Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Le Conseil d'Etat somme la France de modifier la réglementation sur les OGM

Le Conseil d'Etat somme la France de modifier la réglementation sur les OGM
Par E.G, le 10 février 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Dans une décision rendue ce vendredi 7 février, le Conseil d’Etat a jugé que certains organismes obtenus par mutagénèse doivent respecter la réglementation OGM.

« Saisi par des associations et syndicats, le Conseil d’État juge que les organismes obtenus par certaines techniques de mutagénèse doivent être soumis à la réglementation relative aux organismes génétiquement modifiés », a annoncé le Conseil d’Etat ce vendredi 7 février. De ce fait, le gouvernement doit modifier le code de l’environnement, identifier les variétés de plantes agricoles obtenues par mutagénèse et identifier les risques liés aux plantes rendues tolérantes aux herbicides (VRTH).

« En vertu d’une directive européenne du 12 mars 2001 , les OGM sont soumis à des procédures d’évaluation des risques et d’autorisation préalables à toute mise sur le marché ou dissémination dans l’environnement et à des obligations d’information du public, d’étiquetage et de suivi », rappelle le Conseil d’Etat. Une directive transposée en droit français dans le code de l’environnement, en excluant l’ensemble des organismes obtenus par mutagénèse. « Tirant les conséquences d’un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), le Conseil d’État juge que les organismes obtenus au moyen des techniques de mutagenèse qui sont apparues ou se sont principalement développées depuis l’adoption de la directive de 2001 doivent être soumis aux obligations imposées aux OGM par cette directive », peut-on lire dans un communiqué. « Il précise que tel est le cas non seulement de la mutagénèse dirigée mais aussi de la mutagénèse aléatoire in vitro, utilisées notamment pour rendre tolérantes aux herbicides des plantes comme le tournesol ou le colza », est-il ajouté.

Une modification du code de l’environnement d’ici six mois

Le gouvernement dispose ainsi de six mois pour modifier le code de l’environnement en ce sens (article D. 531-2). « Le Gouvernement devra également identifier, dans un délai de neuf mois, les variétés de plantes agricoles obtenues par mutagénèse qui ont été inscrites au catalogue officiel des plantes cultivées sans avoir fait l’objet de la procédure d’évaluation des risques applicable aux OGM, alors qu’elles auraient dû y être soumises du fait de la technique utilisée pour les obtenir », ajoute le Conseil d’Etat. Enfin, le gouvernement est sommé de prendre, dans un délai de six mois, « les mesures nécessaires à la mise en œuvre des recommandations formulées par l’Anses en 2019, en matière d’évaluation des risques liés aux VRTH, ou de prendre toute autre mesure équivalente permettant de répondre aux observations de l’agence sur les lacunes des données actuellement disponibles ».

La ministre de la transition écologique, Elisabeth Borne, a déclaré prendre acte de cette décision. « Le gouvernement va étudier de manière approfondie la décision du Conseil d’Etat, afin de la mettre en œuvre en prenant en compte l’avis de l’Anses du 26 novembre dernier et conformément à la réglementation européenne », indique un communiqué du ministère.
Wikimedia Commons / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Une cartographie complète des récifs coralliens des eaux peu profondes
Une cartographie complète des récifs coralliens des eaux peu profondes
La cartographie des récifs coralliens tropicaux Allen Atlas Coral est désormais la ressource la plus complète et précise de ces écosystèmes. Les scientifiques et les décideurs politiques peuvent s’en saisir pour renforcer la conservation des coraux.
OuiLive mise sur les défis connectés pour restaurer les récifs coralliens
OuiLive mise sur les défis connectés pour restaurer les récifs coralliens
Les sociétés Arkea Banking Services, Covivio, Natixis et Nicolas s'engagent auprès de OuiLive, acteur français des Challenges Connectés B2B, dans un défi écoresponsable. La récompense attendue ? La plantation de coraux sur des récifs en Indonésie.
Trois espèces de poissons pélagiques menacées par la surpêche
Trois espèces de poissons pélagiques menacées par la surpêche
L'ONG Marine Stewardship Council (MSC) dédiée à la lutte contre la surpêche, tire la sonnette d’alarme. Et pour cause ! les captures cumulées de maquereau, de hareng et de merlan bleu dans l'Atlantique Nord-Est, dépassent de 4,8 millions de tonnes les limites de durabilité.
Une économie fondée sur la conservation de la nature créerait plus d'emplois
Une économie fondée sur la conservation de la nature créerait plus d'emplois
Protection de la biodiversité et emploi font la paire ! Selon le WWF, 39 millions d’emplois seraient créés si les gouvernements du monde entier affectaient leurs dépenses à la nature. 
Deux associations attaquent l’État en justice pour manquement à la protection de la biodiversité
Deux associations attaquent l’État en justice pour manquement à la protection de la biodiversité
L’État serait-il coupable de la sixième extinction de masse ? Les ONG Notre Affaire à Tous et Pollinis entendent faire reconnaître la responsabilité de l’État en l’attaquant en justice pour manquement à ses obligations de protection de la biodiversité.
La moitié de la flore terrestre n'a pas encore été photographiée
La moitié de la flore terrestre n'a pas encore été photographiée
Près de la moitié de la flore terrestre n’a jamais été photographiée à l’état sauvage, estiment des auteurs dans une étude. Cette faiblesse d’illustration constitue un obstacle pour l’identification et la protection de la biodiversité végétale.
La famille des parcs naturels régionaux s'agrandit
La famille des parcs naturels régionaux s'agrandit
La France ajoute deux parcs naturels régionaux à sa liste : Doubs Horloger (Bourgogne - Franche-Comté) et Corbières-Fenouillèdes (Occitanie), deviennent respectivement les 57e et 58e membres de la grande famille des parcs.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.