Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines

ÉNERGIE
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Électricité, arrêt de 4 réacteurs : un marché de plus en plus sous tension

[Tribune] Électricité, arrêt de 4 réacteurs : un marché de plus en plus sous tension
Guillaume Rouaud, directeur général de Mon Courtier Energie. Crédit : Mon Courtier Energie
Par Guillaume Rouaud, directeur général de Mon Courtier Energie, le 10 janvier 2022.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Mi-décembre, EDF a annoncé l’arrêt de quatre nouveaux réacteurs au sein de son parc nucléaire français. Cette situation est venue tendre un marché de l’électricité qui connaît depuis près d’un an, de nombreuses hausses et des records de prix. 

Des réacteurs ont été mis à l’arrêt pour cause de maintenance. Maintes fois repoussées, ces réparations ont pris du retard à cause de la pandémie de Covid. L’arrêt de ces quatre réacteurs supplémentaires vient s’ajouter aux 12 déjà hors d’état de marche en 2021. Sur les 56 que compte le territoire national, ¼ d’entre eux ne fonctionnent pas. La crise que nous connaissons actuellement sur les marchés, risque de perdurer au-delà du 1 er  trimestre 2022.

Inflation du prix de l’électricité : les raisons qui l’expliquent

Tout d’abord, la reprise économique. A l’issue des différents confinements, le monde s’est doucement remis en marche et les prévisions optimistes ont agi sur la demande d’électricité. Par conséquent, les quantités demandées sur ce marché ont cru rapidement et ont impliqué une forte
mobilisation des moyens de production. Le coût de l’électricité a alors commencé à augmenter début 2021.

Par la suite, l’inflation s’est poursuivie tout au long de l’année. Les productions alternatives qui viennent couramment en renfort du nucléaire, ont une nouvelle fois été mis à contribution. A la différence des années précédentes, les coûts pour déclencher ces dernières sont très hauts. Cette situation n’arrange en rien le prix de l’énergie sur le marché. Actuellement, la demande énergétique est forte et les stocks sont bas. Quel que soit le motif de sollicitation énergétique, les énergies renouvelables sont appelées en premier, elles sont toujours prioritaires sur le réseau. Le nucléaire est sollicité en deuxième position. Mais les arrêts récents et simultanés des 4 réacteurs, à Chooz et Civaux, sont tombés à un mauvais moment.

La France a plus que jamais un grand besoin de ses centrales nucléaires. Mais une partie d’entre elles est aux abonnés absents. Les Centrales Combinées Gaz (CCG), qui, comme leur nom l’indique fonctionnent au gaz naturel, sont appelées pour compléter la production du parc nucléaire et sont très dépendantes de cette matière première. De plus ces unités sont soumises à des quotas de CO2, le prix de ce dernier étant actuellement très haut sur les marchés. Cette variable influe également sur le coût marginal auquel les CCG se déclenchent.

Le prix du marché de l’électricité est fixé par le coût du dernier moyen de production appelé. C’est ce qu’on appelle le principe du « Merit Order ». En l’occurrence, beaucoup de moyens de production sont sollicités pour répondre à la demande actuelle. Chacun des éléments évoqués précédemment agit sur ce fameux coût marginal de production, et donc sur le prix du marché.

L’électricité n’est pas la seule à augmenter, le prix du gaz s’envole aussi

Le cours du gaz ne cesse de grimper et connait ses plus hauts taux de l’histoire. En effet, les stockages européens sont faibles. D’une part à cause d’une demande asiatique très forte en GNL (Gaz Naturel Liquéfié) et d’autre part en raison du retard colossale pris par la mise en place du
gazoduc Nord Stream 2. Ce dernier, ayant peiné à voir le jour entre les sanctions américaines et l’incapacité de l’Europe à adopter une position commune, ne participe toujours pas à l’approvisionnement de l’Europe en gaz russe. Il attend toujours son homologation par le régulateur allemand. Enfin, les prévisions météorologiques qui prévoient un hiver rigoureux n’apaisent en rien les acteurs du marché.

