EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la uneEAU

La FP2E prône un plan Marshall pour les infrastructures de l’eau

Par VM. Publié le 9 novembre 2022.
La FP2E prône un plan Marshall pour les infrastructures de l’eau
Avec la REUT, 500 millions de mètres cubes pourraient être destinées au monde agricole. Crédit :DR.
NEWSLETTERS
Archiver cet article
Maximilien Pellegrini, président de la FP2E, pointe le sous-investissement chronique sur les infrastructures et avance le montant de 10 milliards d’euros pour faire face au dérèglement climatique.

«Les diagnostics ont été posés lors des Assises de l’eau et du Varenne de l’agriculture, mais les actions restent timides», constate Maximilien Pellegrini. Huit Français sur dix sont mobilisés autour de la question de l’eau, il faut les accompagner vers cette transition, par exemple en posant des compteurs intelligents pour repérer les fuites, pour comprendre les comportements des abonnés. Des actions doivent être mises en place à destination des consommateurs afin de les sensibiliser au cycle de l’eau.

Des mesures incitatives pour accompagner les collectivités
Sur le plan de la gouvernance, le plafond mordant devrait être revu et mis au service de l’eau sans modification des rôles des agences de l’eau et des comités de bassin. Les collectivités les plus vertueuses, celles qui mettent en place des projets pilotes, pourraient être récompensées pour leur gestion. Des mesures incitatives permettraient de renouveler les réseaux, de mettre en place des systèmes de surveillance, de mieux connaître le patrimoine. Des objectifs de rendement pourraient être établis. «Les systèmes d’eau et d’assainissement sont-ils optimisés?», poursuit le président de la FP2E, qui milite pour une refonte de l’Observatoire national de l’eau afin de mettre à plat toutes ces questions, «de déployer localement la politique nationale de l’investissement, de décloisonner les services publics d’eau et d’accroître la solidarité urbain-rural».

Principe du pollueur-payeur
«Avec la réutilisation des eaux usées portée à 10%, 500 millions de mètres cubes pourraient être destinées au monde agricole, soit 15% de ses besoins», reprend Maximilien Pellegrini. «Les autorisations préfectorales inscrites dans le décret du 10 mars, qui a étendu les usages, sont valables cinq ans et peuvent freiner l’expérimentation», remarque Tristan Mathieu, délégué général de la FP2E. Qui paierait? L’utilisateur final? Des propositions pourraient être faites dans les Sage ou les PTGE afin d’affiner ces réflexions. Le principe du pollueur-payeur doit aussi être envisagé: c’est d’ailleurs une des propositions émises par la Commission européenne le 21 octobre durcissant la directive concernant les eaux urbaines résiduelles.
 
Des Step, productrice d’énergie
5 à 20% de la facture d’eau est la part de l’énergie. «Vingt digesteurs existent en France sur les Step. C’est rentable à partir de 50.000 équivalent-habitants, on pourrait faire 156 Step, il y a une marge de progression, reprend Maximilien Pellegrini au sujet de la crise énergétique. On peut être des amortisseurs soit en produisant de l’énergie, soit en consommant moins d’énergie. Mais il n’est pas possible de mélanger les biodéchets et les boues, car elles ne sont pas triées à la source.»  Ce qui limite les projets. «Il faudrait un plan Marshall pour aider les collectivités à faire face au défi climatique et à la fracture territoriale», conclut le président.
 
 
 
 

 
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
4 août 2022
Dossier | Réinventer les ports Confrontés aux défis de la transition écologique et énergétique, les ports cherchent à se réinventer. Un renouveau qui passe par des solutions visant à réduire leur empreinte carbone, mais qui se prolonge aussi bien au-delà.
Dossier | Réinventer les ports
17 novembre 2022
Dossier/1 | L’association Eau fil de l’eau propose des formations de terrain Dans l’Aude, l’association Eau fil de l’eau forme les différents métiers de l’ANC (installateurs, bureaux d’étude, SPANC, vidangeurs) aux enjeux du secteur. Sa plateforme technique leur permet d’investiguer concrètement les dispositifs.
Dossier/1 | L’association Eau fil de l’eau propose des formations de terrain
16 septembre 2022
Un Observatoire de l’eau dans les Alpes-Maritimes Face aux conséquences de la sécheresse estivale sur le territoire maralpin, le président du département, Charles Ange Ginésy, a souhaité engager une concertation avec tous les acteurs locaux du secteur de l’eau.
Un Observatoire de l’eau dans les Alpes-Maritimes
Tous les articles EAU
VIDÉO
Quel avenir pour nos déchets nucléaires ?
Toutes les vidéos
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- Responsable de contrat déchets sur site client H/F
- Opérateur Gestion des Réseaux H/F
- Chargé / Chargée de mission développement durable et RSE
- Chef de projet qualité F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola