Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

MOBILITÉ
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Vehicle-to-Grid, le supplément d’âme technologique qui va contribuer à la transition énergétique

Partager :
[Tribune] Vehicle-to-Grid, le supplément d’âme technologique qui va contribuer à la transition énergétique
Par Louis Shaffer, directeur du segment énergie décentralisée pour la région EMEA chez Eaton, le 23 septembre 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Mobilité
Cette semaine, Louis Shaffer, directeur du segment énergie décentralisée pour la région EMEA chez Eaton, revient sur la technologie de Vehicle-to-grid. Selon lui, elle est nécessaire au développement à grande échelle des véhicules électriques. 

L’arrivée des véhicules électriques (VE)
a changé la donne pour tous ceux qui participent à la production, la distribution et la consommation d’énergie, cette dernière catégorie regroupant un large éventail d’acteurs des secteurs public et privé.

Les services publics d’électricité pionniers en la matière considèrent les VE comme une charge flexible qui peut, avec une infrastructure et des logiciels appropriés, être gérée et contrôlée, évitant ainsi des investissements d’amélioration des réseaux locaux souvent coûteux.

Alors que les VE ne représentent encore aujourd’hui qu’une faible part des ventes de voitures neuves, la conjoncture économique et écologique leur laisse présager une belle croissance. Cette adoption est appuyée par le secteur public et les gouvernements européens dans le cadre d’efforts de grande envergure visant à réduire l’empreinte carbone des modes de transports et à améliorer la qualité de l’air. Toutefois, pour faire face à la croissance massive attendue des VE, il faut investir pour s’assurer qu’il existe une infrastructure de recharge adéquate dans les lieux publics. Si l’on veut stimuler les taux d’adoption des VE, il faudra installer des chargeurs plus rapides à des endroits clés afin de pouvoir recharger facilement et rapidement les batteries, qu’il s’agisse d’un long trajet en voiture ou d’une simple course à faire.

Avec la V2G (Vehicle-to-grid), la batterie de la voiture, couplée à un chargeur bidirectionnel, peut se recharger en dehors des heures de pointe, mais peut également injecter l’excédent d’énergie dans le réseau en période de forte demande, lorsque la voiture est garée. Dans le cadre d’une ressource agrégée comprenant d’autres voitures compatibles V2G, les VE en stationnement peuvent alors constituer des centrales électriques virtuelles, représentant ainsi une ressource flexible sur laquelle l’exploitant du réseau peut compter pour équilibrer celui-ci. En outre, une infrastructure de charge électrique bidirectionnelle intelligente peut faire correspondre l’excédent de production d’énergies renouvelables à la charge des VE, contribuant ainsi à la décarbonisation de la mobilité. On peut s’attendre à ce que les exploitants d’installations dotées de parcs de stationnement fournissent une capacité de charge des VE publics adaptée à leur usage, alimentée par la production d’énergie propre. L’investissement sera rentabilisé par la réduction du coût de l’électricité, les revenus provenant du soutien du réseau et la fidélité accrue des clients qui apprécient la possibilité de recharger leurs VE à ces endroits.

Au sein de l’Union Européenne, plusieurs projets pilotes sont déjà en cours, recensés par le consortium SEEV4-City.

À Amsterdam, une expérimentation est menée avec une dizaine de participants utilisant des véhicules Nissan Leaf et Mitsubishi Outlander sur des bornes NewMotion équipées de la technologie V2G et permettant de réinjecter de l’énergie sur le réseau de leur domicile ou de la commune. Ce projet représente un pas vers un meilleur équilibrage du réseau, en permettant aux VE de stocker et de réinjecter de l’électricité dans le système. La facture de l’utilisateur est ainsi réduite en fonction du stockage qui a pu être réalisé grâce à la batterie de son véhicule.

En France, le pilote GridMotion a été lancé en 2017 avec PSA. L’objectif est de réduire la facture du client au maximum, en rechargeant la batterie du véhicule quand les prix de l’électricité sont au plus bas, par exemple la nuit. Dans la configuration V2G, le véhicule connecté au réseau électrique via sa borne de recharge devient émetteur en période de surplus. Ce dernier renvoie sur le réseau, la charge de sa batterie, à condition que cela ne mette pas en péril la mobilité de l’utilisateur. Un autre volet du projet vise à prouver qu’il est possible, grâce à la décharge intelligente, de faire du parc automobile une véritable réserve électrique nationale, mobilisable en cas de besoin.

