EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la unePOLITIQUES

Tribune | « Biodiversité en Méditerranée : quel rôle pour les startups à impacts du Maghreb ? »

Par Samir Abdelkrim, fondateur d’EMERGING Mediterranean, EMERGING Valley et auteur de Startup Brics. Publié le 12 septembre 2022.
Tribune | « Biodiversité en Méditerranée : quel rôle pour les startups à impacts du Maghreb ? »
Samir Abdelkrim, fondateur d’EMERGING Mediterranean, EMERGING Valley et auteur de Startup Brics. Crédit : DR
NEWSLETTERS
Archiver cet article
La Méditerranée, pivot entre l’Afrique et l’Europe, rassemble une communauté de destins autour de différents enjeux majeurs dont la préservation de la biodiversité et du vivant. Samir Abdelkrim, fondateur de Emerging Mediterranean, revient sur la nécessité de coopération entre des entrepreneurs et chercheurs français, et leurs homologues maghrébins pour des sociétés plus résilientes.

Sur la rive Sud de la Méditerranée, en particulier, le désert avance, les épisodes de sécheresse puis de pluies intenses sont de plus en plus redoutables et destructeurs. Tout comme les incendies à répétition, ces aléas climatiques impactent négativement la souveraineté alimentaire et énergétique. Face à cela, de plus en plus d’entrepreneurs issus du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisue, de la Mauritanie et de la Libye utilisent la technologie pour identifier des solutions.

La jeunesse et l’entrepreneuriat méditerranéen s’engagent pour relever ces défis communs et innover avec l’Europe et le reste du monde. En étant confrontés à des enjeux communs sur différents territoires, de nombreux acteurs issus du monde de l’entrepreneuriat et de l’innovation mobilisent leurs forces et leurs connaissances pour coopérer, dans une volonté d’influence mutuelle.

Une révolution déjà en route : une vague verte d’innovations méditerranéennes au service du respect du vivant

L’entrepreneuriat maghrébin s’engage de plus en plus au service de la durabilité environnementale. Cela s’est d’ailleurs démontré lors des trois appels à candidatures du programme EMERGING Mediterranean. Rien que pour l’édition 2022, plus de 120 startups éco-responsables au Maghreb ont participé, plaçant l’environnement comme la seconde thématique la plus représentée parmi les candidatures. Parmi ces startups, de nombreuses pépites ne demandent qu’à se révéler au monde et répondent à des problèmes concrets et pressants. C’est notamment le cas des startups suivantes.

En Algérie, Garini (lauréate EMERGING Mediterranean 2022) vise notamment à réduire les 50 millions de tonnes de CO2 chaque année rejetées par les véhicules en recherche d’une place de parking. Green Algeria (autre lauréate EMERGING Mediterranean 2022) propose, quant à elle, une installation pour particuliers qui transforme leurs déchets organiques en gaz combustible, avec in fine, l’objectif d’assurer une souveraineté énergétique.

Au Maroc, Viable Ways Corp (lauréate EMERGING Mediterranean 2022) est une startup d’analyse agricole qui développe des logiciels intégrés à des capteurs sans fil pour suivre en temps réel  les productions et ainsi optimiser les ressources.

En Tunisie, Drill Serv (Finaliste EMERGING Mediterranean 2022)  a développé une solution de contrôle et de suivi de la variation des nappes phréatiques grâce à une application mobile connectée avec une base de données

En Mauritanie, Sasa Plast (lauréate EMERGING Mediterranean 2022) et Daaddo VDP (lauréate EMERGING Mediterranean 2020) œuvrent pour la résilience climatique grâce à la revalorisation des déchets plastiques en briques et pavés.

Mais face aux enjeux majeurs que représentent le changement climatique et la durabilité environnementale, tous les acteurs doivent se mobiliser et coopérer au-delà de leurs frontières. 

Co-innovation : les coopérations entre nos deux continents pour des sociétés plus résilientes

Nous le voyons actuellement : de plus en plus de territoires subissent de très importants incendies, le monde est touché par une vague de chaleur sans précédent engendrant des pics de température records, et beaucoup de pays sont concernés par une crise énergétique et alimentaire qui s’installe, progressivement, un peu partout dans le monde.
Face à la gravité de ces bouleversements climatiques et devant l’urgence des questions énergétiques, alimentaires et environnementales, le Sommet international EMERGING Valley organise, depuis 2019, un Lab d’intelligence collective avec le soutien du Département des Bouches du Rhône, premier département agricole de France, l’Institut de recherche pour le Développement (IRD) et SoScience. Ce format de travail, dédié à la thématique de la Biodiversité 2.0, permet de rassembler de nombreux acteurs de l’innovation - startups, secteur privé, experts internationaux, ONGs, chercheurs, bailleurs et investisseurs -, issus des écosystèmes tech et innovants de l’axe France-Afrique. L’objectif est de faire émerger des pistes de collaborations intersectorielles nécessaires pour une action cohérente et puissante en faveur de la biodiversité, et co-construire les solutions de demain.

