RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] La valorisation des déblais : différentes approches pour un objectif commun

[Tribune] La valorisation des déblais : différentes approches pour un objectif commun
De gauche à droite : Adrien Simon, Responsable Développement, Soler Environnement, Groupe Builders & Partners et David de Luca, Directeur scientifique du Groupe Builders & Partners. Crédits : Builders & Partners
Par Adrien Simon ; David de Luca, le 30 septembre 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
La gestion optimisée des déblais dans le cadre de l’économie circulaire est à l’ordre du jour. Toutefois, des contraintes demeurent qu’il convient de dépasser. La recherche de la revalorisation des déchets est devenue aujourd’hui un sujet primordial. Les sols considérés comme des déchets dès qu’ils sortent d’un site, ne font pas exception. Adrien Simon, responsable développement chez Soler Environnement et David de Luca, directeur scientifique du groupe Builders & Partners, reviennent sur les enjeux de la gestion et de la valorisation des déblais.

Pourquoi les sols issus de l’excavation des projets immobiliers d’aujourd’hui ne seraient pas vus comme la ressource des projets de demain ? Au-delà même des vertus écologiques, l’optimisation de leurs modalités de gestion peut être source d’économies pour l’ensemble des acteurs de projets. En outre, on observe aujourd’hui une raréfaction de la ressource en matériaux de construction alors même que des millions de m3 de déblais valorisables sont enfouis dans les Installations de stockage de déchets.

Afin d’étudier leur potentiel, il est nécessaire de procéder à une analyse fine et complète de leurs caractéristiques permettant de définir leurs domaines d’application et la nécessité ou non de les soumettre à un traitement. Ainsi, la valorisation des futurs déblais peut être abordée selon deux angles différents : le besoin ou l‘offre.

Créer des produits de valorisation par typologie d’usage

Dans la première approche, l’idée est d’entamer une démarche de définition des besoins dans le secteur du futur chantier et d’ensuite vérifier si l’on peut fournir le produit attendu à partir des matériaux disponibles en opérant sur site des opérations physiques et chimiques de traitement. La seconde approche est d’anticiper la qualité des futurs matériaux extraits pour opérer un tri et leur envoi vers une plateforme de transit afin de constituer des lots répondant aux besoins potentiels de valorisation (constitution en avance de lots de produits compatibles avec les besoins du marché).

Dans ce cas, la connaissance du fond géochimique des sites concernés est primordiale si l’on veut échanger avec les acteurs en amont des travaux et, ainsi, confirmer la pertinence économique et environnementale de ces opérations.

Si l’on veut pouvoir définir avec précision le produit répondant au mieux au besoin, la valorisation ne doit pas uniquement être étudiée sous le spectre environnemental (protection de la ressource en eau, absence du risque sanitaire), mais aussi sous celui des aspects géophysiques, géomécaniques (granulométrie, compacité..), et géochimiques (teneur en eau, teneur en sulfates, …). Tous ces aspects devant être regardés non plus individuellement, mais de façon conjointe afin de s’assurer de la pleine adéquation entre les besoins du projet et la compatibilité environnementale, géotechnique et sanitaire de l’ensemble des paramètres.

En 10 ans, nous avons pu constater l’apparition sur le marché de nombreuses plateformes de regroupement/traitement comme acteurs complémentaires, voire préalables, aux filières « classiques » (ISDND, ISDD, …) de prise en charge des terres excavées. Il est donc temps maintenant d’aboutir à l’étape suivante de la démarche de revalorisation des déblais : la création généralisée de produits de valorisation par typologie d’usage, en fonction des sites receveur depuis des matériaux initiaux et à destination des différents besoins de remblaiement.

Depuis longtemps, le réemploi hors site des terres excavées est utilisé par les entreprises de terrassement dans le cadre de pratiques « habituelles » du marché. Elles concernent principalement des déblais identifiés comme inertes ou de nature non anthropique correspondant à du terrain naturel. La démarche est principalement orientée pour les matériaux de type sables et graviers, issus notamment des zones alluvionnaires (photo d’illustration disponible) pouvant être facilement réutilisés comme produits sur d’autres opérations.

