Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

ÉNERGIE
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Electricité, vous avez dit décarbonée ?

Partager :
[Tribune] Electricité, vous avez dit décarbonée ?
Par Bernard Aulagne, président de Coénove, le 9 mars 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Énergie
Cette semaine, le président de l’association Coénove, Bernard Aulagne, revient sur la  « volonté d’électrification massive des usages ». « N’est-il pas aberrant d’utiliser le gaz pour produire de l’électricité avec un rendement dégradé plutôt que de l’utiliser directement pour chauffer les bâtiments avec un rendement proche de 100% ? », se demande-t-il ?

Compte tenu du battage mediatico-gouvernemental récurrent, nul ne peut l’ignorer : la production d’électricité en France est très majoritairement décarbonée grâce, avant tout, au nucléaire. Les énergies renouvelables représentant, à date, une part encore relativement modeste.

Mais ce tableau idyllique ne doit pas faire oublier une donnée fondamentale : l’électricité ne se stocke massivement pas. La mobilisation des moyens de production pour ajuster en permanence la réponse à la demande est cruciale. C’est la célèbre adéquation offre-demande assurée en permanence par RTE, dans une logique économique visant à minimiser à chaque instant le coût de production de l’électricité. Concrètement, il s’agit d’empiler les moyens de production pilotables par ordre de coûts variables croissants, des plus faibles aux plus élevés, pour satisfaire la demande, elle-même fluctuante, d’un jour sur l’autre, d’une saison sur l’autre. Une équation complexe donc.

Il est clair que la forte demande en période de froid, liée au développement du chauffage électrique, nécessite déjà la mobilisation de l’ensemble du parc, y compris les moyens de production carbonés et le recours aux importations dont le contenu carbone est loin d’être négligeable. Le paradoxe est bien là : la consommation d’électricité n’entraîne pas directement d’émission de gaz à effet de serre, elle en génère indirectement par l’utilisation des combustibles nécessaires à sa production immédiate.

Et les chiffres le confirment : le dernier rapport du très respectable Commissariat général au développement durable de septembre 2019, intitulé « les émissions de CO2 liées à l’énergie en France de 1990 à 2017 » précise qu’en 2017 ; les émissions de CO2 liées à la consommation d’électricité dans le secteur résidentiel étaient de 14,1 millions de tonnes, alors que les émissions liées au fioul dans ce même secteur étaient de 16,4 millions de tonnes. Paradoxal pour une énergie dite décarbonée !

Et le même rapport d’enfoncer le clou : « l’électricité consommée pour le chauffage présente un contenu carbone supérieur à celui des autres usages de l’électricité. En effet, la consommation de chauffage concentrée sur la période hivernale nécessite le recours aux moyens de production d’électricité de pointe, notamment les centrales thermiques à combustibles fossiles. »

C’est un fait avéré : l’électricité est décarbonée sauf quand on l’utilise massivement pour le chauffage.

Dans ce contexte que penser de la volonté affichée (PPE, SNBC...) d’électrification massive des usages, notamment dans le secteur résidentiel ? Que penser des petits arrangements (baisse injustifiée du coefficient d’énergie primaire, baisse drastique, contre toute logique, du contenu CO2 de l’électricité) pour favoriser la consommation d’électricité en promettant une énergie décarbonée, en oubliant de prendre en compte les conséquences sur les moyens de production à mobiliser, en particulier lors des périodes de pointe hivernale ? N’est-il pas aberrant, à ces moments-là, d’utiliser le gaz - certes moins carboné que le charbon - pour produire de l’électricité avec un rendement dégradé plutôt que de l’utiliser directement pour chauffer les bâtiments avec un rendement proche de 100% ?

On ne peut balayer d’un revers de main cette problématique de la pointe hivernale, mélanger allégrement la pointe saisonnière qui dépend de la température extérieure et par nature pas contrôlable et la pointe horaire qui dépend de l’usage des appareils de cuisson et électroménager, par nature plus facilement pilotables. On ne peut oublier que, régulièrement ces dernières années, le système électrique a été plus que tendu et que l’électrification massive projetée concernera les logements neufs, mais aussi les rénovations et le basculement des chaudières fioul vers les pompes à chaleur qui, si elles diminueront les consommations, provoqueront des appels de puissance supplémentaires importants en période hivernale.

Sur ce point, Coénove a d’ailleurs réalisé une étude prospective visant à explorer d’autres voies que le scénario SNBC « officiel » pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Il s’avère que ce scénario de référence, en prônant une électrification massive des usages notamment dans le bâtiment, conduirait à une augmentation de 12 GW de la pointe hivernale maximale atteinte en 2012 qui était de 102 GW ! Soit des dizaines de cycles combinés gaz supplémentaires alimentés à cette échéance par du gaz renouvelable au lieu de l’injecter directement dans les réseaux, ce qui serait une utilisation bien plus rationnelle.

Certes, le calcul du contenu en CO2 de l’électricité n’est pas chose facile compte tenu de la volatilité de la demande à satisfaire et donc de la variété des moyens de production à mobiliser pour y faire face. Il existe plusieurs méthodes, plusieurs chapelles presque… Notons au passage, pour les plus experts, que cette électrification amenant à des consommations supplémentaires, correspond tout à fait à l’application d’une méthode dite marginale pour évaluer l’impact des moyens de production supplémentaires nécessaires à la satisfaction des nouvelles demandes de chauffage électrique et que cela conduit à un contenu carbone supérieur à 400 g/kWh !

Au-delà du bien fondé indéniable de cette méthode, dans un souci de continuité, il aurait été acceptable de maintenir la méthode actuellement utilisée dans l’expérimentation E+C- (saisonnalisée par usage) qui conduit à un contenu de 210 g CO2/kWh. Au lieu de ça, l’Administration fixe unilatéralement le nouveau contenu à 79 g, en s’appuyant sur une méthode mensuelle par usage, écartée par les parties prenantes lors de l’élaboration du label E+C-, car elle noie l’usage chauffage parmi les autres usages … Une décision plus que critiquable pour ne pas dire lamentable.

Ah si ! Quelqu’un applaudit : la filière électrique tirée par EDF ! Vous avez tout compris !
Bernard Aulagne, président de Coénove
Offre en ligne à partir de 8,90 €
Dans ce contexte particulier, le premier mois d'abonnement est offert.
Je m'abonne
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] La faune regagne la ville
Cette troisième semaine de confinement a permis aux animaux de reprendre du terrain en ville. C'est le cas dans de nombreuses métropoles mondiales où la population est confinée. Mais les professionnels des services essentiels - gestion de l'eau et des déchets par exemple - continuent d'assurer leurs missions.
+ de vidéos Environnement TV
Pour plus d'informations cliquez ici
À lire également
Allumer des leds grâce à des gouttes de pluie
Allumer des leds grâce à des gouttes de pluie
Une équipe de recherche dirigée par des scientifiques de l’université de Hong Kong a réussi à développer une nouvelle forme de générateur d’électricité à partir de gouttelettes de pluie.
Record mondial de rendement pour de petites cellules photovoltaïques organiques
Record mondial de rendement pour de petites cellules photovoltaïques organiques
Après six mois de recherches conjointes, le spécialiste japonais de la chimie Toyobo et le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), ont réussi à fabriquer de petites cellules photovoltaïques organiques (PVO) sur un substrat en verre; qui ont obtenu le meilleur rendement de conversion au monde dans une pièce sombre.
Trois questions à : Camille Dohet, responsable marketing de la jeune pousse Ecojoko
Trois questions à : Camille Dohet, responsable marketing de la jeune pousse Ecojoko
Alors que les compteurs intelligents Linky d'Enedis devraient être déployés à 100% d'ici 2024, des start-ups s'emparent de la sensibilisation des citoyens aux économies d'énergie. C'est le cas d'Ecojoko, qui propose un outil de suivi en temps réel de la consommation. Entretien avec Camille Dohet, responsable marketing de la jeune pousse.
Crise sanitaire : des mesures pour soutenir la filière des énergies renouvelables électriques
Crise sanitaire : des mesures pour soutenir la filière des énergies renouvelables électriques
Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a réuni par audioconférence ce mercredi 1er avril, les acteurs de la filière des énergies renouvelables électriques. A cette occasion, la ministre a annoncé des mesures pour accompagner les projets de production d’électricité renouvelable dans le contexte de crise actuel.
La Banque des territoires entre au capital de Terres d’Énergie
La Banque des territoires entre au capital de Terres d’Énergie
Tenergie, Crédit agricole Pyrénées-Gascogne et la Banque des territoires annoncent, ce lundi 30 mars, l’entrée de ce métier de la Caisse des dépôts au capital de Terres d’énergie.
Société générale et la BEI vont soutenir les énergies renouvelables
Société générale et la BEI vont soutenir les énergies renouvelables
Société générale et la Banque européenne d’investissement ont annoncé, le 17 février, la signature d’un accord-cadre pour financer le développement des énergies renouvelables.
[Tribune] Fourniture d’électricité : à qui profite l’électron ?
[Tribune] Fourniture d’électricité : à qui profite l’électron ?
Cette semaine, nous publions une réflexion menée avant la crise sanitaire actuelle par Armel de la Meslière et Julien Henault, de Mazars Energie et Environnement. Ils reviennent sur le marché de la fourniture d'électricité : "Au-delà du prix, l’innovation et la fourniture d’une énergie toujours plus respectueuse de l’environnement figurent désormais au centre des préoccupations​", estiment-ils.
Tous les articles ÉNERGIE
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Cycl'eau Bordeaux
7 Avril 2020
Cycl'eau Bordeaux
Confs'Amiante Bâti
5 Mai 2020
Confs'Amiante Bâti
HSE 2020
12 Mai 2020
HSE 2020
+ d'événements
Emploi
- TECHNICIEN DE MAINTENANCE INDUSTRIELLE H/F
- Plombier H/F
- Technicien / Technicienne qualité en industrie alimentaire
- Ingénieur de maintenance optique F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.