En somme, nous réunissons tous les ingrédients d’un cocktail détonnant qui se traduit par l’atteinte sur le marché de prix jamais imaginés et transformant un poste budgétaire trop souvent délaissé d’attention par les professionnels en un élément parfois déterminant pour leur survie.

De lourdes conséquences pour les industriels

Dans un contexte déjà tendu depuis début 2021, l’annonce de l’arrêt de 4 réacteurs nucléaires
supplémentaires enlise davantage un marché déjà en état critique.

Pour les professionnels l’impact est considérable. Pour les entreprises qui comptaient sur la mise à disposition de volumes ARENH, en souscrivant à une offre intégrant ce dispositif, le montant de la facture en 2022 ne sera pas aussi bas que prévu. En effet, l’accès régulé à l’électricité nucléaire
historique (ARENH) contraint EDF en tant que producteur, à concéder une part de sa production annuelle aux autres fournisseurs du marché, depuis le 1 er juillet 2011 avec un plafond fixé à 100TWh.

Les fournisseurs alternatifs et les électro-intensifs demandent à ce que ce plafond soit réhaussé à 150TWh. Mais pour l’heure, aucune décision n’a été prise. Cette situation force les fournisseurs à réajuster les prix pour donner suite à l’écrêtement record de cette année (160TWh demandés pour une limite à 100 TWh) à un prix de marché extrêmement élevé. Il n’est pas rare d’observer des revalorisations dépassant les 40€/MWh pour certains clients et des hausses de budget de plus de 50%.

Autre exemple, les professionnels qui n’ont pas anticipé leur renégociation de contrat. La situation est d’autant plus délicate pour eux. D’une part, parce que les offres de leur ancien fournisseur sont extrêmement chères, de l’autre car ils se retrouvent à devoir choisir seul, dans la précipitation et sans accompagnement : une typologie d’offre, une durée et un fournisseur. Cela se résume dans tous les cas à accepter d’intégrer une hausse considérable dans leur budget. Ces hausses ne peuvent bien souvent pas être répercutées sur le prix des produits, parfois commandés depuis longtemps.

Nous rencontrons ainsi certains professionnels dans l’hôtellerie ou l’industrie qui considèrent avec sérieux l’option de fermer momentanément leur établissement ou certaines lignes de production,
tant l’impact est important pour eux. Tous ont les yeux rivés sur les cours du marché, espérant une décrue.

Pas de mesures gouvernementales pour les professionnels

Les dispositions concernant le gel des tarifs ou encore l’allègement des taxes ne concernera que très peu les professionnels. Par ailleurs, l’Etat Français ne semble pas non plus enclin à augmenter le plafond de l’ARENH. Cette solution est pourtant sollicitée par un nombre important de gros consommateurs et d’experts du marché.

L’ARENH est la conséquence d’une spécificité Française (conséquence de choix stratégiques passés, privilégiant l’indépendance énergétique en développant son parc nucléaire). Nous serions donc en droit de nous interroger sur la légitimité aujourd’hui d’en limiter l’accès pour les fournisseurs alternatifs. Il n’est dès lors pas déraisonnable d’imaginer la possibilité, pour tous les consommateurs, d’accéder à l’ARENH en fonction de ses droits (et ce, quel que soit son fournisseur), le complément de volume pouvant être acheté sur le marché. Cela renforcerait l’équité des différents acteurs du marché et participerait à pondérer l’impact des mouvements de marché sur le budget des entreprises.