Sous l’impulsion de textes réglementaires et de guides techniques, ces pratiques se voient de plus en plus encadrées. La recherche d’applications concrètes des principes de valorisation se poursuit et se
concrétise grâce aux différentes études/projets, comme par exemple le projet VALTEX de décembre 2019, relatif au développement et expérimentation des modalités de gestion et de valorisation des terres excavées dans le contexte des sites et sols pollués, ou encore le Guide de valorisation hors site des terres excavées issues de sites et sols potentiellement pollués dans des projets d’aménagement actualisé en avril 2020. Ces derniers précisent le cadre de réemploi et les conditions associées.

En complément, des référentiels de fonds géochimique voient aussi le jour afin de répondre à la démarche visant à affiner les possibilités de valorisation en fonction d’une approche urbaine locale. Citons, par exemple, le projet GéoBapa visant à définir le fonds géochimique en métaux de la vallée de la Seine.

Des freins restant à lever

Dans le cadre de la sortie du statut de déchet des terres excavées, la valorisation des déblais est aujourd’hui encadrée par le Ministère en charge de l’Environnement, sur la base de 3 guides distincts (Guide Terres Excavées issues des SSP dans des projets d’aménagement, Guide Terres Excavées non issues des SSP, Guide d’acceptabilité de matériaux alternatifs en techniques routières, CEREMA – ex Setra 2011).

Chacun de ces guides a ses spécificités propres que ce soit dans les usages définis (sous bâtiment, contre voile, sous espace vert, remblais routiers techniques, routes forestières, usages sensibles et non sensibles,…), dans l’origine des matériaux concernés (issus des sites SSP ou non SSP), dans la nature de ces matériaux (béton, enrobés, matériaux mixtes…) ou dans la normalisation des essais à réaliser (protocoles analytiques différents selon les guides pouvant remettre en cause la représentativité du résultat obtenu).

Si ces guides listent les paramètres à rechercher, ils ne peuvent être exhaustifs pour autant sur d’autres problématiques, dans la mesure où d’autres contraintes peuvent limiter la réutilisation des matériaux, en particulier des facteurs géotechniques liés à la nature géologique de matériaux (argile…), la granulométrie des matériaux, la nature chimique des matériaux (agressivité vis-à-vis de la présence de sulfates…), la possibilité technique de compactage …

Le cas de matériaux répondant complètement aux critères sanitaires de réemploi, mais faisant l’objet d’un refus d’acceptation sur le site receveur, n’est pas rare car ne répondant pas aux critères géotechniques de réutilisation (cas des argiles vertes, cas de matériaux trop hétérogènes…). Réciproquement, des matériaux répondant pleinement aux critères géotechniques peuvent bien souvent être écartés pour des raisons environnementales. Nous pouvons citer par exemple un projet de l’Est parisien où les essais menés sur les terrains de surface à décaper ont permis de conclure à leur compatibilité géotechnique de remblaiement. Cependant, ces matériaux présentaient des impacts en dioxines et furanes, rendant leur réutilisation en surface incompatible sur le plan sanitaire avec les nombreux espaces verts envisagés dans le projet.

De la même manière qu’aujourd’hui nous sommes confrontés aux impacts environnementaux des activités passées, il ne faut pas que la bonne volonté environnementale se développant à ce jour soit la cause des dommage/ouvrage de demain.

Vers quelle démarche s’orienter ?

Les travaux de remblaiements constituent très souvent des travaux d’aspect géotechnique ayant des incidences sur les ouvrages (Infrastructure, route, …) où les risques de sinistralité associés ne peuvent être écartés. C’est pourquoi, la valorisation dans une optique d’économie circulaire ne peut se limiter à l’approche environnementale.

Aujourd’hui, les études environnementales sont devenues quasi systématiques, mais il convient maintenant de les compléter de manière systématique par des études de valorisation. Ainsi, fort de la sortie de l’arrêté ministériel du 04/06/2021 portant sur la sortie du statut de déchets, ces études doivent prendre en compte les attendus des guides techniques reconnus par le ministère de la Transition écologique .

En amont des projets, simultanément aux études préliminaires environnementales, il faut entamer une réflexion sur les valeurs ajoutées possibles des futurs « déchets » relatifs aux déblais de chantier, en tenant compte des contraintes géotechniques.

