Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

POLITIQUES
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

CETA : Hulot annonce un « véto climatique »

Partager :
CETA : Hulot annonce un « véto climatique »
Par E.G, le 25 octobre 2017
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Politiques
Ce mercredi 25 octobre, le gouvernement a présenté son plan d’actions pour la mise en œuvre du CETA. Nicolas Hulot a annoncé un « véto climatique » et Christophe Castaner promet que le traité sera « mis sous surveillance ».

Ce mercredi 25 octobre le plan d’action du gouvernement pour la mise en œuvre du CETA - traité de libre-échange entre l’UE et le Canada - a été présenté en Conseil des ministres. Entré en vigueur provisoire le 21 septembre dernier, ce traité fait l’objet de nombreuses critiques au sein de la communauté politique et associative. D’autant qu’un rapport d’experts rendu début septembre, souligne l’impact négatif du CETA pour l’environnement : selon ce rapport, le traité de libre-échange « ne donne pas la priorité aux préoccupations liées à la protection de l’environnement et la santé ».

Mettre le CETA sous surveillance 

Pour répondre à ces inquiétudes, et en se basant sur le rapport de la commission d’experts, le ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a indiqué la mise en place d’une sorte de « véto climatique » : un moyen de veiller à ce que les mesures menées contre le réchauffement climatique, dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat, ne soient pas impactées par la mise en place du traité de libre-échange. « On va mettre en place ce qu’on peut appeler une forme de veto climatique qui doit nous assurer dès maintenant que les dispositions qui sont destinées à mettre en oeuvre nos propres engagements climatiques ne puissent en aucun cas, et notamment dans le cadre des tribunaux d’arbitrage, être attaquées par un investisseur », a déclaré Nicolas Hulot. Par ailleurs, à l’issue du conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a expliqué qu’il fallait « mettre le CETA sous surveillance », afin de « défendre les intérêts de la France et de l’Europe ».

Le plan d’actions annoncé comprend notamment des mesures de suivi des impacts sur les filières concernées, le développement du recours à l’étiquetage des produits, précisant leur mode de production et leur origine, un renforcement des contrôles au niveau européen concernant les produits interdits, ou encore la mise en place de clauses spécifiques pour le transport international. L’objectif de ce plan est aussi d’assurer une certaine transparence dans la mise en œuvre du CETA.

L’abandon d’une renégociation 

La Fondation pour la Nature et pour l’Homme - ex-Fondation Nicolas Hulot - l’Institut Veblen et l’association Foodwatch, n’ont pas tardé à réagir à l’annonce de ce plan qu’ils qualifient « d’inaction ». Ces organismes remarquent que « la France renonce ainsi à demander des modifications de l’accord pour mettre en œuvre l’ensemble des recommandations des experts. Par conséquent, le CETA reste un accord incompatible avec l’Accord de Paris qui engendre une hausse des émissions de gaz à effet de serre et promeut les investissements dans les industries polluantes ». Et d’ajouter : « Rien n’est proposé pour compenser les hausses des émissions de gaz à effet de serre que va entraîner l’accord », ni pour « interdire les nouveaux OGM et les OGM cachés ».

Pour rappel, le CETA a été ratifié par le Parlement européen en février 2017, et il est entré en vigueur provisoire le 21 septembre dernier. Pour sa mise en œuvre définitive, chaque Etat membre de l’Union européenne doit ratifier le texte. La France devrait le faire « à l’horizon du deuxième semestre 2018 », a annoncé Nicolas Hulot. D’ici là, « il faut faire la preuve que le dispositif que nous voulons mettre en œuvre puisse nous épargner des risques », a-t-il ajouté.
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Environnement TV ouvre les vannes
Le 21e Carrefour des gestions locales de l'eau se tient en ce moment même à Rennes. Pour l'occasion, l'équipe d'Environnement TV vous propose une émission consacrée à l'Eau.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
Municipales 2020 : la FFB publie vingt propositions pour la transition écologique des territoires
Municipales 2020 : la FFB publie vingt propositions pour la transition écologique des territoires
A l’occasion des élections municipales des 15 et 22 mars prochains, la Fédération française du bâtiment (FFB) adresse vingt propositions aux futurs « maires bâtisseurs » dans l’objectif de valoriser durablement les territoires et y maintenir l’emploi.
Création d'un nouvel établissement d'enseignement supérieur pour l'agriculture
Création d'un nouvel établissement d'enseignement supérieur pour l'agriculture
Ce jeudi 9 janvier, les ministères de l'agriculture et de l'enseignement supérieur ont annoncé la création d'un nouvel établissement national d'enseignement supérieur pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement.
Recherche : l'Inrae naît de la fusion entre l'Inra et l'Irstea
Recherche : l'Inrae naît de la fusion entre l'Inra et l'Irstea
Ce mercredi 8 janvier, la fusion entre l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) et l'Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (Irstea) a été officialisée.
Plus que quelques jours pour participer au Grand Prix de la responsabilité sociétale des marques
Plus que quelques jours pour participer au Grand Prix de la responsabilité sociétale des marques
Le 28 avril prochain, le Grand Prix de la responsabilité sociétale des marques (RSM) récompensera les initiatives innovantes des entreprises qui révèlent de façon sincère, attractive et cohérente, un modèle de développement éthique et durable au travers de leurs marques.
Brice Lalonde : « La politique environnementale du gouvernement est très peu lisible »
Brice Lalonde : « La politique environnementale du gouvernement est très peu lisible »
Secrétaire d’État puis ministre de l'Environnement de 1988 à 1992, Brice Lalonde est aujourd'hui le président de l'association Équilibre des énergies, dont le but est de « promouvoir des mesures concrètes » pour « une transition énergétique durable et profitable à tous ». Politique environnementale et énergétique du gouvernement, « Green Deal » européen, responsabilité élargie du producteur (REP) et éco-organismes, etc. Tour d'horizon.
Office français de la biodiversité : l'eau reste à flot
Office français de la biodiversité : l'eau reste à flot
L’Office français de la biodiversité (OFB) est officiellement lancé depuis le 1er janvier. Regroupant l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), ce grand opérateur national de la biodiversité doit relever de nombreux défis sur la protection de l’eau et de la nature.
L'Ademe cherche thésards
L'Ademe cherche thésards
Le 9 janvier dernier, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a lancé un appel à candidatures « Thèses 2020 ».
Tous les articles POLITIQUES
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
SALON AQUIBAT
26 Février 2020
SALON AQUIBAT
Confs'Amiante Bâti
27 Février 2020
Confs'Amiante Bâti
Confs'Amiante Navire
10 Mars 2020
Confs'Amiante Navire
+ d'événements
Emploi
- Technicien SAV froid industriel H/F
- Coordinateur(rice) Cybersécurité H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- COMPTABLE F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.