Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Le numérique, véritable but du Green New Deal ?

[Tribune] Le numérique, véritable but du Green New Deal ?
Par Fabrice Flipo, professeur de philosophie des sciences et techniques à Institut Mines-Télécom Business School, le 17 août 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, Fabrice Flipo, professeur de philosophie des sciences et techniques à Institut Mines-Télécom Business School, revient sur les défis environnementaux du secteur numérique. "Les objectifs de l’industrie du numérique ont peu en commun avec ceux du Pacte Vert", estime-t-il.

Avec le Green New Deal, qui vise la neutralité carbone d’ici 30 ans, l’Europe paraît prendre ses responsabilités, en termes d’objectifs climatiques. Le programme présente toutefois une ambiguïté importante : est-il destiné à garantir une réduction des GES ou à assurer des débouchés pour les produits supposés verts, en particulier numériques ?

Le Pacte vert pour l’Europe vise l’absence d’émission de gaz à effet de serre nette d’ici 2050. Il s’appuie sur un ensemble de directives dont la construction s’étale sur plusieurs décennies, qui portent principalement sur l’efficacité énergétique, les déchets, l’écoconception, l’économie circulaire, l’achat public et l’information des consommateurs. Ainsi l’UE pense avoir réalisé le découplage tant attendu, ou espéré : entre 1990 et 2016, la consommation d’énergie aurait diminué de près de 2% et les émissions de gaz à effet de serre de 22%, tandis que le PIB a progressé de 54%.

La solution est donc d’aller plus loin : plus de renouvelables, plus d’efficacité matière et énergie, plus de produits « verts », au moyen d’incitations pour les entreprises et pour les consommateurs. Les mesures d’efficacité énergétique devraient réduire la consommation d’énergie de moitié, sur le modèle de l’étiquette-énergie. Les renouvelables ramèneraient la part des fossiles à 20 %; la consommation d’énergie serait réduite de 28 %, par rapport aux niveaux actuels.

Efficacité et renouvelables sont donc les maitres-mots du Pacte. Est-ce suffisant ? L’Union reconnaît dans le même temps que la réduction des GES stagne ; en cause, dans l’ordre, la croissance économique, la décroissance tendancielle des gains en efficacité énergétique, notamment dans le transport aérien, les SUV et l’ajustement suite à la fraude aux émissions automobiles (+30% !). Plus grave, les émissions nettes de l’UE ont augmenté de 8 % des émissions, sur la période 1990-2010, pourtant très favorable (crise de 2008, chute de l’URSS). Comment relancer la machine ? Le pari est résolument technologique, et le numérique tient une place importante : les technologies numériques s’avèrent d’une importance cruciale pour atteindre les objectifs fixés par le pacte vert en matière de développement durable, et ce dans une grande variété de secteurs, notamment la 5G, la vidéosurveillance, l’internet des objets, l’informatique en nuage ou l’IA.

Pourtant les objectifs de l’industrie du numérique ont peu en commun avec ceux du Pacte Vert. Alors que Microsoft déclare vouloir « amener 7 milliards de personnes vers le jeu autour du monde », Cisco interroge : « si le « cloud gaming » devient populaire,  il peut rapidement devenir l’une des catégories principales de trafic sur internet ». La voiture autonome ? Un gouffre : 30 petaoctets de données par jour ; « la fonction de traitement de données du véhicule électrique ou de la voiture autonome sera sans doute plus consommatrice d’énergie que sa fonction de mobilité ». Et la voiture autonome va faciliter le triplement attendu du transport passager entre 2015 et 2050, non l’empêcher. Sans parler de véhicules volants qui dégageront de nouvelles voies de circulation, permettant ainsi de l’augmenter. Et la voiture autonome n’est qu’une application de l’intelligence artificielle, secteur pour lequel McKinsey attend un marché de 13.000 milliards de dollars, d’ici 2030. Samsung a déjà mis sur le marché des appareils 5G et 8K, exactement ce qu’il faut pour augmenter massivement la consommation. Et citons enfin la « vidéo volumétrique », à base de caméras 5K, qui génère un flux de 3 To par minute, soit 50 Go/s. Un film « volumétrique » de 2h ne « pèserait » donc pas moins de 180 To. Et Intel estime sans sourciller que ce format est « le futur d’Hollywood ». « Il faut 25 ans –une génération– pour transformer un secteur industriel et toutes les chaînes de valeur. Pour être prêts en 2050, nous devons prendre des décisions et des mesures dans les cinq années à venir ».

