Abonnements Découvrez nos formules print et numérique Accès abonnés Voir nos offres
Menu

POLITIQUES
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI

COP 24 : les ONG s'inquiètent du manque d'ambition des Nations Unies

Partager :
COP 24 : les ONG s'inquiètent du manque d'ambition des Nations Unies
Par E.G, le 17 décembre 2018
Découvrez notre newsletter gratuite Politiques
Après dix jours de négociations, la COP 24 s’est clôturée le dimanche 16 décembre. Le bilan est loin de satisfaire les associations et la société civile, qui dénoncent un « manque d’ambition ». Trois ans après l’accord de Paris, l’absence de la France à la table des négociations s’est faite remarquer.

Les négociations des Nations Unies sur le climat se sont clôturées à Katowice, en Pologne : au terme de cette COP 24, les 196 parties réunies ont adopté les règles d’application de l’accord de Paris de 2015, pour sa mise en œuvre en 2020. Pourtant, les ONG regrettent que les conclusions du dernier rapport du Giec n’aient pas été assez prises en compte : commandé par les Nations Unies dans le cadre de la COP 21, ce rapport publié début octobre dernier définit des trajectoires compatibles avec le scénario « + 1,5°C » d’ici 2100. Celles-ci exigent notamment des Etats une division par deux des rejets de gaz à effet de serre après avoir atteint un pic en 2020. Alors que les émissions continuent d’augmenter, la trajectoire actuelle mènerait à un réchauffement de 3,2°C d’ici 2100.

Pourtant, lors des négociations, les 196 Etats ne se sont pas engagés à accentuer leurs efforts : « Le WWF reste très préoccupé quant à leur incapacité collective à ce jour à répondre à l’urgence climatique », peut-on lire dans un communiqué de l’ONG.

« Coalition de la haute ambition »

Pour la présidente de la délégation socialiste et radicale française au Parlement européen, Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy, le fait de ne pas tenir compte du dernier rapport du Giec est « immoral, lâche et criminel pour notre avenir à tous ». L’ONG Oxfam ajoute que la COP24 a « échoué à inclure des engagements concrets pour permettre de mobiliser les milliards de dollars de financements supplémentaires nécessairespour couvrir les coûts des pertes et dommages causés par les changements climatiques - enjeu critique pour les communautés vulnérables de par le monde ».

Pour le WWF néanmoins, « l’annonce en fin de COP24 d’une "Coalition de la Haute Ambition" rejointe par une trentaine de membres, comme les Îles Marshall, Fidji, l’Éthiopie, des états membres de l’Union Européenne ainsi que la Commission, la Norvège, le Canada, la Nouvelle-Zélande, le Mexique, ou la Colombie, aura permis de donner une impulsion sur le front de l’ambition ». Ces Etats s’engagent en effet à améliorer leurs plans climats nationaux avant 2020 et à intensifier leurs actions.

La France aux abonnés absents

Autre déception de la société civile lors de cette COP 24 : l’absence remarquée de la France. « La quasi-absence de la France, pays hôte de la COP 21 et de l’Accord de Paris dont la raison d’être de la COP 24 était la mise en place pratique des modes opératoires, de même que notre retard national dans la mise en place de la COP 24, a été vécu comme un très mauvais signal par la communauté internationale », souligne l’ONG GreenCross.

L’eurodéputé et président de la commission pesticides du Parlement européen, Eric Andrieu, regrette également « l’absence totale de la France dans les discussions cruciales : M. Macron a inventé le slogan #MakeOurPlanetGreatAgain. Où était la France pendant ces discussions ? Aucun ministre n’était présent pour représenter la France après le départ précipité de la secrétaire d’Etat à la transition écologique Brune Poirson, mardi », s’indigne-t-il.

A noter que la COP 25, devant initialement se tenir au Brésil, aura finalement lieu au Chili en 2019. 
DR
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
S'identifier
S'inscrire
S'abonner
S'abonner
S'abonner
S'abonner
Le BTP à l'heure de l'économie circulaire
Voir toutes nos interviews POLLUTEC 2018
En partenariat avec
À lire également
Karima Delli : « Il faut renouer avec le principe pollueur payeur »
Karima Delli : « Il faut renouer avec le principe pollueur payeur »
« Gilets jaunes », dérèglement climatique, mobilité de demain, grands projets d’infrastructures, transports publics… Alors que l’agenda politique de l’année 2019 est marqué par les élections européennes, Environnement Magazine a rencontré Karima Delli, eurodéputée Europe Ecologie-Les Verts et présidente de la Commission des transports du Parlement européen, pour évoquer avec elle ce que serait une politique européenne vertueuse en matière de mobilité durable.
Brune Poirson est élue vice-présidente de l'assemblée des Nations Unies pour l'environnement
Brune Poirson est élue vice-présidente de l'assemblée des Nations Unies pour l'environnement
Mercredi 20 mars, la secrétaire d'Etat auprès du ministre de la transition écologique et solidaire, Brune Poirson, a été élue vice-présidente de l'assemblée des Nations Unies pour l'environnement pour un mandat de deux ans.
[Tribune] Réduire notre empreinte environnementale grâce au coworking
[Tribune] Réduire notre empreinte environnementale grâce au coworking
Cette semaine, le directeur général de Regus France, Christophe Burckart souligne le rôle du coworking dans le cadre des objectifs de l'accord de Paris et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre.
Les éco-industries peuvent influer sur 30 % des émissions mondiales de CO2, selon Veolia
Les éco-industries peuvent influer sur 30 % des émissions mondiales de CO2, selon Veolia
« La décarbonation de l’économie est encore possible dans les délais requis par l’horloge climatique », affirme le P-DG de Veolia.
Alain Grandjean est le nouveau président de la Fondation Nicolas Hulot
Alain Grandjean est le nouveau président de la Fondation Nicolas Hulot
L’économiste Alain Grandjean remplace Audrey Pulvar à la présidence de la Fondation pour la nature et l’homme (FNH), qui redevient la Fondation Nicolas Hulot.
Un collectif de sénateurs propose des mesures de politiques publiques pour l'action climatique
Un collectif de sénateurs propose des mesures de politiques publiques pour l'action climatique
Ce lundi 11 mars, le collectif sénatorial « urgence climatique » a présenté une série de neuf priorités de politiques publiques pour répondre au défi climatique.
Le Réseau action climat propose un « nouveau contrat pour une société plus écologique »
Le Réseau action climat propose un « nouveau contrat pour une société plus écologique »
Jeudi 21 février, le Réseau action climat a publié un « nouveau contrat » pour une société plus écologique.
Tous les articles POLITIQUES
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Sifer 2019
26 Mars 2019
Sifer 2019
Intersol 2019
26 Mars 2019
Intersol 2019
RailTech Europe 2019
26 Mars 2019
RailTech Europe 2019
+ D'ÉVÉNEMENTS
Emploi
- Chef de Projets Grands Comptes F/H
- Acheteur(euse) Métiers H/F
- Installateur / Installatrice en chauffage, climatisation, sanitaire et énergies renouvelables
+ D’OFFRES
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.