Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

ÉNERGIE
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Garanties d'Origine : pourquoi une telle suspicion ?

Partager :
[Tribune] Garanties d'Origine : pourquoi une telle suspicion ?
Par Julien Tchernia, président et co-fondateur d’ekWateur, le 10 février 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Énergie
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, le président et co-fondateur d’ekWateur, Julien Tchernia, revient sur les garanties d’origine de l’énergie verte. "Décorrélé temporellement de l’achat d’énergie, ce label est aujourd’hui fortement décrié par de nombreux détracteurs, pourtant c’est le seul véritable système de traçabilité de l’énergie", explique-t-il.

La transition énergétique est sur toutes les lèvres et la tendance est à la consommation d’énergie verte. Les consommateurs devenus de véritables militants souhaitent désormais qu’on leur propose des offres 100% renouvelables. Pour s’assurer du caractère vert des offres, les fournisseurs utilisent la Garantie d’Origine (G.O.), un label certifiant qu’une source d’énergie renouvelable (éolienne, photovoltaïque, hydraulique ou autre) a bien été injectée sur le réseau électrique. Décorrélé temporellement de l’achat d’énergie, ce label est aujourd’hui fortement décrié par de nombreux détracteurs, pourtant c’est le seul véritable système de traçabilité de l’énergie ! Retour sur les forces et les faiblesses des G.O.

Pouvons-nous reconnaître un électron vert et électron gris ?
 
Nucléaire, charbon, hydraulique, solaire, éolien, l’énergie électrique provient de différentes sources et est injectée sur le même réseau, interconnecté depuis la Pologne jusqu’au Portugal. Or, rien ne distingue un électron d’un autre électron, qu’il soit « vert » ou « gris ». Une fois injecté sur ce réseau unique, il devient intraçable. Pourtant, depuis l’ouverture du marché de l’énergie en 2007, de nombreux fournisseurs d’énergies comme Total, Direct Energie, Engie, Enercoop, ekWateur, Planète Oui et bien d’autres, proposent des offres vertes ou labellisées « 100 % renouvelable ». Certains présentent même des offres renouvelables « Premium ». Mais que signifie cette appellation et faut-il s’en méfier ?

G.O. : la seule garantie du caractère 100% renouvelable de l’énergie d’un producteur

S’assurer que l’électron qui arrive chez le client provient d’une source identifiée n’est pas possible. Pour répondre à ce besoin de traçabilité, l’Union européenne a mis en place un système de traçabilité financière de l’énergie renouvelable produite : la Garantie d’Origine (G.O.). Lancée sous sa forme actuelle en France en 2012, la G.O. certifie, par un document électronique, qu’une source d’énergie renouvelable (éolienne, photovoltaïque, hydraulique ou autre) a injecté une quantité d’énergie (1 MWh) sur le réseau électrique. Ce certificat, délivré par un organisme indépendant, garantit le caractère 100 % renouvelable de l’énergie d’un producteur.

La G.O. permet, non seulement de soutenir les producteurs d’énergies renouvelables, mais aussi de contrôler leurs ventes en les empêchant de commercialiser deux fois le volume d’énergie issue d’une production renouvelable. En effet, sans G.O., le producteur pourrait, en plus de sa production, acheter de l’énergie sur le marché et la revendre comme renouvelable sans que personne ne s’en rendre compte.

Ce qui irrite certains détracteurs, c’est que le mécanisme des G.O. soit décorrélé temporellement de l’achat d’énergie. Comme l’énergie n’est pas stockable, un producteur de renouvelable est contraint de vendre son énergie sur le marché dès qu’il l’a produite. Ce faisant, il obtient une G.O. qu’il pourra vendre plus tard (la péremption est aujourd’hui d’un an). C’est précisément ces deux temporalités qui permettent d’écouler toutes les G.O. : autrement, le producteur en commercialiserait moins car il ne pourrait pas s’assurer, en temps réel, de ne vendre son énergie qu’à des acheteurs prêts à payer un surcoût pour du renouvelable.

Il existe un marché pour ces G.O. Leur prix, très modeste au départ, a été multiplié par 5 en 10 ans, suite à l’augmentation de la demande. Cela dit, leur abondance permet aux fournisseurs de proposer des offres vertes plus compétitives que les tarifs réglementés d’EDF. A titre de référence, en France, 17 % de l’énergie électrique provient de source renouvelable, alors qu’environ 2% seulement des consommateurs ont choisi une offre verte.

Les G.O. apportent donc au consommateur l’assurance que, sur une année, la même quantité d’énergie a été produite par des sources renouvelables que celle qu’il a consommée… et qu’elle n’est comptée que pour lui. Celui-ci peut même identifier si l’énergie comptabilisée provient de nouveaux parcs renouvelables, ou de barrages construits il y a plus de 50 ans. Il peut aussi savoir dans quel pays elle a été produite, et obtenir l’adresse du producteur !

Les offres vertes encouragent la transition énergétique quel que soit le producteur 

Le principal reproche fait aux G.O. est qu’elles permettent à un fournisseur d’acheter l’énergie d’une part et les G.O. d’autre part, et donc qu’il est donc très simple de proposer une offre renouvelable. Mais en quoi la simplicité est-elle un mal ? Évidemment, ce processus permet à des sociétés régulièrement dans le top des entreprises les plus polluantes du monde de proposer des offres vertes. Chacun se fera un jugement sur la sincérité des efforts de ces grands groupes. Il n’empêche que, pour le climat, ce qui importe c’est le volume d’énergie renouvelable injecté sur le réseau. Que l’énergie soit payée d’un côté et la Garantie d’Origine de l’autre n’a aucune influence sur l’impact positif du renouvelable injecté, ni sur les revenus du producteur.

