EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la uneMOBILITÉ

[Tribune] Réinventons la mobilité pour construire la ville de demain

Par Alexandre Droulers, responsable des projets mobilités chez Uber. Publié le 15 février 2018.
[Tribune] Réinventons la mobilité pour construire la ville de demain
Newsletters gratuites
Archiver cet article
Cette semaine, Alexandre Droulers, responsable des projets mobilités chez Uber rappelle les défis liés à la mobilité urbaine et détaille les stratégies et les initiatives prises par Uber pour s’inscrire dans une évolution des mobilités, qui passe par la complémentarité des moyens de transport, l’innovation technologique et la réduction d’émissions de polluants.

La mobilité est un sujet crucial de société, au coeur du dynamisme économique des territoires et en pleine mutation. Des contraintes de plus en plus fortes pèsent sur les agglomérations, les besoins des usagers évoluent (recherche d’immédiateté, croissance de la vente en ligne), avec, en parallèle, une véritable transformation technologique (plateformes comme Uber, services de partage comme Drivy, applications de guidage comme Citymapper...), comme le démontre le Livre Blanc “Mobility Nation” publié à l’initiative du BCG*. La mobilité va continuer à profondément se transformer dans les années à venir et nous y travaillons déjà chez Uber en collaborant avec les collectivités locales pour construire la ville de demain.

Nous faisons aujourd’hui le constat du paradigme suivant : à la fois des défis très forts auxquels les villes font face (saturation des infrastructures, pollution, congestion, etc.) et à la fois de nombreuses solutions et alternatives qui se développent rapidement.
- Défis : L’utilisation massive de la voiture individuelle est un poids pour les villes et leurs habitants, tant en termes de confort que de sécurité et d’environnement. En Ile-de France, le taux d’occupation moyen des véhicules est actuellement de 1.1, ce qui contribue à engendrer des problèmes de congestion (en moyenne 40 minutes de temps perdu quotidiennement dans les bouchons*) et de pollution en territoire urbain (32% des émissions de gaz à effet de serre liées au transport routier *). Parallèlement, 63% des Parisiens utilisent les transports publics au moins une fois par jour** mais encore 56% des franciliens rencontrent de façon hebdomadaire des difficultés dans leurs déplacements.*
- Mutation : Ces défis s’accompagnent cependant de mutations et la mobilité vit une véritable réinvention autour de trois ruptures technologiques (mobilité connectée, zéro-émission et autonome) et trois ruptures d’usage (mobilité à la demande, partagée, comodale).* Pour donner un exemple simple de cette réinvention, gardons celui de la voiture individuelle qui a longtemps été synonyme de liberté et la promesse d’une mobilité simple et sans entrave pour ses propriétaires. Avec l’avènement du smartphone, on peut en quelques clics : acheter un billet de train, commander un Uber, réserver un trajet de covoiturage... autant d’options qui permettent aujourd’hui de reconsidérer les usages de la voiture individuelle. Ainsi, près des deux tiers des Parisiens considèrent que des applications comme Uber constituent une alternative à la possession d’une voiture individuelle.

Chez Uber, nous croyons qu’il est capital de réinventer la mobilité et notre ambition est d’être un acteur clé des solutions de demain pour contribuer à ce que nos villes soient toujours plus propres, sûres et agréables à vivre. Cela passe d’abord par la réduction du nombre de voitures individuelles en ville. Aujourd’hui, grâce à la mobilité à la demande, il est possible d’avoir plus de passagers dans une seule voiture mais aussi de réduire le nombre de voiture sur les routes. En démocratisant le transport à la demande, cela débarrasse nos villes des véhicules individuels qui ne sont utilisés que 4% du temps et encombrent jusqu’à 15% de l’espace public en parking***. Le développement de l’offre des VTCs a ainsi déjà permis en moins de cinq ans la suppression de 21.000 à 30.000 voitures individuelles en France d’après un rapport de l’Ademe. En encourageant le partage avec un service comme uberPOOL, un service permettant de partager un trajet entre plusieurs personnes qui se rendent dans la même direction au même moment, nous participons à la réduction du nombre de voitures sur les routes. L’avenir de la mobilité, se doit aussi d’être une mobilité zéro-émissions. Nous avons ainsi lancé le service uberGREEN à Paris en juin 2016, qui propose des véhicules électriques ou hybrides. En moyenne un véhicule hybride est 20% moins cher qu’un véhicule thermique et consomme 25% de moins en carburant***. De plus, les chauffeurs ayant fait l’expérience de la conduite avec un de ces véhicules modifient leur comportement de conduite et réduisent encore plus leur consommation. Ils agissent aussi comme prescripteurs, étant plus susceptibles de communiquer sur ce sujet avec leur entourage, appréciant non seulement le côté écologique de ces véhicules mais aussi leur silence et leur confort.

