup reste à faire pour inscrire les énergies marines renouvelables dans une démarche durable sur les plans socio-économique et environnemental.

Les énergies marines renouvelables (EMR) devraient contribuer grandement à la réalisation des objectifs écologiques de l’UE. En 2020, la Commission européenne a adopté une stratégie visant à soutenir le développement durable des EMR et à en exploiter pleinement le potentiel. Depuis 2007, l’UE a consacré un budget de 2,3 milliards d’euros à ces technologies. La Banque européenne d’investissement a également participé à l’effort en débloquant 14,4 milliards d’euros de prêts et d’investissements en fonds propres.

Des impacts écologiques mal évalués

Mais selon un rapport publié le 18 septembre par la Cour des comptes européenne, l’essor des EMR pose un véritable « dilemme écologique » : alors qu’elles constituent un passage obligé de la transition écologique du Vieux continent, leur développement risque de porter atteinte au milieu marin. Dans sa stratégie, l’UE s’efforce de concilier EMR et biodiversité. Et pourtant, la Commission européenne n’a pas évalué les effets potentiels de ces technologies sur l’environnement, qui vont du déplacement d’espèces aux changements dans la structure des populations, en passant par l’évolution des aliments disponibles ou la modification des schémas de migration. Les auditeurs craignent que l’essor des EMR en Europe se fasse au détriment du milieu marin, au-dessus comme au-dessous du niveau de la mer.

Les énergies marines renouvelables ne coexistent que rarement avec d’autres secteurs d’activité. Les conflits avec les pêcheurs en particulier restent souvent dans l’impasse, et l’opposition aux EMR se ravive dès qu’un projet est évalué. Il est tout aussi regrettable que les pays de l’UE qui partagent les mêmes eaux marines ne montent que rarement des projets communs et se privent ainsi d’occasions d’utiliser de manière plus efficiente un espace maritime limité. Par ailleurs, les implications socio-économiques du développement des énergies marines renouvelables n’ont pas fait l’objet d’études suffisamment approfondies.

Un accès limité aux matières

Les auditeurs font aussi observer que les risques liés à l’approvisionnement en matières premières peuvent ralentir le déploiement de ces énergies. Actuellement, ces matières premières sont presque entièrement fournies par la Chine, qui joue également un rôle déterminant dans la fabrication d’aimants permanents pour les générateurs d’éoliennes. La dépendance de l’UE à cet égard peut créer des goulets d’étranglement, et les auditeurs alertent sur la sécurité de l’approvisionnement dans le contexte actuel de tensions géopolitiques. Autre frein au développement des EMR : la longueur des procédures nationales d’octroi de permis. La France, par exemple, compte parmi les pays qui ont les plus longs délais d’approbation des installations éoliennes en mer, qui peuvent atteindre 11 ans.

Tout cela n’entame pas les ambitions de l’UE, qui entend faire passer la capacité installée sur son territoire de 16 GW seulement aujourd’hui à 61 GW en 2030 et 340 GW en 2050. Il est donc impératif de déployer des installations d’EMR rapidement et sur une grande échelle, ce qui nécessitera un espace maritime très vaste et mobilisera quelque 800 milliards d’euros, provenant principalement du secteur privé. D’après le rapport, ces objectifs pourraient être difficiles à atteindre.
 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
France Gaz Liquides nomme une nouvelle présidente
France Gaz Liquides nomme une nouvelle présidente
Hyvolution : le salon de l’hydrogène ouvre ses portes le 30 janvier à Paris
Hyvolution : le salon de l’hydrogène ouvre ses portes le 30 janvier à Paris
CertiRénov, nouvelle certification dédiée aux professionnels de la rénovation énergétique
CertiRénov, nouvelle certification dédiée aux professionnels de la rénovation énergétique
Energies renouvelables : EDP lance un appel au financement dans 5 pays d’Afrique
Energies renouvelables : EDP lance un appel au financement dans 5 pays d’Afrique
Tous les articles Énergie
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS