Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Une étude révèle la présence de métaux lourds dans les herbicides à base de glyphosate

Une étude révèle la présence de métaux lourds dans les herbicides à base de glyphosate
Par Eva Gomez, le 8 janvier 2018.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Ce lundi 8 janvier, une étude de l’Université de Caen Normandie publiée dans la revue Toxicology Reports, révèle la présence de métaux lourds, dont l’arsenic, ainsi que des traces de pétrole dans des herbicides à base de glyphosate. Ces formulants seraient plus toxiques sur les plantes et cellules humaines que le glyphosate lui-même.

Arsenic, chrome, cobalt, plomb, nickel… Ces métaux lourds, ainsi que des traces de pétrole, ont été retrouvés dans des herbicides à base de glyphosate par une équipe de chercheurs de l’Université de Caen Normandie. Les professeurs Gilles-Eric Séralini, Nicolas Defarge et Joël Spiroux ont étudié 14 formules d’herbicides à base de glyphosate ainsi que leurs impacts sur les plantes et des cellules humaines. Leurs conclusions : « les herbicides à base de glyphosate ont été montrés comme contenant des métaux lourds dont l’arsenic. Ces produits ne sont pas déclarés et normalement interdits pour leur toxicité », indique le rapport d’étude. Par ailleurs, « sur les plantes, les formulants (type Polyoxyéthylène amine - POEA) sont toxiques sans glyphosate, et le glyphosate semble le devenir seulement à des niveaux plus élevés que les doses agricoles ». Enfin, sur les cellules humaines, « les formulants composés de résidus de pétrole sont beaucoup plus perturbateurs endocriniens et toxiques que le glyphosate ». Le cocktail de formulants toxiques présents dans les herbicides à base de glyphosate serait donc plus dangereux que le glyphosate lui-même, selon ce rapport publié ce lundi 8 janvier dans la revue Toxicology Reports. Ce qui remet donc en cause les analyses de toxicité des herbicides, portant seulement sur le glyphosate.

« Ces résultats montrent que les déclarations du glyphosate comme principe actif de toxicité sont scientifiquement fausses, et l’évaluation de toxicité est aussi erronée : le glyphosate est testé sans ses formulants composés de résidus toxiques de pétrole, à long terme et au niveau réglementaire », conclut le professeur Gilles-Eric Séralini. « Nous appelons à une transparence immédiate sur les formulations et surtout leurs tests sur la santé. Les résidus acceptables de glyphosate dans la nourriture et les boissons devraient être divisés immédiatement au moins par 1.000 à cause de ces poisons cachés, et les herbicides à base de glyphosate devraient être interdits, entre autres », estiment les chercheurs.

A noter que cette étude devait à l’origine paraître le 31 mai 2017 dans la revue PlosOne. Elle « a finalement vu sa publication repoussée pour des raisons fallacieuses », précise l’Université de Caen Normandie. « On peut soupçonner les lobbies d’avoir été à l’œuvre pour simplifier le débat sur le glyphosate », ajoute-t-elle.

Consulter l’intégralité de l’étude en ligne.
Flickr
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Neuf communes prennent un arrêté contre les « déchets dangereux » issus des pesticides
Neuf communes prennent un arrêté contre les « déchets dangereux » issus des pesticides
Neuf villes franciliennes ont annoncé mardi 02 mars avoir pris un arrêté pour lutter contre les déchets "dangereux" que constituent les pesticides. Ce nouvel arrêté se fonde notamment sur la compétence des municipalités en matière de réglementation des déchets.
Valgo : une dizaine de postes à pourvoir dans la remédiation et revitalisation de sites industriels
Valgo : une dizaine de postes à pourvoir dans la remédiation et revitalisation de sites industriels
L’entreprise Valgo, spécialisée dans la remédiation et la revitalisation de sites industriels, lance sa campagne de recrutement annuelle.
SAP vise la neutralité carbone d'ici 2023
SAP vise la neutralité carbone d'ici 2023
L’entreprise allemande SAP, spécialisée dans la vente des systèmes de gestion et de maintenance, a annoncé l'atteinte de son objectif de réduction d’émissions de gaz à effet de serre en 2020.
Un colloque pour promouvoir la santé dans l’économie circulaire
Un colloque pour promouvoir la santé dans l’économie circulaire
Le 24 juin prochain aura lieu à Paris Les Défis Bâtiment Santé, un colloque réunissant plus de 300 experts et professionnels destiné à favoriser une « réflexion sanitaire » dans le cadre du recyclage, du réemploi et de la réutilisation des produits et des équipements du bâtiment.
Une application pour suivre l’Accord de Paris
Une application pour suivre l’Accord de Paris
Copernicus annonce le lancement de l’application Global Temperature Trend Monitor sur le changement climatique. Elle permet de comparer la situation actuelle et l’objectif de 1,5 °C fixé par l’Accord de Paris.
Un programme de recherche inédit sur l’usage des pesticides dans la culture du café
Un programme de recherche inédit sur l’usage des pesticides dans la culture du café
L’organisme français de recherche agronomique, Cirad, et une dizaine d’acteurs s’engagent à évaluer les conséquences de l’usage des pesticides dans la caféiculture conventionnelle au Brésil, Vietnam, Mexique et Nicaragua.
Total : le Conseil d’État exclut l’huile de palme des biocarburants
Total : le Conseil d’État exclut l’huile de palme des biocarburants
Coup dur pour Total et l’État : le Conseil d’État a reconnu, le mercredi 24 février, que ce sont bien tous les produits à base d’huile de palme qui sont exclus des biocarburants.
Tous les articles POLLUTIONS
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.