EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la unePOLLUTIONS

Des concentrations de polluants plus élevées au port de Sète-Frontignan

Par Abdessamad Attigui. Publié le 28 novembre 2022.
Des concentrations de polluants plus élevées au port de Sète-Frontignan
Selon Atmo le trafic maritime « n’a qu’un effet limité sur les concentrations moyennes de polluants mesurées en ville ». Crédit : Port de Sète-Sud
NEWSLETTERS
Archiver cet article
Le rapport de l’observatoire régional de la qualité de l’air (Atmo) montre des concentrations plus élevées en dioxyde d’azote (NO2) et particules en suspension (PM10) lors de la présence de navires au port de Sète-Frontignan. Toutefois, le trafic maritime « n’a qu’un effet limité ».

Deuxième port français sur la façade méditerranéenne, le port de Sète‐Frontignan regroupe différentes activités telles que le commerce, la pêche, le transport de voyageurs, et la plaisance. Qu’en est-il de leurs effets sur la qualité de l’air ? Selon les premiers résultats obtenus par le dispositif d’évaluation déployé par l’observatoire Atmo Occitanie, ces activités portuaires n’auraient qu’un « impact limité » sur les concentrations moyennes annuelles des principaux polluants dans la ville de Sète.

Si les concentrations en dioxyde d’azote (NO2), particules en suspension (PM10) et particules ultrafines (PUF) « apparaissent plus élevées lors de la présence de navires », les cartographies de concentration permettent toutefois de constater que le trafic maritime « n’a qu’un effet limité sur les concentrations moyennes de polluants mesurées en ville ». Cela serait en partie dû à la dispersion des polluants vers la mer favorisée par la tramontane, vent dominant à Sète, précise le rapport. Mais gare aux conclusions hâtives !

Principal émetteur d’oxydes d’azote (NOx)

Atmo Occitanie analyse également le poids du port et de ses activités sur les émissions de polluants atmosphériques dont les gaz à effet de serre (GES). Pour « la première fois », l’observatoire a intégré dans son inventaire des émissions les données réelles d’activités fournies par Port de Sète-Sud de France, ce qui lui permet « de préciser la contribution des différents secteurs d’activité mais aussi de détailler les émissions de polluants selon le type de navire ou les phases de navigation ».

D’après les données dévoilées, cette zone portuaire contribuerait à hauteur de 12 % à 85 % des émissions totales de Sète Agglopôle Méditerranée en fonction du polluant considéré. À l’échelle de l’agglomération, le port est le premier émetteur de dioxyde de soufre ou de particules en suspension, « mais le trafic routier reste largement majoritaire pour les émissions d’oxydes d’azote (NOx) et de GES ».
 
Situation du dioxyde d’azote (NO2) pour la protection de la santé sur le territoire de Sète Agglopôle Méditerranée en 2019. 

Côté zone portuaire, le trafic maritime serait le principal émetteur d’oxydes d’azote (NOx) et de dioxyde de soufre (SO2). La majorité des émissions de particules et de dioxyde de soufre sont rejetées par les navires en phase de croisière, mais le stationnement à quai représente près des 2/3 des émissions d’oxydes d’azote et de GES associées à ce mode de transport. Autre enseignement, l’observatoire relève une importante quantité des émissions de particules en suspension (PM10) sur le terminal vraquier, « principalement en raison des opérations de manutention du vrac agro-alimentaire », apprend-on.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
De nouveaux seuils pour les polluants organiques persistants
5 janvier 2023
De nouveaux seuils pour les polluants organiques persistants En vigueur depuis le 29 décembre 2022, le nouveau règlement sur les polluants organiques persistants (POP) fixe des seuils de concentration pour certaines substances chimiques présentes dans les déchets.
La Commission européenne redonne un souffle à la directive sur la qualité de l’air
4 novembre 2022
La Commission européenne redonne un souffle à la directive sur la qualité de l’air La Commission européenne a dévoilé le 26 octobre sa proposition de révision de la directive sur la qualité de l’air. Celle-ci fixe des normes plus strictes, mais « moins ambitieuses » que les recommandations de l’OMS.
Un système de ventilation qui détecte les polluants
3 octobre 2022
Un système de ventilation qui détecte les polluants Le fabricant Autogyre a mis au point une VMC capable de traiter l'air en détectant la présence de polluants.
Tous les articles POLLUTIONS
VIDÉO
Quel avenir pour nos déchets nucléaires ?
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- CONDUCTEUR DE LIGNES H/F
- Data Analyst Supply Chain H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- Agent comptable F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola