Accès abonnés Voir nos offres
Menu

POLITIQUES
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS

Quatre ONG déposent un recours contre l'Etat français pour son « inaction climatique »

Partager :
Quatre ONG déposent un recours contre l'Etat français pour son « inaction climatique »
Par Eva Gomez, le 18 décembre 2018
Découvrez notre newsletter gratuite Politiques
Ce mardi 18 décembre, quatre associations environnementales – Notre affaire à tous, Greenpeace France, la Fondation pour la nature et l’homme et Oxfam France – déposent un recours en carence fautive contre l’Etat français pour son « inaction climatique ».

« L’affaire du siècle. » C’est ainsi que les ONG Notre affaire à tous, Greenpeace France, la Fondation pour la nature et l’homme (FNH) et Oxfam France, nomment leur action en justice contre l’Etat français. Ce mardi 18 décembre en effet, les quatre associations ont déposé un recours en carence fautive devant le juge administratif français, concernant « l’inertie de l’Etat à mettre en œuvre des actions concrètes contre le changement climatique et son non-respect des obligations internationales, européennes, et nationales envers le climat ».

Après les Pays-Bas, la Colombie, le Pakistan ou encore la Pologne, c’est donc au tour de la société civile française de s’élever contre son gouvernement pour faire valoir une justice climatique. « Au lendemain de la COP 24, on constate que les écarts s’accroissent entre les engagements des Etats et leurs actes », s’inquiète Marie Toussaint, présidente de Notre affaire à tous. « Face à cette inaction, nous nous soulevons », explique-t-elle, en rappelant qu’à ce jour, une quinzaine de pays ont déjà saisi leurs tribunaux au même titre. Pour Marie Toussaint, en soutenant cette action en justice, les citoyens se font « les avocats du climat et de la planète ». Il s’agit « de demander à l’Etat de respecter ses objectifs dans la lutte contre les changements climatiques », explique-t-elle.

« Les dispositifs mis en œuvre sont gravement insuffisants »

En effet, Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France, rappelle que la France s’est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de 40% d’ici à 2030, par rapport à 1990. « Aujourd’hui on en est seulement à une réduction de 16% », déplore-t-il. De même, « l’Etat doit respecter l’objectif fixé par l’Union européenne, d’atteindre 23% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique français d’ici à 2020 : en 2017 on en était à 16,3% ». Selon le président de Greenpeace France, « cet échec est dû au fait que l’Etat français s’est doté trop tard de mesures concernant le changement climatique : alors que ses causes sont connues depuis les années 1960, la France a commencé à agir en 2000 ». Pour les quatre ONG qui lancent « l’affaire du siècle », « l’ensemble des dispositifs mis en œuvre par l’Etat français pour lutter contre les changements climatiques est gravement insuffisant ». Et Audrey Pulvar, présidente de la FNH, d’ajouter : « quand le chef de l’Etat dit que la politique climatique coûte cher, il se trompe : ce qui coûte cher c’est de ne pas mettre en œuvre assez de mesures pour lutter contre le changement climatique ». Dans un contexte de crise des « gilets jaunes », causée par l’annonce de la hausse de la Taxe intérieure sur les carburant et les produits énergétiques (TICPE), Audrey Pulvar déplore que la réponse du gouvernement « mette totalement de côté les questions climatiques alors qu’elles amplifient les inégalités ».

Plus de 120.000 citoyens soutiennent déjà le recours

Déposé « au nom de la protection des droits des citoyens » français, ce recours est déjà soutenu par plus de 121.500 citoyens signataires d’une pétition lancée ce mardi. Pour la directrice générale d’Oxfam France, Cécile Duflot, « ce recours est un constat d’échec mais également une preuve de la colère et de la détermination de la société civile ». Elle rappelle notamment que les effets des changements climatiques sont déjà visibles et subis par les Français : « On constate des pertes de revenus dues à l’impossibilité de poursuivre sereinement une activité professionnelle telle que l’agriculture ou la pêche, mais également des impacts significatifs sur la santé publique. »
 


« Pas question d’une action symbolique, nous voulons des résultats »

Selon l’avocat Emmanuel Daoud, qui est l’un des 20 avocats et juristes impliqués dans ce recours, « il n’est pas question d’une action symbolique : nous voulons obtenir des résultats, nous sommes là pour gagner ». Une demande préalable indemnitaire vient d’être adressée à l’Etat. Celle-ci « rappelle le contexte et les risques liés au changement climatique pesant sur le monde et la France, les carences reprochées à l’Etat français et les demandes précises pour y remédier », détaillent les quatre ONG. L’Etat a deux mois pour apporter une réponse. Si elle n’est pas satisfaisante, les associations « procéderont en mars prochain au dépôt du recours de plein contentieux devant le tribunal administratif de Paris », ce qui s’ensuivra de plusieurs mois de procédure. « Si le jugement rendu ne répond pas aux attentes des ONG, elles pourront faire appel devant la cour administrative d’appel, et si besoin se pourvoir en cassation devant le Conseil d’Etat », est-il précisé.

Pour rappel, en octobre dernier, la cour d’appel de La Haye a confirmé un jugement rendu en première instance en juin 2015, ordonnant au gouvernement néerlandais de réduire les émissions de GES du pays plus rapidement que prévu : -25% d’ici à fin 2020 par rapport à 1990. Le tribunal avait alors affirmé que l’Etat néerlandais agissait « illégalement et en violation du devoir de diligence ». Un recours avait été engagé par l’ONG Urgenda au nom de 886 citoyens néerlandais à la veille de la COP 21.
Lors de la marche pour le climat à Paris, le 8 septembre 2018. Crédit : JJ Georges. Source : Wikimedia Commons
Retrouvez toute l'information politiques dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Environnement TV se jette à l'eau !

Nous sommes fiers de vous présenter notre toute nouvelle émission, Environnement TV ! Dans ce premier numéro spécial vacances, Anthony Laurent nous emmène à Marseille, 8ème port le plus pollué d’Europe. Direction la commune de Plouha (Côtes-d’Armor), qui vient d’obtenir le Pavillon bleu, avec Eva Gomez. Enfin, Agnès Breton pousse son "coup de gueule" en fin d’émission.
À lire également
Une démarche pour engager les entreprises dans la lutte contre le changement climatique
Une démarche pour engager les entreprises dans la lutte contre le changement climatique
Mercredi 29 mai dernier, une coalition d'entreprises a lancé la démarche « 10% pour tout changer », qui a pour but d'engager 10% des entreprises françaises engagées dans la lutte contre le changement climatique.
Finance et climat : Oxfam pointe du doigt les banques françaises
Finance et climat : Oxfam pointe du doigt les banques françaises
Ce mercredi 5 juin, l'ONG Oxfam France publie un classement de huit banques françaises selon leur degré d'investissement environnemental et social.
Pour les grandes entreprises, la France peut atteindre son objectif de neutralité carbone en 2050
Pour les grandes entreprises, la France peut atteindre son objectif de neutralité carbone en 2050
Ce lundi 20 mai, l'association française des Entreprises pour l'environnement (EpE) a présenté les résultats d'une étude sur la possibilité d'une France à zéro émission nette à l'horizon 2050.
Moby, le premier programme d’écomobilité scolaire bientôt lancé
Moby, le premier programme d’écomobilité scolaire bientôt lancé
À l’occasion de la semaine nationale de la marche et du vélo (du 13 au 17 mai 2019), le ministère de la transition écologique et solidaire, l’Agence de l’environnement et de maîtrise de l’énergie, et Eco CO2, signent une convention pour le lancement du programme Moby à l’école.
La présidente de Federec Sud-Méditerranée réélue
La présidente de Federec Sud-Méditerranée réélue
Le 24 mai dernier, lors de l’assemblée générale de Federec pour la région Sud-Méditerranée,  Sandra Rossi a été réélue présidente pour la quatrième fois.
Jean-Laurent Bonnafé est nommé président de l'association EpE
Jean-Laurent Bonnafé est nommé président de l'association EpE
Ce lundi 27 mai, Jean-Laurent Bonnafé est nommé président de l'association Entreprises pour l'environnement pour une durée de trois ans.
La Poste renforce son engagement en matière de numérique responsable
A l'occasion d'une rencontre de la Greentech verte organisé mard i4 juin par le ministère de la transition écologique, le groupe La Poste a signé la charte du numérique responsable.
Tous les articles POLITIQUES
Appels d'offres
En partenariat avec
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Démo Forest
30 Juillet 2019
Démo Forest
Recycking Aktiv
5 Septembre 2019
Recycking Aktiv
Matexpo 2019
11 Septembre 2019
Matexpo 2019
+ D'ÉVÉNEMENTS
Emploi
- TECHNICIEN(NE) MAINTENANCE GAZ/FIOUL (H/F) SAUMUR
- Technicien(ne) Traitement de l'eau / Chimiste
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- PROJETEUR VRD - AMENAGEMENT URBAIN - MOE (57) F/H
+ D’OFFRES
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.