Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Sedif : coup d'envoi à la décarbonatation de l'eau par filtration membranaire

Sedif : coup d'envoi à la décarbonatation de l'eau par filtration membranaire
Projection du futur site pilote de l’OIBP d’Arvigny. Crédit : Sedif
Par Abdessamad Attigui, le 7 septembre 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le Syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif) a obtenu un avis favorable concernant sa demande d’autorisation environnementale pour l’insertion d’une unité de traitement membranaire sur le site d’Arvigny à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

Feu vert pour le déploiement de la technologie de traitement de l’eau à l’Osmose inverse basse pression (OIBP), sur le site d’Arvigny. Cet avis favorable a été rendu le 20 juillet 2021 à l’issue de l’enquête publique menée dans le cadre de l’autorisation environnementale, sur le site d’Arvigny et sa conduite de rejet en Seine dans les 4 communes concernées (Savigny-le-Temple, Lieusaint, Nandy et Seine Port) du 13 mai au 21 juin 2021.

Le commissaire enquêteur a notamment estimé que le déploiement de l’OIBP à l’usine d’Arvigny constituait « une avancée technologique considérable dans le domaine de la distribution d’eau potable, jamais égalée à ce jour », et qu’elle correspondait aux attentes des usagers en matière de qualité de l’eau. Le rapport indique également que ce projet n’aurait pas d’impact sur le prix du m3 pour les usagers.

Ces conclusions confortent ainsi la position du Sedif. « N’en déplaise à certains élus et associations de l’Essonne et de la Seine-et-Marne, fortement hostiles au projet, cet avis est une excellente nouvelle pour les territoires adhérents au Sedif », s’est félicité André Santini, le président du Sedif.

La concrétisation de ce projet, pour un investissement de 34 millions d’euros, permettra au syndicat d’offrir à ses usagers « une eau de la meilleure qualité possible ». Mais il faudra attendre jusqu’en 2024 pour la mise en service complète de cette installation sur l’usine d’Arvigny qui deviendra la première usine équipée du traitement par OIBP.

Comment fonctionne ce procédé ?

Concrètement, cette décarbonatation de l’eau par filtration extrêmement fine (ou membranaire) utilise des membranes de nanofiltration qui retiennent différentes matières (sels, virus, ions, ou bactéries) et ce, sans l’ajout de réactif chimique.

Dans le cas du Sedif, l’eau sera puisée dans la nappe souterraine de Champigny et sera ensuite filtrée à l’usine d’Arvigny à l’aide de l’OIBP. L’eau filtrée sera « pure, sans calcaire et sans chlore, mais aussi débarrassée d’un maximum de perturbateurs endocriniens et de tous micropolluants, comme les résidus médicamenteux », précise le Sedif.
 

L’eau qui ne franchira pas la membrane, soit 10 % du volume d’eau prélevé, sera restitué dans la Seine. Le rapport d’enquête a précisé que la réalisation d’une canalisation de rejet des effluents en Seine, « ne constitue pas une zone de rejet dangereuse aux abords immédiats ni d’incompatibilité avec l’usine de production d’eau potable de Morsang-sur-Seine située en aval du rejet ».

Vers une généralisation de l’OIBP

L’établissement public qui gère le service de l’eau potable pour 135 communes de la région parisienne, et qui anticipe déjà les besoins en eau à Paris-Saclay, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Le Syndicat entend investir 800 millions d’euros afin de déployer cette technologie dans l’ensemble de ses usines à horizon 2030 dans le cadre de son XVIe plan d’investissement (2022-2031).
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Les hôpitaux soignent leur empreinte environnementale
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Véhicule d’intervention d’urgence en dessalement
Véhicule d’intervention d’urgence en dessalement
La société Aquapure Systems est spécialisée depuis 2014 dans les procédés de filtration des eaux grises, polluées ou salées (cf. filtres à disques et filtration membranaire ; bioréacteur à membrane). Elle a mis au point des unités spécifiquement destinées aux interventions d’urgence en dessalement.
Un compteur grands volumes à ultrasons
Un compteur grands volumes à ultrasons
Diehl Metering annonce la sortie de son premier compteur à ultrasons destiné aux grands volumes, l’Hydrus 2.0 Bulk. Il combine une technologie de mesure par ultrasons et des fonctions connectées.
Xylem dévoile sa nouvelle bouée de houle directionnelle pour évaluer les paramètres météorologiques
Xylem dévoile sa nouvelle bouée de houle directionnelle pour évaluer les paramètres météorologiques
Le spécialiste des technologies de l'eau Xylem Analytics a présenté au forum Seanergy dédié aux énergies de la mer, sa nouvelle bouée de houle directionnelle « Motus ». Une technologie destinée aux océanographes, exploitants de parcs éoliens en mer et spécialistes de travaux maritimes.
Un dragueur géant pour désenvaser les retenues
Un dragueur géant pour désenvaser les retenues
Il s’appelle Nessie, mais vous ne le verrez pas sortir des eaux du célèbre Loch Ness. Nessie, pour New Environnemental System for Sediment Innovative Evacuation, est un dragueur, un robot de piscine subaquatique géant (5 m x 7 m).
Edmée Cuisinier : « Le groupe Saur se donne un nouvel élan »
Edmée Cuisinier : « Le groupe Saur se donne un nouvel élan »
Acteur majeur du secteur de l'eau, le groupe Saur vient de procéder à l'émission d'obligations vertes à hauteur de 950 millions d'euros. L'occasion pour l'entreprise de donner un nouvel élan à sa politique RSE. Explications avec Edmée Cuisinier, directrice du développement durable du groupe.
L’imagerie satellite pour prévenir les proliférations de cyanobactéries
L’imagerie satellite pour prévenir les proliférations de cyanobactéries
Avec le réchauffement climatique, les phénomènes de prolifération de cyanobactéries, appelés efflorescences, tendent à se multiplier. Cette contamination de l’eau est susceptible de dégrader la qualité de la ressource, avec des conséquences pour la production d’eau potable mais aussi la baignade, la pêche et l’agriculture.
Station avancée pour la valorisation des effluents
Station avancée pour la valorisation des effluents
« Même si des améliorations se déploient, les procédés d’épuration conventionnels restent énergivores, avec des coûts d’exploitation qui augmentent, et ne répondent pas aux exigences d’élimination d’une pollution toujours présente par les micropolluants. » Partant de ce constat, le projet Save, pour station avancée pour la valorisation des effluents, propose de développer une nouvelle filière de traitement des effluents urbains et hospitaliers.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.