Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Loi d’accélération et de simplification de l’action publique : Trois questions à l'avocat Christian Huglo

Loi d’accélération et de simplification de l’action publique : Trois questions à l'avocat Christian Huglo
Par Propos recueillis par Laurence Madoui, le 6 mars 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le Sénat a adopté le 5 mars, en première lecture, le projet de loi d’accélération et de simplification de l’action publique. Le texte s’ajoute à la liste des mesures limitant la participation du public en amont de l’autorisation de projets (loi « Essoc » d’août 2018 notamment). Décryptage de l’avocat Christian Huglo.

Vous venez d’adresser à tous les parlementaires un texte invitant à « refuser de voter en l’état » le projet de loi sur l’accélération et la simplification de l’action publique (Asap). En quoi ce projet aboutirait-il à une régression du droit de l’environnement ? 

Il s’agirait même d’une destruction du droit, engagée alors même que l’on attend les propositions de la Convention citoyenne pour le climat, en vue d’une politique annoncée ambitieuse. Le texte aux allures de pétition, que signent quelque 25 juristes et universitaires, est diffusé à l’ensemble des parlementaires en réponse à la sollicitation de notre cabinet d’avocats par des élus de l’opposition sur le projet de loi Asap. Lequel est voué à être invalidé par le Conseil constitutionnel ou attaqué au niveau européen : il est contraire aux principes constitutionnels du pays, au droit interne et communautaire et aux jurisprudences de la Cour de justice de l’Union européenne et de la Cour européenne des droits de l’homme. Entreprendre cette réforme revient à se tirer une balle dans le pied. Je serais prêt à l’attaquer si un client le veut. 

Vous critiquez en particulier les articles 21 à 28. Que contiennent ces dispositions ? 

Les articles 21 et 26 consacrent le fait accompli. Dans le premier cas, le dossier d’une installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE) en cours d’instruction ne serait pas soumis aux nouvelles normes en vigueur au moment de la délivrance de l’autorisation. Dans le second, le préfet pourrait autoriser un chantier avant délivrance de l’autorisation environnementale si l’enquête publique a été réalisée et le permis de construire délivré. Selon l’article 23, l’Autorité environnementale (Ae) ne donnerait qu’un unique avis qui ne serait pas actualisé en fonction de l’évolution du dossier. C’est idiot car le projet peut être significativement modifié au vu du premier avis de l’Ae ou si de nouvelles études mettent en évidence des impacts mal appréhendés initialement. L’article 24 laisserait au bon vouloir du préfet la consultation du Conseil de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques concernant les ICPE. Même traitement pour la Commission départementale de la nature, des paysages et des sites au sujet des éoliennes et des carrières. L’article 25 permettrait au préfet de shunter l’enquête publique au profit d’une consultation électronique. En réalité, le texte complexifie au lieu de simplifier et il n’accélérera pas les délais de réalisation des projets puisqu’il ouvre la boîte à contentieux. 

Il n’y aura pas besoin de 49-3 pour que le projet de loi soit adopté. Faut-il se résigner à ce recul ? 

Un tel texte ferait effectivement revenir quarante ans en arrière. Mais, comme pour les retraites, ce qu’une loi fait, une autre peut le défaire. Ce projet de loi est à considérer comme un épiphénomène. Ce qui importe, c’est le droit climatique et ce qui nous sauvera, c’est le droit comparé et le droit international. Notre démarche montre que nous n’en sommes pas à rebours. 
Crédit : Huglo-Lepage Avocats
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Planifier la rénovation énergétique à l'aide du « Panorama de la thermosensibilité »
Planifier la rénovation énergétique à l'aide du « Panorama de la thermosensibilité »
L’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) et Enedis dévoilent une cartographie pour identifier des quartiers dont la consommation est la plus sensible à la température. Cet outil permet de mieux cibler les actions de rénovation énergétique à l'échelle locale.
Nice : le Transition Forum sera sous le signe de la transition écologique
Nice : le Transition Forum sera sous le signe de la transition écologique
Du 30 septembre au 1er octobre aura lieu le Transition Forum à Nice. Cet événement d'envergure internationale sera dédié à la coopération et aux nouvelles alliances économiques au service de la transition écologique.
[Tribune] Formation professionnelle : et si on parlait d’efficacité pédagogique pour favoriser l’employabilité ?
[Tribune] Formation professionnelle : et si on parlait d’efficacité pédagogique pour favoriser l’employabilité ?
Réformes de 2004, 2009, 2014, Loi travail 2016, réforme de 2018… Chaque gouvernement entend tout changer dans la formation professionnelle avec, en toile de fond, un enjeu majeur : l’employabilité. Anne-Lise Melki, directrice générale de Biotope évoque l'importance de la formation professionnelle et l'enjeu qu'elle représente dans le secteur de l’environnement qui cherche à former et recruter.
Ariel Weil : « Il faut une mobilisation générale pour dépolluer la Seine »
Ariel Weil : « Il faut une mobilisation générale pour dépolluer la Seine »
Pendant six mois, un groupe de travail composé de 15 élus parisiens a planché sur l'avenir de la Seine. Reconquête de ses berges, qualité de l'eau du fleuve, régulation des activités industrielles et portuaires... Ils viennent de rendre leur rapport à la maire de Paris, Anne Hidalgo. Tour d'horizon de cette mission d'information et d'évaluation avec l'un de ses membres, Ariel Weil, maire de Paris Centre, qui regroupe les quatre premiers arrondissements de la capitale.
Le plan de relance a dopé la transition écologique des entreprises et des collectivités, selon l'Ademe
Le plan de relance a dopé la transition écologique des entreprises et des collectivités, selon l'Ademe
L'Agence de la transition écologique (Ademe) vient de rendre public le premier bilan du volet environnemental du plan de relance. Une réussite, selon l'agence, qui revendique le soutien et l'accompagnement de plus de 2 000 projets pour un montant total de 282,5 millions d'euros d'aides.
[Tribune] Greenwashing : quel bilan deux mois après la Convention citoyenne pour le Climat ?
[Tribune] Greenwashing : quel bilan deux mois après la Convention citoyenne pour le Climat ?
La Convention citoyenne pour le climat (CCC) s’est achevée fin juin après la présentation du livrable final à la presse et au gouvernement. Deux mois plus tard, le mardi 24 août a été promulguée la loi Climat et Résilience. Le sujet du greenwashing a notamment suscité de nombreux débats. Cindy Carpentier et Thibaut Le Garrec du groupe Square dressent un bilan de cette pratique décriée.
Le ministère des Armées expose sa stratégie de préservation de la biodiversité
Le ministère des Armées expose sa stratégie de préservation de la biodiversité
Le ministère des Armées a dévoilé sa première stratégie de préservation de la biodiversité lors du congrès mondial de la nature à Marseille. Une contribution qui fait écho aux travaux d’élaboration de la stratégie nationale biodiversité 2021-2030.
Tous les articles POLITIQUES
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.