Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Les pneumologues plaident pour le désinvestissement français des énergies fossiles

Les pneumologues plaident pour le désinvestissement français des énergies fossiles
Par Laurence Madoui, le 7 septembre 2018.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
L’élimination progressive des combustibles fossiles « est chose possible si la volonté politique existe », affirme la « Déclaration de Paris sur le climat, l’environnement et la santé respiratoire », adoptée à quelques jours du congrès européen de pneumologie.

Des associations de pneumologues et de patients1 appellent les pouvoirs publics à s’inspirer de l’Irlande, en adoptant un « Fossil Fuel Divestment Bill » à la française qui interdirait tout investissement dans les énergies fossiles. La « Déclaration de Paris sur le climat, l’environnement et la santé respiratoire », adoptée en amont du congrès européen de pneumologie (15-19 septembre à Paris), invite à « faire preuve d’un fort volontarisme politique en matière d’efficacité énergétique et de développement des énergies renouvelables » - à l’exclusion toutefois de la biomasse « qui a des effets néfastes sur la santé respiratoire ».

La pollution de l’air par les particules fines entraîne 48 000 décès prématurés par an (selon Santé publique France) et son coût sanitaire est évalué entre 20 et 30 milliards d’euros (Commissariat général au développement durable).

« Conséquences irréversibles »

Si la fermeture des quatre dernières centrales à charbon d’ici 2022 et le plan « Climat Air Energie » de la ville de Paris - qui vise la fin des moteurs diesel en 2024 et la neutralité carbone en 2050 - sont qualifiés d’encourageants, les mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre engagées par la France sont globalement jugées « nettement insuffisantes ». « Des prises de décision tardives, pour limiter les gaz à effet de serre et les polluants atmosphériques à courte durée de vie, auront des conséquences irréversibles sur la santé de tous les citoyens », alertent les sociétés médicales et les ONG. Paris doit se donner les moyens de « respecter les limites de qualité de l’air fixées par l’Organisation mondiale de la santé ou, tout du moins, par la Commission européenne ». La Déclaration adoptée le 7 septembre rappelle qu’en mai 2018, la France a été traduite devant la Cour européenne de justice pour dépassement des seuils de dioxyde d’azote fixés par la Commission.

Le document s’inscrit dans la lignée de la Déclaration ministérielle de Marrakech de 2016 sur la santé, l’environnement et le climat, qui attribue près du quart du coût mondial des maladies, et environ 12,6 millions de décès, à des facteurs environnementaux modifiables. Environ 30% de la population mondiale (petits États en développement, régions côtières ou mégalopoles) est menacée par des pics de chaleur mortels, précise la Déclaration de Paris. Une étude menée en Norvège et en Suède, présentée dans le cadre du congrès, montre une association significative entre les arrêts maladie et la pollution aux particules fines à laquelle la population a été exposée vingt ans plus tôt.

Les organisateurs de la manifestation proposent aux Parisiens, les 14 et 15 septembre, des mesures du souffle sur le parvis de l’Hôtel de ville. « Nos moyens de lobbying sont faibles, nous misons sur la pédagogie en direction du grand public », observe le professeur Anh Tuan Dinh-Xuan, président du congrès.


1 : European Lung Foundation, European Respiratory Society, Fédération française des associations et amicales de malades, insuffisants ou handicapés respiratoires, Fondation du souffle, Société de pneumologie de langue française.
Wikimedia Commons / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
La réduction des émissions de méthane et la sécurité alimentaire, profondément liées
La réduction des émissions de méthane et la sécurité alimentaire, profondément liées
Une nouvelle étude théorise les conséquences des différentes approches de réduction des émissions du méthane sur la production alimentaire à l’horizon 2050. Ce travail comparatif révèle que la France ne pourrait pas pleinement subvenir à ses besoins alimentaires tout en respectant les plans de neutralité climatique.
Une surveillance « pérenne » des pesticides dans l’air ambiant
Une surveillance « pérenne » des pesticides dans l’air ambiant
Atmo France qui fédère les associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA), et l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) ont mis en place un suivi annuel de 75 pesticides dans l'air extérieur en métropole et en outre-mer. Les premières données seront accessibles en été 2022.
Pollueur-payeur : les contribuables paient les frais, alerte la Cour des comptes européenne
Pollueur-payeur : les contribuables paient les frais, alerte la Cour des comptes européenne
La Cour des comptes européenne indique dans un nouveau rapport que le principe du pollueur-payeur n'est pas totalement respecté au sein de l'Union européenne. Son application varie d'un secteur et d'un État membre à l'autre. Conséquence : ce sont les contribuables qui financent des actions de dépollution.
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Du caniveau au fleuve, et du fleuve à la mer, nos déchets urbains finissent bien souvent dans l'océan.
Nuisances sonores aéroportuaires : 18 associations saisissent le Conseil d'État pour appliquer le droit européen
Nuisances sonores aéroportuaires : 18 associations saisissent le Conseil d'État pour appliquer le droit européen
Dix-huit associations ont entamé un recours pour presser l’État à agir contre les nuisances sonores causées par les activités aéroportuaires.
Grand Paris : la zone à faibles émissions s’étend aux véhicules Crit'Air 4
Grand Paris : la zone à faibles émissions s’étend aux véhicules Crit'Air 4
La deuxième étape de la zone à faibles émissions (ZFE) de la Métropole du Grand Paris est en vigueur depuis le 1er juin 2021. La restriction de circuler est étendue aux véhicules Crit’Air 4 au sein des communes situées à l’intérieur du périmètre de l’autoroute A86. Mais les professionnels touchés par la crise économique pourront bénéficier de dérogations de l’application.
Vinci Airports annonce le premier puits carbone forestier autour de l'aéroport Lyon-Saint Exupéry
Vinci Airports annonce le premier puits carbone forestier autour de l'aéroport Lyon-Saint Exupéry
Vinci Airports a présenté son programme de reboisement réalisé en collaboration avec l’Office national des forêts (ONF) et le département du Rhône. Celui-ci est destiné à absorber les émissions résiduelles des aéroports de Lyon-Saint Exupéry et Lyon-Bron.
Tous les articles POLLUTIONS
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.