De nombreux projets de coopération sont, ainsi, d’ores et déjà en cours entre des entrepreneurs et chercheurs français, et leurs homologues maghrébins. Ces projets couvrent de larges sujets tels que la gestion de l’eau, l’irrigation intelligente des parcelles agricoles, l’énergie solaire, la construction d’habitats à partir de conteneurs maritimes ou encore le reboisement. C’est le cas de la Grande Muraille Verte, initiative politique emblématique créée par l’Union africaine en 2009 et qui vise à lutter contre les effets du changement climatique et de la désertification en Afrique en restaurant 100 millions d’hectares de terres dégradées d’ici à 2030 dans 11 pays du Sahel, de la Mauritanie jusqu’à Djibouti. 

Financement et accompagnement de l’innovation durable : permettre le passage à l’échelle des startups maghrébines durables

Pour que l’innovation verte méditerranéenne se pérennise, il est essentiel de construire un écosystème favorable à l’épanouissement des startups.
Cela passe, premièrement, par la structuration de l’investissement privé afin de proposer une gamme complète de sources de financement pour accompagner les startups dans leurs différentes phases de croissance. Si les pays du Maghreb n’atteignent pas encore les performance des « Big Four » (Nigeria, Kenya, Afrique du Sud et Egypte), l’écosystème des startups maghrébines gagne progressivement en dynamisme au fil des années. Des fonds d’investissements africains et internationaux se tournent de plus en plus vers les startups méditerranéennes, mais de manière encore insuffisante pour booster l’écosystème durablement.

Un autre aspect de la construction de l’écosystème est lui aussi indispensable : l’élaboration d’un cadre juridique et technologique favorable aux startups, à l’instar du Startup Act tunisien. Facilitation financière, exonérations fiscales, valorisation de la recherche et de l’innovation, accès à la formation, ou couverture internet de qualité sont autant de leviers qui vont aider ces startups à impact à déployer leurs ailes.
 
En Méditerranée, l’association de la biodiversité et du numérique promet l’élaboration de réponses à la crise de la biodiversité. Face à ce grand défi mondial, les acteurs de la tech doivent travailler et s’inspirer mutuellement pour co-construire des solutions, ainsi que des modèles durables face aux multiples défis auxquels les sociétés doivent faire face.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
20 octobre 2022
Dossier/1 | Les écoles d’ingénieurs bouleversent leurs programmes Souvent riches d’une longue histoire et de programmes instaurés de longue date, les écoles d’ingénieurs semblent toutefois s’être saisies, depuis quelques années, des enjeux de transition écologique et de développement durable. Ces établissements font ainsi évoluer leurs cursus afin de former des ingénieurs armés pour répondre aux défis climatique et environnemental.
Dossier/1 | Les écoles d’ingénieurs bouleversent leurs programmes
2 novembre 2022
La Commission européenne veut durcir la directive eaux usées Le 26 octobre, la Commission a proposé plusieurs textes durcissant la directive concernant les eaux urbaines résiduelles afin de lutter contre la pollution des eaux de surface, de valoriser les boues et propose d’étendre ses mesures sur les eaux usées aux communes de 1.000 habitants.
La Commission européenne veut durcir la directive eaux usées
18 janvier 2023
Sciences Po enseigne la « Culture Écologique » À compter de janvier, les étudiants inscrits en première année à Sciences Po suivront un cours obligatoire de 24 heures intitulé « Culture Écologique ».
Sciences Po enseigne la « Culture Écologique »
Tous les articles POLITIQUES
VIDÉO
Quel avenir pour nos déchets nucléaires ?
Toutes les vidéos
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- Ouvrier viticole avec une compétence machinisme H/F
- Ingénieur H/F
- Ouvrier / Ouvrière des espaces verts
- Responsable du Pôle subventions recettes et patrimoine F/H
+ d'offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola