EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la uneÉNERGIE

L'Etat veut mettre fin aux contrats solaires à « rentabilité excessive »

Par Abdessamad Attigui. Publié le 3 juin 2021.
L'Etat veut mettre fin aux contrats solaires à « rentabilité excessive »
Le gouvernement prévoit une réduction de 50 % des subventions accordés à certains parcs photovoltaïques. Crédits : Pixabay
Newsletters gratuites
Archiver cet article
Le gouvernement a lancé la concertation publique sur la révision des tarifs des contrats solaires antérieurs à 2011. En ligne de mire, 700 installations solaires de plus de 250 kWc qui bénéficient selon le ministère de la Transition écologique « d’une rentabilité excessive ».

La révision des tarifs photovoltaïques est lancée et elle se heurte déjà à la colère des acteurs de la filière. Le projet présenté par le gouvernement ce mercredi 02 juin, prévoit de mettre fin aux « rentabilités excessives » en divisant par deux le soutien financier dont bénéficie certaines installations solaires. Cette mesure qui vise notamment les plus grands contrats photovoltaïques, permettrait à l’Etat d’économiser en moyenne « 4 milliards d’euros en dix ans », indique le ministère de la Transition écologique.

Les textes d’application, prévus dans le cadre du projet de loi de finance 2021, définissent ainsi les rémunérations raisonnables et le taux de rendement interne de chaque installation sur la base des coûts et production, précise le ministère. « L’objectif est de les ramener à des taux de rendement compris entre 8 et 15 % en fonction de l’année de signature de contrat entre 2006 et 2010 ».

Mais l’exécutif tente de rassurer les acteurs du secteur en misant sur la clause de sauvegarde. Présentée comme une « bouée de sauvetage », celle-ci tiendra compte des spécificités de chaque installation et de la capacité des producteurs à rembourser leurs prestataires et leurs dettes afin d’éviter tout risque de faillite.

Des entreprises en danger

Ces calculs de tarification sont décriés par les professionnels du photovoltaïque qui ont reçu les modalités de révision. Le barème tarifaire proposé par les pouvoirs publics « s’appuie sur des données théoriques très éloignées de la réalité économique démontrée par les documents comptables des sociétés de projet concernées », commentent le SER, Enerplan et Solidarité Renouvelables.

Cette proposition mettrait en péril les entreprises du secteur « du simple fait qu’une méthodologie erronée a été retenue », ajoutent-ils. Quant à la clause de sauvegarde prévue à cet effet, « elle n’apporte en réalité aucune sécurité ni garantie aux producteurs ; au contraire, elle ouvre une période d’incertitude de plus d’un an, correspondant à la période d’instruction par le régulateur de l’énergie et dont l’issue sera incertaine compte tenu du caractère totalement discrétionnaire de la clause », estiment les trois organisations.

Elles appellent de ce fait le gouvernement à mettre à profit la période de consultation publique d’une quinzaine de jours, pour revoir ses calculs en fonction « des vrais chiffres comptables des producteurs concernés ».
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
L'énergie solaire coule à flots sur un barrage hydroélectrique au Portugal
21 juillet 2022
L'énergie solaire coule à flots sur un barrage hydroélectrique au Portugal 12.000 panneaux photovoltaïques sur 4 hectares pour produire environ 7,5 GWh par an : la plus grande plateforme flottante en Europe dans un barrage-réservoir livre ses premiers gigawattheures à Alqueva.
Décryptage | Décret éco-énergie tertiaire : l’État donne plus de temps aux assujettis pour se faire accompagner
29 novembre 2022
Décryptage | Décret éco-énergie tertiaire : l’État donne plus de temps aux assujettis pour se faire accompagner Si les propriétaires de sites tertiaires concernés par le décret bénéficient d’un délai supplémentaire légitime, l’heure est à la mobilisation de tous pour faire de ce dispositif un tremplin vers la performance énergétique. Décryptage de la situation actuelle avec Marc-André Merlet, directeur Performance énergétique chez Equans France.
France Gaz Liquides demande l'application du bouclier tarifaire aux gaz liquides
22 septembre 2022
France Gaz Liquides demande l'application du bouclier tarifaire aux gaz liquides Le gouvernement a annoncé la prolongation du bouclier tarifaire jusqu’en en 2023 pour soulager les dépenses énergétiques des ménages. France Gaz Liquides regrette que cette décision écarte « les milliers de ménages se chauffant au gaz propane en citerne et vivant principalement dans les zones rurales ».
Tous les articles ÉNERGIE
[Vidéo] 3 questions à Stéphanie Gay, directrice du Salon des maires et des collectivités locales
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- TECHNICIEN.NE DE MAINTENANCE GAZ
- Responsable de Secteur H/F
- Ingénieur / Ingénieure environnement en industrie
- Préparateur Méthodes F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola