Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Assurances de biens et environnement : une association fructueuse ?

[Tribune] Assurances de biens et environnement : une association fructueuse ?
Par Thibault Le Garrec, consultant du groupe Square, le 30 septembre 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, Thibault Le Garrec, consultant du groupe Square, souligne l’importance pour le secteur des assurances de s’emparer des sujets environnementaux. "L’enjeu pour les assureurs est aujourd’hui de développer de nouvelles offres ou de nouer des partenariats afin de suivre les évolutions du marché et pour diversifier les incitations", estime-t-il.

L’environnement est aujourd’hui au cœur des préoccupations et le rôle des grandes entreprises dans cette transition énergétique est souvent mis en avant. Les assureurs, acteurs clés de l’économie, multiplient les initiatives en faveur de l’environnement à travers l’investissement socialement responsable, le désinvestissement des énergies fossiles ou diverses incitations auprès de leurs salariés.

En revanche, en dehors des produits financiers dits "verts", les offres en faveur de l’environnement proposées aux consommateurs restent rares. Quels sont les freins à l’extension des produits verts sur le marché de l’assurance de biens ? Comment peut-on envisager leur développement ?

Un marché émergent

Quelques premières offres vertes se développent sur le marché des assurances de biens, autant pour les habitations que pour les véhicules. En cas d’équipement favorable à l’environnement, la prime payée par le consommateur restera inchangée ou sera même réduite. Le mécanisme est identique pour les différents produits, qu’il s’agisse des véhicules ou des habitations. Un effort est donc réalisé par les assureurs, les biens couverts ayant des valeurs supérieures aux biens "classiques", non écologiques.

Pour le secteur automobile, ces réductions de prime concernent majoritairement les véhicules électriques mais aussi dans une moindre mesure ceux qui polluent le moins. Concernant les habitations, les nouvelles formules d’assurances portent sur deux domaines majeurs. D’une part, la construction d’habitation qui est réalisée à partir de matériaux plus respectueux de l’environnement comme le bois. D’autre part, des équipements verts peuvent être ajoutés comme des installations énergétiques (panneaux photovoltaïques) ou des dispositifs de recyclage (traitement de l’eau, compost). Pour les logements, l’accompagnement et l’incitation par les assureurs se fait donc également par un maintien ou une baisse des primes. Le cas des panneaux photovoltaïques est cependant plus particulier car il peut impliquer des options supplémentaires et un surcoût. L’enjeu pour les assureurs est aujourd’hui de développer de nouvelles offres ou de nouer des partenariats afin de suivre les évolutions du marché et pour diversifier les incitations.

Une association encore timide

Les progrès dans l’association entre assurance de biens et écologie restent cependant difficiles à mesurer. L’équipement en véhicules rechargeables (électriques et hybrides) demeure assez faible en France (de l’ordre de 2% en 2018). Ce marché d’assurance reste pour le moment une niche. Les perspectives sont cependant positives avec une hausse de 25% des ventes entre 2017 et 2018 et des tendances qui se poursuivent à la hausse en 2019. Les statistiques sur les logements écologiques sont en revanche plus rares et ne permettent pas de tirer de tendances fiables par rapport au marché des véhicules rechargeables.

Face aux perspectives de marché, les assureurs ne peuvent pas négliger ces segments émergents et devront faire face aux contraintes d’un nouvel environnement. Les coûts de ces nouveaux biens sont généralement plus élevés, les frais de réparation sont importants et les primes payées par les assurés équivalentes ou plus faibles. L’inconnue dans cette équation est aujourd’hui la sinistralité, encore peu probante sur un marché jeune.

Les pistes de développement

Certains assureurs s’aventurent toutefois sur ce marché récent, notamment Altima-Maif avec une offre d’assurance collaborative à destination des détenteurs de véhicules électriques (proposant jusqu’à 30% de réduction sur la prime). Il ne s’agit pour autant pas d’une offre « low-cost » mais d’une proposition visant à récompenser les conducteurs de véhicule électrique, pour leur conduite plus responsable. L’assurance collaborative peut ainsi apparaître comme une solution intéressante pour favoriser et développer les intérêts environnementaux en fédérant les usagers autour de préoccupations communes.

