Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Pollution de l'air : la Cour de justice de l'Union européenne condamne la France

Pollution de l'air : la Cour de justice de l'Union européenne condamne la France
Par E.G, le 25 octobre 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Ce jeudi 24 octobre, la France a été condamnée par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) pour manquement aux obligations concernant la qualité de l’air.

Dans un arrêt du jeudi 24 octobre, la CJUE « condamne la France pour manquement aux obligations issues de la directive qualité de l’air » de 2008. Selon l’institution, « la France a dépassé de manière systématique et persistante la valeur limite annuelle pour le dioxyde d’azote depuis le 1er janvier 2010 ». Douze agglomérations françaises sont concernées par ces dépassements : Paris, Marseille, Lyon, Nice, Toulouse, Montpellier, Strasbourg, Reims, Grenoble, Clermont-Ferrand, Toulon et la vallée de l’Arve.

En mai 2018, la Commission européenne avait renvoyé la France devant la CJUE, avec six autres pays dont l’Allemagne, l’Italie, le Luxembourg et le Royaume-Uni. Dans ces 12 zones de qualité de l’air françaises, « les concentrations annuelles déclarées en 2016 ont atteint 96 µg/m3 (à Paris), alors que la valeur limite est fixée à 40 96 µg/m3 », indiquait alors Karmenu Vella, commissaire européen à l’Environnement, aux affaires maritimes et à la pêche.

Sanctions financières

Le 13 février 2018, après avoir été pointée du doigt par la Commission, la France lui avait remis un plan d’action. Dans ce document, le gouvernement français expliquait que le plan national de réduction des émissions de polluants atmosphériques (Prépa) publié en mai 2017, éliminerait les dépassements de valeurs limites en particules fines PM10 dès 2020, « sauf pour quelques points "noirs" résiduels très localisés ». Concernant le dioxyde d’azote (NO2), le ministère assurait que « le nombre de stations de mesures dépassant les valeurs limites devrait passer de 49 en 2010, à 10 en 2020 et 3 en 2030 ». Le fonds « air mobilité » mobilisé par l’Ademe dès 2018 était également évoqué, ainsi que le renforcement de la prime à la conversion, ou encore la création de feuilles de route territoriales pour les 14 zones administratives de surveillance (ZAS) françaises. Des mesures qui n’auront visiblement pas convaincu la Commission européenne, ni la Cour de justice de l’Union européenne.

Les textes prévoient une sanction d’au moins 11 millions d’euros et des astreintes journalières de 240.000 euros jusqu’à ce que les normes de qualité de l’air soient respectées. La France doit ainsi se conformer à la directive de 2008 « dans les meilleurs délais », prévient la CJUE.

« La condamnation de la France doit provoquer un sursaut des collectivités et du gouvernement : la fin du diesel dans les grandes villes françaises doit être programmée au plus vite et accompagnée par le développement des transports en commun, de la marche et du vélo », alerte l’ONG Greenpeace.
DR / Wikimedia Commons
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
[Décryptage] Qualité de l’air : loin du trafic, les écoles obtiennent la moyenne
[Décryptage] Qualité de l’air : loin du trafic, les écoles obtiennent la moyenne
Marqueur du trafic routier, le dioxyde d’azote imprègne de moins en moins l’air ambiant francilien. Dans la plupart des cours d’école de Paris, les concentrations avoisinent celles mesurées à distance de la circulation. Mais sur le trottoir, l’exposition reste élevée le long des axes densément fréquentés.
Plateforme mobile de bioremédiation et enrichissement des sols
Plateforme mobile de bioremédiation et enrichissement des sols
DND Biotech est spécialisée dans les technologies biosourcées pour la remédiation des sols pollués et le rétablissement de la fertilité des sols agricoles. RoboNova 2.0 représente l’évolution du projet RoboNova, qu’elle mène depuis plusieurs années.
Geod'air, la plateforme de prévision de la qualité de l'air s'ouvre au public
Geod'air, la plateforme de prévision de la qualité de l'air s'ouvre au public
La base de données de référence de la qualité de l’air « Geod’air » est désormais accessible au public. Les statistiques de mesure sont disponibles en temps quasi-réel via une carte interactive.
Valgo lève 35 millions d’euros auprès de Tikehau Capital
Valgo lève 35 millions d’euros auprès de Tikehau Capital
Le spécialiste de la remédiation et la revitalisation de friches et sites industriels, Valgo, ouvre son capital à Tikehau Capital, gestionnaire d'actifs alternatifs.
Ré-homologation du glyphosate : des études scientifiques manquent à l'appel, dénonce Générations Futures
Ré-homologation du glyphosate : des études scientifiques manquent à l'appel, dénonce Générations Futures
L’Union européenne doit statuer en décembre 2022 sur la demande de ré-homologation du glyphosate déposée en 2020. Pendant ce processus d'examen l'EFSA et l'ECHA lanceront à compter de ce 24 septembre des consultations publiques sur ce dossier. Toutefois, Générations Futures dénonce ce système qui permet « à l’industrie de retirer une majorité d’études scientifiques indépendante du dossier qui sera évalué ».
L'ONG WWF révèle le véritable coût « caché » du plastique
L'ONG WWF révèle le véritable coût « caché » du plastique
Le coût économique et social du plastique serait 10 fois plus élevé que son coût de production. Sa gestion en 2019 aura coûté à la société près de 3.700 milliards de dollars, soit l’équivalent du PIB de l’Inde.
[Tribune] Les sombres secrets de l’industrie de l’habillement
[Tribune] Les sombres secrets de l’industrie de l’habillement
Le mois de la mode vient de se clôturer. Tous les regards se sont tournés début septembre vers le Met Gala de New York, la plus grande soirée du secteur de la mode chaque année. Mais si on regarde au-delà des projecteurs et des défilés de mode, on découvre une scène nettement moins glamour. Alejandra Pollak, membre du conseil d’administration du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) dévoile la face cachée de cette industrie. 
Tous les articles POLLUTIONS
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.