Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Les risques environnementaux à la première place des risques globaux pour 2018

Les risques environnementaux à la première place des risques globaux pour 2018
Par Eva Gomez, le 19 janvier 2018.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Ce mercredi 17 janvier, le World Economic Forum a publié son rapport annuel sur l’évaluation par un millier d’experts, des risques globaux pour 2018. Une majorité d’entre eux prédit une intensification des risques. En première place : les conditions météorologiques extrêmes.

Une fois de plus, le risque environnemental est en première place des risques mondiaux globaux, d’après le rapport annuel du World Economic Forum (WEF) publié ce mercredi 17 janvier. « Ce rapport – qui partage en janvier chaque année, les perspectives des experts mondiaux et des décideurs à propos des risques auxquels le monde fait face – estime que nous luttons pour suivre le rythme accéléré du changement. Il souligne que nous poussons les systèmes à leurs limites dans de nombreux domaines, allant des taux préoccupants d’extinction croissante de la biodiversité, à la possibilité de nouvelles guerres », explique le WEF dans un communiqué. Ainsi, sur 1.000 experts interrogés, 59% prédisent une intensification des risques en 2018, quand seuls 7% pensent qu’ils vont décliner.

Parmi 30 risques globaux – économiques, sociétaux, géopolitiques, etc. - les cinq types de risques environnementaux, à savoir, les conditions météorologiques extrêmes, la perte de biodiversité et l’effondrement des écosystèmes, les catastrophes naturelles, les désastres environnementaux causés par l’homme et l’échec de l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, apparaissent tous comme supérieurs à la moyenne. Les conditions météorologiques extrêmes ont été classées comme risque le plus proéminent d’entre eux, et arrive même en tête des 30 risques globaux en termes de probabilité (et en deuxième place au niveau des impacts). Viennent ensuite les catastrophes naturelles, puis l’échec dans l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, qui figurent parmi les cinq premiers risques classés par les experts. Les catastrophes environnementales liées aux activités humaines ainsi que la perte de biodiversité et l’effondrement des écosystèmes, viennent ensuite, et figurent dans le top 10 du classement des 30 risques globaux. « Les risques environnementaux n’ont cessé de gagner en importance depuis le premier rapport du WEF sur les risques mondiaux il y a 13 ans, et cette tendance se poursuit », peut-on lire dans ce rapport.

« Trop peu, trop tard »

Alison Martin, chef du groupe Risques du groupe d’assurance de Zurich, souligne que « les événements météorologiques extrêmes ont été classés encore une fois comme le risque global numéro un par la probabilité et l’impact. Les risques environnementaux, associés à une vulnérabilité croissante à d’autres risques, menacent maintenant sérieusement la fondation de la plupart des sociétés. Malheureusement nous observons actuellement une réponse "trop peu, trop tard" de la part des gouvernements et des organisations face au changement climatique ». Elle estime néanmoins qu’il « n’est pas encore trop tard pour construire un avenir plus résilient, mais nous devons agir avec un sentiment d’urgence plus fort afin d’éviter l’effondrement potentiel du système global ».

Outre les risques environnementaux, les risques d’augmentation de confrontations politiques ou économiques entre grandes puissances, et d’augmentation des conflits et interventions militaires préoccupent les experts interrogés. Dans son communiqué, le WEF estime que « les perspectives économiques actuellement favorables donnent aux dirigeants mondiaux une occasion de s’attaquer aux faiblesses systémiques qui affectent les sociétés, les économies, les relations internationales et l’environnement ».
Wikimedia Commons
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
[Enquête] Relance et climat : comment accélérer la cadence ? 
[Enquête] Relance et climat : comment accélérer la cadence ? 
La transition ne se fera pas en deux ans et la question du prolongement du plan de relance s’est posée dès son annonce. Depuis, Bruxelles a porté de 40 à 55 % l’objectif de baisse des rejets carbonés en 2030 par rapport à 1990. Financer la décarbonation paraît inconciliable avec le retour du déficit public à 3 % du PIB en 2025 que vise Paris.
Nice : le Transition Forum sera sous le signe de la transition écologique
Nice : le Transition Forum sera sous le signe de la transition écologique
Du 30 septembre au 1er octobre aura lieu le Transition Forum à Nice. Cet événement d'envergure internationale sera dédié à la coopération et aux nouvelles alliances économiques au service de la transition écologique.
Adoption de loi Climat et résilience : un « tournant culturel » selon le gouvernement, un « échec » pour les ONG
Adoption de loi Climat et résilience : un « tournant culturel » selon le gouvernement, un « échec » pour les ONG
Après plusieurs mois d’examen et la révision du texte en commission mixte paritaire, les députés et les sénateurs ont adopté définitivement ce mardi 20 juillet le projet de loi Climat et résilience. Le gouvernement salue le vote de cette loi qui fera « entrer l'écologie dans nos vies », tandis que les ONG environnementales dénoncent son « manque criant d’ambition ».
Les contours de la future Stratégie nationale pour la biodiversité se précisent
Les contours de la future Stratégie nationale pour la biodiversité se précisent
Les ambitions de la future Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) ont été présentées pour la première fois, ce mardi 07 septembre, lors du Congrès mondial de la nature de l’UICN à Marseille. Quatre axes d'intervention composent cette feuille de route.
Urgence climatique : que faut-il retenir du sixième rapport du GIEC ?
Urgence climatique : que faut-il retenir du sixième rapport du GIEC ?
Le Groupe d'experts intergouvernementaux sur l'évolution du climat (GIEC) a publié le 09 août son sixième rapport d'évaluation. Le document résume l'état actuel du climat et envisage la trajectoire du réchauffement climatique à travers différents scénarios avec et sans action climatique. Focus sur les points essentiels à retenir.
Anses : Éric Vial nommé à la tête de la direction de l’évaluation des risques
Anses : Éric Vial nommé à la tête de la direction de l’évaluation des risques
Éric Vial succède à Matthieu Schuler et prend la direction de l’évaluation des risques de l’Anses. Il coordonne les activités d’expertise scientifique sur les risques sanitaires liés à l’alimentation, l’environnement et le travail. 
Le ministère des Armées expose sa stratégie de préservation de la biodiversité
Le ministère des Armées expose sa stratégie de préservation de la biodiversité
Le ministère des Armées a dévoilé sa première stratégie de préservation de la biodiversité lors du congrès mondial de la nature à Marseille. Une contribution qui fait écho aux travaux d’élaboration de la stratégie nationale biodiversité 2021-2030.
Tous les articles POLITIQUES
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.