Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

POLITIQUES
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS

CETA : Hulot annonce un « véto climatique »

Partager :
CETA : Hulot annonce un « véto climatique »
Par E.G, le 25 octobre 2017
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Politiques
Ce mercredi 25 octobre, le gouvernement a présenté son plan d’actions pour la mise en œuvre du CETA. Nicolas Hulot a annoncé un « véto climatique » et Christophe Castaner promet que le traité sera « mis sous surveillance ».

Ce mercredi 25 octobre le plan d’action du gouvernement pour la mise en œuvre du CETA - traité de libre-échange entre l’UE et le Canada - a été présenté en Conseil des ministres. Entré en vigueur provisoire le 21 septembre dernier, ce traité fait l’objet de nombreuses critiques au sein de la communauté politique et associative. D’autant qu’un rapport d’experts rendu début septembre, souligne l’impact négatif du CETA pour l’environnement : selon ce rapport, le traité de libre-échange « ne donne pas la priorité aux préoccupations liées à la protection de l’environnement et la santé ».

Mettre le CETA sous surveillance 

Pour répondre à ces inquiétudes, et en se basant sur le rapport de la commission d’experts, le ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a indiqué la mise en place d’une sorte de « véto climatique » : un moyen de veiller à ce que les mesures menées contre le réchauffement climatique, dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat, ne soient pas impactées par la mise en place du traité de libre-échange. « On va mettre en place ce qu’on peut appeler une forme de veto climatique qui doit nous assurer dès maintenant que les dispositions qui sont destinées à mettre en oeuvre nos propres engagements climatiques ne puissent en aucun cas, et notamment dans le cadre des tribunaux d’arbitrage, être attaquées par un investisseur », a déclaré Nicolas Hulot. Par ailleurs, à l’issue du conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a expliqué qu’il fallait « mettre le CETA sous surveillance », afin de « défendre les intérêts de la France et de l’Europe ».

Le plan d’actions annoncé comprend notamment des mesures de suivi des impacts sur les filières concernées, le développement du recours à l’étiquetage des produits, précisant leur mode de production et leur origine, un renforcement des contrôles au niveau européen concernant les produits interdits, ou encore la mise en place de clauses spécifiques pour le transport international. L’objectif de ce plan est aussi d’assurer une certaine transparence dans la mise en œuvre du CETA.

L’abandon d’une renégociation 

La Fondation pour la Nature et pour l’Homme - ex-Fondation Nicolas Hulot - l’Institut Veblen et l’association Foodwatch, n’ont pas tardé à réagir à l’annonce de ce plan qu’ils qualifient « d’inaction ». Ces organismes remarquent que « la France renonce ainsi à demander des modifications de l’accord pour mettre en œuvre l’ensemble des recommandations des experts. Par conséquent, le CETA reste un accord incompatible avec l’Accord de Paris qui engendre une hausse des émissions de gaz à effet de serre et promeut les investissements dans les industries polluantes ». Et d’ajouter : « Rien n’est proposé pour compenser les hausses des émissions de gaz à effet de serre que va entraîner l’accord », ni pour « interdire les nouveaux OGM et les OGM cachés ».

Pour rappel, le CETA a été ratifié par le Parlement européen en février 2017, et il est entré en vigueur provisoire le 21 septembre dernier. Pour sa mise en œuvre définitive, chaque Etat membre de l’Union européenne doit ratifier le texte. La France devrait le faire « à l’horizon du deuxième semestre 2018 », a annoncé Nicolas Hulot. D’ici là, « il faut faire la preuve que le dispositif que nous voulons mettre en œuvre puisse nous épargner des risques », a-t-il ajouté.
Retrouvez toute l'information "politiques" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
Rechercher dans nos articles
  [Exclu] Gaïactica : 60 minutes pour sauver l'humanité du dérèglement climatique !

A partir du samedi 28 septembre, un escape game pas comme les autres ouvre ses portes à Cap sciences à Bordeaux. Les joueurs auront pour mission, à bord du vaisseau Gaïactica, de sauver l'humanité du dérèglement climatique en une heure ! L'équipe d'Environnement TV est allée à la rencontre du créateur de cette mission immersive en avant-première.
Toutes nos vidéos
À lire également
Un parcours de e-learning pour engager les TPE et PME dans une démarche de RSE
Bpifrance, l'Agence Lucie, le Global compact France et B&L évolution proposent un parcours de e-learning sur les objectifs de développement durable pour aider les entreprises à développer la RSE.
Bruno David est nommé président du Muséum national d’histoire naturelle
Bruno David est nommé président du Muséum national d’histoire naturelle
Bruno David a été nommé, par un décret paru au Journal officiel du 24 août, président du Muséum national d’histoire naturelle.
Une campagne pour faire la lumière sur les rencontres entre responsables politiques et lobbyistes
Ce lundi 30 septembre, les ONG WWF France et Transparency International France lancent une campagne pour que les responsables politiques rendent publiques leurs rencontres avec les lobbyistes.
G7 : les entreprises de la mode signent un pacte pour le climat
G7 : les entreprises de la mode signent un pacte pour le climat
A la veille de l'ouverture du sommet du G7 à Biarritz, 32 entreprises mondiales de la mode et du textile signent un « fashion pact » sur le climat, la biodiversité et les océans.
Climat au G7 : beaucoup de bruit pour rien ?
Climat au G7 : beaucoup de bruit pour rien ?
Les ONG et acteurs de la société civile sont globalement déçus des conclusions du sommet du G7 qui éludent la question du climat.
Bio : l'UFC-Que Choisir dénonce les marges appliquées par la grande distribution
Bio : l'UFC-Que Choisir dénonce les marges appliquées par la grande distribution
D'après une nouvelle publication de l'UFC-Que Choisir, la grande distribution applique en moyenne une marge de 75% plus élevée sur les produits bio que sur les produits conventionnels.
La deuxième stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens est lancée
La deuxième stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens est lancée
Ce mardi 3 septembre, les ministres de la transition écologique, Elisabeth Borne, et la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, ont signé la deuxième stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens.
Tous les articles POLITIQUES
En partenariat avec
Accès au kiosque
Événements
Les Etats Généraux de la Chaleur Solaire
15 Octobre 2019
Les Etats Généraux de la Chaleur Solaire
33ème Congrès National AMORCE
16 Octobre 2019
33ème Congrès National AMORCE
Rencontre nationale des acteurs de l'ANC
16 Octobre 2019
Rencontre nationale des acteurs de l'ANC
+ d'événements
Emploi
- Conseiller commercial immobilier H/F - Eure
- Gestionnaire Parc Immobilier H/F
- Technicien / Technicienne sanitaire des eaux
- Technicien Méthodes F/H
+ d’offres
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.