Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

TERRITOIRES
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Piétonnisation des voies sur berge : le Tribunal administratif juge la procédure illégale

Partager :
Piétonnisation des voies sur berge : le Tribunal administratif juge la procédure illégale
Par E.G, le 22 février 2018
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Territoires
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Mercredi 21 février, le tribunal administratif a jugé la procédure de piétonnisation des voies sur berges rive droite à Paris, illégale. Ainsi, deux décisions du Conseil de Paris et de la maire de Paris Anne Hidalgo, ont été annulées.

Le Tribunal administratif de Paris a annulé, le mercredi 21 février 2018, la délibération du 26 septembre 2016 du Conseil de Paris, déclarant l’intérêt général de l’opération d’aménagement des voies sur berge rive droite de la Seine. Ainsi que l’arrêté municipal du 18 octobre 2016, créant l’aire piétonne baptisée « berges de Seine – Centre rive droite », dans les premier et quatrième arrondissements de Paris.

Une étude d’impact inexacte et incomplète

Le Tribunal a indiqué que l’étude d’impact sur laquelle la mairie de Paris s’est appuyée pour prononcer cette décision n’était ni exacte, ni complète. Notamment concernant les impacts du projet sur la circulation automobile, les émissions de polluants et la pollution sonore, qui ont depuis été étudiés par Airparif ou encore Bruitparif. Le Tribunal administratif indique en effet que l’étude d’impact ne comporte « aucune  étude  précise  sur  le  taux  de  transit,  qui  correspond  à  la proportion des véhicules qui empruntent les voies sur berges de la rive droite pour traverser Paris plutôt  que  pour  effectuer  un  trajet  au  sein des  limites  communales ». Concernant la pollution atmosphérique, le Tribunal a jugé que « l’étude  d’impact  ne  permet  d’estimer  ni  l’existence,  ni  l’ampleur  de  la  pollution  atmosphérique  d’origine  automobile  résultant  des  reports  de  circulation  et  de  la  congestion  du trafic engendrés par le projet d’aménagement envisagé ». Enfin, sur le volet des nuisances sonores, le jugement rendu rappelle « l’étude de Bruitparif selon laquelle les données figurant dans l’étude d’impact ne permettent pas d’estimer les conséquences du projet d’aménagement sur les nuisances sonores ». Ces inexactitudes avaient par ailleurs déjà été relevées par la commission d’enquête publique notamment.

De plus, le Tribunal souligne qu’Anne Hidalgo, dans sa décision du 18 octobre 2016, qui se fonde sur l’article L.2312-2 du code général des collectivités territoriales, ne peut interdire la circulation automobile de façon permanente. « Le  maire  peut,  par  arrêté  motivé, eu  égard  aux  nécessités  de  la circulation  et  de  la  protection  de  l’environnement  :  (...) Interdire  à  certaines  heures  l’accès  de  certaines  voies  de  l’agglomération  ou  de  certaines  portions  de  voie  ou  réserver  cet  accès,  à  certaines  heures,  à  diverses  catégories  d’usagers  ou  de  véhicules », relève le Tribunal.

Un jugement qui n’implique pas l’abandon du projet

L’avocat Arnaud Gossement explique cependant sur son site que cette annulation est « rétroactive » : « ces deux décisions sont effacées de notre droit depuis leur entrée en vigueur. Toutefois, si le Tribunal administratif annule ces décisions, il n’annule pas le projet de piétonnisation. Il appartient au Conseil de Paris et à la maire de Paris, si ils le souhaitent, de reprendre ces décisions, purgées des vices de procédure mis en évidence par le Tribunal administratif de Paris », écrit-il. « L’autorité auteure des deux décisions annulées peut donc les reprendre mais à la suite d’une procédure régulière », précise-t-il. La maire de Paris a décidé de faire appel de cette décision dans la soirée du 21 février.
Wikimedia Commons
  [Vidéo] Le Covid, accélérateur de la transition écologique
+ de vidéos Environnement TV
Actu réglementaire
Arrêté du 21 juillet 2020 portant nomination du président et des membres du Conseil d'orientation pour la prévention des risques naturels majeurs Lire
Arrêté du 10 juillet 2020 fixant les taux de promotion dans certains corps spécifiques relevant de la direction générale de l'aviation civile du ministère de la transition écologique pour l'année 2020 Lire
Décision du 17 juillet 2020 portant délégation de signature (centre ministériel de valorisation des ressources humaines [CMVRH]) Lire
Les plus lus
À lire également
L'Anah facilite l'intervention des territoires sur leur parc privé
L'Anah facilite l'intervention des territoires sur leur parc privé
Ce jeudi 18 juin, l'Agence nationale de l'habitat (Anah) annonce élargir sa palette d'outils pour faciliter l'intervention des territoires sur leur parc privé.
Le BRGM et l'Ifremer renouvellent leur coopération pour la connaissance du littoral
Le BRGM et l'Ifremer renouvellent leur coopération pour la connaissance du littoral
Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et l'Institut français de recherche pur l'exploitation de la mer (Ifremer) renouvellent pour une durée de quatre ans, leur accord de coopération pour l'étude du continuum Terre-Mer.
[A écouter] Municipales 2020 et vague verte : la réaction de Nicolas Garnier
[A écouter] Municipales 2020 et vague verte : la réaction de Nicolas Garnier
Le second tour des élections municipales ce dimanche 28 juin, a vu une vingtaine de maires écologistes être élus partout en France : Lyon et la métropole du Grand Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Poitiers, Grenoble, Tours, Annecy, Colombes, Anduze, Plouhézec, ou encore Prades-le-Lez. Sans compter que l'union d'EELV avec les listes de gauche ont permis de remporter les mairies de Paris, Montpellier ou encore Marseille.
La Seine-Saint-Denis va planter 30.000 arbres d'ici 2030
La Seine-Saint-Denis va planter 30.000 arbres d'ici 2030
Ce jeudi 11 juin, le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis a annoncé se doter d'un plan « Canopée », qui vise à atteindre 20% de surface départementale arborée en 2030.
Lancement de la Fondation GRDF
GRDF vient de lancer sa Fondation, qui a tenu ce jeudi 11 juin, son premier comité exécutif.
Patrick Ollier réélu à la tête de la Métropole du Grand Paris
Patrick Ollier réélu à la tête de la Métropole du Grand Paris
Aujourd’hui, après le désistement de son opposant officiellement choisi lors d’une primaire de la droite, le président sortant et candidat déclaré au second tour, Patrick Ollier a été reconduit à la tête de la Métropole du Grand Paris.   
Seine-Saint-Denis : une plateforme collaborative pour les écoacteurs
Seine-Saint-Denis : une plateforme collaborative pour les écoacteurs
Le Département de la Seine-Saint-Denis a lancé ce jeudi 25 juin, la plateforme collaborative « CO », pour l'organisation d'événements écoresponsables.
Tous les articles TERRITOIRES
Nos magazines
Accéder au kiosque
En partenariat avec
Événements
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
EXPOBIOGAZ
2 Septembre 2020
20e Congrès international du recyclage automobile (IARC)
2 Septembre 2020
+ d'événements
Emploi
- Ordonnanceur(se) Soirée H/F
- Responsable Ressources Humaines H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- Responsable d’Unité Administrative F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.