Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Dépôts sauvages : l’Ile-de-France mûre pour actionner le volet « répression »

Dépôts sauvages : l’Ile-de-France mûre pour actionner le volet « répression »
Par Laurence Madoui, le 19 avril 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Malgré l’ouverture de déchèteries et le déploiement de solutions de collecte de proximité, les dépôts sauvages pullulent en Ile-de-France. Les enquêtes se multiplient mais débouchent rarement. La région souhaite que la prise de sanctions soit juridiquement facilitée.

« Avec toutes les solutions de collecte en place, il n’y aucune excuse aux dépôts sauvages ! », assène Sophie Bourdier, cheffe de la mission propreté de Paris. La commune dispose de 8 déchèteries (6 aux portes de la ville et 2 en son centre), complétées de 2 « Points tri » de taille plus modeste, et de 50 emplacements où une remorque vient régulièrement récupérer petits encombrants et déchets dangereux (prestation « Trimobile »). Elle retire, en théorie dans la demi-journée, les encombrants déposés en pied d’immeuble par les ménages qui ont pris rendez-vous en ligne. Un service assuré 6 jours sur 7 et bientôt testé le dimanche matin.

« Rubaliser » n’est pas dissuader

En 2018, la ville a collecté 120.000 tonnes d’encombrants (8,7 % de plus qu’en 2017), franchissant le seuil – redouté - du million de retraits. Plus de deux évacuations sur trois (68 %) font suite à un rendez-vous pris en ligne ; le reste, au constat d’un dépôt clandestin, soit 350.000 interventions. « C’est énorme, cela génère des coûts et du mécontentement », s’agace Sophie Bourdier. Il fut un temps où la répartition entre dépôts signalés et sauvages était de 50-50. Mais ceux annoncés par les particuliers atteignent un plafond.

Depuis mi-2017, les équipes de collecte photographient les amas illicites, qu’ils entourent d’un ruban de chantier. Les quelque 29.000 dépôts ainsi « rubalisés » en 2018 ont donné lieu à 80 procès-verbaux, infligés par les agents de la direction de la prévention et de la sécurité. Mais le fautif sanctionné veille ensuite à ne pas être identifié (en enlevant l’étiquette du carton, par exemple). « L’effet dissuasif s’estompe au fil du temps, peut-être car on ne parvient pas à verbaliser suffisamment », admet Sophie Bourdier.

La région plaide pour que la future loi sur l’économie circulaire simplifie le dispositif de sanction. « Des amendes forfaitaires doivent pouvoir facilement être délivrées par les divers acteurs dotés du pouvoir de police (maire, président d’EPCI, ONF, Ports de Paris, départements pour les espaces naturels sensibles), défend Anne-Sophie de Kerangal, cheffe du service économie circulaire et déchets. Et la vidéosurveillance doit systématiquement être reconnue par les tribunaux. » 

5 à 10 fois plus cher qu’une collecte organisée

Sur tous les territoires, les dépôts sauvages se multiplient. « En ville, on trouve surtout des encombrants abandonnés par des particuliers et des commerçants. En territoire rural, dominent les déchets industriels banals en mélange, ceux de construction dont l’amiante, les produits dangereux et autres pneus », détaille Anne-Sophie de Kerangal. Le problème s’accentue en zones rurales et périurbaines, affectant les espaces naturels et agricoles. Des collectivités consacrent chaque année des millions à l’effacement de ces points noirs, le coût pouvant s’élever à 13 euros/an/hab. « La facture est souvent annoncée comme excédant d’un facteur de 5 à 10 celle d’une collecte organisée, qui orienterait les déchets vers les bons circuits. »
Capture d'écran / Compte twitter d'Anne Hidalgo
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
À Tomra France, Damian Barnes développe le pôle recyclage du métal
À Tomra France, Damian Barnes développe le pôle recyclage du métal
Tomra Recycling France, spécialiste du tri et recyclage des déchets, renforce son équipe locale avec la nomination de Damian Barnes au poste de responsable commercial.
De nouvelles enzymes pour dégrader les biodéchets
De nouvelles enzymes pour dégrader les biodéchets
Une équipe de chercheurs de l’Inrae, de l’université technique du Danemark, du CNRS et d’Aix-Marseille Université ont découvert et caractérisé de nouvelles enzymes chez les champignons capables de faciliter la dégradation de polysaccharides tels que la cellulose, la chitine ou l’amidon.
Tomra dévoile ses solutions optimisées dans le tri optique des déchets
Tomra dévoile ses solutions optimisées dans le tri optique des déchets
Tomra Recycling présentera au salon Pollutec ses nouvelles solutions qui reposent sur l’emploi de capteurs proche infrarouge pour trier les déchets.
Les sciences du comportement au secours de la réduction des déchets
Les sciences du comportement au secours de la réduction des déchets
Le bailleur social Paris Habitat a décidé de s'appuyer sur un dispositif innovant basé sur les sciences comportementales pour inciter ses locataires à réduire leurs déchets. Une première initiative avait déjà permis de réduire de 8 à 15 % leur consommation d'électricité.
Refurbed lève 54 millions de dollars pour l'électronique reconditionné
Refurbed lève 54 millions de dollars pour l'électronique reconditionné
La société refurbed, leader des places de marché pour produits électroniques reconditionnés, a levé 54 millions de dollars dans le cadre d’un tour de table de série B dirigé par Evli Growth Partners et Almaz Capital.
Carbiolice favorise la compostabilité du plastique rigide
Carbiolice favorise la compostabilité du plastique rigide
C'est une première ! Carbiolice, entreprise française spécialisée en bioplastiques, a mis au point un additif enzymatique, appelé Evanesto®. Il permet de rendre compostable le PLA (acide polylactique) en conditions domestiques.
Solution de déshydratation des biodéchets à capacité variable
Solution de déshydratation des biodéchets à capacité variable
Parce que les quantités de biodéchets d’un restaurant collectif ou d’une grande surface peuvent varier selon la météo ou la saison, Serveco, entreprise spécialisée dans la valorisation des biodéchets, développe une version à capacité variable de son déshydrateur Daisy, qu’il propose depuis 2012. Daisy prétraite in situ tous les déchets alimentaires sans tri préalable.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.