Ainsi, en complément des analyses environnementales, il convient que les futurs matériaux soient également définis selon le type de sols par classe (sols fins, sols sableux et graveleux, Insensibles à l’eau, Rocheux, Organiques…) et par nature (sédimentaire, carbonée, argileuse, saline, silicieuse, métamorphique, renfermant des matières organiques…).

L’étude de valorisation permettant de définir les gisements de demain devra ainsi être visée par toutes les parties prenantes concernées par l’ouvrage (MOA, MOE, Entreprises, géotechniciens, hydrogéologues…). Au même titre que les filières d’évacuation sont maintenant définies selon le rayon géographique et leurs critères d’acceptation spécifiques, il convient aujourd’hui de définir les conditions du réemploi, les usages potentiels et les modalités de mise en œuvre des matériaux. Avec l’ensemble de ces informations, il sera possible de proposer ces produits aux acteurs du secteur qui en auraient le besoin. C’est d’ailleurs dans cette optique que des projets de concrétisation de plateforme d’échange (comme TERRASS) sont sur le point d’être opérationnels.

Afin d’anticiper et sécuriser pleinement un réemploi des terres excavées, il reste à élaborer une grille de sélection commune associant les critères environnementaux et les critères géotechniques. Il faut maintenant que le monde environnemental rencontre celui de la géotechnique en toute réciprocité, pour constituer les produits de demain.
Rejoignez-nous sur LinkedIn, Facebook et Twitter
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Comment l'aéroport de Paris-Orly gère la biodiversité ?
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Juillet 2022
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Actu réglementaire
Arrêté du 15 juillet 2022 portant homologation de la décision n° 2022-DC-0729 de l'Autorité de sûreté nucléaire du 15 juillet 2022 fixant, de manière temporaire, de nouvelles limites de rejets thermiques applicables aux réacteurs de la centrale nucléaire du Bugey (INB n° 78 et n° 89) Lire
Arrêté du 15 juillet 2022 portant délégation de signature (cabinet du ministre délégué auprès du ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, chargé de la ville et du logement) Lire
Arrêté du 13 juillet 2022 portant modification de l'arrêté du 5 juillet 2022 portant retrait du marché et rappel de bouteilles de plongée Lire
Arrêté du 13 juillet 2022 portant délégation de signature (cabinet de la secrétaire d'État auprès du ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, chargée de l'écologie) Lire
Décision du 13 juillet 2022 portant délégation de signature (direction générale de l'alimentation) Lire
Décret n° 2022-996 du 8 juillet 2022 modifiant les statuts de l'établissement public d'aménagement de Paris-Saclay Lire
Décret n° 2022-993 du 7 juillet 2022 déclarant d'utilité publique le centre de stockage en couche géologique profonde de déchets radioactifs de haute activité et de moyenne activité à vie longue Cigéo et portant mise en compatibilité du schéma de cohérence territoriale du Pays Barrois (Meuse), du plan local d'urbanisme intercommunal de la Haute-Saulx (Meuse) et du plan local d'urbanisme de Gondrecourt-le-Château (Meuse) Lire
Décret n° 2022-992 du 7 juillet 2022 inscrivant le centre de stockage en couche géologique profonde de déchets radioactifs de haute activité et de moyenne activité à vie longue (Cigéo) parmi les opérations d'intérêt national mentionnées à l'article R. 102-3 du code de l'urbanisme Lire
Décret n° 2022-978 du 2 juillet 2022 relatif aux contrôles de l'alcoolémie et de l'usage de stupéfiants dans le domaine de l'aviation civile Lire
Décret n° 2022-977 du 1er juillet 2022 relatif aux missions du BRGM Lire
Décret n° 2022-976 du 1er juillet 2022 modifiant le décret n° 97-444 du 5 mai 1997 relatif aux missions de SNCF Réseau et portant diverses dispositions d'adaptation du droit ferroviaire Lire
Décret n° 2022-975 du 1er juillet 2022 relatif à l'extension aux éléments de décoration textiles de la filière à responsabilité élargie du producteur des éléments d'ameublement et modifiant diverses dispositions relatives aux déchets Lire
Arrêté du 22 juin 2022 accordant un permis exclusif de recherches de gîtes géothermiques, dit « Permis des Sources » (Bas-Rhin), à la société Lithium de France SAS Lire
