Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

POLLUTIONS
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Perturbateurs endocriniens : Le projet de Stratégie nationale fait l’impasse sur l’alimentation, alerte Générations futures

Partager :
Perturbateurs endocriniens : Le projet de Stratégie nationale fait l’impasse sur l’alimentation, alerte Générations futures
Par Laurence Madoui, le 5 septembre 2018
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Pollutions
A ce jour, l’ébauche de Stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens ne comprend ni calendrier, ni budget et élude la problématique de l’alimentation. Pourtant, les résidus de pesticides présents dans les produits alimentaires en Europe s’avèrent à 63 % être également des perturbateurs endocriniens, selon le rapport publié par Générations futures le 4 septembre 2018.

« Un nouveau ministre de l’Ecologie qui voudrait s’attaquer au problème dispose de toutes les informations nécessaires », glisse François Veillerette, en présentant le dernier rapport de Générations futures sur l’exposition alimentaire des Européens aux pesticides et perturbateurs endocriniens. L’étude de l’ONG montre que 63,2 % des résidus de pesticides identifiés par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) entrent aussi dans la catégorie des perturbateurs endocriniens (PE) suspectés. « La contamination alimentaire par les pesticides est donc très largement une voie de de contamination par les PE », relève l’association.

Générations futures a croisé les informations sur les résidus de pesticides (principalement dans les fruits et légumes) publiées en juillet par l’EFSA avec celles de la base de données américaine TEDX sur les PE. Le zoom sur les produits commercialisés en France reste à établir, l’association n’ayant pas reçu de réponse à sa demande d’accès aux chiffres nationaux auprès de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

Pas de valeur-seuil valable sur les PE

Sur les pesticides, l’EFSA souligne que 93 % des échantillons analysés présentent des concentrations inexistantes ou inférieures aux limites maximales en résidus (LMR). « Tout va bien, circulez … Il y a pourtant bien quelque chose à voir, car la notion de LMR ne vaut pas pour les PE, toxiques à faible dose pour les populations vulnérables, pointe François Veillerette. Au nom du principe de précaution, on attend un plan de substitution pour les 20 à 30 molécules les plus couramment présentes ». Le porte-parole de l’ONG vise notamment l’acétamipride (un néonicotinoïde) et le boscalide (un fongicide potentiellement cancérigène).

Le rapport d’évaluation (février 2018) sur la première Stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens (SNPE) de 2015 rappelle qu’une vingtaine de molécules dangereuses seront à terme bannies par l’Union européenne. « Pourquoi cramer de l’argent public en relançant des études sur ces substances, impliquées dans un tiers des utilisations ? » s‘agace François Veillerette.

Ministères absents, expertise chétive

« Ni le ministère du Travail ni celui de l’Agriculture ne sont associés aux travaux sur la future SNPE », note Fleur Gorre. La chargée de campagne juge insuffisants les objectifs envisagés en matière d’expertise, inchangés par rapport à la précédente SNPE, soit l’analyse de cinq substances par an pour l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) et de trois substances présentes dans les produits cosmétiques pour l’Agence nationale de sécurité du médicament – qui n’a jusqu’alors pas rempli cette commande.

Une consultation publique sur la nouvelle SNPE doit s’ouvrir en octobre. Le coût sanitaire de l’exposition aux PE pourrait atteindre 31 milliards par an dans l’Union européenne, selon un rapport de 2014 de l’Alliance pour la santé et l’environnement.
DR
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Environnement TV ouvre les vannes
Le 21e Carrefour des gestions locales de l'eau se tient en ce moment même à Rennes. Pour l'occasion, l'équipe d'Environnement TV vous propose une émission consacrée à l'Eau.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
Mobilité et pollution : WeNow lève 1,3 million d'euros
Mobilité et pollution : WeNow lève 1,3 million d'euros
La jeune pousse WeNow vient de lever 1,3 million d'euros pour accélérer le déploiement de sa technologie de neutralité carbone embarquée dans les véhicules.
Des chercheurs se mobilisent pour une agriculture sans pesticides chimiques
Des chercheurs se mobilisent pour une agriculture sans pesticides chimiques
Vingt-quatre organismes de recherche européens ont signé une déclaration d’intention dans le but de faire émerger une agriculture sans pesticide chimique. Un engagement qui doit être suivi de pistes communes de recherche concrètes.
Cemex entend réduire ses émissions de CO2 de 30 à 35 % d’ici 2030
Cemex entend réduire ses émissions de CO2 de 30 à 35 % d’ici 2030
Cemex a dévoilé une nouvelle stratégie d’action pour le climat avec l’objectif de progresser vers une économie neutre en carbone. Il vise une réduction de ses émissions de CO2 de 30 à 35 % d’ici 2030.
[Tribune] Entreprises : comment s’adapter à la fin du plastique
[Tribune] Entreprises : comment s’adapter à la fin du plastique
Cette semaine, Jérôme Tarting, P-DG de Up’nBiz, une entreprise fondée en 2005 pour proposer au grand public des solutions globales pour entreprendre, revient sur la disparition progressive des objets en plastique à usage unique. Une évolution qui va conduire, selon lui, les entreprises, et les points de vente notamment, à adopter une attitude responsable.
Un nouveau plafond d'émissions de soufre pour les transports maritimes
Un nouveau plafond d'émissions de soufre pour les transports maritimes
Depuis le 1er janvier 2020, un plafond de 0,5% d'émissions de soufre pour les navires est entré en vigueur à l'échelle mondiale.
Jean Weissenbach : « La bio-remédiation est une réponse efficace pour décontaminer les sols pollués »
Jean Weissenbach : « La bio-remédiation est une réponse efficace pour décontaminer les sols pollués »
Sites et sols pollués aux métaux lourds, contamination des écosystèmes par des substances chimiques, catastrophes pétrolières sur terre comme en mer… L’empreinte des activités industrielles sur les milieux naturels est colossale, parfois irréversible. Des solutions émergentes existent pour traiter ces pollutions, au rang desquelles la bio-remédiation : la dépollution par traitement biologique. Rencontre avec le biologiste Jean Weissenbach, auteur du livre "Dépolluer la planète" (CNRS Editions).
Un « service inédit » pour mieux tracer les terres excavées
Un « service inédit » pour mieux tracer les terres excavées
Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) a pris une participation de 40 % dans l’entreprise Soltracing, spécialisée dans la sécurisation des flux de terres excavées. L'objectif ? Lancer un nouveau service pour mieux tracer les déblais de chantier.
Tous les articles POLLUTIONS
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
SALON AQUIBAT
26 Février 2020
SALON AQUIBAT
Confs'Amiante Bâti
27 Février 2020
Confs'Amiante Bâti
Confs'Amiante Navire
10 Mars 2020
Confs'Amiante Navire
+ d'événements
Emploi
- Technicien SAV froid industriel H/F
- Coordinateur(rice) Cybersécurité H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- COMPTABLE F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.