Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Le gouvernement précise les modalités de la 5ème période des CEE

Le gouvernement précise les modalités de la 5ème période des CEE
Le ministère de la Transition écologique a confirmé sa stratégie de réduction des coups de pouce et bonifications. Crédits : Adobe Stock
Par Abdessamad Attigui, le 7 juin 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Les texte définissant les obligations par type d’énergie de la 5ème période du dispositif des Certificats d’économies d’énergie (CEE), ont été publiés le 05 juin 2021 au Journal officiel. Cette nouvelle période qui débutera le 1er janvier 2022 jusqu’au 31 décembre 2025, s’accompagne de quelques nouveautés.

Le décret récemment publié, présente les quantités d’énergie au-delà desquelles les fournisseurs ou metteurs à la consommation d’énergie sont soumis à des obligations d’économies d’énergie. Cela concerne notamment le fioul domestique, l’électricité, le gaz naturel et le gaz de pétrole liquéfié :

«  Pour le fioul domestique : 4 516 kWh cumac par mètre cube ; Pour les carburants autres que le gaz de pétrole liquéfié : 4 380 kWh cumac par mètre cube ; Pour le gaz de pétrole liquéfié carburant : 5 481 kWh cumac par tonne ; Pour la chaleur et le froid : 0,272 kWh cumac par kilowattheure d’énergie finale ; Pour l’électricité : 0,416 kWh cumac par kilowattheure d’énergie finale ; Pour le gaz de pétrole liquéfié autre que celui mentionné : 0,460 kWh cumac par kilowattheure de
pouvoir calorifique supérieur d’énergie finale ; Pour le gaz naturel : 0,422 kWh cumac par kilowattheure de pouvoir calorifique supérieur d’énergie finale. »


-------------------- PUBLICITÉ --------------------
La notice prévoit également de nouvelles obligations de transmission des informations nécessaires concernant les obligations annuelles d’économies d’énergie des obligés et, pour les délégataires, une obligation de transmission annuelle des informations nécessaires concernant leurs obligations d’économies d’énergie. Le décret impose même à compter de 2023, « la publication de la liste des personnes soumises à des obligations d’économies d’énergie incluant, pour chaque délégataire, l’identité de son ou ses délégants ».

Par ailleurs, l’arrêté du 02 juin 2021 modifiant l’arrêté du 29 décembre 2014, précise qu’il sera exigé des demandeurs de CEE de transmettre, « chaque trimestre, au ministre chargé de l’énergie des informations concernant l’engagement des opérations standardisées et les pondérations associées ». La première transmission d’informations concernera les opérations engagées au cours du premier trimestre 2022, et « est à effectuer au plus tard le premier jour ouvré du mois de mai 2022 », peut-on lire dans l’arrêté.

Augmentation du niveau d’obligation

Pour rappel, le ministère de la Transition écologique a précisé le 28 avril dernier, le niveau d’obligation retenu pour la 5ème période des certificats d’économies d’énergie (CEE) 2022-2025. Le quota d’obligation passera à 2500 TWhc, ce qui est légèrement plus élevé que les 2.400 TWh annoncés en février 2021. Cela représente une hausse de 17 % par rapport à la période en cours (2018-2021), avec un niveau d’obligation de 2133 TWhc.

Avec cette nouvelle obligation, au moins 730 TWh des opérations seront réalisées au bénéfice des ménages en situation de précarité énergétique, contre 600 TWh dans la version prévue en février.

Augmentation du niveau d’obligation

Le gouvernement a opté pour une réduction des bonifications et la prolongation de certains coups de pouce. Certaines bonifications seront supprimées avant le début de la cinquième période.

Cela concerne d’abord l’arrêt, le 30 juin 2021, du coup de pouce « Isolation », et la création d’une nouvelle charte coup de pouce « Isolation », du 1er juillet 2021 jusqu’au 30 juin 2022. Le ministère annonce la suppression du coup de pouce « Chauffage » pour le raccordement, et le gaz en remplacement du charbon et du fioul, au 1er janvier 2022. Toutefois, le coup de pouce « chauffage » pour les énergies renouvelables, les poêles à bois et les conduits, est prolongé jusqu’à fin juin 2025.

La bonification pour les émetteurs électriques et le gaz en remplacement du gaz sont arrêtés, mais sera maintenue exceptionnellement pour les travaux engagés avant juin 2021 et qui doivent être réalisés avant octobre 2021. De même pour le coup de pouce « Thermostat », maintenu pour les travaux qui doivent être réalisés avant le 30 avril 2022.

Le coup de pouce « tertiaire » et le coup de pouce rénovation globale résidentiel collectif et maison individuelle sont également prolongés.

Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Biovéa, la plus grande centrale biomasse d’Afrique de l’Ouest sera opérationnelle en 2024
Biovéa, la plus grande centrale biomasse d’Afrique de l’Ouest sera opérationnelle en 2024
EDF, la société de gestion d'actifs française Meridiam et le groupe agro-industriel ivoirien SIFCA, ont signé avec l'institution financière Proparco et Emerging Africa Infrastructure Fund (EAIF), des accords de financement d’un projet de centrale biomasse de 46 MW en Côte d’Ivoire.
Rénovation énergétique : 2.1 millions de logements rénovés grâce aux aides publiques
Rénovation énergétique : 2.1 millions de logements rénovés grâce aux aides publiques
L’Observatoire national de la rénovation énergétique (ONRE) a dévoilé ce mercredi 19 mai ses premières études. Résultats : 2.1 millions de logements individuels et collectifs, soit 7 % du parc, ont fait l’objet d’une rénovation aidée, permettant une réduction de 1,6 % de la consommation d’énergie conventionnelle.
« Une année exceptionnelle » pour l'Ademe Île-de-France
« Une année exceptionnelle » pour l'Ademe Île-de-France
« L’écosystème de la transition écologique a bien résisté à la crise », se félicite l'Ademe Île-de-France dans son bilan annuel de l'année 2020. Un bilan riche en concrétisations dans un contexte marqué par une crise sanitaire, économique et sociale.
Installation d’un méthaniseur avec bâtiment solaire en autoconsommation
Installation d’un méthaniseur avec bâtiment solaire en autoconsommation
La société française spécialisée dans les installations de production d'énergie renouvelable, Arkolia Energies, annonce la mise en place d’un nouveau site de méthanisation alimenté en continu à Ludiès en Ariège.
Natacha Cambriels prend la présidence de l’association France Gaz Liquides
Natacha Cambriels prend la présidence de l’association France Gaz Liquides
La présidente de Butagaz, Natacha Cambriels, a été élue présidente de l’association France Gaz Liquides.
Pays de la Loire : construction de deux nouvelles stations de biocarburant
Pays de la Loire : construction de deux nouvelles stations de biocarburant
Le Territoire d’énergie Mayenne a confié à Endesa la construction et l’exploitation de deux nouvelles stations publiques d’avitaillement en GNV/BioGNV (gaz naturel véhicule) en Pays de la Loire.
Un gaz alternatif à l'hexafluorure de soufre pour distribuer l’électricité
Un gaz alternatif à l'hexafluorure de soufre pour distribuer l’électricité
Hitachi ABB Power Grids et la Division Grid Solutions de GE Renewable Energy ont annoncé la conclusion d'un accord concernant l'utilisation d'un gaz alternatif à l'hexafluorure de soufre (SF6), pour réduire l'impact environnemental dans le secteur du transport de l’électricité.
Tous les articles ÉNERGIE
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.