Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Chers abonnés, Chers lecteurs,
Dans cette période difficile, nous tenons à vous assurer de l'engagement de nos équipes de rédaction et de tout notre personnel pour continuer à vous informer sur l'activité de votre secteur. Il s'agit d'une période où la communication est plus que jamais primordiale.
Ensemble, nous continuerons à connecter les secteurs de l'environnement.
Menu

POLITIQUES
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Vigilance climatique : une défaillance systématique au sein du CAC40, selon Notre affaire à tous

Partager :
Vigilance climatique : une défaillance systématique au sein du CAC40, selon Notre affaire à tous
Par Laurence Madoui, le 2 mars 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Politiques
Aucune des 25 multinationales scrutées par Notre affaire à tous ne se conforme à la loi sur le devoir de vigilance de mars 2017 et à la Charte de l’environnement de 2005, selon le rapport publié le 2 mars par l’association. Les carences des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre pourraient leur valoir une assignation devant le tribunal judiciaire, après celle engagée fin janvier contre Total.

Leur empreinte carbone pèse 3,5 fois les émissions territoriales nationales1, si l’on se réfère aux documents internes aux 25 entreprises étudiées par Notre affaire à tous. Mais le rapport passerait de 1 à 8 en retenant les chiffres sur « la colossale empreinte carbone des banques » françaises2 des Amis de la Terre et d’Oxfam (novembre 2019).

L’étude de Notre affaire à tous exploite les documents de référence transmis par les sociétés cotées à l’Autorité des marchés financiers en 2019 (rapport de gestion, comptes consolidés, déclaration de performance extra-financière, plan de vigilance). Ces données sont analysées au regard de la loi sur le devoir de vigilance de mars 2017 et de la lecture de la Charte de l’environnement qu’a faite en 2011 le Conseil constitutionnel, soit « une obligation de vigilance environnementale générale », pose le juriste Paul Mougeolle, coordonnateur du benchmark.

Le risque climat minoré

Du « greenwashing » (Carrefour, Total) à « la stratégie d’expansion (…) incompatible avec l’Accord de Paris » (ADP) en passant par des bilans carbone incomplets (une société sur trois) et des mesures climatiques « hypothétiques » (Arcelor) ou axées sur l’énergie « bas carbone » que serait le gaz naturel (Air liquide, Total), le tableau général est accusateur.

Dix sociétés n’évoquent même pas le climat dans leur plan de vigilance – y compris la mieux notée (Schneider Electric avec 77,5/100). Un blanc confondant sur ce « macro-risque social et environnemental », chez des acteurs étudiés précisément car ils sont très émetteurs. Par secteur, la moyenne varie de 32,5/100 pour la construction à 47,5 pour les transports. Une société sur cinq atteint la moyenne, quand seul le 100/100 garantirait le respect de la loi sur le devoir de vigilance.

« Tant qu’aucune autorité ne se préoccupe du contrôle de la loi, on s’en arroge le droit, déclare Paul Mougeolle. Il conviendrait qu’un groupe d’experts, tel que le Haut conseil pour le climat, soit chargé de veiller à sa bonne application. » Le texte permet aussi aux associations de solliciter du juge une injonction à la mise en conformité des contrevenants.

L’objectif de 1,5°C éludé

Seules quatre sociétés font état de l’impact climatique de leur activité (ArcelorMittal, Auchan, Danone, Schneider). Aucune « n’a mis en place une stratégie (…) en lien avec une trajectoire 1.5°C »3, alors même qu’il s’agit « du cœur de la loi » de 2017, pointe le rapport.

Pour Notre affaire à tous, cette « loi pionnière » enjoint aux multinationales de réduire « les émissions directes et indirectes (des) filiales et (des) chaînes de sous-traitance ». Si tous les groupes affichent des objectifs et des résultats pour les émissions directes des activités (scope 1) et, pour la plupart, pour les rejets indirects liés à l’énergie consommée sur les sites (scope 2), tous pèchent sur l’impact indirect dû à l’usage de leurs produits et services, partiel voire inexistant (banque-assurance, Airbus, Auchan, Engie, PSA, Total). Pour la majorité, ce scope 3 est pourtant la source majeure d’émission.



