Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

POLITIQUES
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Le gouvernement annonce un plan de soutien de 15 milliards d'euros à la filière aéronautique

Partager :
Le gouvernement annonce un plan de soutien de 15 milliards d'euros à la filière aéronautique
Par E.G, le 9 juin 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Politiques
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Ce mardi 9 juin, le gouvernement a présenté son plan de soutien à la filière aéronautique. Un plan total de 15 milliards d’euros d’aides, d’investissements et de prêts et garanties.

Alors que la crise sanitaire liée au Covid-19 a cloué tous les avions au sol, le gouvernement français a annoncé, ce mardi 9 juin, les détails de son soutien à la filière aéronautique. Le plan de 15 milliards d’euros au total, prend en compte les 7 milliards d’euros de soutien à Air France déjà annoncés en avril dernier. 1,5 milliard d’euros de prêts garantis par l’Etat (PGE) ont déjà été accordés aux entreprises de la filière de construction aéronautique et spatiale à la mi-mai. Et 651 sites ont demandé l’autorisation de mettre en place l’activité partielle pour 110.000 salariés.

La filière aéronautique représente 1.300 entreprises et 58 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Le gouvernement souhaite en particulier investir dans les PME et ETI « pour accompagner transformation de la filière », en créant deux outils : l’un doté de 500 millions d’euros de capital dès juillet, pour atteindre 1 milliard d’euros de capacité de financement – en dette et en fonds propres. L’autre mobilisera 300 millions d’euros de subventions sur trois ans, pour accompagner les entreprises fournisseurs et sous-traitantes.

Vers une filière plus verte ?

Ce plan de soutien a pour ambition d’aller vers une flotte plus écologique, avec 1,5 milliards d’euros consacrés à la R&D et à l’innovation. Parmi les mesures annoncées, on trouve notamment le renforcement du soutien de Bpifrance Assurance Export pour les exportations du secteur, l’assouplissement temporaire des modalités de remboursement des achats de nouveaux aéronefs, ou encore l’anticipation de la commande de nouveaux avions, hélicoptères et drones de surveillance navals.

Le gouvernement rappelle par ailleurs les engagements de la filière. Au niveau mondial, l’objectif est de diviser par deux les émissions de gaz à effet de serre en 2050 par rapport à 2005. En France, cet engagement se matérialise en partie avec la signature d’une charte d’engagements sur les relations entre donneurs d’ordre et sous-traitants. Celle-ci vise notamment à prendre en compte des critères de RSE et d’innovation, à favoriser les fournisseurs produisant en France et en Europe, à engager une réflexion sur le rapatriement de productions ou de savoir-faire technologiques stratégiques pour la filière française et européenne, ou encore à former les acheteurs à ces nouvelles pratiques.

Toujours pas assez d’ambition pour Greenpeace France

Pour Greenpeace France, « le gouvernement continue à se voiler la face sur l’essentiel : réduire le trafic aérien est indispensable pour vraiment baisser les émissions de gaz à effet de serre du secteur et lancer une véritable transition écologique ». Alors que Bruno Le Maire fixe pour objectif de retrouver le trafic de décembre 2019.  « Plutôt que de ne parler que de futurs avions soi-disant décarbonés, le gouvernement doit prendre ses responsabilités maintenant. L’avion le moins polluant, c’est celui qui ne vole pas », souligne l’ONG, remarquant qu’à ce jour, aucun plan de relance n’a été annoncé pour le secteur ferroviaire.