Pour le climat toutes les offres « 100 % renouvelable » présentant les G.O. des mêmes producteurs se valent, même celles de grands groupes pétroliers par rapport aux offres des start-ups engagées.

Voilà la vérité. La travestir s’apparente à du populisme et à soutenir un discours scientifiquement faux, même s’il est plus agréable à entendre pour les plus « écolo » d’entre nous.

Le consommateur se retrouve néanmoins avec une question : « à qui va mon argent ? ». En effet avec les G.O., la majorité de la dépense énergie d’un client peut parfaitement, par exemple, aller à EDF et seule la partie G.O. ira au producteur de renouvelable. Celui-ci sera bien payé pour son énergie, mais par quelqu’un d’autre. Alors, comment répondre à cette question ?

À quand le « Label Premium » ?
 
Conscients de cette faiblesse de la G.O., plusieurs fournisseurs proposent des offres « Premium ». Il s’agit pour l’instant d’initiatives indépendantes. Il n’y a pas encore de « Label Premium » officiel ou complètement unifié. La démarche mérite cependant d’être soulignée. Concrètement, ces fournisseurs s’astreignent à acheter les G.O. et l’énergie chez les mêmes producteurs. Donc, sans être plus vertes ou plus rémunératrices pour le producteur, celles-ci permettent de répondre aux nouvelles aspirations de la société : transparence, traçabilité, circuits courts. L’Ademe s’est emparée du sujet. Espérons que leurs travaux se concrétiseront bientôt par un label. Il pourrait même être plus ambitieux que celui utilisé aujourd’hui.
Julien Tchernia, président et co-fondateur d’ekWateur / DR
  [Vidéo] La reprise : à quel prix ?
Alors que la France est entrée en début de semaine dans la phase 2 du déconfinement, l'écologie sera-t-elle la grande oubliée de la relance post-Covid ?
+ de vidéos Environnement TV
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Matteo Carando, directeur d’ERG France
Les entreprises et acteurs de l’environnement organisent, depuis mi-mai, la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Matteo Carando, directeur d’ERG France.
Toutes les interviews
Actu réglementaire
Décret du 1er juillet 2020 portant nomination au comité des finances locales institué par l'article L. 1211-1 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant nomination au sein du Conseil national d'évaluation des normes Lire
Arrêté du 30 juin 2020 portant nomination de la directrice du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante Lire
Arrêté du 25 juin 2020 pris pour l'application, en 2020, de l'article L. 1614-4 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant interdiction de mise sur le marché de bouteilles de gaz métalliques non rechargeables contenant de l'hélium Lire
Arrêté du 22 juin 2020 pris en application du décret n° 2019-799 du 26 juillet 2019 fixant les modalités d'indemnisation du référent déontologue et du référent en matière de recueil des signalements émis par les lanceurs d'alerte de l'Autorité de sûreté nucléaire Lire
À lire également
Vincent Maillard, co-fondateur et président de Plüm Énergie
Vincent Maillard, co-fondateur et président de Plüm Énergie
Alors que la France commence son déconfinement progressif cette semaine, Environnement-magazine.fr continue de proposer aux professionnels de raconter leur confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Vincent Maillard, co-fondateur et président de Plüm Énergie.
Enerplan propose des pistes pour une relance économique au service du climat
Enerplan propose des pistes pour une relance économique au service du climat
Le syndicat des professionnels de l’énergie solaire, Enerplan, appelle à une relance économique au service du climat.
Otmane Hajji, président de GreenYellow
Otmane Hajji, président de GreenYellow
Ce lundi 11 mai, la France commence son déconfinement progressif. Environnement-magazine.fr continue de proposer aux professionnels de raconter leur confinement et leur vision de l'après-crise. Aujourd'hui, nous donnons la parole à Otmane Hajji, président de GreenYellow.
Les infrasons émis par les éoliennes ne nuisent pas à la santé, selon une étude finlandaise
Les infrasons émis par les éoliennes ne nuisent pas à la santé, selon une étude finlandaise
Les sons de basse fréquence, inaudibles, émis par les éoliennes ne sont pas nuisibles à la santé humaine, selon une étude finlandaise publiée ce lundi 22 juin.
Sébastien Dubois, directeur général de RES
Sébastien Dubois, directeur général de RES
Pendant la crise sanitaire du Covid-19 et le confinement qu’elle impose, Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation. Journée type ? Quelle organisation au travail ? Comment entrevoir l’après-crise ? Sébastien Dubois, directeur général de RES, nous explique son quotidien.
ekWateur et Voltalis proposent une offre d’effacement de consommation
ekWateur et Voltalis proposent une offre d’effacement de consommation
Le fournisseur d’énergies renouvelables ekWateur et Voltalis s’associent pour proposer une offre d’effacement de consommation aux clients d’ekWateur.
Un appel à projets pour l'efficacité énergétique des bâtiments publics
Un appel à projets pour l'efficacité énergétique des bâtiments publics
La Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) lance un nouvel appel à projets à destination des collectivités souhaitant s'engager pour l'efficacité énergétique de leur patrimoine.
Tous les articles ÉNERGIE
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
e-EUBCE
6 Juillet 2020
e-EUBCE
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
8 Juillet 2020
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
+ d'événements
Emploi
- Alternance - Chargé(e) de Prévention Santé et Sécurité H/F
- Chef de secteur H/F
- Poseur / Poseuse en isolation thermique
- Manager de Production F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.