Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] La seconde main peut-elle vraiment gagner la première place ?

[Tribune] La seconde main peut-elle vraiment gagner la première place ?
Olivier de Montlivault, CEO de SOS Accessoire. Crédits : DR
Par Olivier de Montlivault, le 18 février 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Olivier de Montlivault, directeur général de SOS Accessoire spécialisée dans le diagnostic, réparation et entretien des électroménagers, évoque le marché de la seconde main, son développement ces derniers années dans différents secteurs et son impact environnemental.

Depuis le 1er janvier 2021, nous voyons apparaître sur un certain nombre de produits une mention concernant l’indice de réparabilité (notamment les smartphones, ordinateurs portables, téléviseurs…). Cette mesure s’inscrit dans la loi anti-gaspillage AGEC et vise à sensibiliser les consommateurs ainsi que les fabricants. Pilier de l’économie circulaire, le reconditionnement définit les produits d’occasion qui ont été testés et réparés avec des pièces d’origine ou compatibles. Ce marché attire de plus en plus d’acteurs et séduit les utilisateurs : selon un sondage Ifop réalisée en 2020, 60 % des Français ont acheté ou ont l’intention d’acheter un smartphone reconditionné, soit +7 points par rapport à 2019. L’engouement pour le reconditionnement : véritable tendance de fond ou mode passagère ?

La seconde jeunesse d’un marché pas si jeune ?
 
Nettoyer un appareil, le tester et en réparer les pièces défectueuses, c’est un peu la raison d’être de structures comme Emmaüs ou Envie. Certes, mais depuis quelques années, la démarche s’est considérablement démocratisée, jusqu’à gagner des géants de la téléphonie mobile. Si l’ordinateur et le téléphone portable sont les objets reconditionnés les plus plébiscités, les appareils électroménagers ne sont pas en reste. Plus novateur, nous voyons arriver sur le marché des jeans ou des sacs à main reconditionnés, des voitures, ou même des outillages industriels. L’idée même de la seconde main fait son chemin dans l’esprit des Français, et accompagne leurs questionnements écologiques et responsables.
 
La nécessité de changer en profondeur les habitudes de consommation 
 
Le développement du marché des produits reconditionnés suppose un virage important dans les habitudes d’achat des consommateurs. La crise sanitaire aura fait prendre conscience aux Français que leurs modes de vie pouvaient avoir un effet délétère sur l’environnement, en plus d’avoir réduit les budgets des ménages. La surconsommation a fait son temps. Et pourtant, en 2019, 30 millions de smartphones inutilisés dormaient encore dans les tiroirs, pour seulement 4 millions d’appareils reconditionnés et vendus.
 
Les Français auraient-ils du mal à passer à l’acte en matière de consommation responsable ? Peut-être, mais l’envie de mieux consommer est réelle chez les jeunes générations, plus rassurées que leurs ainés par les produits reconditionnés. Le 100 % neuf est en train de perdre de son aura. Mais 43 % des Français hésitent encore car ils ont peur que le produit reconditionné soit moins fiable que le neuf, ou qu’il ait une autonomie moindre. Il reste aux reconditionneurs de rassurer leur clientèle aux moyens d’arguments fondés et parlants : le prix certes, mais aussi des informations qualitatives et des garanties, permettant au client final de bien comprendre qu’il est face à un objet reconditionné et non pas à un produit d’occasion.
 
Un marché qui ne s’adresse pas qu’aux particuliers
 
Avec le développement soudain et forcé du télétravail, les entreprises n’ont pas eu d’autres choix que d’équiper en urgence leurs collaborateurs pour travailler à domicile. Les budgets ne sont pas extensibles et certains arbitrages ont dû être faits, parfois au détriment de la performance des outils et de leur sécurité. Or, les produits de seconde main permettent des économies d’échelle importantes. Si les particuliers sont désormais plus enclins à investir dans des produits électroniques reconditionnés, les professionnels semblent encore un peu réticents. A tort, car de nombreux acteurs proposent désormais des offres spécifiques et fiables pour les entreprises, comme du mobilier de bureau reconditionnés.

