Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Dépôts sauvages : l’Ile-de-France mûre pour actionner le volet « répression »

Dépôts sauvages : l’Ile-de-France mûre pour actionner le volet « répression »
Par Laurence Madoui, le 19 avril 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Malgré l’ouverture de déchèteries et le déploiement de solutions de collecte de proximité, les dépôts sauvages pullulent en Ile-de-France. Les enquêtes se multiplient mais débouchent rarement. La région souhaite que la prise de sanctions soit juridiquement facilitée.

« Avec toutes les solutions de collecte en place, il n’y aucune excuse aux dépôts sauvages ! », assène Sophie Bourdier, cheffe de la mission propreté de Paris. La commune dispose de 8 déchèteries (6 aux portes de la ville et 2 en son centre), complétées de 2 « Points tri » de taille plus modeste, et de 50 emplacements où une remorque vient régulièrement récupérer petits encombrants et déchets dangereux (prestation « Trimobile »). Elle retire, en théorie dans la demi-journée, les encombrants déposés en pied d’immeuble par les ménages qui ont pris rendez-vous en ligne. Un service assuré 6 jours sur 7 et bientôt testé le dimanche matin.

« Rubaliser » n’est pas dissuader

En 2018, la ville a collecté 120.000 tonnes d’encombrants (8,7 % de plus qu’en 2017), franchissant le seuil – redouté - du million de retraits. Plus de deux évacuations sur trois (68 %) font suite à un rendez-vous pris en ligne ; le reste, au constat d’un dépôt clandestin, soit 350.000 interventions. « C’est énorme, cela génère des coûts et du mécontentement », s’agace Sophie Bourdier. Il fut un temps où la répartition entre dépôts signalés et sauvages était de 50-50. Mais ceux annoncés par les particuliers atteignent un plafond.

Depuis mi-2017, les équipes de collecte photographient les amas illicites, qu’ils entourent d’un ruban de chantier. Les quelque 29.000 dépôts ainsi « rubalisés » en 2018 ont donné lieu à 80 procès-verbaux, infligés par les agents de la direction de la prévention et de la sécurité. Mais le fautif sanctionné veille ensuite à ne pas être identifié (en enlevant l’étiquette du carton, par exemple). « L’effet dissuasif s’estompe au fil du temps, peut-être car on ne parvient pas à verbaliser suffisamment », admet Sophie Bourdier.

La région plaide pour que la future loi sur l’économie circulaire simplifie le dispositif de sanction. « Des amendes forfaitaires doivent pouvoir facilement être délivrées par les divers acteurs dotés du pouvoir de police (maire, président d’EPCI, ONF, Ports de Paris, départements pour les espaces naturels sensibles), défend Anne-Sophie de Kerangal, cheffe du service économie circulaire et déchets. Et la vidéosurveillance doit systématiquement être reconnue par les tribunaux. » 

5 à 10 fois plus cher qu’une collecte organisée

Sur tous les territoires, les dépôts sauvages se multiplient. « En ville, on trouve surtout des encombrants abandonnés par des particuliers et des commerçants. En territoire rural, dominent les déchets industriels banals en mélange, ceux de construction dont l’amiante, les produits dangereux et autres pneus », détaille Anne-Sophie de Kerangal. Le problème s’accentue en zones rurales et périurbaines, affectant les espaces naturels et agricoles. Des collectivités consacrent chaque année des millions à l’effacement de ces points noirs, le coût pouvant s’élever à 13 euros/an/hab. « La facture est souvent annoncée comme excédant d’un facteur de 5 à 10 celle d’une collecte organisée, qui orienterait les déchets vers les bons circuits. »
Capture d'écran / Compte twitter d'Anne Hidalgo
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
[Dossier/5] Un gisement croissant et des débouchés assurés
[Dossier/5] Un gisement croissant et des débouchés assurés
Après un test à petite échelle avec la métropole de Tours, Neutraliz élargit son bassin de collecte. Pour que bientôt tourne en continu l’usine de recyclage. 
Un baromètre national pour évaluer la perception de l’économie circulaire au sein des entreprises
Un baromètre national pour évaluer la perception de l’économie circulaire au sein des entreprises
Le groupe Armor annonce le lancement d’un baromètre national en vue de réaliser un état des lieux de la place donnée à l’économie circulaire au sein des entreprises de taille intermédiaire (ETI) en France.
ABO-Groupe met la main sur le groupe français Seged Environnement
ABO-Groupe met la main sur le groupe français Seged Environnement
Le belge ABO-Groupe, spécialiste dans les domaines englobant l’étude des sols, a l’ambition d’étendre ses activités environnementales en France en rachetant la société Seged Environnement.
Baudelet Environnement lance un appel à projets pour valoriser les déchets
Baudelet Environnement lance un appel à projets pour valoriser les déchets
Baudelet Environnement, spécialiste de collecte, traitement et valorisation des déchets au grand Nord de Paris, lance un appel à projets pour encourager l’innovation dans la filière déchets.
[Dossier/2] À tâtons vers l’écoconception
[Dossier/2] À tâtons vers l’écoconception
L’objectif premier de la Coop des masques est de produire : 45 millions de masques chirurgicaux et FFP2 par an (le double en cas de pandémie) doivent sortir de l’usine de Grâces (Côtes-d’Armor), active depuis fin janvier.
Recyclage : L’Oréal France, Carrefour et TerraCycle ciblent les emballages cosmétiques
Recyclage : L’Oréal France, Carrefour et TerraCycle ciblent les emballages cosmétiques
Un nouveau partenariat regroupe Carrefour, L’Oréal France et TerraCycle pour le recyclage des emballages cosmétiques dans l’objectif de les réemployer en mobilier extérieur.
Produits biosourcés : Novamont et Nyco intègrent l'Association Chimie du Végétal
Produits biosourcés : Novamont et Nyco intègrent l'Association Chimie du Végétal
Les deux entreprises Nyco et Novamont font désormais partie de l’association Chimie du Végétal. Elles s’engagent à réduire l’empreinte carbone de leurs produits sans baisser leurs performances.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.