1 : 1,157 milliard de tonnes eq CO2 contre 445 Mt eq CO2 en 2018
2 : 3,549 milliards de tonnes eq CO2 en 2018 pour les 25 entreprises, dont plus de 2 milliards pour les banques évaluées par les Amis de la Terre et Oxfam (BNP, Crédit agricole, Société générale et BPCE) sous l’angle des émissions directes et indirectes, incluant celles issues de leurs activités de financement et d’investissement.
3 : trajectoire associée à 50 % de chance d’un maintien du réchauffement inférieur à 1.5°C (et à 85 % de moins de 2°C), du fait d’aléas inhérents à tout scénario de réduction de GES.
Capture d'écran du rapport / DR
Offre en ligne (3, 6 ou 12 mois + 1 mois offert) à partir de 8,90 €
Dans ce contexte particulier, le premier mois d'abonnement est offert.
Je m'abonne
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] Coronavirus : des effets bénéfiques pour l'environnement
Avec la pandémie de coronavirus, la nature reprend-elle ses droits ? C'est ce qui ressort de l'actualité de cette semaine : partout dans le monde où des mesures de confinement de la population ont été mises en place, la baisse des activités humaines a eu un impact positif sur la qualité de l'air et la qualité de vie de la faune et de la flore.
+ de vidéos Environnement TV
Pour plus d'informations cliquez ici
Les plus lus
À lire également
Bruno Léchevin, ex-président de l'Ademe, est décédé
Bruno Léchevin, ex-président de l'Ademe, est décédé
L'ex-président de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), Bruno Léchevin, est décédé.
Coronavirus : l’industrie papetière française souhaite poursuivre son activité
Coronavirus : l’industrie papetière française souhaite poursuivre son activité
Face à l’épidémie de Covid-19, l’industrie papetière française demande à être reconnue comme « nécessaire à la sécurité de la Nation ou à la continuité de la vie économique et sociale ».
Trois questions à : Emilie Stojanowski, manager du programme Ikig.ai chez Dataiku
Trois questions à : Emilie Stojanowski, manager du programme Ikig.ai chez Dataiku
Dataiku est une plateforme de data science analysis, dont l'objectif est de rendre l'utilisation des données accessible à tous. Entretien avec Emilie Stojanowski, manager du programme Ikig.ai chez Dataiku For Good.
[Tribune] Ce que nous vivons n'est pas une guerre
[Tribune] Ce que nous vivons n'est pas une guerre
Cette semaine, le réalisateur du documentaire "L'âge de l'Anthropocène, des origines aux effondrements", Gwarr Greff, réagit à la pandémie de Covid-19. Selon lui, il s'agit d'une conséquence de l'organisation mondialisée de nos sociétés. "Il est probable que l’écosystème Terre sache toujours générer de quoi revenir à un équilibre systémique, en attaquant les entités qui constituent une menace pour le plus grand nombre", écrit-il.
Dès ce jeudi 5 mars, la France sera à découvert climatique
Dès ce jeudi 5 mars, la France sera à découvert climatique
Dès ce jeudi 5 mars, la France aura émis la totalité des gaz à effet de serre qu'elle pourrait émettre en un an si elle respectait son objectif de neutralité carbone.
Union européenne : le futur pacte sur le climat est en consultation publique
Union européenne : le futur pacte sur le climat est en consultation publique
Ce mercredi 4 mars, la Commission européenne a présenté une loi sur le climat et lancé une consultation publique sur le futur pacte européen.
Georgina Grenon : « Concilier les Jeux olympiques avec le respect de la planète »
Georgina Grenon : « Concilier les Jeux olympiques avec le respect de la planète »
Du 26 juillet au 11 août 2024, auront lieu les Jeux olympiques et paralympiques à Paris. Evénement-spectacle d’ampleur internationale, cette grande manifestation sportive affiche à chacune de ses éditions un bilan environnemental particulièrement négatif. Pour l’édition parisienne, le comité d’organisation souhaite porter une « ambition environnementale inédite ». Rencontre avec Georgina Grenon, sa directrice de l’excellence environnementale.
Tous les articles POLITIQUES
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Forum National des Eco Entreprises
2 Avril 2020
Forum National des Eco Entreprises
Confs'Amiante Hors-série Plomb
7 Avril 2020
Confs'Amiante Hors-série Plomb
Cycl'eau Bordeaux
7 Avril 2020
Cycl'eau Bordeaux
+ d'événements
Emploi
- Apprenti Technicien Ordonnanceur H/F
- Electromécanicien(ne) Travaux H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- Ingénieur Environnement confirmé - spéc. Ecologie & Biodiversité F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.