Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines

POLLUTIONS
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Confinement et chute de la pollution de l'air : est-il temps d'en tirer des leçons ?

[Tribune] Confinement et chute de la pollution de l'air : est-il temps d'en tirer des leçons ?
Par François Gatineau, consultant expert mobilité et énergie chez Mobileese, le 20 avril 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, François Gatineau, consultant expert mobilité et énergie pour la société de conseil, formation et ingénierie, Mobileese, revient sur les conséquences déjà visibles du confinement des Hommes sur l’environnement. Il dresse un portrait de ce que pourrait être le monde d’après-Covid-19, plus durable et plus résilient.

La vie pendant le confinement engendre des effets de baisse sur les gaz à effet de serre. Cette simulation grandeur nature de notre capacité à réduire ces émissions pour éviter des catastrophes climatiques futures est riche d’enseignements. En se projetant sur l’après-Covid-19, de nombreuses décisions mutuellement construites pourraient être prises pour nous permettre de transformer notre société dans le bon sens.

Des effets constatés pendant le confinement qui font réfléchir

Nous observons des effets impressionnants suite à l’absence de circulation routière dans les villes : baisses d’un tiers des niveaux d’oxyde d’azote en Chine (données NASA) ; qualité de l’air parisien redevenue le temps de quelques jours celle d’il y a 40 ans (communiqué AirParif) ; baisses de près de ¾ du nombre de particules fines en Inde (Central Pollution Control Board, ministère de l’environnement indien).

La pandémie engendre une baisse des émissions de gaz à effet de serre (GES) en 2020. Selon l’ONG anglais Carbon Brief, cela représenterait une baisse de 4% en 2020 par rapport à 2019, notamment grâce à la baisse sur les activités transport et énergie. Nous sommes tout de même encore loin des objectifs de l’accord de Paris pour pouvoir maitriser l’augmentation inéluctable des températures.

Mais au-delà des chiffres, ce qui est intéressant, c’est que ce changement brutalement subi de mode de vie, génère un impact bénéfique sur la baisse des émissions. Lorsque nous reviendrons à une période sanitaire plus sereine, ne pourrait-on pas déployer des activités similaires, tout en retrouvant la sociabilité que nous adorons, pour produire des effets baissiers plus durables sur les émissions de GES ?

Les pistes sont multiples et remettent en cause nos habitudes passées. La période en cours montre que nous sommes capables d’adaptation et d’évolution si les finalités sont claires et que notre implication est rendue possible. Venons-en à quelques réflexions qui prolongent des expériences déjà initiées voire qui les complèteraient sur nos approches de mobilités, nos modes de production énergétique, le recours à des productions stratégiques locales.

Et si on produisait plus localement

Un pays capable de produire de bons produits agricoles pour subvenir aux besoins de sa population, mais qui importe ceux des autres, cela n’a pas de sens. Des initiatives de circuits courts ont démarré, elles doivent se généraliser.

Par exemple, la région Bretagne vient de lancer Mangeons local. Ce projet est le fruit de plusieurs expérimentations préalables ces dernières années. Il redémarre avec un soutien très prononcé des pouvoirs publics locaux. Les premiers retours sont très encourageants car tous les acteurs ont réussi à s’organiser ensemble. L’Ile-de-France n’est pas en reste avec une approche identique et d’autres régions suivent.

D’autres secteurs manufacturiers ou industriels sont tout aussi éligibles à cette relocalisation. Notre savoir-faire en la matière est le fruit de nombreuses années d’innovation et d’un travail de qualité salué dans le monde entier : textile, industrie métallurgique, automobile, etc.

Evolution de la production énergétique

En valeur absolue, la consommation de pétrole reste constante sur Terre, voire augmente. Le pic pétrolier est probable d’ici 2025, selon l’Agence internationale de l’énergie.

Pourtant, notre pays sait produire pratiquement toute l’énergie suffisante à partir d’énergies non carbonées. Un mix nucléaire, hydraulique, éolien, solaire et autres renouvelables offre bien des perspectives positives, proposé depuis longtemps par des visionnaires bien peu écoutées, jusque-là.

Ainsi, le think-tank The Shift Project propose depuis de nombreuses années des informations scientifiques et des supports méthodologiques pour réduire notre dépendance économique aux énergies fossiles. Nous n’aurions peut-être pas l’abondance énergétique des dernières années, mais la résilience de notre société et la capacité de débrouillardise et d’innovation offrent des perspectives pertinentes. Une production d’électricité plus locale et plus décentralisée, une consommation adaptée à l’offre énergétique ainsi que des bâtiments plus économes sont des pistes qui ont été initiées, mais qu’il est nécessaire d’accélérer.

L’opportunité d’accélérer sur de nouvelles approches de mobilité

Pendant l’épidémie covid19, de nombreux transports en ville ont été remplacés par des scooters électriques. Il y a aussi de plus en plus vélos, à assistance électrique ou pas, qui circulent. Mexico, Bogota, Berlin, ces 3 villes ont toutes trois enrichi ou élargi leurs infrastructures de pistes cyclables pour favoriser la circulation de vélos. Bogota a par exemple créé en une nuit 22 kilomètres de pistes cyclables pour favoriser ce mode de transport doux.

Les voitures de particuliers utilisés 5% du temps ne doivent plus rester en ville. Les seules voitures qui devront circuler doivent être les plus vertueuses. Elles ne disparaitront pas mais seront partagées entre les citadins.

Les systèmes de transport en commun doivent également poursuivre leur décarbonation. Hors des villes, il faut également se réinventer. Adapter les mobilités, pour qu’elles soient propres, tout en facilitant et améliorant la vie des habitants.

Déjà, par exemple, les entreprises avaient initié des projets intéressants dans le cadre de leur approche RSE avant le confinement. Cela devra continuer pour valoriser les mobilités propres en améliorant le quotidien des déplacements des salariés entre le domicile et le lieu de travail.

Les entreprises et les citoyens volontaristes pour agir

L’après-confinement est une opportunité pour adapter nos modes de vie et baisser nos gaz à émission de serre. Cette réflexion doit être menée avec l’avis de tous et de façon bien plus collégiale que ces dernières décennies.