En conclusion, et en cette période de crise, certains professionnels font aujourd’hui le constat, qu’une attention particulière doit être portée au poste des dépenses énergétiques. Ces derniers considèrent que se faire accompagner par des experts afin d’anticiper au mieux ses décisions et les variations du marché, n’est plus une alternative.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Comment l'aéroport de Paris-Orly gère la biodiversité ?
Dernier numéro
N° 1793
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Actu réglementaire
Décret du 21 janvier 2022 accordant la prolongation de la concession de mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux, dite « Concession de Tamaris » (Gironde), aux sociétés IPC Petroleum Gascogne SNC et Vermilion REP SAS, conjointes et solidaires Lire
Décret n° 2022-45 du 21 janvier 2022 modifiant le décret n° 90-75 du 17 janvier 1990 relatif à la prime d'enseignement supérieur attribuée à certains personnels enseignants ou exerçant des fonctions d'enseignement dans l'enseignement supérieur relevant du ministre chargé de l'agriculture Lire
Ordonnance n° 2022-43 du 20 janvier 2022 relative à l'organisation du réseau des chambres d'agriculture à l'échelle régionale Lire
Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2022-43 du 20 janvier 2022 relative à l'organisation du réseau des chambres d'agriculture à l'échelle régionale Lire
Décret du 17 janvier 2022 portant classement, parmi les sites du département des Alpes-de-Haute-Provence, du site de l'éperon de Lurs (commune de Lurs) Lire
Arrêté du 14 janvier 2022 modifiant l'arrêté du 26 décembre 2016 fixant les modalités d'application du complément de la part liée aux fonctions en application de l'article 7 du décret n° 2016-1869 du 26 décembre 2016 fixant le régime indemnitaire applicable aux corps techniques de la direction générale de l'aviation civile Lire
Décret n° 2022-33 du 14 janvier 2022 modifiant le décret n° 2016-1869 du 26 décembre 2016 fixant le régime indemnitaire applicable aux corps techniques de la direction générale de l'aviation civile Lire
Arrêté du 13 janvier 2022 modifiant l'arrêté du 10 décembre 2021 fixant un contingent exprimé en puissance et en jauge pour la réservation de capacités aux fins de délivrance de permis de mise en exploitation de navires de pêche au mois de décembre 2021 Lire
Arrêté du 10 janvier 2022 relatif à l'appel aux services d'élèves des écoles vétérinaires françaises remplissant les conditions prévues à l'article L. 241-6 pour lutter contre l'influenza aviaire hautement pathogène Lire
Décision du 6 janvier 2022 portant délégation de signature (direction générale des infrastructures, des transports et de la mer) Lire
Décision du 6 janvier 2022 portant délégation de signature Lire
Décret n° 2022-8 du 5 janvier 2022 relatif au résultat minimal de performance environnementale concernant l'installation d'un équipement de chauffage ou de production d'eau chaude sanitaire dans un bâtiment Lire
Décret n° 2022-2 du 4 janvier 2022 relatif aux situations permettant de déroger à l'interdiction d'acquisition par l'Etat de produits en plastique à usage unique Lire
Décret n° 2022-1 du 3 janvier 2022 fixant, en application du cinquième alinéa de l'article L. 130-9 du code de la route, la procédure d'expérimentation de la constatation des niveaux d'émissions sonores des véhicules en mouvement par des appareils de contrôle automatique fixes et mobiles et modifiant le code de la route Lire
Décret n° 2021-1942 du 31 décembre 2021 modifiant le décret n° 2013-611 du 10 juillet 2013 relatif à la réglementation applicable aux îles artificielles, aux installations, aux ouvrages et à leurs installations connexes sur le plateau continental et dans la zone économique exclusive et la zone de protection écologique ainsi qu'au tracé des câbles et pipelines sous-marins Lire
Décret n° 2021-1941 du 31 décembre 2021 relatif à la responsabilité élargie des producteurs pour les produits et les matériaux de construction du secteur du bâtiment Lire
