Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

BIODIVERSITÉ
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Biodiversité, « le déclin se poursuit »

Partager :
Biodiversité, « le déclin se poursuit »
Par La rédaction, le 25 septembre 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Biodiversité
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Quatre ans après la promulgation de la loi pour la reconquête de la biodiversité, le conseil économique social et environnemental  (CESE) dresse un premier triste bilan.

Plus de trente ans après la dernière loi relative à la protection de la nature de 1976, la loi « pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages », adoptée en août 2016 affichait des objectifs ambitieux et des apports utiles. Parmi eux, l’institution de grands principes : absence de perte nette de biodiversité, solidarité écologique, non-régression environnementale, ou utilisation durable. Pour autant, aujourd’hui, la situation de la biodiversité en France reste très préoccupante. Selon le dernier rapport de l’Observatoire national de la biodiversité : seulement 20 % des écosystèmes remarquables sont dans un état de conservation favorable, 60.000 hectares sont artificialisés chaque année en métropole et 23 % des oiseaux communs « spécialistes » ont disparu dans l’hexagone.
 
Quatre ans après la promulgation de la loi, le Conseil économique, social et environnement (Cese) constate dans son projet d’avis sur cette loi publié ce mercredi 23 septembre, que non seulement la « reconquête » n’est pas amorcée, mais qu’au contraire, le déclin se poursuit. Il formule donc plusieurs préconisations pour éviter la catastrophe.
  
Définir un paquet réglementaire et fiscal contre l’artificialisation des sols 
 
Le Cese préconise l’harmonisation de la définition d’un espace artificialisé, en retranchant notamment les parcs urbains, et la mise en oeuvre à un échelon supra-communal de documents de planification plus contraignants. Il appelle également à mieux calibrer et à utiliser davantage d’outils fiscaux et économiques pour dissuader plus efficacement de l’artificialisation des sols.
 
Mettre en œuvre l’accès aux ressources génétiques et le partage des avantages (APA) 
 
Constatant que le mécanisme de l’APA est aujourd’hui très peu appliqué alors qu’il résulte d’un engagement international envers la Convention internationale de la diversité biologique, le Cese recommande de développer, par ce mécanisme, l’accès payant aux ressources génétiques afin de financer la protection de la biodiversité dans les territoires dont elles sont issues et de publier les textes d’application correspondants de la loi, afin de permettre l’effectivité des contrôles de conformité.
 
Être à la hauteur des enjeux dans les territoires d’Outre-mer
 
Face aux carences particulièrement préoccupantes dans la préservation de la biodiversité en Outre-mer, le Cese préconise d’augmenter de façon significative les moyens humains et financiers pour la protection des mangroves et des récifs coralliens et de mettre en œuvre l’expérimentation prévue par la loi d’un réseau d’aires protégées s’inspirant du réseau Natura 2000. Le Cese suggère également de porter auprès de la Commission européenne, une réforme des instruments financiers de soutien aux projets en matière de biodiversité.
 
Mobiliser l’ensemble des parties prenantes, des services de l’Etat aux régions, acteurs agricoles et économiques, syndicats et associations
 
Afin de prévenir un traitement en silos par l’Etat de la question climatique et de celle de la protection de la biodiversité, le Cese invite à la multiplication des échanges techniques entre le Giec et l’IPBES et propose la création d’un rapport commun aux deux entités. Le Conseil préconise également que le conseil de défense écologique investisse le champ de la biodiversité à hauteur de la lutte contre le réchauffement climatique. Le Cese appelle aussi à la mise en place, dans toutes les régions, d’une agence régionale de la biodiversité et d’affecter à la région une part de la taxe d’aménagement des espaces naturels sensibles.
 
Pour ce qui concerne les activités agricoles, au vu des impacts significatifs sur la biodiversité de certaines pratiques intensives, le Cese juge indispensable la valorisation et l’accompagnement des agriculteurs qui s’inscrivent dans la transition agroécologique, notamment dans la réduction de l’usage des produits phytosanitaires. Le Cese recommande à ce titre l’application de l’article 44 de la loi issue des états généraux de l’alimentation qui prévoit l’interdiction de la vente de produits agricoles ayant reçu un traitement non autorisé par la réglementation européenne. Le Cese recommande enfin de favoriser la création d’infrastructures agro-écologiques (IAE) de toutes sortes, afin que celles-ci atteignent au moins 10 % de la surface totale des exploitations agricoles.
Pixnio / domaine public (CC0)
  [Vidéo] Cycl'eau 2020, une première édition réussie à Lille
+ de vidéos Environnement TV
Actu réglementaire
Avis relatif à l'ouverture d'une procédure nationale d'opposition pour la demande d'annulation de l'enregistrement de l'indication géographie protégée « Volailles de Loué » Lire
Arrêté du 16 octobre 2020 portant nomination d'élèves ingénieurs de deuxième année et troisième année à l'Ecole nationale des ponts et chaussées Lire
Arrêté du 14 octobre 2020 portant nomination au comité de bassin Artois-Picardie Lire
Arrêté du 13 octobre 2020 portant nomination au comité de bassin Seine-Normandie Lire
Arrêté du 9 octobre 2020 portant nomination au conseil d'administration de l'Agence de l'eau Rhône-Méditerranée et Corse Lire
Arrêté du 9 octobre 2020 portant nomination au conseil d'administration de l'Agence de l'eau Rhône-Méditerranée et Corse Lire
Arrêté du 6 octobre 2020 portant nomination au conseil d'administration de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail Lire
Arrêté du 23 septembre 2020 portant nomination au comité de bassin Rhône-Méditerranée Lire
Décret n° 2020-1285 du 21 octobre 2020 prorogeant le mandat des personnalités associées au Conseil économique, social et environnemental Lire
Décision du 7 octobre 2020 portant sanction dans le cadre du dispositif des certificats d'économies d'énergie Lire
Arrêté du 13 octobre 2020 portant nomination au conseil d'administration de l'Agence nationale de l'habitat Lire
Arrêté du 6 octobre 2020 portant nomination à la commission de péréquation et de réorganisation de la Caisse de garantie du logement locatif social (CGLLS) Lire
Arrêté du 14 octobre 2020 portant nomination à la Commission supérieure nationale du personnel des industries électriques et gazières Lire
Arrêté du 29 septembre 2020 habilitant des agents placés sous l'autorité du ministre chargé de l'énergie, en application des articles L. 142-20 à L. 142-29 du code de l'énergie Lire
Arrêté du 29 septembre 2020 portant habilitation en vue de l'exercice du contrôle des matières nucléaires Lire
Arrêté du 13 octobre 2020 modifiant l'arrêté du 20 mars 2019 fixant les modalités d'élection de certains membres du conseil d'administration, du conseil des études, de la commission de la recherche et du conseil de perfectionnement de l'Ecole nationale supérieure maritime Lire
Arrêté du 7 octobre 2020 portant ouverture en 2021 d'un examen professionnel d'accès au grade de technicien territorial principal de 2e classe au titre de la promotion interne dans la spécialité « Ingénierie, informatique et système d'information » organisé par le centre de gestion de la Corrèze Lire
Décision du 20 octobre 2020 portant délégation de signature (secrétariat général) Lire
Arrêté du 16 octobre 2020 modifiant l'arrêté du 29 décembre 2014 relatif aux modalités d'application du dispositif des certificats d'économies d'énergie et modifiant l'arrêté du 4 septembre 2014 fixant la liste des éléments d'une demande de certificats d'économies d'énergie et les documents à archiver par le demandeur Lire
Arrêté du 12 octobre 2020 autorisant la société Axpo France SAS à exercer l'activité de fourniture de gaz naturel Lire
À lire également
« Les points de basculement sont pratiquement inexistants dans la nature »
« Les points de basculement sont pratiquement inexistants dans la nature »
Contrairement à une idée reçue de plus en plus répandue, il n'existe pas, dans les écosystèmes, de seuils de perturbations au-delà desquels les milieux naturels se détériorent brutalement. Une méta-étude recensant et analysant 4.600 articles scientifiques a été publiée dans la revue Nature Ecology & Evolution. Rencontre avec l'un de ses co-auteurs, José Montoya, écologue au CNRS.
[Dossier] Rennes à l’avant-garde de la gestion écologique
[Dossier] Rennes à l’avant-garde de la gestion écologique
Abritant 900 hectares d’espaces de nature, la ville de Rennes poursuit depuis quarante ans des pratiques de gestion durable de ses sites, alliant logique économique et protection de la biodiversité. D’ici à quatre ans, elle atteindra ainsi les 1.000 hectares de nature en ville, soit près de 20 % de son territoire.
Bureau Veritas et l'Agence Lucie en partenariat pour la biodiversité
Bureau Veritas et l'Agence Lucie en partenariat pour la biodiversité
A l'occasion du salon Produrable qui s'est tenu ces lundi 7 et mardi 8 septembre au Palais des Congrès de Paris, Bureau Veritas et l'agence Lucie, spécialisée dans la transition RSE, ont signé une convention de partenariat portant sur la démarche globale « Biodiversity Progress ».
Forêt et filière bois : le rapport Cattelot formule 19 propositions
Forêt et filière bois : le rapport Cattelot formule 19 propositions
La députée du Nord Anne-Laure Cattelot a remis, ce jeudi 17 septembre au ministre de l'agriculture et à la secrétaire d'Etat chargée de la biodiversité, son rapport sur l'avenir de la forêt et de la filière bois.
Le port de Cherbourg accueille des infrastructures maritimes biomimétiques
Le port de Cherbourg accueille des infrastructures maritimes biomimétiques
Le port de Cherbourg, dans la Manche, accueille, depuis ce lundi 21 septembre, des prototypes d’infrastructures marines imaginées dans le cadre du projet Interreg Marineff pour protéger et améliorer les écosystèmes des deux côtés de la Manche.
Les activités humaines ont causé le déclin de 68% des espèces de vertébrés
Les activités humaines ont causé le déclin de 68% des espèces de vertébrés
Les activités humaines seraient responsables du déclin de 68% des populations de vertébrés en moins de 50 ans, d'après un rapport publié ce jeudi 10 septembre par le WWF.
Ekosea récolte 125.000 euros
Ekosea récolte 125.000 euros
La première plateforme de financement participatif consacrée à l’océan, à l’environnement et l’outdoor annonce une levée de fonds de 125.000 euros.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
Tous nos magazines
Accéder au kiosque
En partenariat avec
Événements
FEDEREC, L’industrie du recyclage : quel plan de relance ?
29 Octobre 2020
Intersol 2020
3 Novembre 2020
bauma CONEXPO INDIA
3 Novembre 2020
+ d'événements
Emploi
- Technicien Traitement des Eaux- H/F
- Automaticien(ne) H/F
- Agent / Agente d'entretien des espaces naturels
- PROJETEUR HVAC F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.