Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Loi économie circulaire : il faudra plus de concret pour se donner les moyens de la sobriété

[Tribune] Loi économie circulaire : il faudra plus de concret pour se donner les moyens de la sobriété
Par Kathleen Boquet, cheffe de projet chez GreenFlex, le 2 décembre 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, Kathleen Boquet revient sur la loi économie circulaire, qui sera examiné en séance publique à l’Assemblée nationale dès lundi 9 décembre prochain. Pour elle, cette loi reste "timide" et "la mise en œuvre d’une économie circulaire ambitieuse dépendra de notre capacité à décorréler le développement de nos sociétés de l’extraction de ressources".

Face à la prise de conscience croissante qu’il n’existe pas de planète B, le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire met les pieds dans le plat et pointe les failles de nos modes de consommation et production. Un essai encourageant, qu’il faut réussir à transformer.

Un signal positif mais des mesures timides

D’un point de vue sémantique, le projet de loi économie circulaire va dans le bon sens : une révision de notre modèle vers plus de sobriété. Nouvelles filières de Responsabilité Elargie du Producteur, affichage d’un indice de réparabilité, renforcement du bonus-malus… ces mesures visent à responsabiliser les producteurs sur l’écoconception et l’allongement de la durée de vie des produits. En face, le signal prix permettra de flécher les consommateurs vers les produits plus responsables, et c’est un pas précieux pour la prise en compte des externalités environnementales dans notre modèle économique. Le risque d’une interprétation a minima reste toutefois élevé si les mesures ne sont pas précisées.

Dans la continuité des mesures de lutte contre le gaspillage alimentaire, l’interdiction de destruction des invendus non alimentaires répond à une évidence écologique et sociale. Cependant, la préférence pour le réemploi – vente à prix préférentiel ou don aux associations – face au recyclage devrait être clairement affirmée et doublée d’un objectif de réduction de la production de ces déchets.

Le recyclage n’est pas une solution miracle

Il faut sortir du modèle linéaire « extraire-produire-jeter », mais le terme même d’économie dite circulaire peut porter à confusion. Recycler 100 % des matériaux présents dans notre économie ne suffira pas à couvrir notre appétit grandissant de matière. De nombreux matériaux, comme le papier ou le plastique, ne peuvent en plus être recyclés qu’un nombre limité de fois et certains usages, dits dispersifs, rendent les matériaux irrécupérables : c’est le cas du titane utilisé dans les additifs alimentaires, dentifrices et peintures.

Les solutions de recyclage – comme le recyclage chimique, tant attendu – doivent être développées. Toutefois, c’est une activité industrielle dont l’impact n’est pas neutre : consommation d’eau, d’énergie et de produits chimiques, émissions de gaz à effet de serre, risques sanitaires pour les personnes traitant les déchets… Considérons-la non pas comme un but en soi, mais bien comme une option de dernier recours.

Un nouveau modèle socio-économique est nécessaire

La mise en œuvre d’une économie circulaire ambitieuse dépendra de notre capacité à décorréler le développement de nos sociétés de l’extraction de ressources. Cela suppose de renverser le modèle d’affaires dominant selon lequel vendre plus de biens est source de plus de revenus. La loi pourrait l’encourager de manière beaucoup plus volontariste, en éliminant les usages inutiles – suremballage, publicité papier… – et en interdisant progressivement la mise sur le marché de produits ne respectant pas certains seuils de durée de vie ou de recyclabilité.

Des pionniers explorent déjà des modèles positifs : produits d’entretien déshydratés en vrac, location de vêtements écoconçus ou d’équipements de loisirs… Ils y trouvent de la reconnaissance de la part des consommateurs, du sens pour leurs collaborateurs et une attractivité renforcée auprès des futures recrues. Sobriété, durabilité et créativité : c’est à partir de ce fil rouge que la loi doit créer les conditions favorables à l’émergence d’une économie circulaire à la hauteur des enjeux.
Kathleen Boquet, cheffe de projet chez GreenFlex / Crédit : Greenflex
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Les hôpitaux soignent leur empreinte environnementale
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Tomra dévoile ses solutions optimisées dans le tri optique des déchets
Tomra dévoile ses solutions optimisées dans le tri optique des déchets
Tomra Recycling présentera au salon Pollutec ses nouvelles solutions qui reposent sur l’emploi de capteurs proche infrarouge pour trier les déchets.
Refurbed lève 54 millions de dollars pour l'électronique reconditionné
Refurbed lève 54 millions de dollars pour l'électronique reconditionné
La société refurbed, leader des places de marché pour produits électroniques reconditionnés, a levé 54 millions de dollars dans le cadre d’un tour de table de série B dirigé par Evli Growth Partners et Almaz Capital.
Pau Béarn Pyrénées installe une « biofactory » pour la production de 10 énergies vertes
Pau Béarn Pyrénées installe une « biofactory » pour la production de 10 énergies vertes
C'est inédit ! La communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées (Nouvelle-Aquitaine) s’engage avec un groupement mené par Suez dans la valorisation de ses eaux usées. A la clé, une « Biofactory » développant 10 ressources et énergies vertes.
Solution compacte de recyclage de PVC composite souple
Solution compacte de recyclage de PVC composite souple
La start-up lyonnaise Polyloop développe une solution compacte de recyclage du PVC composite souple destinée aux transformateurs plasturgistes pour traiter des déchets post-industriels ou post-consommation (blisters, tablettes de médicaments, bâches, revêtements de sol souples…). Sa technologie, qui a bénéficié d’une licence exclusive sur brevet de Texyloop, repose sur cinq étapes clés.
L'État s'efforce de renforcer son industrie du recyclage
L'État s'efforce de renforcer son industrie du recyclage
Le gouvernement mise sur une nouvelle stratégie nationale pour accélérer le recyclage des matériaux avec une enveloppe de 370 millions d’euros.
Actiplast et Paprec créeront un pôle PVC avec des compétences environnementales uniques en France
Actiplast et Paprec créeront un pôle PVC avec des compétences environnementales uniques en France
L’expert de la formulation PVC et la production de compounds vinyliques, Actiplast, rejoint le groupe Paprec spécialiste de recyclage des déchets.
Solution de déshydratation des biodéchets à capacité variable
Solution de déshydratation des biodéchets à capacité variable
Parce que les quantités de biodéchets d’un restaurant collectif ou d’une grande surface peuvent varier selon la météo ou la saison, Serveco, entreprise spécialisée dans la valorisation des biodéchets, développe une version à capacité variable de son déshydrateur Daisy, qu’il propose depuis 2012. Daisy prétraite in situ tous les déchets alimentaires sans tri préalable.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.