Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Loi économie circulaire : il faudra plus de concret pour se donner les moyens de la sobriété

Partager :
[Tribune] Loi économie circulaire : il faudra plus de concret pour se donner les moyens de la sobriété
Par Kathleen Boquet, cheffe de projet chez GreenFlex, le 2 décembre 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Recyclage & Récupération
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, Kathleen Boquet revient sur la loi économie circulaire, qui sera examiné en séance publique à l’Assemblée nationale dès lundi 9 décembre prochain. Pour elle, cette loi reste "timide" et "la mise en œuvre d’une économie circulaire ambitieuse dépendra de notre capacité à décorréler le développement de nos sociétés de l’extraction de ressources".

Face à la prise de conscience croissante qu’il n’existe pas de planète B, le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire met les pieds dans le plat et pointe les failles de nos modes de consommation et production. Un essai encourageant, qu’il faut réussir à transformer.

Un signal positif mais des mesures timides

D’un point de vue sémantique, le projet de loi économie circulaire va dans le bon sens : une révision de notre modèle vers plus de sobriété. Nouvelles filières de Responsabilité Elargie du Producteur, affichage d’un indice de réparabilité, renforcement du bonus-malus… ces mesures visent à responsabiliser les producteurs sur l’écoconception et l’allongement de la durée de vie des produits. En face, le signal prix permettra de flécher les consommateurs vers les produits plus responsables, et c’est un pas précieux pour la prise en compte des externalités environnementales dans notre modèle économique. Le risque d’une interprétation a minima reste toutefois élevé si les mesures ne sont pas précisées.

Dans la continuité des mesures de lutte contre le gaspillage alimentaire, l’interdiction de destruction des invendus non alimentaires répond à une évidence écologique et sociale. Cependant, la préférence pour le réemploi – vente à prix préférentiel ou don aux associations – face au recyclage devrait être clairement affirmée et doublée d’un objectif de réduction de la production de ces déchets.

Le recyclage n’est pas une solution miracle

Il faut sortir du modèle linéaire « extraire-produire-jeter », mais le terme même d’économie dite circulaire peut porter à confusion. Recycler 100 % des matériaux présents dans notre économie ne suffira pas à couvrir notre appétit grandissant de matière. De nombreux matériaux, comme le papier ou le plastique, ne peuvent en plus être recyclés qu’un nombre limité de fois et certains usages, dits dispersifs, rendent les matériaux irrécupérables : c’est le cas du titane utilisé dans les additifs alimentaires, dentifrices et peintures.

Les solutions de recyclage – comme le recyclage chimique, tant attendu – doivent être développées. Toutefois, c’est une activité industrielle dont l’impact n’est pas neutre : consommation d’eau, d’énergie et de produits chimiques, émissions de gaz à effet de serre, risques sanitaires pour les personnes traitant les déchets… Considérons-la non pas comme un but en soi, mais bien comme une option de dernier recours.

Un nouveau modèle socio-économique est nécessaire

La mise en œuvre d’une économie circulaire ambitieuse dépendra de notre capacité à décorréler le développement de nos sociétés de l’extraction de ressources. Cela suppose de renverser le modèle d’affaires dominant selon lequel vendre plus de biens est source de plus de revenus. La loi pourrait l’encourager de manière beaucoup plus volontariste, en éliminant les usages inutiles – suremballage, publicité papier… – et en interdisant progressivement la mise sur le marché de produits ne respectant pas certains seuils de durée de vie ou de recyclabilité.