La technologie V2G agissant comme un « tampon énergétique », elle est particulièrement efficace pour optimiser l’utilisation croissante des énergies renouvelables, telles que l’éolien et le solaire ; deux sources d’énergies fluctuantes qui nécessitent des solutions locales de stockage. Elle permet par ailleurs aux voitures de restituer un surplus d’énergie lors des pics de consommation. Même si le V2G en est encore au stade de l’expérimentation, cette technologie pourrait représenter de nombreux atouts dans un contexte de généralisation du véhicule électrique.

Aujourd’hui, une poignée de constructeurs automobiles, dont Nissan, produisent des voitures électriques compatibles V2G. Les conducteurs s’attendront à tirer des revenus de la participation de leurs VE aux programmes d’agrégation V2G, compensant ainsi le coût de l’achat de leur véhicule. Des normes pour réglementer cette nouvelle forme de participation au marché de l’énergie s’imposeront le moment venu.

Avant cela, il faudra que la réglementation et la législation européennes évoluent en faveur des ressources distribuées sur le réseau, et que les mentalités changent afin d’intégrer durablement les VE. Il convient donc d’encadrer la révolution énergétique en marche avec autant d’intelligence de la part des législateurs qu’il y en a dans cette technologie d’avenir qu’est le Vehicle-to-Grid.
Louis Shaffer, directeur du segment énergie décentralisée pour la région EMEA chez Eaton
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Environnement TV ouvre les vannes
Le 21e Carrefour des gestions locales de l'eau se tient en ce moment même à Rennes. Pour l'occasion, l'équipe d'Environnement TV vous propose une émission consacrée à l'Eau.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
La première station de recharge hydrogène installée à Chambéry
La première station de recharge hydrogène installée à Chambéry
Laurent Wauquiez, Président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et Xavier Dullin, Président de Grand Chambéry ont inauguré la semaine dernière la première station de recharge hydrogène renouvelable. Ils se sont également engagés pour l’amélioration de la qualité de l’air.
VNF adhère à Vélo et territoires
VNF adhère à Vélo et territoires
Voies navigables de France vient d'adhérer à Vélo et territoires, pour le développement et la promotion du vélo.
[Enquête] Mobilité : la filière hydrogène trouve sa voie
[Enquête] Mobilité : la filière hydrogène trouve sa voie
Après les vélos, les taxis et les véhicules utilitaires, c’est au tour des bus d’emprunter le chemin de l’hydrogène. Les premiers trains sont aussi attendus sur le réseau ferroviaire français, mais ils fonctionneront en bimode : électrique et pile à combustible.
Transport maritime : la filière GNL entend surfer sur la nouvelle réglementation
Transport maritime : la filière GNL entend surfer sur la nouvelle réglementation
Comparé au fioul lourd, les émissions du gaz naturel liquéfié (GNL) sont abaissées de 99 % pour l’oxyde de soufre, 95 % pour les particules fines, 80 % pour le dioxyde d’azote et 25 % pour le dioxyde de carbone, fait valoir Gaztransport & Technigaz.
Lallemand, un Belge aux commandes du réseau ferré français
Lallemand, un Belge aux commandes du réseau ferré français
Elu administrateur de SNCF Réseau, le patron d’Infrabel pourra être proposé officiellement au poste de PDG après avis de l’Autorité de régulation des transports à la fin du mois.
Décarboner les mobilités en zone de moyenne densité : la feuille de route de The Shift Project
Décarboner les mobilités en zone de moyenne densité : la feuille de route de The Shift Project
« Déconstruire le "système voiture" » en zone de moyenne densité passera par l’essor des transports collectifs et des modes actifs et à, plus long terme, un urbanisme des courtes distances, préconise The Shift project dans un Guide pour une mobilité quotidienne bas carbone, présenté le 4 février. Zoom sur les trajets domicile-travail, où les alternatives à l’auto en solo se fraient un passage.
François Bayrou : « La nouvelle ligne de bus à hydrogène a entraîné une requalification de l’espace public »
François Bayrou : « La nouvelle ligne de bus à hydrogène a entraîné une requalification de l’espace public »
Le 14 janvier dernier, Emmanuel Macron a assisté à la signature du contrat de transition écologique de Pau-Béarn-Pyrénées, en présence du maire, François Bayrou. A cette occasion, la nouvelle ligne de bus à hydrogène de la cité paloise a été présentée au président de la République.
Tous les articles MOBILITÉ
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
SALON AQUIBAT
26 Février 2020
SALON AQUIBAT
Confs'Amiante Bâti
27 Février 2020
Confs'Amiante Bâti
Confs'Amiante Navire
10 Mars 2020
Confs'Amiante Navire
+ d'événements
Emploi
- Releveur de compteurs d'eau - H/F
- Assistant Compta /admin - Temps partiel H/F
- Monteur / Monteuse de panneaux photovoltaïques
- Responsble Technique F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.