Parallèlement, les sujets autour de la collecte et du recyclage des déchets électriques et électroniques ont pris de l’importance au sein du débat public. Les objets reconditionnés, avec leur empreinte carbone réduite, s’inscrivent dans cette démarche éco-responsable souvent en ligne avec les politiques RSE des entreprises. Pour ces dernières aussi, le reconditionné s’affirme comme une alternative crédible au neuf.
 
Le seul frein au déploiement à grande échelle des produits reconditionnés est dans l’esprit des consommateurs. Il est temps de changer de paradigme et de reconnaître les bienfaits de cette démarche. Il ne suffit plus d’y être favorable, il devient urgent de passer à l’acte sans attendre la prochaine crise sanitaire ou les prochaines catastrophes environnementales. Les ressources ne sont pas inépuisables : chacun doit participer à la construction de ce cercle vertueux qui ralentira concrètement l’impact écologique et social de nos consommations. Oui, les produits de seconde main, réparés et réhabilités, peuvent devenir la norme. Il ne tient qu’à nous de nous inscrire dans ce comportement écologique, responsable et citoyen !
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] La chaleur perdue retrouve une seconde utilité
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Le Cerema et Biobuild Concept, partenaires pour encourager l'utilisation des matériaux biosourcés
Le Cerema et Biobuild Concept, partenaires pour encourager l'utilisation des matériaux biosourcés
Le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) et l'agence Biobuild Concept coopèrent dans le cadre du dispositif CeremaLab d’appui aux startups innovantes. L’objectif est de développer les filières des matériaux biosourcés et de proposer des offres de services innovantes conjointes.
Refashion accélère l’industrialisation du recyclage avec sa plateforme « Recycle »
Refashion accélère l’industrialisation du recyclage avec sa plateforme « Recycle »
Refashion, l'éco-organisme français de la filière textile, linge de maison et chaussure, a mis en ligne sa plateforme « Recycle ». Cet outil recense les matières issues du recyclage, promeut les solutions de recyclage et facilite la mise en relation des acteurs du secteur.
À Tomra France, Damian Barnes développe le pôle recyclage du métal
À Tomra France, Damian Barnes développe le pôle recyclage du métal
Tomra Recycling France, spécialiste du tri et recyclage des déchets, renforce son équipe locale avec la nomination de Damian Barnes au poste de responsable commercial.
Tomra dévoile ses solutions optimisées dans le tri optique des déchets
Tomra dévoile ses solutions optimisées dans le tri optique des déchets
Tomra Recycling présentera au salon Pollutec ses nouvelles solutions qui reposent sur l’emploi de capteurs proche infrarouge pour trier les déchets.
Pau Béarn Pyrénées installe une « biofactory » pour la production de 10 énergies vertes
Pau Béarn Pyrénées installe une « biofactory » pour la production de 10 énergies vertes
C'est inédit ! La communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées (Nouvelle-Aquitaine) s’engage avec un groupement mené par Suez dans la valorisation de ses eaux usées. A la clé, une « Biofactory » développant 10 ressources et énergies vertes.
CNIM O&M et Inova Operations rejoignent Paprec Energies
CNIM O&M et Inova Operations rejoignent Paprec Energies
Les équipes de la CNIM O&M et d'Inova Operations rejoignent officiellement le pôle Paprec Energies du groupe. Celui-ci comptera 24 usines de valorisation énergétique et 5 unités de valorisation organique.
Refurbed lève 54 millions de dollars pour l'électronique reconditionné
Refurbed lève 54 millions de dollars pour l'électronique reconditionné
La société refurbed, leader des places de marché pour produits électroniques reconditionnés, a levé 54 millions de dollars dans le cadre d’un tour de table de série B dirigé par Evli Growth Partners et Almaz Capital.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.