Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Les villes bordées d’un estuaire vont faire face aux risques d’inondations et d’érosion

Les villes bordées d’un estuaire vont faire face aux risques d’inondations et d’érosion
Par E.G, le 28 août 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Une étude de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et de l’Université de New South Wales de Sydney analyse les enjeux hydrodynamiques dans le but de prévenir les inondations et l’érosion dans les villes bordées d’un estuaire.

« Près de 60% de la population mondiale vit près d’un estuaire, à l’instar de New York et Tokyo et de 21 des 30 plus grandes villes du monde », rappellent les chercheurs de l’EPFL dans un communiqué. Alors que l’augmentation du niveau des océans est estimée entre quelques dizaines de centimètres et plus de 2 à 2,5 mètres d’ici à 2100, les villes bordées d’un estuaire sont de plus en plus exposées aux risques d’inondations et d’érosion. « Cette hausse aura un impact majeur sur le comportement hydrodynamique des marées dans les estuaires et pourrait déclencher un effet de résonance important à l’intérieur, impactant les villes qu’ils bordent », alertent les chercheurs.

Vers des aménagements préventifs ?

Le chercheur à l’EPFL Steve Hottinger, a consacré son projet de Master à ce sujet en 2019, en collaboration avec l’Université de New South Wales de Sydney. « Cette recherche permet d’identifier les ratios critiques entre la taille de l’ouverture de l’estuaire et les risques d’inondations et d’érosion de la côte en étudiant l’amplification, la déformation, la réflexion et les phénomènes de résonances des marées », indique l’EPFL. Les chercheurs ont ainsi modélisé 200 estuaires et simulé une hausse du niveau de la mer entre 0 et 2 mètres, en ajoutant les marées. « De nombreux paramètres ont été pris en compte, à l’instar de la vitesse d’entrée de l’eau, du rapport entre la longueur et la largeur des estuaires de forme prismatiques, de leur degré d’ouverture sur la mer, de l’amplitude et du courant des marées et de la mesure des profondeurs marines », est-il précisé. Selon cette étude, « dans les estuaires avec des entrées restreintes à 80%, la variation du niveau d’eau diminue de 20 à 60% dans cette zone, par rapport aux estuaires non restreints, ce qui constitue une différence considérable. Et même si la vitesse maximale du courant de marée est plus élevée dans la partie restreinte, elle sera plus faible dans la partie intérieure », concluent les chercheurs.

Cette modélisation pourra « ouvrir la voie à des aménagements préventifs » : par exemple, elle permettra de savoir dans quels cas les villes devront réduire l’ouverture de leur estuaire. « Dans certains cas, nous pourrions également étudier la possibilité d’ajouter à l’estuaire une usine marée-motrice, afin de produire de l’électricité avec cette source d’énergie renouvelable mais l’impact écologique et sociétal d’une telle mesure devra être pris en compte au cas par case », ajoute Giovanni De Cesare, directeur opérationnel de la Plateforme de constructions hydrauliques de l’EPFL, co-auteur de l’article et superviseur du projet de Master.
L'estuaire de la Gironde, l'un des plus grands du monde. © Chell Hill /Wikimedia Commons
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
12 armateurs européens labellisés « Green Marine Europe »
12 armateurs européens labellisés « Green Marine Europe »
L'ONG Surfrider Foundation Europe et l'Alliance Verte ont dévoilé les lauréats du label Green Marine Europe. Cette année, 12 armateurs européens soit le double du nombre des labellisés en 2020, ont fait preuve de transition écologique durable.
Xylem remporte le prix mondial de l’eau 2021
Xylem remporte le prix mondial de l’eau 2021
Xylem, spécialiste des technologies de l'eau, a obtenu le prix du Projet d’eau de l’année (Water Project of the Year) pour la reconstruction, l’extension et la modernisation de l'une des plus grandes usines de traitement d'eau potable d’Eau de Paris en région parisienne.
Des surfeurs équipés de capteurs pour mesurer leur exposition aux polluants chimiques
Des surfeurs équipés de capteurs pour mesurer leur exposition aux polluants chimiques
Des surfeurs et des baigneurs seront prochainement équipés de capteurs afin d'analyser la qualité chimique des eaux de baignades. Les données collectées permettront de préciser le niveau d'exposition des baigneurs aux substances chimiques.
Le groupe ACO et Birco fusionnent
Le groupe ACO et Birco fusionnent
Les deux spécialistes du drainage des eaux, Birco et le groupe ACO ont annoncé leur fusion. L’opération devrait être finalisée au cours de l’année 2021.
Ocean Approved : le premier label international dédié à la préservation des océans
Ocean Approved : le premier label international dédié à la préservation des océans
À l’occasion de la journée mondiale de l'océan, le ministère de la Mer et la Fondation de la Mer lancent « Ocean Approved ». Ce label international, a pour vocation de distinguer les entreprises engagées pour l’amélioration de leur impact sur l’océan.
Olivier Lamarie, P-DG France, Belgique et Luxembourg de Xylem : « La crise sanitaire a montré que la digitalisation est devenue une nécessité »
Olivier Lamarie, P-DG France, Belgique et Luxembourg de Xylem : « La crise sanitaire a montré que la digitalisation est devenue une nécessité »
Voici un an, Xylem lançait en France Waterdrop, son programme de sensibilisation des clients à l’approvisionnement en eau. Rencontre avec Olivier Lamarie, le nouveau P-DG France, Belgique et Luxembourg de Xylem pour parler de ce premier anniversaire, mais aussi évoquer la façon dont l’entreprise a traversé la crise sanitaire et les enseignements qu’elle en a tirés.
[Tribune] La numérisation au service d’une meilleure gestion de l’eau
[Tribune] La numérisation au service d’une meilleure gestion de l’eau
Avec une moyenne de perte en eau de 3 % inférieure à celle européenne fixée en 2020 à 23 %, la France se positionne en cinquième position du classement des pays les plus vertueux en la matière. Charles-Alexandre Concedieu, responsable des Ventes France à Itron, revient dans cette tribune sur les principales problématiques qui se posent à la gestion de l’eau (rénovation du réseau, fuites, compteurs défectueux...) et les solutions à disposition des collectivités.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.