Décret n° 2022-945 du 28 juin 2022 fixant les modalités d'application de l'expérimentation relative à l'institution du médiateur de l'hydroélectricité et portant application de l'article L. 511-14 du code de l'énergie Lire
Arrêté du 23 juin 2022 portant création d'une zone interdite temporaire dans la région de Versailles (Yvelines), identifiée Versailles Sommet économique, dans la région d'information de vol de Paris Lire
Arrêté du 22 juin 2022 modifiant l'arrêté du 26 décembre 2016 fixant la liste des sites ou services de la direction générale de l'aviation civile en application de l'arrêté du 26 décembre 2016 Lire
Arrêté du 17 juin 2022 portant nomination au conseil d'administration de Voies navigables de France Lire
Arrêté du 17 juin 2022 autorisant l'ouverture de concours pour le recrutement de professeurs de l'enseignement supérieur agricole (grade de deuxième classe) au titre de l'année 2022 Lire
Arrêté du 9 juin 2022 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture d'un recrutement par voie de PACTE pour l'accès au corps des agents d'exploitation des travaux publics de l'Etat au ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires Lire
Arrêté du 9 juin 2022 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture et fixant le nombre de postes offerts pour le recrutement sans concours d'adjoints administratifs des administrations de l'Etat au ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires Lire
À lire également
Le taux de collecte des DASRI-PAT en Île-de-France est le plus bas de France
Le taux de collecte des DASRI-PAT en Île-de-France est le plus bas de France
Si les quantités des déchets d’activité de soin à risques infectieux pour les patients en auto-traitement collectées sont en forte croissance depuis la création de filière en 2010, l’objectif de captage de 80 % « n’est cependant toujours pas atteint en 2020 ».
À Cassinetta, Whirlpool innove pour un électroménager économe en énergie
À Cassinetta, Whirlpool innove pour un électroménager économe en énergie
Un centre de production « zéro déchet », éco-conception et économie d'énergie... Le géant américain de l'électroménager nous ouvre les portes de son usine de Cassinetta en Italie, berceau de sa production européenne.
NetZero installe sa première unité de production de biochar en Amérique latine
NetZero installe sa première unité de production de biochar en Amérique latine
Quelques mois après l’ouverture de sa première usine au Cameroun, la startup française leader dans la séquestration carbone construit son deuxième site au Brésil. Opérationnel fin 2022, il produira 4 000 tonnes de biochars, l’équivalent de 6 500 tonnes de CO2 séquestrées chaque année.
Paprec libère sa chaine d’encombrants à La Courneuve
Paprec libère sa chaine d’encombrants à La Courneuve
Le spécialiste du recyclage vient de mettre en service une nouvelle ligne de tri pour les encombrants entièrement automatisée.
Olivier Le Fichous réélu à la présidence de Federec Ouest  
Olivier Le Fichous réélu à la présidence de Federec Ouest  
Investi pour un second mandat à la tête de Federec Ouest, le responsable du développement et de l’innovation au sein de Guyot Environnement, Olivier Le Fichous, sera épaulé dans ses missions par deux vice-présidents : Grégoire Bureau et Didier Monier. 
Revcoo lève 3.5 millions d’euros pour recycler les fumées des industriels
Revcoo lève 3.5 millions d’euros pour recycler les fumées des industriels
La cleantech, spécialisée dans la fabrication de systèmes de captation de CO2 sur sites industriels, utilisera cette levée de fonds pour installer en 2023 une machine capable de capter 20 tonnes de CO2 par jour.
Skytech met un pied en Italie 
Skytech met un pied en Italie 
La greentech française spécialisée dans la production de résines plastiques régénérées ouvre sa première filiale européenne en Italie.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
En partenariat avec
Événements
PRODURABLE
13 Septembre 2022
Innopolis Expo 2022
20 Septembre 2022
Université de l'autoconsommation photovoltaïque
20 Septembre 2022
+ d'événements
Emploi
- TECHNICIEN DE MAINTENANCE H/F
- Alternance - Opérateur Production Traitement EU H/F
- Ingénieur / Ingénieure en maîtrise des risques industriels
- Expert Industrie - F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.