Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration.
ACCEPTER TOUS LES COOKIES
LES COOKIES NÉCESSAIRES SEULEMENT
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Eau > Le Max Prüss sillonne le bassin Rhin-Meuse
EAU

Le Max Prüss sillonne le bassin Rhin-Meuse

PUBLIÉ LE 20 AVRIL 2023
LA RÉDACTION
Archiver cet article
Le Max Prüss sillonne le bassin Rhin-Meuse
Le Max Prüss, chargé d'effectuer les prélèvements, est un véritable laboratoire flottant. Crédit :
Des prélèvements de moules zébrées, les dreissènes, vont être effectués dans les eaux de la Moselle française en prolongement de ceux réalisés sur son cours international. Véritables bioindicateurs de l’état des eaux, ces mollusques vont ensuite être analysés pour détecter d’éventuelles pollutions. Une coopération internationale en matière de surveillance des milieux aquatiques.
 
Etablissement public de l’État, l’agence de l’eau Rhin-Meuse est chargée de surveiller le bon état de santé des milieux aquatiques du bassin Rhin-Meuse. Ce sont quelque 900 points de surveillance en eau de surface, et 500 en eau souterraine qui lui permettent d’établir des bilans de santé des rivières, lacs et eaux souterraines. Ces données permettent d’orienter les actions en vue d’assurer la préservation de la qualité des eaux. Compte tenu de la spécificité transfrontalière du bassin Rhin-Meuse, l’agence de l’eau travaille également en matière de surveillance de la qualité de l’eau dans un contexte de coopération internationale, au sein notamment des commissions internationales pour la protection de la Moselle et de la Sarre (CIPMS).

Campagne de détection transfrontalière
Dans le cadre d’une campagne transfrontalière exceptionnelle entre l’agence de l’eau Rhin-Meuse et ses homologues allemands et luxembourgeois, le bateau laboratoire Max Prüss - mis à disposition par les ministères de l’environnement de Rhénanie du Nord-Westphalie et de Rhénanie-Palatinat - sera chargé d’effectuer courant mai des prélèvements de moules zébrées, les dreissènes, dans les eaux de la Moselle française en prolongement de ceux réalisés sur son cours international. Véritables bioindicateurs de l’état des eaux, ces moules d’eau douce seront ensuite analysées afin de révéler les éventuels polluants présents dans les cours d’eau, notamment la famille des HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) classés comme cancérigènes.

Tout type de support d’analyse
Le Max Prüss, qui dispose de moyens de prélèvements adaptés à tous types de supports d’analyse (grappin, centrifugeuse), est un véritable laboratoire flottant de 27 m2 équipé de nombreux appareils de mesure en continu et d’espaces permettant la préparation, l’analyse et le stockage des échantillons.
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Cycl’Eau Hauts-de-France vous donne rendez-vous à Douai les 29 et 30 mai
Cycl’Eau Hauts-de-France vous donne rendez-vous à Douai les 29 et 30 mai
Le chantier des installations de clarifloculation à l’usine Seine aval avance
Le chantier des installations de clarifloculation à l’usine Seine aval avance
Avis des pros : Covid et épandage des boues, retour sur une étrange contamination juridique
Avis des pros : Covid et épandage des boues, retour sur une étrange contamination juridique
Tout savoir sur : la réutilisation des eaux usées
Tout savoir sur : la réutilisation des eaux usées
Tous les articles Eau
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS