Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

ÉNERGIE
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Eolien en mer : la contre-proposition du SER vise l’installation de 1 GW par an d’ici 2024

Partager :
Eolien en mer : la contre-proposition du SER vise l’installation de 1 GW par an d’ici 2024
Par Laurence Madoui, le 17 avril 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Énergie
Le Syndicat des énergies renouvelables plaide pour un relèvement de l’ambition en matière d’éolien en mer, que le projet de décret sur la PPE relègue à un quasi statu quo.

« Il est certain que le projet de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) va bouger, veut croire Jean-Louis Bal. C’est bien l’électricité renouvelable qui permettra le recul de la part du nucléaire à 50 % en 2035, sans hausse des émissions de CO2 », pose le président du Syndicat des énergies renouvelables (SER). Le 14 mai prochain, le SER défendra devant le Conseil supérieur de l’énergie un relèvement des objectifs assignés à l’éolien en mer, qui font pâle figure dans le projet de PPE : entre 4,7 et 5,2 GW de puissance installée en 2028, horizon auquel professionnels et régions maritimes visaient 10 MW. « L’option haute du projet de PPE correspond (…) en grande partie à des volumes déjà attribués et ne reflète pas le potentiel de la filière », déplore le SER dans un communiqué du 16 avril.

Matignon assujettit la hausse des objectifs à la baisse des coûts

« A minima », le syndicat souhaite que soit engagé 1 GW par an de 2019 à 2024, soit deux appels d’offres additionnels entre 2021 et 2022 pour l’éolien posé (2 x 750 MW) et trois appels d’offres supplémentaires pour l’éolien flottant d’ici 2025. Les projets mettant en France six à sept ans à se concrétiser, « le développement doit être pensé dès la première période de la PPE », insiste Jean-Louis Bal.

Cent-vingt députés ont plaidé la cause de l’éolien en mer auprès du Premier ministre, dans un courrier adressé le 3 mars. Jean-Louis Bal ne s’enthousiasme guère de « la réponse de Normand » transmise le 5 avril : Edouard Philippe défend la priorité donnée par la PPE aux filières matures (éolien terrestre, photovoltaïque et chaleur renouvelable) et pointe le coût pour les finances publiques des filières émergentes telles les énergies marines. Pour l’éolien posé, il confirme l’objectif inscrit dans la PPE d’installer, après 2025, 500 MW/an, volume susceptible de réexamen « si la baisse des coûts est plus importante que prévu et permet (…), à l’horizon 2030, des projets sans subvention ».

Le SER appelle à réactiver la taxe carbone

Marion Lettry, déléguée générale adjointe du SER chargée des filières électriques, suggère une réallocation de fonds à coût constant : « Si le projet au large de Dunkerque se réalise à un coût inférieur à la cible de 70 euros/MWh, le gain peut être reporté sur d’autres appels d’offres. » Un MWh ressortant à 60 euros à Dunkerque dégagerait une marge pour financer ailleurs 1 GW de capacité. Sur ce parc, « le coût du MWh sera raisonnable, ce qui en surprendra plus d’un », a affirmé le président de la Commission de régulation de l’énergie, Jean-François Carenco, le 4 avril à l’Assemblée nationale. Sur l’éolien flottant, Matignon déçoit le SER en reportant l’accélération à la seconde phase de la PPE, en vue de mises en service à partir de 2030.

Quelle que soit la teneur finale de la PPE, dont la publication est attendue à la fin de l’été, « on n’atteindra aucun de ses objectifs si on ne rétablit pas la trajectoire croissante de la contribution climat-énergie », presse Jean-Louis Bal.
Crédit : FEE Asso
Retrouvez toute l'information "Énergie" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] Ça m'énerve : la pollution visuelle

Dans ce second numéro d’Environnement TV, Agnès Breton s’attaque à la pollution visuelle.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
Troyes accueille la 7e convention d’affaires du biogaz et de la méthanisation
La ville de Troyes accueille à compter de demain et jusqu’à jeudi le rendez-vous annuel de la filière biogaz au Centre de congrès de l’Aube.  
Chaleur renouvelable : le groupe Idex acquiert 90 % du lituanien Danpower Baltic
Jeudi 19 septembre dernier, le groupe Idex a annoncé l’acquisition de 90 % de Danpower Baltic, acteur lituanien de la chaleur renouvelable.
[Tribune] Réinventer le standard énergétique de nos grandes surfaces par l’autoconsommation et le stockage de l’énergie
[Tribune] Réinventer le standard énergétique de nos grandes surfaces par l’autoconsommation et le stockage de l’énergie
Cette semaine, Hubert Aubry, CEO de Gémo, présente le projet d'autoconsommation photovoltaïque avec stockage, installé dans un magasin de Loire-Atlantique. Il lance un appel "aux enseignes commerciales rurales ou urbaines, aux entreprises, et aux particuliers, pour utiliser des sources d’énergie durables à notre disposition".
Jean-Louis Bal est réélu président du Syndicat des énergies renouvelables
Jean-Louis Bal est réélu président du Syndicat des énergies renouvelables
Vendredi 25 octobre dernier, Jean-Louis Bal a été réélu président du syndicat des énergies renouvelables.
Benjamin Fremaux est le nouveau directeur général du groupe Idex
Benjamin Fremaux est le nouveau directeur général du groupe Idex
Benjamin Fremaux rejoint le groupe Idex en tant que directeur général.
[Tribune] Loi « Énergie Climat » : vers une rénovation énergétique à deux vitesses ?
[Tribune] Loi « Énergie Climat » : vers une rénovation énergétique à deux vitesses ?
Cette semaine, Raphaël Eulry, directeur marketing et communication chez AC Environnement, fait le point sur la loi énergie climat et sur les enjeux de rénovation énergétique qu'elle implique. Il se demande "quelle sera la valeur dans 10 ans des biens achetés récemment avec des crédits par des foyers modestes qui n'ont pas forcément de quoi mener, en sus de leur acquisition, de nouveaux travaux d'amélioration de la performance énergétique et climatique de leur appartement ou maison ?"
Bertrand Guidez est le nouveau directeur développement ENR de Valorem
Bertrand Guidez est le nouveau directeur développement ENR de Valorem
Bertrand Guidez vient de rejoindre Valorem en tant que directeur développement énergies renouvelables France.
Tous les articles ÉNERGIE
En partenariat avec
Accès au kiosque
Événements
Solutrans
19 Novembre 2019
Solutrans
Transrail
26 Novembre 2019
Transrail
Paysalia
3 Décembre 2019
Paysalia
+ d'événements
Emploi
- Concepteur Vendeur (H/F)
- Responsable gestion des réseaux
- Ouvrier / Ouvrière paysagiste
- Ingénieur Conception Electronique Analogique F/H
+ d’offres
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.