L’innovation pourrait être une nouvelle clé du développement des solutions d’assurances favorables à l’environnement. De nouveaux usages apparaissent avec l’émergence des "assurtechs" et autres « start-up », en s’appuyant notamment sur le Big Data ou l’Intelligence Artificielle. L’association entre Amaguiz (filiale de Groupama) et de la start-up WeNow en est un bon exemple. Wenow, spécialisée dans la compensation embarquée propose de calculer le bilan carbone annuel des clients volontaires. Par la suite, les clients sont libres de financer des projets permettant de compenser leurs émissions et donc d’avoir une empreinte carbone neutre sur l’année.

Face au défi environnemental, des solutions vont pouvoir émerger à partir de la créativité des nouveaux entrants sur le marché, mais principalement sous l’impulsion des grands acteurs du marché. Un autre facteur important de progrès pourrait venir des Etats et des associations politiques comme l’Union européenne qui peuvent orienter, voire diriger des mutations importantes. 
Thibault Le Garrec, consultant du groupe Square / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Les hôpitaux soignent leur empreinte environnementale
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Socotec lance la première certification de maquette numérique du bâtiment
Socotec lance la première certification de maquette numérique du bâtiment
Le groupe Socotec, spécialiste de la gestion des risques liés au bâti, propose la première certification de maquette BIM (bâti immobilier modélisé). Objectif : garantir la gestion optimisée de la performance environnementale d’un ouvrage bâti.
La Seine-Saint-Denis concrétise son plan « éco-collège »
La Seine-Saint-Denis concrétise son plan « éco-collège »
Les chantiers des collèges des Docks à Saint-Ouen, Marie Curie aux Lilas, et Alfred Sisley à L’Île-Saint-Denis ont officiellement démarré jeudi 09 septembre. Cette étape marque le coup d’envoi du plan « éco-collège » voté par le Département de la Seine-Saint-Denis.
JO 2024 : Colas remporte un contrat cadre de la SOLIDEO pour la régulation des flux logistiques
JO 2024 : Colas remporte un contrat cadre de la SOLIDEO pour la régulation des flux logistiques
Mobility by Colas, intégrateur et opérateur de services numériques de mobilité, a signé un contrat cadre avec la Société de livraison des ouvrages olympiques (SOLIDEO). Avec sa solution Qievo, la société assurera l’organisation de la logistique du « dernier kilomètre » associée aux différents chantiers de construction du Village olympique des Athlètes situé au nord de Paris.
Abandon du projet de port de plaisance à Brétignolles-sur-Mer
Abandon du projet de port de plaisance à Brétignolles-sur-Mer
Les élus de la communauté de communes du Pays-de-Saint-Gilles-Croix-de-Vie (Vendée) se sont prononcés ce jeudi 22 juillet, sur la poursuite du projet de construction d'un port de plaisance à Brétignolles-sur-Mer. Résultat : le « non » l’emporte, concluant sur l’abandon du projet.
Le Cerema propose deux formations professionnelles autour de la RE2020
Le Cerema propose deux formations professionnelles autour de la RE2020
La Réglementation environnementale 2020 (RE 2020), bouleversera la filière du bâtiment à partir de janvier 2022. Le Cerema a conçu deux formations professionnelles pour préparer les acteurs du BTP aux futures évolutions.
La situation des nappes d’eau souterraine semble contrastée en France
La situation des nappes d’eau souterraine semble contrastée en France
L’automne et l’hiver 2020-2021 ont été caractérisés par une forte recharge des nappes d’eau souterraine sur une grande partie du territoire et par une très faible recharge sur le littoral méditerranéen. Décryptage du bulletin de situation hydrogéologique.
Dijon construit 51 logements sociaux à énergie positive
Dijon construit 51 logements sociaux à énergie positive
Une première à Dijon ! La commune installera ses premiers logements sociaux qui produiront plus d’énergie qu’ils n’en consommeront. Le projet prévoit la construction de 51 logements à loyer modéré et à énergie positive.
Tous les articles TERRITOIRES
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.