Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

CLEANTECH
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Une interco francilienne développe un bioplastique… vendu en Belgique

Partager :
Une interco francilienne développe un bioplastique… vendu en Belgique
Par Laurence Madoui, le 13 juin 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Cleantech
Bio-sourcé et biodégradable, le plastique issu du miscanthus fait l’objet d’un brevet, cofinancé et codétenu par une intercommunalité de Seine-et-Marne. A partir de 2009, la graminée rhizomateuse, cultivée sans pesticides ni engrais sur des terres en jachère, est d’abord exploitée pour des usages locaux (paillage, litière, biocombustible). En parallèle murit le projet d’un plastique 100 % végétal, qui vient de trouver son premier client. Reste à boucler le financement de la ligne de production.
 
C’est la Belgique qui ouvre la voie au polymère biodégradable issu du miscanthus conçu par Polybiom, codétenue par la société d’économie mixte de la communauté de communes Moret-Seine-et-Loing (Seine-et-Marne, 23 communes, 40 000 hab.). Avec l’appui de la région wallonne, la société créée en 2017 y passe avec succès, en avril 2019, les tests préalables à la mise sur le marché. « La démarche auprès du Centre scientifique et technique de la construction belge a pris trois mois, pour un coût de 30 000 euros subventionné à 80 %, relate Olivier Suty, directeur du cabinet du président de l’intercommunalité depuis 2008. En France, il faut compter deux mois pour décrocher un rendez-vous auprès du Centre scientifique et technique du bâtiment et deux ans pour qu’aboutisse la procédure, pour un coût de 60 000 euros », compare celui qui porte le projet depuis une dizaine d’années.
 
1,5 million pour passer au stade industriel

En janvier 2019, est signé le premier contrat avec la société belge ADM, pour la livraison de 6 t/mois sur cinq ans de Polymisc, voué à la fabrication de cercueils par l’usine marocaine de Polyglobe, qui jusqu’alors travaille le bois. « Les religions juive et musulmane prescrivent le retour à la terre du corps et les réglementations d’hygiène ne permettent plus l’enterrement en linceul, explique Olivier Suty. Selon le terrain et la pluviométrie, le Polymisc – fourni sous une forme proche de la bakélite - assure une désintégration biologique en plus ou moins trois semaines. » Le produit sera commercialisé au Maghreb, en Allemagne, en Belgique et au Canada. Honorer la première commande requiert encore de mobiliser 1,5 million d’euros pour la chaîne de fabrication. L’unité pilote sort actuellement 3 t/an de bioplastique servant aux tests chez les clients.
Polybiom négocie en outre avec un autre acteur belge, Polyworks, pour la fourniture de coques intérieures d’ambulances et de caisses servant au transport aérien de matériels de l’armée.
 
Un extraterrestre sur un marché de niche

Le projet s’est mené pas à pas et dans la discrétion. Pas question que le brevet, déposé en 2015 et codétenu par l’intercommunalité (51 %), une société d’agriculteurs cultivant le miscanthus (25 %) et l’université de Picardie Jules-Verne (24 %) – mandatée pour un programme de recherche en 2011 –, soit racheté par un plasturgiste ou un chimiste. L’intérêt d’un constructeur automobile français pour la fabrication de tableaux de bord en Polymisc reste sans suite. « On manque de moyens pour répondre à une telle demande et on tient à ce que l’outil de production reste sur le territoire. » Sont donc en priorité visés les marchés de niche : filaire pour imprimante 3D, panneaux de particules, meubles en kit, présentoirs.
Représenter une interco qui finance de la recherche, fait émerger des produits et en assume la commercialisation s’apparente à une mission d’« extraterrestre », selon Olivier Suty. « Le tribunal de commerce a mis six mois à immatriculer Polybiom, finalement codifiée comme bureau d’ingénierie – ce qu’elle n’est pas ! » L’alien envisage un premier marché de masse : dans sa version souple, le polymisc peut fournir un emballage pour hamburgers, recyclable dans la même application.
 
© DR
Offre en ligne à partir de 8,90 €
Dans ce contexte particulier, le premier mois d'abonnement est offert.
Je m'abonne
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] La faune regagne la ville
Cette troisième semaine de confinement a permis aux animaux de reprendre du terrain en ville. C'est le cas dans de nombreuses métropoles mondiales où la population est confinée. Mais les professionnels des services essentiels - gestion de l'eau et des déchets par exemple - continuent d'assurer leurs missions.
+ de vidéos Environnement TV
Pour plus d'informations cliquez ici
À lire également
L’Ifat soigne son empreinte carbone
L’Ifat soigne son empreinte carbone
L’Ifat, salon consacré aux technologies environnementales qui se tiendra à Munich du 4 au 8 mai 2020, s’est doté d’un code de bonne conduite pour améliorer son empreinte carbone.
Marie Combarieu : « Fédérer et représenter les entreprises franciliennes sur les enjeux environnementaux »
Marie Combarieu : « Fédérer et représenter les entreprises franciliennes sur les enjeux environnementaux »
Le 24 janvier dernier, plusieurs dizaines d’entreprises et de startups se sont réunies pour lancer officiellement le Club des éco-entreprises d’Ile-de-France. Le but de cette nouvelle association ? Fédérer et représenter, auprès des institutions et des donneurs d’ordre, les acteurs économiques franciliens qui proposent des solutions environnementales concrètes. Rencontre avec sa présidente, Marie Combarieu.
Le BRGM inaugure des plateformes de recherche sur la dépollution des sols
Le BRGM inaugure des plateformes de recherche sur la dépollution des sols
Le BRGM a inauguré, le 3 février dernier à Orléans, des plateformes Prime afin d’étudier le transfert de polluants dans le sol et développer des procédés de dépollution.
Logiciel de simulation de la qualité de l’air intérieur
Logiciel de simulation de la qualité de l’air intérieur
Octopus Lab annonce la sortie en ce début d’année Indalo Supervision, un logiciel de simulation de la qualité de l’air intérieur en vue d’optimiser la ventilation tout en conservant les performances énergétiques.
Ile-de-France : un appel à manifestation d'intérêt pour l'innovation low-tech
La direction régionale Ile-de-France de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie lance un appel à manifestation d'intérêt doté de 500.000 euros pour le développement de l'innovation low-tech.
Technologie et environnement : un appel à candidatures pour les jeunes pousses
Le Village by CA Paris, en partenariat avec Crédit Agricole CIB, EIT InnoEnergy, makesense Seed I et Groupe PSA, a lancé un appel à candidatures pour les jeunes pousses sociales et environnementales.
Tous les articles CLEANTECH
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Cycl'eau Bordeaux
7 Avril 2020
Cycl'eau Bordeaux
Confs'Amiante Bâti
5 Mai 2020
Confs'Amiante Bâti
HSE 2020
12 Mai 2020
HSE 2020
+ d'événements
Emploi
- Saur propose une Licence GASTE en Apprentissage
- Ingénieur Génie - Civil H / F
- Installateur / Installatrice en chauffage, climatisation, sanitaire et énergies renouvelables
- Ingénieur projet F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.