Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Rapport : le soutien européen aux énergies renouvelables et au stockage carbone serait insuffisant

Rapport : le soutien européen aux énergies renouvelables et au stockage carbone serait insuffisant
Par E.G, le 24 octobre 2018.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Mardi 23 octobre, la Cour des comptes européenne a publié un nouveau rapport selon lequel l’action engagée par l’Union européenne pour soutenir le captage et le stockage du carbone ainsi que les énergies renouvelables, n’est pas suffisante.

« Entre 2008 et 2017, des objectifs ambitieux ont été fixés mais, selon les auditeurs du rapport, le soutien de l’UE en faveur de projets de démonstration a peu contribué à la réalisation de projets et à l’obtention de résultats », a annoncé la Cour des comptes européenne le 23 octobre. En effet, deux programmes de financement destinés à soutenir le captage et le stockage du carbone ainsi que les énergies renouvelables ont été initiés, à savoir « le programme énergétique européen pour la relance et la réserve destinée aux nouveaux entrants (l’initiative NER 300) ». Après examen de la conception, de la gestion et de la coordination de ces deux programmes « dont l’objectif de dépenses s’élevait à 3,7 milliards d’euros », est-il rappelé, les auditeurs du rapport ont pu émettre différents constats :
- Le programme énergétique a contribué positivement au développement de l’énergie éolienne en mer, mais n’a pas atteint ses objectifs de captage carbone,
- L’initiative NER300 « n’a donné lieu à la mise en œuvre d’aucun projet concluant de stockage du carbone et n’a permis de réaliser que des progrès limités pour soutenir la démonstration d’un plus large éventail de technologies innovantes liées aux énergies renouvelables ».

Incertitude des cadres réglementaires et volatilité des prix du marché du carbone

En cause selon la Cour des comptes européenne : des conditions d’investissement défavorables, une incertitude dans les cadres et politiques réglementaires, la volatilité des prix du marché du carbone, ou encore des processus complexes de sélection des projets. Les auditeurs « se déclarent en outre préoccupés par le fait que les dispositions en matière d’obligation de rendre compte et de contrôle pour l’initiative NER 300 ne sont pas suffisamment claires ». En effet, cette initiative n’est pas financée par le budget de l’Union européenne.

« Concevoir des mécanismes de soutien plus performants »

La Cour des comptes établit donc dans ce rapport plusieurs recommandations à l’attention de la Commission européenne. Il s’agit notamment de « créer les conditions pour que l’aide de l’UE en faveur de tels projets soit plus efficace », « d’améliorer les procédures de sélection des projets et de prise de décision du futur Fonds pour l’innovation, et faire en sorte que celui-ci soit suffisamment flexible pour pouvoir réagir aux évolutions extérieures », « d’améliorer sa coordination interne afin que le soutien de l’UE soit ciblé de manière plus cohérente », ou encore « de garantir l’obligation de rendre compte en ce qui concerne le Fonds pour l’innovation et l’initiative NER 300 ».

Pour Samo Jareb, membre de la Cour des comptes européenne responsable du rapport, l’UE « doit tirer les enseignements des échecs du passé, concevoir des mécanismes de soutien plus performants pour les technologies innovantes à faible intensité de carbone et garantir le respect de l’obligation absolue de rendre compte des ressources publiques utilisées pour relever ce défi ».
Wikimedia Commons / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Loi Climat et résilience : les principaux points à retenir
Loi Climat et résilience : les principaux points à retenir
Les sénateurs ont poursuivi l'examen du projet de loi Climat et résilience en apportant des modifications aux chapitres portant sur la mobilité, l’alimentation et la protection juridique de l'environnement. Récapitulatif des principaux amendements apportés par le Sénat.
Le gouvernement dispose de 9 mois pour adopter des mesures climatiques supplémentaires
Le gouvernement dispose de 9 mois pour adopter des mesures climatiques supplémentaires
Le Conseil d’État impose un nouvel ultimatum au Premier ministre Jean Castex : le gouvernement dispose de 9 mois, avant le 31 mars 2022, pour adopter de nouvelles mesures afin d’atteindre ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre en 2030.
Le gouvernement investit 115 millions d’euros dans la modernisation des abattoirs
Le gouvernement investit 115 millions d’euros dans la modernisation des abattoirs
Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Julien Denormandie présente son plan stratégique pour les abattoirs. Modernisation, inspections, accompagnement des abattoirs et durcissement des sanctions sont attendus pour le bien-être animal.
Loi Climat et résilience : le Sénat a apporté les premiers amendements
Loi Climat et résilience : le Sénat a apporté les premiers amendements
La première lecture du projet de loi Climat et résilience se poursuit jusqu'au 28 juin au Sénat. Le titre I « Consommer » et titre II « produire et travailler » du projet de loi ont été adoptés avec modifications. Focus sur les évolutions apportées par la Haute assemblée.
Sébastien Maire : « Ce n’est plus d’une transition dont nous avons besoin, c’est d’une bifurcation »
Sébastien Maire : « Ce n’est plus d’une transition dont nous avons besoin, c’est d’une bifurcation »
Créée en décembre 2019 et présidée par le maire de Dunkerque, Patrice Vergriete, l’association France Ville Durable s’est donnée pour mission d’accélérer la transformation durable et résiliente des territoires. En mai dernier, elle a tenu la première édition de son événement « Villes Durables en Actions ». L’occasion d’en savoir plus avec Sébastien Maire, délégué général de France Ville Durable.
Adoption de loi Climat et résilience : un « tournant culturel » selon le gouvernement, un « échec » pour les ONG
Adoption de loi Climat et résilience : un « tournant culturel » selon le gouvernement, un « échec » pour les ONG
Après plusieurs mois d’examen et la révision du texte en commission mixte paritaire, les députés et les sénateurs ont adopté définitivement ce mardi 20 juillet le projet de loi Climat et résilience. Le gouvernement salue le vote de cette loi qui fera « entrer l'écologie dans nos vies », tandis que les ONG environnementales dénoncent son « manque criant d’ambition ».
Fit For 55 : un nouveau cadre législatif à l'échelle européenne pour le climat
Fit For 55 : un nouveau cadre législatif à l'échelle européenne pour le climat
La Commission européenne a publié ce mercredi 14 juillet, son paquet « Fit for 55% » composé de propositions législatives pour accélérer la lutte contre le changement climatique, et mettre l’Union européenne sur la voie de la neutralité carbone en 2050.
Tous les articles POLITIQUES
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.