Abonnements Découvrez nos formules print et numérique Accès abonnés Voir nos offres
Menu

Énergie

Une étude anticipe la baisse des coûts de production du biométhane

Partager :
     
Une étude anticipe la baisse des coûts de production du biométhane
Par E.G, le 31 octobre 2018
Découvrez notre newsletter gratuite Énergie
Mardi 30 octobre, la société de conseil Enea Energy Committed a publié une étude sur l’évolution des coûts de production du biométhane. A moyen terme (2025-2030), le prix de la production au MWh pourrait être compris entre 65 et 85 euros, contre une centaine d’euros actuellement.

« La modélisation de trois unités types, pour des capacités d’injection allant de 100 à 300 Nm3/h, aboutit à des coûts complets de production du biométhane variant entre 94 et 122 euros /MWh, hors subvention », rappelle Enea Energy Committed dans le rapport de son étude sur l’évolution des coûts de production du biométhane, publiée le mardi 30 octobre dernier. En prenant en compte la structuration de la filière et notamment l’association de GRDF, GRTgaz, du Club Biogaz de l’Association technique énergie environnement (ATEE) et du Syndicat des énergies renouvelables (SER) pour l’élaboration d’une feuille de route industrielle, la société de conseil en vient à la conclusion suivante : « L’identification de leviers précis (...) et la quantification de leur impact sur les modèles économiques des unités permettent de projeter un coût de production du biométhane entre 65 et 85 euros /MWh à moyen terme (2025-2030), soit une baisse de l’ordre de 30 % du coût de production par rapport à la situation actuelle. »

Dix leviers pour renforcer la compétitivité

L’étude a identifié dix thématiques sur lesquelles la filière biométhane doit s’engager afin de renforcer sa compétitivité : maximiser le pouvoir méthanogène des intrants, limiter le coût des intrants, maximiser la valorisation du biogaz, renforcer la strandardisation et la mutualisation, développer la formation des opérateurs et optimiser la maintenance, limiter les coûts de raccordement et du poste d’injection, bénéficier des effets d’échelle liés à la taille des unités, valoriser les unités sur une durée de vie prolongée, optimiser le coût et la structure du financement et limiter l’impact des facteurs exogènes induisant une potentielle hausse des coûts.

« Une part importante de ces gains de compétitivité peut être saisie à court terme avec un gain potentiel de l’ordre de 20 % à horizon 2020-2025 à travers la diffusion de bonnes pratiques et la montée en puissance d’une filière industrielle française », ajoute Enea Energy conseil.

Des attentes vis-à-vis de la PPE

Le président du SER, Jean-Louis Bal, indique qu’« alors que les derniers arbitrages doivent être rendus prochainement sur la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE), cette étude vient démontrer que la France dispose d’une filière biométhane pleine d’atouts et qui sera compétitive à moyen terme. Nous attendons donc que la PPE lui apporte la visibilité nécessaire afin que puissent se concrétiser les emplois et les nouvelles opportunités industrielles qu’elle porte en germe ».
Wikimedia Commons / DR
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
S'identifier
S'inscrire
En partenariat avec
À lire également
Eolien en mer : les parcs des Iles d’Yeu-Noirmoutier et de Dieppe-Le-Tréport sont autorisés
Eolien en mer : les parcs des Iles d’Yeu-Noirmoutier et de Dieppe-Le-Tréport sont autorisés
Ce mardi 6 novembre, le gouvernement a donné son feu vert à l’exploitation des parcs éoliens en mer situés au large des Iles d’Yeu et de Noirmoutier (Vendée), ainsi que de Dieppe-Le-Tréport (Seine-Maritime).
[Tribune] Traçabilité de l’énergie : adieu aux garanties d’origine, bonjour à la blockchain
[Tribune] Traçabilité de l’énergie : adieu aux garanties d’origine, bonjour à la blockchain
Cette semaine, François-Régis Déhéry, responsable technique du pôle "Agrégation et Energies renouvelables" du fournisseur natGas, revient sur la traçabilité de l'énergie et les garanties d'origine.
Le GIEC trace des trajectoires compatibles avec le scénario « + 1,5°C » d’ici 2100
Le GIEC trace des trajectoires compatibles avec le scénario « + 1,5°C » d’ici 2100
Une fois encore, les scientifiques placent les politiques devant leurs responsabilités.
Les énergies renouvelables prennent de la hauteur
Les énergies renouvelables prennent de la hauteur
En haute montagne, sur les sites isolés, refuges et stations de ski, l’autonomie énergétique s’impose.
[Pollutec 2018] Solution de récupération d’énergie sur les rejets fatals d’une usine
[Pollutec 2018] Solution de récupération d’énergie sur les rejets fatals d’une usine
En amont du 28ème salon international des équipements, des technologies et des services de l’environnement, Pollutec 2018, qui se tiendra du 27 au 30 novembre prochains au salon Eurexpo de Lyon, retrouvez chaque jour, en avant-première, une innovation qui sera présentée à cette occasion.
[Dossier] La CUD, une collectivité en or
[Dossier] La CUD, une collectivité en or
La communauté urbaine de Dunkerque est l’une des deux collectivités françaises à détenir le label Cit’ergie Gold.
Olivier Béatrix est nommé secrétaire général de Teréga
Olivier Béatrix est nommé secrétaire général de Teréga
Lundi 15 octobre, Olivier Béatrix a été nommé secrétaire général de Teréga (ex-TIGF).
Tous les articles Énergie
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Salon des maires et des collectivités locales
20 Novembre 2018
Salon des maires et des collectivités locales
Salon Amiante
27 Novembre 2018
Salon Amiante
40 ans du salon Pollutec
27 Novembre 2018
40 ans du salon Pollutec
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau
Déchets et Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.