Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

TERRITOIRES
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Assurances de biens et environnement : une association fructueuse ?

Partager :
[Tribune] Assurances de biens et environnement : une association fructueuse ?
Par Thibault Le Garrec, consultant du groupe Square, le 30 septembre 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Territoires
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, Thibault Le Garrec, consultant du groupe Square, souligne l’importance pour le secteur des assurances de s’emparer des sujets environnementaux. "L’enjeu pour les assureurs est aujourd’hui de développer de nouvelles offres ou de nouer des partenariats afin de suivre les évolutions du marché et pour diversifier les incitations", estime-t-il.

L’environnement est aujourd’hui au cœur des préoccupations et le rôle des grandes entreprises dans cette transition énergétique est souvent mis en avant. Les assureurs, acteurs clés de l’économie, multiplient les initiatives en faveur de l’environnement à travers l’investissement socialement responsable, le désinvestissement des énergies fossiles ou diverses incitations auprès de leurs salariés.

En revanche, en dehors des produits financiers dits "verts", les offres en faveur de l’environnement proposées aux consommateurs restent rares. Quels sont les freins à l’extension des produits verts sur le marché de l’assurance de biens ? Comment peut-on envisager leur développement ?

Un marché émergent

Quelques premières offres vertes se développent sur le marché des assurances de biens, autant pour les habitations que pour les véhicules. En cas d’équipement favorable à l’environnement, la prime payée par le consommateur restera inchangée ou sera même réduite. Le mécanisme est identique pour les différents produits, qu’il s’agisse des véhicules ou des habitations. Un effort est donc réalisé par les assureurs, les biens couverts ayant des valeurs supérieures aux biens "classiques", non écologiques.

Pour le secteur automobile, ces réductions de prime concernent majoritairement les véhicules électriques mais aussi dans une moindre mesure ceux qui polluent le moins. Concernant les habitations, les nouvelles formules d’assurances portent sur deux domaines majeurs. D’une part, la construction d’habitation qui est réalisée à partir de matériaux plus respectueux de l’environnement comme le bois. D’autre part, des équipements verts peuvent être ajoutés comme des installations énergétiques (panneaux photovoltaïques) ou des dispositifs de recyclage (traitement de l’eau, compost). Pour les logements, l’accompagnement et l’incitation par les assureurs se fait donc également par un maintien ou une baisse des primes. Le cas des panneaux photovoltaïques est cependant plus particulier car il peut impliquer des options supplémentaires et un surcoût. L’enjeu pour les assureurs est aujourd’hui de développer de nouvelles offres ou de nouer des partenariats afin de suivre les évolutions du marché et pour diversifier les incitations.

Une association encore timide

Les progrès dans l’association entre assurance de biens et écologie restent cependant difficiles à mesurer. L’équipement en véhicules rechargeables (électriques et hybrides) demeure assez faible en France (de l’ordre de 2% en 2018). Ce marché d’assurance reste pour le moment une niche. Les perspectives sont cependant positives avec une hausse de 25% des ventes entre 2017 et 2018 et des tendances qui se poursuivent à la hausse en 2019. Les statistiques sur les logements écologiques sont en revanche plus rares et ne permettent pas de tirer de tendances fiables par rapport au marché des véhicules rechargeables.

Face aux perspectives de marché, les assureurs ne peuvent pas négliger ces segments émergents et devront faire face aux contraintes d’un nouvel environnement. Les coûts de ces nouveaux biens sont généralement plus élevés, les frais de réparation sont importants et les primes payées par les assurés équivalentes ou plus faibles. L’inconnue dans cette équation est aujourd’hui la sinistralité, encore peu probante sur un marché jeune.

Les pistes de développement

Certains assureurs s’aventurent toutefois sur ce marché récent, notamment Altima-Maif avec une offre d’assurance collaborative à destination des détenteurs de véhicules électriques (proposant jusqu’à 30% de réduction sur la prime). Il ne s’agit pour autant pas d’une offre « low-cost » mais d’une proposition visant à récompenser les conducteurs de véhicule électrique, pour leur conduite plus responsable. L’assurance collaborative peut ainsi apparaître comme une solution intéressante pour favoriser et développer les intérêts environnementaux en fédérant les usagers autour de préoccupations communes.

L’innovation pourrait être une nouvelle clé du développement des solutions d’assurances favorables à l’environnement. De nouveaux usages apparaissent avec l’émergence des "assurtechs" et autres « start-up », en s’appuyant notamment sur le Big Data ou l’Intelligence Artificielle. L’association entre Amaguiz (filiale de Groupama) et de la start-up WeNow en est un bon exemple. Wenow, spécialisée dans la compensation embarquée propose de calculer le bilan carbone annuel des clients volontaires. Par la suite, les clients sont libres de financer des projets permettant de compenser leurs émissions et donc d’avoir une empreinte carbone neutre sur l’année.

Face au défi environnemental, des solutions vont pouvoir émerger à partir de la créativité des nouveaux entrants sur le marché, mais principalement sous l’impulsion des grands acteurs du marché. Un autre facteur important de progrès pourrait venir des Etats et des associations politiques comme l’Union européenne qui peuvent orienter, voire diriger des mutations importantes. 
Thibault Le Garrec, consultant du groupe Square / DR
  [Vidéo] Des bambous pour traiter les eaux usées
Rendez-vous à Miramas dans les Bouches-du-Rhône, où la jeune pousse Bamboo For Life nous fait visiter l'une de ses stations d'épuration constituée de bambous !
+ de vidéos Environnement TV
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Matteo Carando, directeur d’ERG France
Les entreprises et acteurs de l’environnement organisent, depuis mi-mai, la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Matteo Carando, directeur d’ERG France.
Toutes les interviews
Actu réglementaire
Décret du 1er juillet 2020 portant nomination au comité des finances locales institué par l'article L. 1211-1 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant nomination au sein du Conseil national d'évaluation des normes Lire
Arrêté du 30 juin 2020 portant nomination de la directrice du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante Lire
Arrêté du 25 juin 2020 pris pour l'application, en 2020, de l'article L. 1614-4 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant interdiction de mise sur le marché de bouteilles de gaz métalliques non rechargeables contenant de l'hélium Lire
Arrêté du 22 juin 2020 pris en application du décret n° 2019-799 du 26 juillet 2019 fixant les modalités d'indemnisation du référent déontologue et du référent en matière de recueil des signalements émis par les lanceurs d'alerte de l'Autorité de sûreté nucléaire Lire
À lire également
Lancement de la Fondation GRDF
GRDF vient de lancer sa Fondation, qui a tenu ce jeudi 11 juin, son premier comité exécutif.
[Tribune] Le monde de demain, plus résilient et durable, se construira ensemble dans les territoires !
[Tribune] Le monde de demain, plus résilient et durable, se construira ensemble dans les territoires !
Cette semaine, Wilfrid Petrie, directeur général adjoint d’Engie en charge d’Engie Solutions, souligne le rôle des territoires dans la sortie de crise sanitaire.
Le salon Pollutec prépare une édition inédite pour s'adapter aux contraintes sanitaires
Le salon Pollutec prépare une édition inédite pour s'adapter aux contraintes sanitaires
Le salon incontournable des solutions environnementales et énergétiques, Pollutec, aura bien lieu comme prévu, du 1er au 4 décembre prochain. Une édition inédite en raison du contexte sanitaire.
La Banque des Territoires prend part au capital de la filiale Urby du groupe La Poste
Le groupe La Poste et la Caisse des dépôts, via la Banque des Territoires, annoncent une augmentation du capital de la société Urby, consacrée à la logistique urbaine.
[Vidéo] Les écoquartiers, terres d'essai du développement durable
[Vidéo] Les écoquartiers, terres d'essai du développement durable
La création d’écoquartiers est au programme de nombreux candidats et candidates aux élections municipales. Agnès Breton s’est rendue à Asnières-sur-Seine, où l'écoquartier des Bords de Seine est récemment sorti de terre.
Pavillon bleu : la France compte 507 sites labellisés en 2020
Pavillon bleu : la France compte 507 sites labellisés en 2020
Cette année, le label Pavillon bleu a été remis à 17 nouveaux lauréats, portant à 401, le nombre de plages labellisées, et 106 ports.
Un groupe de travail européen pour amorcer la transition écologique à l'échelle locale
Un groupe de travail européen pour amorcer la transition écologique à l'échelle locale
Le Comité européen des régions (CdR) lance ce mardi 16 juin, le groupe de travail « Pacte vert – Investir à l'échelon local ».
Tous les articles TERRITOIRES
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
e-EUBCE
6 Juillet 2020
e-EUBCE
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
8 Juillet 2020
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
+ d'événements
Emploi
- Agent de réseau d'eau potable - H/F
- Opérateur Hydrocureur 35 H/F
- Jardinier / Jardinière
- PROGRAMMATEUR CPA et TST -BTS ELECTROTECHNIQUE-ALTERNANCE DIJON (2020-12768) F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.