Des pionniers explorent déjà des modèles positifs : produits d’entretien déshydratés en vrac, location de vêtements écoconçus ou d’équipements de loisirs… Ils y trouvent de la reconnaissance de la part des consommateurs, du sens pour leurs collaborateurs et une attractivité renforcée auprès des futures recrues. Sobriété, durabilité et créativité : c’est à partir de ce fil rouge que la loi doit créer les conditions favorables à l’émergence d’une économie circulaire à la hauteur des enjeux.
Kathleen Boquet, cheffe de projet chez GreenFlex / Crédit : Greenflex
  [Vidéo] Des bambous pour traiter les eaux usées
Rendez-vous à Miramas dans les Bouches-du-Rhône, où la jeune pousse Bamboo For Life nous fait visiter l'une de ses stations d'épuration constituée de bambous !
+ de vidéos Environnement TV
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Matteo Carando, directeur d’ERG France
Les entreprises et acteurs de l’environnement organisent, depuis mi-mai, la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Matteo Carando, directeur d’ERG France.
Toutes les interviews
Actu réglementaire
Décret du 1er juillet 2020 portant nomination au comité des finances locales institué par l'article L. 1211-1 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant nomination au sein du Conseil national d'évaluation des normes Lire
Arrêté du 30 juin 2020 portant nomination de la directrice du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante Lire
Arrêté du 25 juin 2020 pris pour l'application, en 2020, de l'article L. 1614-4 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant interdiction de mise sur le marché de bouteilles de gaz métalliques non rechargeables contenant de l'hélium Lire
Arrêté du 22 juin 2020 pris en application du décret n° 2019-799 du 26 juillet 2019 fixant les modalités d'indemnisation du référent déontologue et du référent en matière de recueil des signalements émis par les lanceurs d'alerte de l'Autorité de sûreté nucléaire Lire
À lire également
Des terres inertes pour verdir les abords du château de Vincennes
Des terres inertes pour verdir les abords du château de Vincennes
Afin de végétaliser l’esplanade Saint-Louis, située face au château de Vincennes aux abords du bois éponyme, la mairie de Paris a mandaté ECT pour fabriquer sur place du substrat fertile à base de terres inertes du BTP et de compost de déchets verts et ainsi éviter l’importation de terre végétale.
La litière végétale : un biodéchet comme les autres ?
La litière végétale : un biodéchet comme les autres ?
L'entreprise de production de litière végétale pour chats, Rettenmaier France, publie une étude sur les bénéfices des litières organiques en comparaison avec les litières minérales, parmi lesquels, la réduction du poids et du volume de la production de déchets et la valorisation organique.
Les entreprises de recyclage fortement impactées par le confinement
Les entreprises de recyclage fortement impactées par le confinement
La Fédération professionnelle des entreprises de recyclage (Federec) a effectué une enquête début mai pour évaluer l’impact du confinement sur les entreprises du secteur. Il en ressort que leur chiffre d’affaires a fortement baissé, avec - 39 % en mars et surtout - 64 % en avril.
Tomra met en musique ses dernières innovations
Tomra met en musique ses dernières innovations
Tomra Recycling, spécialisé dans le tri optique des déchets, a levé le voile en ligne, ce mardi 9 juin, sur ses dernières innovations pour le tri des matériaux. Un événement baptisé Symphony of all Sorts. Une première pour l’industriel.
Déchets ménagers : l'éco-organisme Léko revient en force
Déchets ménagers : l'éco-organisme Léko revient en force
L'éco-organisme Léko, présenté comme une alternative à l'éco-organisme Citeo, a demandé une modification de son agrément et se dote d'un nouveau conseil d'administration.
Un guide pour améliorer la recyclabilité des emballages de produits cosmétiques
Un guide pour améliorer la recyclabilité des emballages de produits cosmétiques
La Fédération des entreprises de la beauté (Febea) et l’éco-organisme Citeo, ont publié ce jeudi 28 avril, un guide pour aider les professionnels des cosmétiques à concevoir des emballages plus respectueux de l’environnement.
Olivier François : « L’incorporation de matières recyclées dans les objets neufs est capitale »
Olivier François : « L’incorporation de matières recyclées dans les objets neufs est capitale »
Olivier François vient d’être nommé vice-président de la Confédération européenne des industries du recyclage (EuRIC). Impacts de la crise sanitaire sur les filières européennes de recyclage, chantiers prioritaires et enjeux actuels pour les professionnels du secteur... Tour d'horizon avec celui qui est aussi président de la commission internationale de Federec (Fédération professionnelle des entreprises de recyclage) et directeur du développement du groupe Galloo.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
e-EUBCE
6 Juillet 2020
e-EUBCE
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
8 Juillet 2020
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
+ d'événements
Emploi
- Agent de réseau d'eau potable - H/F
- Opérateur Hydrocureur 35 H/F
- Jardinier / Jardinière
- PROGRAMMATEUR CPA et TST -BTS ELECTROTECHNIQUE-ALTERNANCE DIJON (2020-12768) F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.