Nous sommes également convaincus qu’il faut renforcer la complémentarité de la mobilité à la demande et les transports collectifs réguliers. Le développement d’offres de premier et dernier kilomètres en transport à la demande permet de renforcer l’attractivité des transports collectifs et leur viabilité financière. C’est la raison pour laquelle des villes comme Summit, aux Etats-Unis, ont décidé de subventionner les courses réalisées via Uber entre le domicile et la gare pour se rendre au travail plutôt que les citoyens ne prennent leur voiture individuelle sur l’ensemble du trajet. Enfin, nous croyons au partage d’informations pour construire la ville de demain. Je pense par exemple à notre projet Uber Movement, qui est un projet d’open-data, gratuit et ouvert à tous, né du constat que les données de trajets anonymes de la part des passagers et des chauffeurs utilisant l’application Uber pourraient être mises au service villes et du grand public. Grâce aux données téléchargeables et disponibles sous forme modélisée sur un site web dédié, les acteurs publics, privés et de la société civile peuvent accéder aux données de mobilité de leurs territoires, les comparer avec celles d’autres villes, évaluer la cohérence de leurs initiatives, optimiser leurs décisions pour mieux investir dans la mobilité de demain.

Nous sommes convaincus que la technologie vient réinventer la mobilité de demain. Et que ses effets peuvent aller encore plus loin. L’OCDE prévoit ainsi dans une étude parue en 2015 que la voiture autonome permettrait de réduire le parc de voitures dans les villes de 90 % ! Egalement, le projet Uber Elevate a l’ambition de proposer des trajets par la voie des airs, en transport autonome, en évitant les embouteillages terrestres via un drone volant, électrique et silencieux. Les premières expérimentations sont actuellement en cours à Dubaï et Dallas et nous avons hâte de voir ce que la mobilité de demain nous réserve d’ici 2020... et comment elle façonnera nos villes !

* D’après le livre blanc du BCG Mobility Nation. Les travaux qui ont conduit à ce livre blanc s’appuient sur l’expertise, les analyses et les données des différents membres de Mobility Nation, sur des données et études publiques, sur une enquête auprès de 3000 usagers des transports en Ile-de-France réalisée par le Boston Consulting Group dans le cadre de Mobility Nation en mai-juin 2017, ainsi que sur des simulations de trafic réalisées par Siradel à partir de données mobiles collectées par teemo.
**D’après une étude ORB sur un échantillon total de 10.000 personnes résidant à Amsterdam, Barcelone, Berlin, Bruxelles, Lisbonne, Londres, Paris, Rome, Stockholm et Varsovie. L’étude a été réalisée en ligne entre le 4 août et le 16 août 2017.
*** Étude 6t sur les impacts des VTC électriques et hybrides du service uberGREEN par Gautier Jacquemain et Nicolas Louvet, juin 2017
Alexandre Droulers, responsable des projets mobilités chez Uber
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
Electra mobilise 160 millions d'euros pour faciliter la recharge électrique
4 juillet 2022
Electra mobilise 160 millions d'euros pour faciliter la recharge électrique La levée de fonds permettra à la société de déployer plus de 8 000 points de charge rapide à l'horizon 2030 et de repenser son système de recharge avec un parcours client plus simplifié.
Échanger son deux-roues motorisé contre un vélo de fonction  
12 septembre 2022
Échanger son deux-roues motorisé contre un vélo de fonction   La société Zenride permet aux salariés de reprendre le contrôle de leurs déplacements grâce à une location prise en charge à hauteur de 70% par leur employeur.  
Le Havre ouvre son premier hub de recharge électrique
8 décembre 2022
Le Havre ouvre son premier hub de recharge électrique Inauguré lundi 05 décembre au Stade Océane, le premier hub de recharge électrique de la métropole du Havre compte 14 points de charge AC (22kW). Une vingtaine de bornes seront accessibles d’ici fin 2022, avant le déploiement progressif en 2023 et 2024. 
Tous les articles MOBILITÉ
[Vidéo] 3 questions à Stéphanie Gay, directrice du Salon des maires et des collectivités locales
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- TECHNICIEN.NE DE MAINTENANCE GAZ
- Responsable de Secteur H/F
- Ingénieur / Ingénieure environnement en industrie
- Préparateur Méthodes F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola