Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

BIODIVERSITÉ
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Le Conseil d'Etat somme la France de modifier la réglementation sur les OGM

Partager :
Le Conseil d'Etat somme la France de modifier la réglementation sur les OGM
Par E.G, le 10 février 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Biodiversité
Dans une décision rendue ce vendredi 7 février, le Conseil d’Etat a jugé que certains organismes obtenus par mutagénèse doivent respecter la réglementation OGM.

« Saisi par des associations et syndicats, le Conseil d’État juge que les organismes obtenus par certaines techniques de mutagénèse doivent être soumis à la réglementation relative aux organismes génétiquement modifiés », a annoncé le Conseil d’Etat ce vendredi 7 février. De ce fait, le gouvernement doit modifier le code de l’environnement, identifier les variétés de plantes agricoles obtenues par mutagénèse et identifier les risques liés aux plantes rendues tolérantes aux herbicides (VRTH).

« En vertu d’une directive européenne du 12 mars 2001 , les OGM sont soumis à des procédures d’évaluation des risques et d’autorisation préalables à toute mise sur le marché ou dissémination dans l’environnement et à des obligations d’information du public, d’étiquetage et de suivi », rappelle le Conseil d’Etat. Une directive transposée en droit français dans le code de l’environnement, en excluant l’ensemble des organismes obtenus par mutagénèse. « Tirant les conséquences d’un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), le Conseil d’État juge que les organismes obtenus au moyen des techniques de mutagenèse qui sont apparues ou se sont principalement développées depuis l’adoption de la directive de 2001 doivent être soumis aux obligations imposées aux OGM par cette directive », peut-on lire dans un communiqué. « Il précise que tel est le cas non seulement de la mutagénèse dirigée mais aussi de la mutagénèse aléatoire in vitro, utilisées notamment pour rendre tolérantes aux herbicides des plantes comme le tournesol ou le colza », est-il ajouté.

Une modification du code de l’environnement d’ici six mois

Le gouvernement dispose ainsi de six mois pour modifier le code de l’environnement en ce sens (article D. 531-2). « Le Gouvernement devra également identifier, dans un délai de neuf mois, les variétés de plantes agricoles obtenues par mutagénèse qui ont été inscrites au catalogue officiel des plantes cultivées sans avoir fait l’objet de la procédure d’évaluation des risques applicable aux OGM, alors qu’elles auraient dû y être soumises du fait de la technique utilisée pour les obtenir », ajoute le Conseil d’Etat. Enfin, le gouvernement est sommé de prendre, dans un délai de six mois, « les mesures nécessaires à la mise en œuvre des recommandations formulées par l’Anses en 2019, en matière d’évaluation des risques liés aux VRTH, ou de prendre toute autre mesure équivalente permettant de répondre aux observations de l’agence sur les lacunes des données actuellement disponibles ».

La ministre de la transition écologique, Elisabeth Borne, a déclaré prendre acte de cette décision. « Le gouvernement va étudier de manière approfondie la décision du Conseil d’Etat, afin de la mettre en œuvre en prenant en compte l’avis de l’Anses du 26 novembre dernier et conformément à la réglementation européenne », indique un communiqué du ministère.
Wikimedia Commons / DR
Offre en ligne à partir de 8,90 €
Dans ce contexte particulier, le premier mois d'abonnement est offert.
Je m'abonne
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] La faune regagne la ville
Cette troisième semaine de confinement a permis aux animaux de reprendre du terrain en ville. C'est le cas dans de nombreuses métropoles mondiales où la population est confinée. Mais les professionnels des services essentiels - gestion de l'eau et des déchets par exemple - continuent d'assurer leurs missions.
+ de vidéos Environnement TV
Pour plus d'informations cliquez ici
À lire également
Coronavirus : l'OFB réorganise ses missions
Coronavirus : l'OFB réorganise ses missions
L'Office français de la biodiversité assure s'organiser, dans ce contexte de crise sanitaire, pour continuer à préserver la biodiversité, tout en garantissant la sécurité de ses agents.
Un nouvel appel à projets pour protéger la biodiversité marine
Un nouvel appel à projets pour protéger la biodiversité marine
L’agence de l’eau Loire-Bretagne se mobilise à hauteur de deux millions d’euros pour préserver et restaurer la biodiversité marine.
[Vidéo] La faune regagne la ville
[Vidéo] La faune regagne la ville
Cette troisième semaine de confinement a permis aux animaux de reprendre du terrain en ville. C'est le cas dans de nombreuses métropoles mondiales où la population est confinée. Mais les professionnels des services essentiels - gestion de l'eau et des déchets par exemple - continuent d'assurer leurs missions.
Sobriété : la preuve par le Covid-19
Sobriété : la preuve par le Covid-19
Le confinement et la baisse d’activité auxquels nous réduit le coronavirus ouvriront-ils un boulevard à la sobriété ? C’est en tout cas le mode de « sortie de crise » que défendent les experts réunis par la Fondation européenne pour le climat pour une conférence de presse en ligne, le 25 mars. Les leçons tirées de la pandémie se mesureront dans les plans de relance économique et lors des prochaines conférences internationales sur la biodiversité et le climat.
Zones humides : le sobre anniversaire de la Convention Ramsar
Zones humides : le sobre anniversaire de la Convention Ramsar
A l’échelle mondiale, 35 % des zones humides ont disparu entre 1970 et 2015, un rythme trois fois supérieur à celui des forêts. La France fête le 49e anniversaire de la Convention Ramsar, premier traité international sur la conservation des ressources naturelles, avec l’inscription au réseau mondial d’un 50ème site national. Et sans politique volontariste de reconquête des milieux, en dehors des acquisitions de sites confiées au Conservatoire du littoral il y a quarante-cinq ans.
La pêche existait déjà à l’époque de l’homme de Néandertal
La pêche existait déjà à l’époque de l’homme de Néandertal
Une équipe de recherche internationale vient de mettre en évidence que les Néandertaliens chassaient, pêchaient et ramassaient des ressources alimentaires d’origine marine en grande quantité.
Environnement TV bâtit la ville de demain
Environnement TV bâtit la ville de demain
Pour ce nouveau numéro, l'équipe d'Environnement TV s'est intéressée à la nature en ville.  A quelques jours des élections municipales, focus sur trois solutions pour une ville plus verte.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Cycl'eau Bordeaux
7 Avril 2020
Cycl'eau Bordeaux
Confs'Amiante Bâti
5 Mai 2020
Confs'Amiante Bâti
HSE 2020
12 Mai 2020
HSE 2020
+ d'événements
Emploi
- Saur propose une Licence GASTE en Apprentissage
- Ingénieur Génie - Civil H / F
- Installateur / Installatrice en chauffage, climatisation, sanitaire et énergies renouvelables
- Ingénieur projet F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.