Le changement est parfaitement faisable. D’autant que l’Europe possède tous les moyens industriels de le réaliser en retrouvant sa souveraineté. Grâce à un plan de relance massif et offensif, cela nous permettrait d’orchestrer, entre autres, les différents axes exposés précédemment, dans la localisation de la production, dans l’adaptation de notre production énergétique et dans les modes de transport et leurs infrastructures.
François Gatineau, consultant expert mobilité et énergie chez Mobileese / DR
Rejoignez-nous sur LinkedIn, Facebook et Twitter
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Un atelier vélo éducatif et solidaire en Mayenne
Dernier numéro
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
N° 1796
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Actu réglementaire
Décret n° 2022-978 du 2 juillet 2022 relatif aux contrôles de l'alcoolémie et de l'usage de stupéfiants dans le domaine de l'aviation civile Lire
Décret n° 2022-977 du 1er juillet 2022 relatif aux missions du BRGM Lire
Décret n° 2022-976 du 1er juillet 2022 modifiant le décret n° 97-444 du 5 mai 1997 relatif aux missions de SNCF Réseau et portant diverses dispositions d'adaptation du droit ferroviaire Lire
Décret n° 2022-975 du 1er juillet 2022 relatif à l'extension aux éléments de décoration textiles de la filière à responsabilité élargie du producteur des éléments d'ameublement et modifiant diverses dispositions relatives aux déchets Lire
Arrêté du 22 juin 2022 accordant un permis exclusif de recherches de gîtes géothermiques, dit « Permis des Sources » (Bas-Rhin), à la société Lithium de France SAS Lire
Décret n° 2022-945 du 28 juin 2022 fixant les modalités d'application de l'expérimentation relative à l'institution du médiateur de l'hydroélectricité et portant application de l'article L. 511-14 du code de l'énergie Lire
Arrêté du 23 juin 2022 portant création d'une zone interdite temporaire dans la région de Versailles (Yvelines), identifiée Versailles Sommet économique, dans la région d'information de vol de Paris Lire
Arrêté du 22 juin 2022 modifiant l'arrêté du 26 décembre 2016 fixant la liste des sites ou services de la direction générale de l'aviation civile en application de l'arrêté du 26 décembre 2016 Lire
Arrêté du 17 juin 2022 portant nomination au conseil d'administration de Voies navigables de France Lire
Arrêté du 17 juin 2022 autorisant l'ouverture de concours pour le recrutement de professeurs de l'enseignement supérieur agricole (grade de deuxième classe) au titre de l'année 2022 Lire
Arrêté du 9 juin 2022 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture d'un recrutement par voie de PACTE pour l'accès au corps des agents d'exploitation des travaux publics de l'Etat au ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires Lire
Arrêté du 9 juin 2022 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture et fixant le nombre de postes offerts pour le recrutement sans concours d'adjoints administratifs des administrations de l'Etat au ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires Lire
Arrêté du 2 juin 2022 fixant le coefficient de proportionnalité pour la contribution tarifaire sur les prestations de transport et de distribution de gaz naturel Lire
Arrêté du 3 juin 2022 autorisant au titre de l'année 2023 l'ouverture de l'examen professionnel d'accès au grade de chargé d'études documentaires principal du corps interministériel des chargés d'études documentaires Lire
Arrêté du 31 mai 2022 portant nomination au cabinet du ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire Lire
Arrêté du 23 mai 2022 suspendant pour l'année 2022 l'application de l'arrêté du 26 mars 2004 relatif au report de la date de broyage et de fauchage de la jachère de tous terrains à usage agricole Lire
Décret n° 2022-809 du 14 mai 2022 relatif à l'aide à l'acquisition ou à la location de taxis peu polluants accessibles en fauteuil roulant Lire
Arrêté du 12 mai 2022 portant création de comités sociaux d'administration et de formations spécialisées à la direction générale de l'aviation civile et à l'Ecole nationale de l'aviation civile Lire
Arrêté du 11 avril 2022 portant approbation du plan de gestion des risques d'inondation du bassin Artois-Picardie Lire
Arrêté du 11 mai 2022 portant création d'une commission administrative paritaire compétente à l'égard des agents exerçant des fonctions d'encadrement supérieur et de direction au ministère chargé de la transition écologique, au ministère chargé de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales et au ministère chargé de la mer Lire
À lire également
Dossier/3 | Veolia veille sur l’air des écoles
Dossier/3 | Veolia veille sur l’air des écoles
Depuis 2019, le groupe s’est engagé sur une nouvelle offre pour surveiller et améliorer la qualité de l’air intérieur. Dans le contexte épidémique actuel, il la propose notamment aux écoles pour assurer le renouvellement d’air dans les classes.
Une pollution particulaire « anormalement élevée » aux abords des bouches d’aération du métro
Une pollution particulaire « anormalement élevée » aux abords des bouches d’aération du métro
D’après un nouveau rapport de l’association Respire, le niveau de pollution aux particules (PM10, PM2,5 et PM1) est « deux fois » supérieur aux abords des bouches d’aération de la RATP que dans l’air extérieur urbain.
Vallée de la chimie : Notre affaire à tous accable Arkema France et Elkem Silicones 
Vallée de la chimie : Notre affaire à tous accable Arkema France et Elkem Silicones 
Notre affaire à tous - Lyon et le cabinet Kaizen Avocat déposent deux référés environnementaux contre Arkema France et Elkem Silicones France situées dans la Vallée de la chimie. L'ONG poursuit les deux entreprises industrielles pour avoir enfreint le droit de l’environnement et dépassé les seuils de pollution autorisés. 
Dossier 1 | L’Ineris renforce son expertise sur l’urgence et le post-accidentel
Dossier 1 | L’Ineris renforce son expertise sur l’urgence et le post-accidentel
La cellule d’appui aux situations d’urgence de l’Ineris a été mobilisée dans le cadre de l’incendie de Rouen pour estimer la gravité du risque industriel et modéliser l’impact du panache de fumée. L’accident a également déclenché un travail pour faire évoluer certains outils et en créer de nouveaux.
Une solution globale pour décontaminer les terres polluées
Une solution globale pour décontaminer les terres polluées
A travers sa filiale Geocycle France, le groupe Holcim propose une solution globale d'inertage des terres polluées, de la caractérisation des polluants à l'évacuation en filières.
Le label Intairieur certifie les bâtiments tertiaires neufs
Le label Intairieur certifie les bâtiments tertiaires neufs
Après avoir lancé en 2021 une version destinée à la maison individuelle isolée, le label « Intairieur » pour la qualité de l’air intérieur étend son champ de contrôle aux bâtiments tertiaires neufs.
Tribune | « Pollution lumineuse : l'éclairage public intelligent pour concilier développement durable et sécurité publique »
Tribune | « Pollution lumineuse : l'éclairage public intelligent pour concilier développement durable et sécurité publique »
Au cours des vingt dernières années, la quantité́ de lumière émise a augmenté de 94 % en France pour le seul éclairage public, selon l’ANPCEN. L’excès d’éclairage artificiel constitue une source de perturbations pour l’homme, la biodiversité et représente un gaspillage énergétique considérable. Fabrice Dudognon, Directeur France Électricité, Éclairage public & Smart City chez Itron, revient sur les moyens apportés par l'éclairage public intelligent pour diminuer l'impact de la pollution lumineuse ainsi que de concilier développement durable et sécurité publique. 
Tous les articles POLLUTIONS
En partenariat avec
Événements
Rencontre Ecotech® finances
6 Juillet 2022
PRODURABLE
13 Septembre 2022
Innopolis Expo 2022
20 Septembre 2022
+ d'événements
Emploi
- Ingénieur chargé d'affaires hydraulique H/F
- Alternance - Canalisateur(trice) H/F
- Coordinateur / Coordinatrice de déchetterie
- Ingénieur Confirmé en Traitement des Eaux F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.