Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Jean-Luc Petithuguenin, président de Federec et président-fondateur de Paprec Group

Partager :
Jean-Luc Petithuguenin, président de Federec et président-fondateur de Paprec Group
Par Jean-Luc Petithuguenin, président de Federec et président-fondateur de Paprec Group, le 30 avril 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Recyclage & Récupération
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Pendant la crise sanitaire du Covid-19 et le confinement qu’elle impose, Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation. Journée type ? Quelle organisation au travail ? Comment entrevoir l’après-crise ? Jean-Luc Petithuguenin, président de Federec et président-fondateur de Paprec Group, nous explique son quotidien.

Quelle est votre journée type en confinement ?


Je travaille beaucoup évidemment en temps normal, mais je n’avais jamais atteint le rythme effréné que je vis depuis le début du confinement. C’est compliqué de gérer le chaos ! Plus prosaïquement, je fais aussi mes courses et prépare mes repas.

Nous nous sommes en effet répartis géographiquement sur le territoire avec mes membres du Comex - dont mes fils - afin d’être au plus près du terrain le cas échéant. J’étais en déplacement dans mes usines du Sud-Est de la France quand le confinement a été déclaré et j’y suis resté. Mon épouse est à Paris, en télétravail pour son entreprise également. Je vis donc tout seul en ce moment, ce qui n’est pas mon habitude !

Comment adaptez-vous votre activité professionnelle à cette situation inédite ?

J’ai d’abord dû m’adapter à une transformation importante de mes activités : trois jours avant le confinement, j’ai pris la présidence de Federec, la fédération des industriels du recyclage. Je passe ainsi une grande partie de mon temps à coordonner les actions des entreprises de ce secteur essentiel à la vie de la nation. J’assure notamment, aux côtés des permanents, le lien entre les autorités sanitaires, les différents ministères et nos industriels, pour avancer sur l’ensemble des sujets majeurs que sont la gestion financière et opérationnelle des entreprises, tout comme le suivi quotidien de la sécurité de leurs équipes qui est au cœur de toutes les préoccupations.

Côté Paprec, cet épisode a acté un tournant majeur pour le groupe que j’ai créé il y a maintenant plus de 25 ans. Mon fils ainé, Sébastien, nommé directeur général en septembre dernier a, de facto, pris les rênes opérationnelles de l’entreprise ; il gère cette crise avec calme et assurance avec l’aide de son frère Mathieu, directeur délégué en charge du commerce. Je participe chaque jour, avec le Comex, à une réunion de crise qui a pour objectif, notamment, de suivre au quotidien et mettre en place les pratiques permettant à nos salariés et équipes d’assurer nos missions auprès des citoyens et clients en toute sécurité.

La réactivité de mes équipes, leur sérieux, a ainsi permis que nous soyons la première entreprise à recevoir des masques FFP2, le 29 mars, en même temps que LVMH. Nous avons pu ainsi doter l’ensemble de nos salariés de ces protections. Nous en avons aussi donné à des hôpitaux ainsi que plus de 150.000 masques à des confrères.

Quels seront, selon vous, les impacts de l’épidémie sur votre entreprise ?

La crise est grave. Certes nos activités de collecte et de tri auprès des collectivités locales ont continué quasiment normalement. Nous avons continué d’assurer nos prestations pour les clients de l’agroalimentaire, de la logistique, de l’imprimerie… mais nous avons tout un pan de clients industriels stratégiques dont l’activité a cessé du jour au lendemain (comme l’automobile, l’aéronautique, le BTP…). J’évalue à 50% la baisse d’activité dès le premier mois du confinement. Si l’industrie ne repart pas, ce sera pire le second mois.

Mais le secteur des déchets ces dernières années a traversé de nombreuse crises. Il nous faut en permanence réinventer nos modèles. J’ai organisé mon entreprise pour savoir naviguer pendant ces tempêtes. Pendant la terrible crise que nous avons traversée en 2008, par exemple, j’avais écrit à l’ensemble de mes salariés pour leur dire que le licenciement ne serait utilisé qu’en extrême recourt, en dernier ressort. Je refuse en effet de me séparer de mes collaborateurs et collaboratrices. Je leur ai renouvelé cette promesse pour cette pandémie. Je tiens à redire ici combien je suis fier de leur engagement, de leur motivation. Et les citoyens ne s’y trompent pas, eux qui leur laissent des petits mots sur les poubelles et les remercient chaque jour !

Quelle est la première chose que vous ferez une fois le confinement terminé ?

Tout d’abord je crains d’être confiné personnellement longtemps en raison de mon âge (62 ans) et de problèmes de santé personnels. Mais dès que je le pourrai, mon plus grand bonheur sera de réunir la famille proche : mes enfants et petits-enfants, pour partager la joie des retrouvailles. Facetime évidemment me permet de les voir, mais ça sera une grande joie de plonger dans la piscine tous ensemble !