Décret n° 2021-1906 du 30 décembre 2021 modifiant le décret n° 2020-1651 du 22 décembre 2020 relatif au label national « anti-gaspillage alimentaire » en application de l'article L. 541-15-6-1-1 du code de l'environnement Lire
Décret n° 2021-1905 du 30 décembre 2021 pris en application de l'ordonnance n° 2021-1325 du 13 octobre 2021 réformant l'évaluation des biotechnologies et simplifiant la procédure applicable aux utilisations confinées d'organismes génétiquement modifiés présentant un risque nul ou négligeable Lire
Décret n° 2021-1904 du 30 décembre 2021 portant diverses dispositions d'adaptation relatives à la responsabilité élargie des producteurs Lire
Décret n° 2021-1903 du 30 décembre 2021 pris pour l'application de l'ordonnance n° 2021-235 du 3 mars 2021 relative à la durabilité des bioénergies Lire
À lire également
Le port de Marseille investit dans l’hydrogène bas-carbone
Le port de Marseille investit dans l’hydrogène bas-carbone
H2V et le port de Marseille Fos annoncent l’implantation d’une installation industrielle de production d’hydrogène bas-carbone. Ce site de 600 MW, dédié à la décarbonation des activités portuaires, sera développé en six tranches de 2026 à 2031.
Boralex déploie son premier parc solaire flottant en France
Boralex déploie son premier parc solaire flottant en France
La société de production d’énergies renouvelables Boralex a mis en service son premier parc solaire flottant, à Peyrolles-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône. Déployé en un îlot de 12 ha sur un plan d’eau, le site est constitué de plus de 43.000 panneaux photovoltaïques pour une puissance installée de 12 MWac.
Haffner Energy annonce son projet d’introduction en bourse sur Euronext Growth
Haffner Energy annonce son projet d’introduction en bourse sur Euronext Growth
Dans le cadre de son projet d’introduction en bourse sur Euronext Growth à Paris, Haffner Energy, spécialiste de l’hydrogène bas-carbone, obtient l’approbation de son document d’enregistrement par l’Autorité des marchés financiers (AMF).
Bordeaux exploite la géothermie pour verdir son réseau de chaleur
Bordeaux exploite la géothermie pour verdir son réseau de chaleur
La métropole de Bordeaux confie à Engie Solutions la construction d’une géothermie doublée d’une chaufferie biomasse. Ce projet vise à étendre de 9 km le réseau de chaleur existant et le verdir à l'horizon 2024 grâce à une combinaison inédite sur le territoire.
Elogen installe une nouvelle ligne de production d’électrolyseurs
Elogen installe une nouvelle ligne de production d’électrolyseurs
La construction d’une nouvelle ligne d’assemblage de stacks sur le site situé aux Ulis (Essonne) permet à Elogen, spécialiste de l’électrolyse PEM (membrane échangeuse de protons), d’augmenter sa capacité de production à 160 stacks par an.
Ze Energy prend son envol avec 40 millions d’euros
Ze Energy prend son envol avec 40 millions d’euros
Le producteur indépendant d’énergie renouvelable opérant des centrales solaires hybrides (photovoltaïque et stockage), utilisera ce financement pour soutenir sa croissance en France et en Europe.
CVE lève 30 millions d'euros pour sa nouvelle filiale CVE Biogaz
CVE lève 30 millions d'euros pour sa nouvelle filiale CVE Biogaz
CVE, producteur français indépendant d’énergies renouvelables, annonce une levée de fonds de 30 millions d’euros auprès du gestionnaire d’actifs français SWEN Capital Partners. Ce financement est essentiellement destiné au développement de la nouvelle filiale CVE Biogaz.
Tous les articles ÉNERGIE
En partenariat avec
Événements
RailTech Europe 2022
8 Mars 2022
Talents For The Planet
11 Mars 2022
AUTONOMY PARIS
16 Mars 2022
+ d'événements
Emploi
- Chef de projet développement photovoltaïque H/F
- Alternance - Technicien Supérieur de Maintenance des Systèmes de Production H/F
- Agent(e) aménagement des circuits pédestres, équestres, VTT
- Conducteur de Travaux F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.