Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

L'OFB et le Cerema coopèrent contre l'érosion des sols

L'OFB et le Cerema coopèrent contre l'érosion des sols
L'étalement urbain contribue à l'érosion de la biodiversité. Crédits : TanteTati/Pixabay
Par A.A, le 13 septembre 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
L’Office français de la biodiversité (OFB) et le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) signent une convention-cadre afin de renforcer leur coopération pour la protection de la biodiversité.

Les deux acteurs clés de la reconquête de la biodiversité, l’OFB et le Cerema, joignent leurs forces pour accompagner le déploiement de la 3ème stratégie nationale pour la biodiversité auprès des acteurs locaux. Cette collaboration a été officialisée le 09 septembre par Pierre Dubreuil, directeur général de l’OFB et Pascal Berteaud, directeur général du Cerema, qui ont signé une convention-cadre d’une durée de 3 années (renouvelée tacitement) permettant de renforcer les liens entre les deux opérateurs.

En ligne de mire de cette coopération, la lutte contre l’artificialisation des sols à l’échelle des collectivités. Pour rappel, la France a consommé en 2019 près de 24.000 hectares de terres naturelles, agricoles ou forestières, soit l’équivalent de la superficie de Marseille. Pour freiner cette érosion de la biodiversité, les deux établissements mettront ainsi en commun leurs compétences afin de renforcer l’efficacité de l’action publique, « notamment en matière d’intégration du vivant dans les politiques publiques d’aménagement ».

Parmi les thèmes de collaboration figurant dans la convention-cadre : la mise en œuvre des principes « Zéro perte nette de biodiversité » et « Zéro artificialisation nette », notamment à travers la séquence « Éviter, réduire, compenser » ; le développement de la nature en ville ; le développement des solutions fondées sur la nature à l’interface aménagement/biodiversité/eau ; le renforcement de la prévention des fragmentations et du rétablissement des continuités écologiques au droit des infrastructures de transport ; la planification de l’espace maritime ; et la gestion de l’eau et des milieux aquatiques notamment en améliorant la gestion de l’eau en ville, dans les aménagements et dans les infrastructures de transport.

Sept répertoires d’action

Pour aboutir à leurs fins, les deux opérateurs du ministère de la Transition écologique ont identité sept modes d’action :

- Centres de ressources : associer les compétences respectives à travers l’apport réciproque d’expertise à des centres de ressources ou réseaux déjà existants et pilotés par un des deux établissements ;

- Offre de service aux collectivités territoriales : associer les compétences respectives pour répondre aux besoins des collectivités locales en matière de biodiversité et de gestion de l’eau ;

- Données et numérique : poursuite de la collaboration des deux établissements en matière de standardisation des données, de construction de référentiels de données ainsi que d’interopérabilité des données publiques qu’ils gèrent ;

- Recherche, développement : collaboration des deux établissements en particulier sur la caractérisation des impacts des activités humaines sur l’eau et la biodiversité ; sur le dimensionnement et l’évaluation des solutions pour réduire ces impacts, préserver et restaurer les écosystèmes ; et sur le développement de méthodes d’évaluation des bénéfices environnementaux, sociaux et économiques de ces solutions et des services écosystémiques rendus par les écosystèmes fonctionnels ;

- Appui à l’innovation : animation d’écosystèmes d’innovation, en lien avec les start-up et les PME innovantes ;

- Formations : définition et mise en œuvre, en fonction des priorités communes et des moyens disponibles, des programmes et actions de formation au bénéfice des personnels des deux établissements ou de tiers.

- Organisation d’événements : tels que les Assises nationales de la biodiversité ou les futures Universités populaires de la biodiversité.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Mobula 8 : Le bateau dépollueur
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Les invasions biologiques menacent les oiseaux et mammifères
Les invasions biologiques menacent les oiseaux et mammifères
Une étude du Cnrs révèle que 11 % de la diversité phylogénétique mondiale des oiseaux et des mammifères, est menacée de disparition par les invasions biologiques.
[Dossier biodiversité] Entreprises, trouver la bonne formule pour s’engager
[Dossier biodiversité] Entreprises, trouver la bonne formule pour s’engager
Les démarches et les outils soutenant l’engagement des entreprises françaises pour la biodiversité se développent. Diagnostic des impacts, stratégie biodiversité et actions concrètes : les entreprises bien accompagnées ont tout pour se lancer, quel que soit leur taille et leur activité.
Une cartographie complète des récifs coralliens des eaux peu profondes
Une cartographie complète des récifs coralliens des eaux peu profondes
La cartographie des récifs coralliens tropicaux Allen Atlas Coral est désormais la ressource la plus complète et précise de ces écosystèmes. Les scientifiques et les décideurs politiques peuvent s’en saisir pour renforcer la conservation des coraux.
OuiLive mise sur les défis connectés pour restaurer les récifs coralliens
OuiLive mise sur les défis connectés pour restaurer les récifs coralliens
Les sociétés Arkea Banking Services, Covivio, Natixis et Nicolas s'engagent auprès de OuiLive, acteur français des Challenges Connectés B2B, dans un défi écoresponsable. La récompense attendue ? La plantation de coraux sur des récifs en Indonésie.
La moitié de la flore terrestre n'a pas encore été photographiée
La moitié de la flore terrestre n'a pas encore été photographiée
Près de la moitié de la flore terrestre n’a jamais été photographiée à l’état sauvage, estiment des auteurs dans une étude. Cette faiblesse d’illustration constitue un obstacle pour l’identification et la protection de la biodiversité végétale.
La Banque Postale signe le « Finance for Biodiversity Pledge »
La Banque Postale signe le « Finance for Biodiversity Pledge »
Le « Finance for Biodiversity Pledge » tente de concilier protection de la biodiversité et finance durable. En signant cette initiative, la Banque Postale s’engage à développer une stratégie en faveur de l'environnement.
Le Rhône poursuit sa mue écologique
Le Rhône poursuit sa mue écologique
La Compagnie nationale du Rhône (CNR) a annoncé la poursuite et l’amplification de son programme de restauration écologique du fleuve. Démantèlement d’ouvrages, restauration de chenaux, végétalisation et réduction des émissions polluantes industrielles sont à l’ordre du jour.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.