Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Une étude souligne la compétitivité environnementale du transport fluvial

Une étude souligne la compétitivité environnementale du transport fluvial
Par E.G, le 4 juin 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le 29 mai dernier, 250 acteurs de la filière du transport fluvial se sont réunis pour l’accélération de la transition vers un modèle décarboné. L’occasion de présenter les résultats d’une nouvelle étude de l’Ademe sur l’efficacité énergétique et environnementale du secteur.

Le transport fluvial émet entre 8,8 et 34,7 grammes de CO2 équivalent par tonne de marchandise transportée sur un kilomètre (t.km), entre 0,09 à 0,66 grammes d’oxydes d’azote (NOx)/t.km, et entre 0,003 et 0,0020 grammes de particules/t.km. Tels sont les principaux chiffres de la nouvelle étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), sur l’efficacité énergétique et environnementale du transport fluvial de marchandise et de personnes. « En comparaison, les valeurs de référence issues de la précédente étude Ademe de 2008, indiquaient que le transport fluvial émettait en moyenne de l’ordre de 21,5 à 44,3 gCO2/t-km », rappelle Voies navigables de France (VNF). « Par son efficacité énergétique (en gCO2/t-km), le transport fluvial est un levier d’avenir dans la lutte contre le changement climatique : en effet, si un moteur de bateau n’est pas plus performant qu’un moteur de camion d’un point de vue écologique, une fois rapporté aux quantités de marchandises transportées (un convoi fluvial de 5.000 tonnes équivaut à 250 camions), son impact environnemental est très compétitif  », souligne le gestionnaire de voies navigables.

Des freins techniques, réglementaires et économiques

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cependant, VNF rappelle que le transport fluvial est soumis à la réglementation européenne qui définit les limites d’émissions polluantes pour les moteurs d’engins mobiles non routiers (EMNR) et que des freins structurels doivent être levés : « les solutions techniques permettant aux transporteurs fluviaux de s’adapter apparaissent limitées et la taille modeste de la flotte fluviale commerciale affaiblit l’intérêt des motoristes et des équipementiers pour investir massivement en R&D », estime VNF. Par ailleurs, « s’ajoute à cette réalité la limite actuelle du modèle économique du marché des bateaux de fret fluvial ». Le gestionnaire rappelle l’existence de deux dispositifs : le plan d’aide à la modernisation et à l’innovation, ainsi que le centre d’innovation « Batelia ». « Grâce au plan d’aide à la modernisation et l’innovation, Voies navigables de France a financé depuis 2008 près de 2.000 projets à hauteur d’environ 25 millions d’euros », est-il précisé. Pour la période 2018-2022, VNF consacre 12,5 millions d’euros à la modernisation de la flotte fluviale, et l’Etat 4 millions d’euros.

Péniches sur la Seine au niveau de Villeneuve le Roi près de Paris - Crédit : Pline / Wikimedia Commons
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
La Métropole de Nice expérimente une navette autonome électrique en conditions réelles
La Métropole de Nice expérimente une navette autonome électrique en conditions réelles
Depuis janvier dernier, la Métropole Nice Côte d'Azur expérimente sur son territoire une nouvelle solution de mobilité innovante : la navette autonome électrique. Cette expérimentation grandeur nature devra en démontrer la pertinence technologique et l'intérêt économique.
B100 : le biocarburant au colza pour verdir la flotte ferroviaire
B100 : le biocarburant au colza pour verdir la flotte ferroviaire
L'ensemble des trains de la ligne SNCF Paris Montparnasse – Granville rouleront pendant trois mois au B100, issu du colza. Cette alternative biosourcée peut se substituer au gazole fossile dans le transport ferroviaire.
Un guide dédié aux installations de bornes de recharge en copropriétés
Un guide dédié aux installations de bornes de recharge en copropriétés
Comment installer des bornes de recharge au sein d’une copropriété ? La réponse est dans le guide de référence rédigé par l’Avere-France en partenariat avec Enedis, le Gimelec et la FFIE, qui accompagne pas à pas les bailleurs dans l’installation des points de recharge.
L’Union européenne doit redoubler d’efforts pour atteindre un million de bornes de recharge en 2025
L’Union européenne doit redoubler d’efforts pour atteindre un million de bornes de recharge en 2025
Le rapport de la Cour des comptes européenne pointe le manque d’infrastructures de recharge et l'absence de coordination entre les différents réseaux au sein de l’Union européenne.
Quimper Bretagne Occidentale accélère sa transition vers la mobilité verte
Quimper Bretagne Occidentale accélère sa transition vers la mobilité verte
Quimper Bretagne Occidentale et Engie Solutions annoncent l'ouverture au public de la station gaz naturel véhicules (GNV) installée à Quimper.
Renault Trucks France intègre la Convention des entreprises pour le climat
Renault Trucks France intègre la Convention des entreprises pour le climat
Après avoir annoncé l’abandon des camions à énergies fossiles à l’horizon 2040, Renault Trucks poursuit son engagement pour la transition écologique en rejoignant la Convention des entreprises pour le climat (CEC).
Tous les articles MOBILITÉ
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.