Urgence, mobilisation, oui, mais quel est le but véritable ? S’agit-il de sauver le climat ou de déployer « de toute urgence » la troisième révolution industrielle ?
Fabrice Flipo, professeur de philosophie des sciences et techniques à Institut Mines-Télécom Business School
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Leyton lance le défi des innovations durables
Leyton lance le défi des innovations durables
Le cabinet de conseil Leyton lance un défi d’open innovation sur 4 grandes thématiques environnementales : agroécologie et alimentation ; transport et mobilité ; bâtiments et territoires ; écoconception et déchets.
Une application mobile pour évaluer l’état des voiries à distance
Une application mobile pour évaluer l’état des voiries à distance
Emplacement, travaux et coûts… Les élus locaux peuvent désormais avoir une vision synthétique de l'état des voiries de leur territoire via l’application « Mon Territoire Voirie », développée par la société Sogefi spécialiste dans la data et le web mapping.
Logistique durable : le club Déméter dévoile les huit lauréats de son appel à projets
Logistique durable : le club Déméter dévoile les huit lauréats de son appel à projets
Les huit projets ont été sélectionnés en fonction de trois catégories : transition énergétique, santé/sécurité/ sureté, et livraison urbaine.
[Tribune] Green IT : l’urgence de se réorganiser pour une dématérialisation responsable
[Tribune] Green IT : l’urgence de se réorganiser pour une dématérialisation responsable
Investissements responsables, mobilité propre, et plus de sobriété énergétique... Les entreprises s'engagent pour le climat, mais celles-ci négligent la part des émissions de gaz à effet de serre issue du numérique. Charly Delsol, dirigeant de la solution de gestion électronique des documents (GED) Zeendoc, évoque quelques pistes de réflexion à destination des entreprises pour soutenir leurs démarches de transition numérique et écologique.
Trois questions à : Rémi Camus, aventurier engagé dans la collecte de déchets avec l’application Trash Spotter
Trois questions à : Rémi Camus, aventurier engagé dans la collecte de déchets avec l’application Trash Spotter
L'explorateur Rémi Camus se lance dans un nouveau défi environnemental : 12 jours sur un radeau pour collecter les déchets jetés dans la Loire avec l'application mobile Trash Spotter. Il revient dans cet échange, sur l'expédition destinée à sensibiliser la population sur la pollution des fleuves.
Le projet NG2B vise la création d'une « carte d’identité » des bétons végétaux
Le projet NG2B vise la création d'une « carte d’identité » des bétons végétaux
Le secteur de la construction fait face au grand défi de la décarbonation. Pour soutenir cette transition, le projet NG2B « Normalisation granulats pour bétons biosourcés », prévoit d'établir un cadre général d'identification et de classification des granulats végétaux.
[Tribune] Industrie énergétique : les opérations intelligentes assurent l’efficacité et la conformité
[Tribune] Industrie énergétique : les opérations intelligentes assurent l’efficacité et la conformité
Les récentes fluctuations des cours du pétrole et du gaz, auxquels s’ajoutent les défis entourant les conséquences de la pandémie de Covid-19, ont accéléré les discussions et la mise en œuvre de nouveaux modèles d’exploitation dans le secteur mondial de l’énergie. Benoît Perriquet, vice-président Worldwide Global Accounts à OpenText, revient sur la gestion de contenu d'entreprise (ECM) et ses avantages.
Tous les articles CLEANTECH
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.