Selon vous, à quoi ressemblera l’après Covid-19 ?

Aux fâcheux qui pensent que l’environnement va pâtir de cette crise sanitaire, j’oppose mon observation de mes contemporains et mon expérience des décennies passées. Non, la cause environnementale ne va pas disparaître avec cette pandémie, bien au contraire. Le calendrier sera peut-être remis en cause, un peu ralenti dans un premier temps, le temps d’évaluer les conséquences, notamment économiques de cet épisode. Mais les ambitions et réalisations seront ensuite plus grandes. De plus, j’observe de grands mouvements de fraternité, un besoin de s’épauler les uns les autres. L’après Covid-19 sera à l’image du leitmotiv de mon groupe : « pour une planète plus verte et une société plus fraternelle. »
Jean-Luc Petithuguenin, président de Federec et président-fondateur de Paprec Group
  [Vidéo] Ça m'énerve ! Les masques jetés dans la nature
+ de vidéos Environnement TV
Actu réglementaire
Arrêté du 4 septembre 2020 portant nomination au comité de bassin Rhône-Méditerranée Lire
Arrêté du 5 août 2020 portant nomination au comité de bassin Adour-Garonne Lire
Arrêté du 27 août 2020 fixant au titre de l'année 2020 le nombre de postes offerts aux concours professionnels pour l'accès au grade de technicien supérieur de l'environnement et de chef technicien de l'environnement Lire
Arrêté du 25 août 2020 modifiant l'arrêté du 16 janvier 2013 fixant les statuts types des fédérations départementales des associations agréées de pêche et de protection du milieu aquatique Lire
Arrêté du 5 août 2020 fixant la liste des opérations de restructuration ouvrant droit au bénéfice de la prime de restructuration de service, de l'allocation d'aide à la mobilité du conjoint et de l'indemnité de départ volontaire au sein de l'Agence de l'eau Artois-Picardie Lire
À lire également
Dix millions d'euros pour les structures du réemploi touchées par la crise
Dix millions d'euros pour les structures du réemploi touchées par la crise
L'Agence de la transition écologique (Ademe) vient de lancer, dans le cadre du plan de relance gouvernemental, une enquête sur le futur dispositif de soutien aux structures de réemploi de l'économie sociale et solidaire.
L'Ugap propose une solution de collecte des déchets de l'activité tertiaire
L'Ugap propose une solution de collecte des déchets de l'activité tertiaire
La centrale d'achat public, Ugap, propose la collecte et le traitement des déchets de l'activité tertiaire.
L’oxydation hydrothermale part en croisière
L’oxydation hydrothermale part en croisière
Leroux & Lotz technologies annonce, dans le cadre du projet européen LeanShips H2020, la mise en phase de test de la technologie d’oxydation hydrothermale dans un navire de croisière construit par les Chantiers de l’Atlantique.
Les quatrièmes assises de l'économie circulaire s'ouvrent à Paris
Les quatrièmes assises de l'économie circulaire s'ouvrent à Paris
Ce lundi 7 septembre, s'ouvrent les quatrièmes assises de l'économie circulaire, organisées par l'Ademe.
Déjà 26 maîtres d’ouvrage retenus pour l’appel à projets « Maîtres d’ouvrage exemplaires »
Déjà 26 maîtres d’ouvrage retenus pour l’appel à projets « Maîtres d’ouvrage exemplaires »
Le 12 mars dernier, Démoclès lançait l’appel à projets « 50 maîtres d’ouvrage exemplaires ». Vingt-six d’entre eux ont été retenus à l’issue de la première session.
Un outil européen pour évaluer l’impact de l’économie circulaire sur les territoires
Un outil européen pour évaluer l’impact de l’économie circulaire sur les territoires
L’Organisation européenne pour le climat et l’économie circulaire (OCCE) a développé un algorithme pour simuler l’impact de l’économie circulaire sur les territoires européens.
Vicat et Serfim Recyclage s'associent autour des CSR
Le cimentier Vicat et Serfim Recyclage se sont associés pour reprendre l'activité CSR de Sibuet Environnement.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
Tous nos magazines
Accéder au kiosque
En partenariat avec
Événements
Salonvert
22 Septembre 2020
Congrès IDRRIM 2020
29 Septembre 2020
Salon Des Professionnels de l’Amiante
29 Septembre 2020
+ d'événements
Emploi
- Alternance Agent Assainissement - H/F
- Agent Travaux H/F
- Chef de chantier génie climatique
- Responsable d'opérations Aménagement F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.