« Sans compter que les contreparties présentées pour le soutien à Air France restent floues, peu ambitieuses, voire parfois carrément problématiques,comme avec la compensation carbone ou le soutien aux agrocarburants  », ajoute Greenpeace France. L’ONG suggère de commencer par supprimer les vols domestiques de l’ensemble des compagnies aériennes « pour lesquels une alternative en train existe déjà ». Selon le Réseau action climat (RAC), « le plan du gouvernement de supprimer les vols à moins de 2h30 en train tout en excluant le hub de Roissy ne réduirait que de 6,6% les émissions de CO2 issues des vols métropolitains et de 0,5% les émissions de l’ensemble des vols au départ de la France ».
Pixabay / DR
  [Vidéo] Rencontre avec l'architecte Lina Ghotmeh
A quoi ressemblera la ville de demain ? Voici quelques éléments de réponse avec l’architecte Lina Ghotmeh.
+ de vidéos Environnement TV
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Matteo Carando, directeur d’ERG France
Les entreprises et acteurs de l’environnement organisent, depuis mi-mai, la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Matteo Carando, directeur d’ERG France.
Toutes les interviews
Actu réglementaire
Avis relatif à l'extension d'un accord professionnel conclu dans le cadre de la convention collective nationale du personnel des entreprises de restauration de collectivités Lire
Avis relatif à l'extension d'un accord conclu dans le cadre de la convention collective nationale de la plasturgie Lire
Arrêté du 6 juillet 2020 portant délégation de signature (cabinet du ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargé des transports) Lire
Arrêté du 7 juillet 2020 portant délégation de signature (bureau du cabinet du ministre de l'agriculture et de l'alimentation) Lire
Arrêté du 6 juillet 2020 portant délégation de signature (bureau des cabinets) Lire
À lire également
La relance ne doit pas oublier le climat, prévient le Haut Conseil
La relance ne doit pas oublier le climat, prévient le Haut Conseil
Les premières mesures d'urgence pour redresser l'économie n'intègrent pas suffisamment l'enjeu climatique, qui devra être mieux pris en compte dans le plan global de relance, avertit mercredi le Haut conseil pour le climat dans son rapport annuel.
[A écouter] Modification de l'article 1 de la Constitution française : l'analyse d'Arnaud Gossement
[A écouter] Modification de l'article 1 de la Constitution française : l'analyse d'Arnaud Gossement
Quinze ans après la victoire du "non" sur la Constitution européenne, la France va-t-elle connaître un nouveau référendum ? Dans son discours devant les membres de la Convention citoyenne pour le climat, lundi 29 juin, le chef de l'Etat s'y est dit prêt.
La Collectivité européenne d'Alsace portée sur les fonts baptismaux
Alors que l'Alsace a été particulièrement touchée par le Covid-19, les présidents des conseils départementaux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin poursuivent la convergence de leur politique publique respective en vue de la naissance, le 1er janvier prochain, de la Collectivité européenne d'Alsace. Cette nouvelle collectivité territoriale aura notamment à gérer les conséquences de la crise sanitaire.
L'Irena appelle les gouvernements à combiner relance économique et décarbonation
L'Irena appelle les gouvernements à combiner relance économique et décarbonation
L'Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) a publié ce mercredi 24 juin, un rapport selon lequel les gouvernements peuvent combiner relance économique et objectifs de décarbonation et de développement durable.
Décès de Michel Mousel, fondateur de l'association 4D et premier président de l'Ademe
Décès de Michel Mousel, fondateur de l'association 4D et premier président de l'Ademe
L'association 4D a annoncé le 27 juin, le décès de son ancien président et fondateur Michel Mousel.
Troisième projet de loi de finances rectificative : les ONG plaident pour une reprise verte et solidaire
Troisième projet de loi de finances rectificative : les ONG plaident pour une reprise verte et solidaire
Alors que le troisième projet de loi de finances rectificative est présenté ce mercredi 10 juin en Conseil des ministres, le Réseau action climat établit une liste de recommandations pour un plan de relance verte.
Recul du trait de côte : « Les communes littorales ne sont pas toutes logées à la même enseigne »
Recul du trait de côte : « Les communes littorales ne sont pas toutes logées à la même enseigne »
Les conséquences du dérèglement climatique sur l’évolution du trait de côte sont parmi les plus spectaculaires. Les phénomènes de submersion marine et d’érosion côtière, dus à l’élévation du niveau des mers et des océans, impactent déjà et impacteront durablement tout le littoral français. Les élus des collectivités locales concernées doivent mettre en œuvre des stratégies adaptées de gestion du trait de côte. Rencontre avec Boris Leclerc, expert en risques hydrauliques et en aménagement au Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema).
Tous les articles POLITIQUES
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
EXPOBIOGAZ
2 Septembre 2020
EXPOBIOGAZ
20e Congrès international du recyclage automobile (IARC)
2 Septembre 2020
20e Congrès international du recyclage automobile (IARC)
+ d'événements
Emploi
- Dessinateur industriel H/F - Cognac (16)
- Alternance - Chargé(e) de Prévention Santé et Sécurité
- Jardinier / Jardinière
- INGENIEUR CHIMISTE EXPLOITATION F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.